voir l'art autrement – en relation avec les textes

citation courte

Richard Brautigan – les choses s’incurvent


Résultat de recherche d'images pour "curve art"

 

 

 

Les choses s’incurvent lentement hors de vue
jusqu’à disparaître tout à fait.

Après ne reste plus
que la courbe.

 


Sadegh Hedayat – je n’écris que pour mon ombre


Résultat de recherche d'images pour "shadow ernest pignon ernest"

dessins          Ernest Pignon-Ernest

Je n’écris que pour mon ombre projetée par la lampe sur le mur ; il faut que je me fasse comprendre d’elle.


John Keats – A thing of beauty


A thing of beauty is a joy forever

keats beauty

Un peu de beauté est une joie pour toujours

– John Keats


Patricia Cottron Daubigné – Song of skin- III


988657_407193239395975_607873095_n.jpg

Photo – Alison Scarpulla

 

Peut-être la peau n’est pas là
écorchée
pelée

a vif
crue
il n’y a pas de rempart            que caressez-vous dit-elle ?
parfois les mots sont dans les larmes.

 

d’autres  textes  de P C Daubigné, dans pierre & sel  ( croquis, démolition )


Anne Sexton – Toux, amour


Anne Sexton -

 

 

 

Comme il a été dit:

Amour et une toux

ne peuvent pas être dissimulés.

Même une petite toux.

Même un petit amour.

 

 

As it has been said:

Love and a cough

cannot be concealed.

Even a small cough.

Even a small love.

 

 

– Anne Sexton


Max Ehrmann – enfant de l’univers


max Ehrmann child of the universeYou are a child of the universe,

no less than the trees

and the stars

 

Tu es un enfant de l’univers,

pas moins que les arbres et les étoiles

max Ehrmann


E. E. Cummings – dans le miroir


in the mirror I see a frail

man

dreaming

dreams

dreams in the mirror

e.e. cummings in a mirror

dans le miroir je vois un homme fragile

qui rêve

des rêves

Des rêves dans le miroir

 


Georges Bataille – L’Archangélique – 01


Georges Bataille -        Untitled drawing for Soleil Vitré– dessin –        Georges Bataille  « sans titre pour   « soleil Vitré »


Marcia Wieder – Chaque jour


marcia Wieder every single day« Every single day

do something that makes your heart sing. »

« Chaque jour faites quelque chose qui fasse chanter votre cœur  »

Marcia Wieder


Georges Hyvernaud – le wagon à vaches ( court extrait )


Annette Messager, Les Tortures Volontaires (1972), 2013 13179857583

art: Annette Messager  – les  tortures volontaires

 

 

(…) Bonne vieille race obstinée des hommes : toujours prête à tout recommencer, à remettre ça. Se raser, cirer ses souliers, payer ses impôts, faire son lit, faire la vaisselle, faire la guerre. Et c’est toujours à refaire.

Ça repousse toujours, la faim, les poils, la crasse, la guerre. Et des monuments poussent sur les places, des noms poussent sur les monuments. Il en repousse toujours, des noms. On trouve toujours de la pierre pour graver des noms dessus et toujours des noms à graver dans la pierre… (…)

 

Afficher l'image d'origine


Émily Dickinson – une lettre au monde


This is my letter to

the world

that never wrote to me.

E Dickinson letter

Ceci est ma lettre

au monde

que personne ne m’a écrit.

 

Em Dickinson


Pierre Morhange – Au sortir du sommeil


461881185_ecd27ba59c DU BIST IN DER_O

 

 

Au sortir du sommeil..

Un chien hurlait doucement
Et dans le ventre de ce cri
Craquèrent les chaussures
Du premier passant.

Pierre MORHANGE « Poésie pour tous » (Seghers)


Julia Kristeva – l’étranger qui est en nous


Le mariage de l'homme sans têteEtrangement,          l’étranger nous habite:

il est la face cachée de notre identité,l’espace qui ruine notre demeure,le temps où s’abîment l’entente et la sympathie.De le reconnaître en nous,nous nous épargnons de le détester en lui-même.


James Joyce – Les jours ( Ulysse )


Afficher l'image d'origine
« Toute vie est composée de beaucoup de jours, jour après jour. Nous marchons à travers nous, rencontrons des voleurs, des fantômes, des géants, des vieillards, des jeunes hommes, des épouses, des veuves, des beaux-frères. Mais toujours nous nous rencontrons nous-mêmes . »


“Every life is many days, day after day. We walk through ourselves, meeting robbers, ghosts, giants, old men, young men, wives, widows, brothers-in-love. But always meeting ourselves.”

— James Joyce, Ulysses (1922)


Douglas Adams – Aller où on doit


douglas adams

Je ne suis peut-être pas allé où

J’en avais l’intention,

mais je pense que j’ai fini par

arriver là où j’en éprouvais le besoin.

.


Sierra de Mulder – Amour chaque jour,comme une fenêtre ouverte


One day

you will learn

how to give and receive love

like an open window

and it will feel like summer

every day.

Un jour

tu apprendras

comment donner et recevoir de l’amour

comme une fenêtre ouverte

et cela sera une sensation comme l’été

à chaque jour.


Estelle Fenzy – Eldorado Lampedusa


 

 

 

 

 

Dans une

Poche cousue

Une photo des lettres

Délavées

Voix visages
Abrasés

De ce qui fut amour


Quelle est la faute

Si grande que

Les bras les cœurs
Les frontières

Se ferment


Proverbe indien – Quand le dernier arbre aura été abattu ….


Une parmi les 27 images marquantes de ce site

 

 

Quand le dernier arbre aura été abattu,

la dernière rivière empoisonnée

et le dernier poisson péché,

alors l’ homme s’apercevra             que l’argent ne se mange pas.

 

 


Marguerite Duras – ça rend sauvage, l’écriture


pochette de cd: the Dillinger Escape Plan, ‘One of Us Is the Killer’

 

 

« ça rend sauvage l’écriture. On rejoint une sauvagerie d’avant la vie.

Et on la reconnait toujours, c’est celle des forêts, celle ancienne comme le temps.

Celle de la peur de tout, distincte et inséparable de la vie même. On est acharné.

On ne peut pas écrire sans la force du corps.                Il faut être plus fort que soi pour aborder l’écriture, il faut être plus fort que ce qu’on écrit.

C’est une drôle de chose, oui. C’est pas seulement l’écriture, l’écrit, c’est les cris des bêtes la nuit, ceux de tous, ceux de vous et de moi, ceux des chiens.  »

 

Marguerite Duras in Ecrire


E.E.Cummings – Juste fatigué


photo  Massoud Hossaini - Afghanistan

photo Massoud Hossaini – Afghanistan

 

Vous avez joué,

(Je pense)

Et brisé les jouets que vous préfériez,

Et vous êtes un peu fatigué maintenant;

Fatigué de choses qui se brisent,

et –

Juste fatigué

Comme moi.

e.e. cummingse.e. cummings            broke the toys


Samuel Beckett – sans ce monde sans visage ,sans questions


peinture Mischa  Rezka

peinture Mischa Rezka

 

 

 

que ferais-je sans ce monde
sans visage sans questions
où être ne dure qu’un instant
où chaque instant
verse dans le vide
dans l’oubli d’avoir été

Samuel Beckett


Hugues Labrusse – Enjamber le ruisseau


 

art:    Wilhelm Sasnal  _1972

art:        Wilhelm Sasnal _1972

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enjamber le ruisseau
encore le chapitre d’un recueil
et signer d’un caillou
le passage où rien
ne dit mot   .

 

Paru  dans la  revue  « paysages-écrits »


Platon – la peur de la lumière


h & f  port  éblouisssuperposés   timbres   finlande

 

On peut aisément pardonner à l’enfant qui a peur de l’obscurité.

La vraie tragédie de la vie, c’est lorsque les hommes ont peur de la lumière


W.H. Auden – Miroir


photo: Lydia Roberts

                                   photo: Lydia Roberts

 

 

Chaque homme porte avec lui au travers de sa vie ,un miroir,
dont  il lui est seulement et impossible de se débarrasser ,
comme de son ombre.

“Every man carries with him through life a mirror, as unique and impossible to get rid of as his shadow.”

― W.H. Auden, The Dyer’s Hand


Herta Müller – L’homme est un grand faisan sur terre ——–( petit extrait )


dessin:  Sam Dillemans

                   dessin: Sam Dillemans

 

 

 

 

 

 

 

 

Windisch ferme les yeux. Il sent la courbe de ses yeux entre ses mains. Ses yeux qui n’ont pas de visage.

Avec ses yeux seuls et sa pierre dans la poitrine, Windisch dit à haute voix : « L’homme est un grand faisan sur terre. »

Ce que Windisch entend, ce n’est pas sa voix. Il sent que sa bouche est nue. Ce sont les murs qui ont parlé.

 

Herta Müller  avec  ce  récit  poignant et très imagé, obtient  le Prix Nobel pour « L’homme est un grand faisan sur terre »