voir l'art autrement – en relation avec les textes

musique

Tous, du blues – ( RC )


Zao Wou-Ki Paintings: 1950's - 1960's - De Sarthe Gallery:

Peinture :  Zao Wou Ki

 

 

S’échappe la mer
se courbe le ciel
Et toi et moi,
entre nous …

Mer et ciel et toi et moi
Avec tous ces bleus
Toutes ces nuances
Leur ensemble de  teintes

Quelques bleus sont tristes
D’autres bleus sont heureux
Sombres et lumineux
tristes ou heureux en même temps

Nous sommes tous du blues
Nous en avons toutes les nuances
Toutes les teintes
Nous sommes tous le blues .

RC – dec 2016
Librement et directement inspiré de « All Blues »
de l’album mythique «  Kind of blue » de Miles Davis,

dont on peut retenir entre autres, les interprétations chantées  de Helen Merrill, ( difficile à trouver ) , Rachel Gould, avec Chet Baker,  Ernestine  Anderson et celle de Dee-Dee Bridgewater

 

deadpaint:  Mark Rothko, Untitled No. 15:

Mark Rothko :  untitled n°15


Mouloudji – Cache-cache


C’est  de texte  de sa chanson….

Disclosed Desires-fd0013.jpg

Vous êt’s-vous caché
Un jour de cache-cache
Sous la jupe lâche,
Quoiqu’ intimidé,
Dans l’intimité
D’une dam’ ombrelle
Aux senteurs si blêmes
Strident’s de douceur
L’avez-vous rêvé ?
Ce doux goût de peur
Couleur de péché,
Était-ce inventé ?
Sous la jupe folle,
Vous flairiez la chair
De dame prison
Ell’, dans son émoi

Ouvrait de plus belle
Ses ciseaux femelles
En prison de joie,
Vous étiez ému
Sous la chèr’ ombrelle,
Un soleil diffus
Éclairait tout bas
La tendre bastille
Vous, les yeux béats
La tête levée
Au ciel albinos,
Vous suiviez le vol
D’un corbeau velu
Entre chair et rose
Des cuisses jouflues
Et du pantalon
Comme rêve glauque.


la vibration d’un gong, un arrière plan de toile – ( RC )


 


C’est  comme  la vibration d’un gong  :  cela frissonne,
puis cela frémit, dans un froissement qui monte en puissance,
En s’amplifiant  jusqu’à la parole délivrée  de l’étain.
Un point critique  nait de la  rencontre de la mailloche et  du disque  de métal.
Un germe  du sensible :      Un geste  le précède.

Mais  le son qui s’en extrait, cache  son envers,  sa mutité,
sa  « face silencieuse », en quelque  sorte , dans l’objet.
Celui -ci pourrait être  joliment  décoratif,
mais sa matière, sa forme, recèle en puissance  le son.
Même lorsqu’il est silencieux.

Et pour une peinture, c’est  parallèlement, la rencontre  des formes,
des couleurs  et des contrastes,  qui révèle
de la toile  « silencieuse », les dialogues  de la lumière  avec l’ombre,
de la matière même  du geste  de peindre,
et ce qui fait la personnalité  de son auteur.

Cet arrière plan de toile, entend les soleils,
écoute les matins blêmes, et retransmet, comme  le gong, dès  qu’on la regarde,
ce frissonnement des éléments « dans un certain ordre agencés ».
Cachée,  elle peut, comme  un instrument  de musique, demeurer muette,
ses potentialités ne  s’éveillent que  sous la caresse du regard.

RC –  avr 2015


C’était une mazurka – ( RC )


photo NF

Je me souviens de la musique
Et ta tête penchée sur le clavier.

Les mains ont déserté les touches d’ivoire,
Elles se sont ternies au voyage des ans.

Les cordes fatiguées, sont une harpe
Assourdie de toiles d’araignées.

Les mélodies que tu jouais,
Ne renvoient plus de reflet

Elles sont été mangées,
Par l’ombre du piano noir.

Juste, le concert des étoiles,
Me chante encore tout bas,

Leurs volutes et les arabesques,
Naissant sous tes doigts.

Je me souviens de la musique
Et ta tête, penchée , au-dessus de moi …

RC – sept 2014


L’Ave Maria – ( RC )


 

Cello -piano  schu

 

 

Le ruban de musique
Se déroule
Au fil de l’archet.
Ce sont des couleurs amples,
Qui sentent le bois mûr,
Où les cordes chantent,
Et les doigts dansent.

Un chant s’élève,       doux,
Au contre-bas d’amour,
En arpèges          se posent,
Comme les vagues le portent,
Ouvrant de futurs horizons,
S’arrondissant comme galets,
Aux accords du piano.

L’offrande se donne,
Aux envols des notes ;
C’est toujours un poème,
Que l’on reçoit,
Les oreilles attentives,
Les mains ouvertes,
Avec l’Ave Maria

De Franz Schubert

 

 

RC- mars  2014


Billie Holiday – Strange fruits


 


C’est bien sûr la superbe chanson interprétée par Billie Holiday… une composition d’Abel Meeropol, dont l’interprétation est synonyme de la voix de Billie ( et emblématique d’une certaine forme de racisme, et de dénonciation de la condition des esclaves )

et dont il existe un équivalent, par   la voix  de John Martyn

Strange Fruit


Southern trees bear strange fruit
Blood on the leaves
Blood at the root
Black bodies swinging in the southern breeze
Strange fruit hanging from the poplar trees.
Pastoral scene of the gallant south
The bulging eyes and the twisted mouth
The scent of magnolia sweet and fresh
Then the sudden smell of burning flesh

Here is a fruit for the crows to pluck
for the rain to gather
for the wind to suck
for the sun to rot
for the tree to drop
Here is a strange and bitter crop

Composed by Abel Meeropol

===============================

Les arbres du Sud portent un étrange fruit
Du sang sur leurs feuilles et du sang aux racines
Un corps noir se balançant dans la brise du Sud
Un fruit étrange suspendu aux peupliers

Scène pastorale du vaillant Sud
Les yeux exorbités et la bouche tordue
Parfum du magnolia doux et frais
Puis la soudaine odeur de chair brûlée.

Fruit à déchiqueter pour les corbeaux,
Pour la pluie à récolter,      pour le vent à assécher
Pour le soleil à mûrir,    pour les arbres à perdre,
Etrange et amère récolte !

——-
Strange Fruit (Fruit Etrange ) Chanson composée en 1946

par Abel Meeropol afin de dénoncer les Necktie Party ( pendaisons )

 

———-


Stabat Mater – ( RC )


Résultat de recherche d'images pour "Stabat mater pergolese lesne"

C’est une voix intérieure,
Dont je peine à dessiner la forme,
Puisqu’elle est cachée dans l’âme,
Et le regard de celui
Qui la fait vibrer ,
Trempée dans celle de la musique,
Et ses couleurs en contre-jour,
Inscrite en dentelles d’encre,
Sur une ancienne partition,
… Notre oreille en ignore,
les passages soulignés de crayon.

Une parenthèse ardente,
Celle de la Passion,
Où l’invisible des sons,
Se transmet de nuit aux jours,
En plusieurs siècles au fil,
Quand se donne le chant,
Jusqu’aujourd’hui,
Et bien plus encore,
D’une émotion palpable,
Partagée en frissons,
Et portée par les accords…

Une colonne s’élève ,
Se sépare en volutes,
Peut-être vers un plafond à fresques,
Dessiné par les voix,
Se détachant des portées,
Emplissant tout l’espace,
Puis fuyant sous les voûtes,
Pour que renaisse le souffle,
S’appuyant sur le silence,
Remplacé bientôt par
le tapis dense d’instruments anciens.


( en hommage à la restitution des musiques du passé,
et ici particulièrement dédié à Gérard Lesne,
dans son interprétaton du « Stabat Mater  » de Pergolèse)

RC –  10 novembre 2013


Opéra de silence ( RC )


photo:             François Berthon –         Macbeth              Opéra de Tours

https://ecritscrisdotcom.files.wordpress.com/2013/09/f8436-le2broi2bet2bla2breine2b3.jpg?w=610&h=408

Comme une scène désertée,

Où résonne encore ,

Sang du silence retombé,

Une voix cantatrice,

Chute un ruban rouge,

Depuis l’espace insondé des cintres,

Le sable blanc se dépose,

Sur le plancher gris,

Lentes strates,

Poussées de vaguelettes,

L’opéra s’achève face à la mer,

Les voiles écarlates,

Disparues derrière l’horizon,

La lune est l’unique projecteur,

Elle flirte sur l’écume,

Et le lourd rideau de velours,

Fermant le décor,

– Côté jardin.

RC – 10 septembre 2013


Ta voix, cristalline, dévalant les collines – ( RC )


 


-


Il y a le bruissement des feuilles dans ma tête, 
d'accords sur ocres.
Harpe d'herbes qu'accompagne la poussée du vent, 
      ce n'est pas encore  l'automne...

Les oiseaux  alignés sur les fils, 
traits de flûte tirés de biais entre les arbres clarinettes,
Les blés mûrs des violoncelles, 
agacés de l'ombre sonore du piano,

La montagne de l'orchestre, 
qui disait tour à tour le sombre et l'éclat,

Et puis ta voix, cristalline, dévalant les collines, 
Percée soudaine du soleil entre les nuées.
-

RC – 9 août 2013

( l'expression « ombre sonore » est de Max Jacob dans  "vie et marées")

-


Langston Hugues – Weary Blues poems


photo: auteur non identifié              le bluesman       T Bone Walker

Et loin dans la nuit, il chantonnait cet air.
Les étoiles sont parties ,  et ainsi fit la lune.
Le chanteur a arrêté de jouer et est allé dormir
Pendant que le Weary Blues lui fait écho dans sa tête.
Il dormit comme un roc ou un homme qui est mort .

(ma traduction diffère sensiblement  de celle fournie avec le poème entier en dessous)

And far into the night he crooned that tune.
The stars went out and so did the moon.
The singer stopped playing and went to bed
While the Weary Blues echoed through his head.
He slept like a rock or a man that’s dead…

( Le haut-parleur de « The Weary Blues » de Langston Hughes décrit une soirée à écouter un musicien de blues à Harlem.

Avec sa diction, sa répétition de lignes et sa prise en compte des paroles de blues, le poème évoque le ton lugubre et le tempo de la musique blues et donne aux lecteurs une appréciation de l’état d’esprit du musicien de blues dans le poème.)

–Langston Hughes,  a laissé une œuvre abondante de poète, de nouvelliste, de dramaturge et d’essayiste. Les poèmes qui suivent sont extraits de son premier recueil paru en 1925, « The Weary Blues ».

d’autres poèmes  de Langston Hugues:

LE NÈGRE PARLE DES FLEUVES

J’ai connu des fleuves
J’ai connu des fleuves anciens comme le monde et plus vieux
que le flux du sang humain dans les veines humaines.

Mon âme est devenue aussi profonde que les fleuves.

Je me suis baigné dans l’Euphrate quand les aubes étaient neuves.
J’ai bâti ma hutte près du Congo et il a bercé mon sommeil.
J’ai contemplé le Nil et au-dessus j’ai construit les pyramides.
J’ai entendu le chant du Mississipi quand Abe Lincoln descendit
à la Nouvelle-Orléans, et j’ai vu ses nappes boueuses transfigurées
en or au soleil couchant.

J’ai connu des fleuves :
Fleuves anciens et ténébreux.

Mon âme est devenue aussi profonde que les fleuves.

(paru dans la revue « Crisis » en 1921)

I’ve known rivers:
I’ve known rivers ancient as the world and older than the flow of human blood in human veins.
My soul has grown deep like the rivers.
I bathed in the Euphrates when dawns were young.
I built my hut near the Congo and it lulled me to sleep.
I looked upon the Nile and raised the pyramids above it.
I heard the singing of the Mississippi when Abe Lincoln went down to New Orleans, and I’ve seen its muddy bosom turn all golden in the sunset.
I’ve known rivers:
Ancient, dusky rivers.
My soul has grown deep like the rivers.

MOI AUSSI

Moi aussi, je chante l’Amérique.

Je suis le frère à la peau sombre.
Ils m’envoient manger à la cuisine
Quand il vient du monde.
Mais je ris,
Et mange bien,
Et prends des forces.

Demain
Je me mettrai à table
Quand il viendra du monde
Personne n’osera
Me dire
Alors
« Mange à la cuisine ».

De plus, ils verront comme je suis beau
Et ils auront honte, –

Moi aussi, je suis l’Amérique.

—–

I, Too

I, too, sing America.

I am the darker brother.
They send me to eat in the kitchen
When company comes,
But I laugh,
And eat well,
And grow strong.

Tomorrow,
I’ll be at the table
When company comes.
Nobody’ll dare
Say to me,
« Eat in the kitchen, »
Then.

Besides,
They’ll see how beautiful I am
And be ashamed–

I, too, am America.

LE BLUES DU DÉSESPOIR
[THE WEARY BLUES]

Fredonnant un air syncopé et nonchalant,
Balançant d’avant en arrière avec son chant moelleux,
J’écoutais un Nègre jouer.
En descendant la Lenox Avenue l’autre nuit
A la lueur pâle et maussade d’une vieille lampe à gaz
Il se balançait indolent…
Il se balançait indolent…
Pour jouer cet air, ce Blues du Désespoir.
Avec ses mains d’ébène sur chaque touche d’ivoire
Il amenait son pauvre piano à pleurer sa mélodie.
O Blues !
Se balançant sur son tabouret bancal
Il jouait cet air triste et rugueux comme un fou,
Tendre Blues !
Jailli de l’âme d’un Noir
O Blues !

D’une voix profonde au timbre mélancolique
J’écoutais ce Nègre chanter, ce vieux piano pleurer –
« J’n’ai personne en ce monde,
J’n’ai personne à part moi.
J’veux en finir avec les soucis
J’veux mettre mes tracas au rancart. »
Tamp, tamp, tamp ; faisait son pied sur le plancher.
Il joua quelques accords et continua de chanter –
« J’ai le Blues du Désespoir
Rien ne peut me satisfaire.
J’n’aurai plus de joie
Et je voudrais être mort. »
Et tard dans la nuit il fredonnait cet air.
Les étoiles disparurent et la lune à son tour.
Le chanteur s’arrêta de jouer et rentra dormir
Tandis que dans sa tête le Blues du Désespoir résonnait.
Il dormit comme un roc ou comme un homme qui serait mort.

———————–

Droning a drowsy syncopated tune,
Rocking back and forth to a mellow croon,
I heard a Negro play.
Down on Lenox Avenue the other night
By the pale dull pallor of an old gas light
He did a lazy sway . . .
He did a lazy sway . . .
To the tune o’ those Weary Blues.
With his ebony hands on each ivory key
He made that poor piano moan with melody.
O Blues!
Swaying to and fro on his rickety stool He played that sad raggy tune like a musical fool.
Sweet Blues!
Coming from a black man’s soul.
O Blues! In a deep song voice with a melancholy tone I heard that Negro sing, that old piano moan—
« Ain’t got nobody in all this world,
Ain’t got nobody but ma self.
I’s gwine to quit ma frownin’
And put ma troubles on the shelf. »
Thump, thump, thump, went his foot on the floor.
He played a few chords then he sang some more— « I got the Weary Blues
And I can’t be satisfied. Got the Weary Blues
And can’t be satisfied— I ain’t happy no mo’
And I wish that I had died. » And far into the night he crooned that tune.
The stars went out and so did the moon.
The singer stopped playing and went to bed
While the Weary Blues echoed through his head.
He slept like a rock or a man that’s dead. –

NÈGRE

Je suis un Nègre :
Noir comme la nuit est noire,
Noir comme les profondeurs de mon Afrique.

J’ai été un esclave :
César m’a dit de tenir ses escaliers propres.
J’ai ciré les bottes de Washington.

J’ai été ouvrier :
Sous ma main les pyramides se sont dressées.
J’ai fait le mortier du Woolworth Building.

J’ai été un chanteur :
Tout au long du chemin de l’Afrique à la Géorgie
J’ai porté mes chants de tristesse.
J’ai créé le ragtime.

Je suis un Nègre :
Les Belges m’ont coupé les mains au Congo.
On me lynche toujours au Mississipi.

Je suis un Nègre :
Noir comme la nuit est noire
Noir comme les profondeurs de mon Afrique.

I am a Negro:
Black as the night is black,
Black like the depths of my Africa.

I’ve been a slave:
Caesar told me to keep his door-steps clean.
I brushed the boots of Washington.

I’ve been a worker:
Under my hand the pyramids arose.
I made mortar for the Woolworth Building.

I’ve been a singer:
All the way from Africa to Georgia
I carried my sorrow songs.
I made ragtime.

I’ve been a victim:
The Belgians cut off my hands in the Congo.
They lynch me still in Mississippi.

I am a Negro:
Black as the night is black,
Black like the depths of my Africa.

et  toujours  sur Langston Hugues,  voir ma parution  » fresque  sur Lennox Avenue« 

.


Ca n’ vaut pas un concert – ( RC )


photo:     Christophe Alary

Bien, — ça n’ vaut pas un concert,

Avec plein de guitares,

Un orchestre et un synthé ,

– Mais y en a pas ce soir –

Avec un son d’enfer,

Un micro nasillard,

Les amplis esquintés,

La voix de bluesmen noirs.

Ou la chanteuse d’opéra,

La dame aux camélias

Ses hautes vocalises,

Et puis … plusieurs rappels,

Projecteurs et caméras,

Vases de fleurs et dalhias,

Quand, au sortir de l’église

Résonnent encore gospels…

Elle va préférer le pop,

Et même le hard,

Avec tenue cloutée,

Et les clubs enfumés,

C’est sans doute le top,

Appuyée sur la rambarde,

Quand elle va écouter,

Les rockers allumés.

Dans le jukebox, rempli de disques

Tu peux aussi, glisser la monnaie,

Au boulevard des hits,

A côté du comptoir,

Et dans la salle, tu confisques,

Le silence, pour de vrai,

En vrai parasite,

De l’autre côté du bar,

Les succès de toujours,

«  Allez, venez, milord »

A convoquer les vedettes,

Avec le blanc-cass

Une chanson d’amour,

Qui fait vibrer le corps

Et trotte dans la tête,

  • quand c’est fini, ça passe –

Allongé, sur ton canapé,

Devant la télévision,

Tu peux monter le son,

Trompettes et saxophones,

Tu as failli zapper,

La jam-session,

Piano et percussions,

Sur le thème d’Ellington…

Les doigts rivés sur le clavier,

Fais défiler la musique,

Et choisis ton menu,

Pour la soirée,

Car, vont tanguer les pieds,

Alors, pris de panique,

—- Afin qu’ils remuent,

ça va bientôt démarrer.

RC  – 11 août 2013

photo extraite du film de           M Haneke: la pianiste


Le concert des fausses notes ( RC )


 

retable d ‘Issenheim : tentation de St Antoine

Les cors essoufflés font avec, les violons langoureux
Un dialogue grisé,        qui éteint le décor.
La symphonie fantastique a mille retours

Gnomes et djinns me soufflent au visage
Une haleine soufrée, des cloches fêlées
Les héros politicards,        vite endormis

Aux matières sournoises, se drapent dans le pourpre
Et s’entourent de mains molles,
D’anciennes affiches pendantes, en clones plats

Le miroir                   n’a plus à raconter l’avenir,
L’humanité pleure, le concert des fausses notes
Les saxophones barbotent en faux airs enjoués,

Le fossoyeur,            jette une tasse brisée
Avec les fleurs passées du retable d’Issenheim,
Les tarots alignés,           montrent bâtons,

Les mères pleurent leurs fils partis
–            Combattre d’autres enfants,
…..L’au delà des frontières, appelle chimères.

Chaque coup marqué par les timbales
– cerne le présent , celui d’ ici –
Les hennissements des trompettes…

Après la “marche au supplice’
>                          Rendez-vous sous l’horloge…
… maintenant avec des chiffres,       elle égare ses aiguilles

Qui défilent, et le progrès qu’on emballe;
Cacophonie ouatée,             cuivres ternis
Les pères ont disparu –    On leur a menti

–                                   La fumée jaunasse des usines
Au dernier mouvement,        noie bientôt l’orchestre…
Et ses ressacs d’un matin.           – insolvables –

RC – 22 septembre 2012

( composé au souvenir d’un panneau du retable d’Issenheim, de Grünewald,             dont la
reproduction illustrait la “symphonie fantastiques ” de Berlioz )

Caricature d’Hector Berlioz          par Etienne Carjat, 1858

Abats-moi ( RC )


D’après une partie  du texte  de la chanson de Nick Cave  « Shoot me down »

photo Mathew Rolston

– 

Je peux entendre l’herbe pousser

Et sentir la marée monter
Je peux ressentir la fonte des neiges

Et suspendre dans leur vol,  les flocons
Je peux sentir ton souffle contre mon oreille

Et voyager, vermeil à l’idée d’un soleil

Je pourrais tout simplement disparaître
Et me dissoudre  derrière un écran de vapeur
Qu’en dis-tu   ?  ça ne serait pas mal ?

Mais, en te regardant dans les yeux
Je sens, à ton sourire figé
Que tu vas mettre fin à l’histoire


Et m’envoyer dans les flammes
A m’imposer ta vengeance glacée

Me faire dégringoler par terre
Dans un tonnerre de feu…

Au troisième coup,         j’aurai cessé

D’écouter la bouche froide de ton arme.

 

Et serai rendu au sol.

RC  18 avril 2012


Zeno Bianu – Chet Baker – déploration


photo: Michael Bailey  – Chet Baker –      ( site allaboutjazz  )

 

 

CHET BAKER (DÉPLORATION)

je joue au bord du silence chaque note a sa pesanteur son apesanteur particulière je ne bavarde jamais
je n’aime pas le brio le brio c’est toujours l’égo et ses vieilles lunes je préfère jouer vers autrui vers l’autre
tendre sereinement mon cœur oui ma musique s’envole vers autrui c’est un art de l’envol quoi d’autre .

ZENO BIANU .

 


Claude Debussy – Voir le jour se lever


dessin perso: Musée d'Art de Bâle  - Suisse

dessin perso ——-d’après une oeuvre de Meister von Stierentz   : Musée d’Art de Bâle – Suisse    mars 2013

Une citation paradoxale, pour quelqu’un d’aussi fin musicalement  que  Claude Debussy:

« Voir le jour  se lever est plus utile que d’entendre la Symphonie pastorale. « 

Mais ( outre la notion  d »utilité », qui pourrait se discuter, et savoir  qu’est-ce  que l’auteur entendait par là ) …  le fait de ressentir des émotions  dans le monde « en direct », sans être lié au monde de la création,  et notamment  du domaine  auquel on appartient…

– peut-être aussi parce que l’oeuvre citée fait partie d’une culture « classique », donc, du passé…

jour


Dans l’instant, porté par la musique ( RC )


dessin perso: musicien en club de jazz

dessin perso: musicien en club de jazz

C’était donc  dans l’instant
Porté  par la musique,
Et les sons qui se cognent
Saxo trompette et trombone.

Et je prends le  carnet,
Pour des instants  prolongés,
Ceux  que je vais dessiner
Et laisser sur le papier.

C’est  donc  dans l’instant
Porté  par la musique,
Une danse des lignes,
Qui se croisent  et puis riment

Avec les notes
Et l’atmosphère rêveuse
Juste ce qu’il faut de pose.
Enlaçant  l’instrument

Les doigts des musiciens
Sur la brillance des cuivres,
Qu’il me faut transmettre
Avec mon pinceau.

RC  – 18 février  2013

dessin perso   Lyon   16 fev 2013

dessin perso Lyon 16 fev 2013


Langston Hugues – fresque sur Lenox Avenue


 

Qu’advient-il d’un rêve suspendu ?
Se dessèche-t-il
Comme un raisin au soleil ?
Ou suinte-t-il comme une plaie
Avant de disparaître ?
Est-ce qu’il pue comme la viande pourrie ?
Ou se couvre-t-il d’une croûte sucrée
Comme un bonbon acidulé ?
Il tombe peut-être comme un fardeau trop lourd.
Ou bien explose-t-il ?
Certains  textes  de Langston Hugues  ont  été accompagnés  en musique  par  le contrebassiste  Charles Mingus, voila la pochette  du CD

Clairière de Varsovie ( RC )


photo « tout le monde il est beau « . Varsovie


La ville bourdonnante, aux façades serrées
Les unes contre les autres
Le flux régulier des voitures et autobus
Déroule son ruban quotidien,
Aux rues  et avenues, qu’investit aujourd’hui
La coulée du soleil.

Mais comme dans l’image,
Un découpage, – un collage  ?
Tout à coup se dessine
Une surface noire
Qui dessine, la traînée de nuages
Qu’on avait oubliés.

On entend toujours, mais plus loin ,
Les voix de la ville
Qui font tout à coup          cercle,
Comme les arbres autour de la clairière
A la musique d’un piano
Qui dit      Chopin,       à Varsovie.

RC  9 décembre 2012


Jacques Reda – tombeau de Bill Evans


Richard Diebenkorn Ocean Park - De Young Museum  -  San Francisco  USA

peinture: Richard Diebenkorn             Ocean Park –                   De Young Museum – San Francisco USA

Comme ces longs rayons dorés du soir qui laissent
le monde un peu plus large et plus pur après eux,
sous le trille exalté d’une grive, je peux
m’en aller maintenant sans hâte, sans tristesse:
tout devient transparent. Même le jour épais
s’allège et par endroits brille comme une larme,
heureux entre les cils de la nuit qui désarme.
Ni rêve ni sommeil. Plus d’attente. La paix.

Jacques Réda

Bill Evans(1929-1980),

comme on le sait, le prodigieux compositeur  et pianiste  de jazz, qui a accompagné les plus grands

( notamment Miles Davis et Coltrane  dans  son fameux Kind of Blue), se trouve  être un de mes musiciens  « phare » dont  j’ai quasiment l’intégrale.


le concert du soir vient de commencer ( RC )


anchois au sel

Ce sont des anchois…  oui, qui macèrent  dans leur  bocal,
on peut  dire  que leur vie  ne manque pas de sel,

et qu’ils  se tiennent  chaud, serrés  comme ils  sont.
Enfin, on les  remercie  d’exister, même si mes filles ne les aiment pas.
C’est  sans  doute  leur  regard  absent, ou parce qu’elle  ne peuvent les imaginer, habillés  avec des tee-shirts, sur lesquels  il y aurait marqué  Pepsi.
De toute  façon je doute  que les  américains  en consomment.

Déjà leurs pizzas, n’en ont  que l’aspect, l’insipide  triomphe,  et je vois mal les anchois  s’étirer d’aise  sur un lit de tomates.
Il y a une vieille lampe qui grésille , allumée dans l’appartement, une cannette  de bière  à moitié vide…

et donc  les anchois  qui restent  sur  l’étagère, sagement , à côté  des cornichons…  tout ce ptit monde  apprécie Mozart, qui passe  à la radio…

le  concert du soir  vient  de commencer.

 

RC –  25  septembre  2012

 

–   et après les  anchois, les harengs…

Mozart enfant


Librellule – la contrebasse


Du blog de librellule…

illustration: Isabel Da Silva Azevedo

La contrebasse

 

J’aimerais apprendre à jouer de la contrebasse

Pouvoir jouer des accords

Ouvrir ma porte sur un chant léger

 

M’envoler sur la traîne d’un arc-en-ciel

Me laver sous une pluie d’étoiles

 

J’aimerais voir de l’autre beauté

Comme un reflet de ma tendresse enfouie

 

Et je veux croire au sourire des hommes

à celui qui se lie aux vagues de mes lèvres

 

Bientôt

J’habiterai une demeure sans murs ni loquets

Sans bure ni hoquets

 

Je deviendrai une vallée verte et fleurie

Qui ne connaitra plus ni faux ni sécheresse

 

Une vallée fertile aux méandres joyeux

Qui accueillera le faucon émerillon

Et s’élargira face à l’horizon ouvert

 

J’aimerais apprendre à jouer de la contrebasse

Mais je marche sur des cordes tangibles

Soutenue par des canopées de lettres

Et des aurores mordorées

De celles que savent écrire les poètes.

 


Contrebasse, les échos de Mingus ( RC )


photo: Charles Mingus

Sur la scène improvisée
A même la rue, clarinette et cuivres
Central Park
Et l’écho de Mingus
Des fables de Faubus

La musique dévoile sa transe interne
son sanglot pincé
ses originelles, du chant frotté
Les cordes pincées

En cherchant une langue
Au-delà de la voix seule
Et de l’écho de bois
La contrebasse, et son volume,
La grand-mère, comme ils disent
Délivre sa mémoire du jazz

Sur ce qui vibre  de l’histoire des hommes
L’indicible et les sons feulés
Parfois baleines du chant
Parfois rythme pesant, des pas fatigués
Walking bass, à travers les rues de Chicago
Tout un monde,

Le passé, pas si éloigné
Ségrégation, et mémoires
De l’immigration forcée
En champs de coton
Main d’œuvre bon marché

Mais pourtant le chant
Du passage du blues
A travers toi

RC  22- juin 2012

 

voir  aussi l’article   » gouttes  de son »

On the improvised stage
In the rough street, clarinet and brass
Central Park
And the echo of Mingus
Fables of Faubus

The music reveals his internal trance
pinched her sob
its original, song rubbed
The plucked strings

Seeking a language
Over and above the solo voice
And the echo of wood
Bass, and its volume,
The grandmother, as they say
Delivers her memory of jazz

That vibrates at the history of mankind
The unspeakable and growled sounds
As sometimes whales were singing
Sometimes rhythm heavy, walking tired
Walking bass, through the streets of Chicago
A whole world,

The past, not so far
Segregation, and memories
Of forced migration
In cotton fields
Cheap labor

But still singing
The passage of the blues
Through you


Karen Dalton ( RC )


Karen Dalton

 

 

 

-( C’est un hommage à la voix de la chanteuse des années 70..(lien Youtube)..
pas si connue  que cela aujourd’hui,  et dont j’ai essayé de traduire
la sensation éprouvée…)

Elle me parle…

Je ne sais

Comment dire, comment la dire

Etre happé par la musique

Et le déroulement sans heurts

D’une mélodie douce

Mais cette voix

Ecorchée, rouge et triste

Qui dit

Comme le son du cor.

Du vécu , qui s’étire

Le blues

Des raisons du vivre   *

Un sentier, de failles

Et ses feuilles  desséchées, fondues avec le sol,

Offertes, en fragilité ,et cassures,

Et la parole saupoudrée

Franchissant les années

Sans la nuit  couvrant la terre

Et vibrant , avec en pensée Lady Day  *

Dans un même espace

La tunique serrée autour du corps du monde

Et l’émotion, avec

Etrange chose  que sa voix

Qui m’emporte au loin…

 

RC  10 juin 2012

 

*  Lady Day  est le surnom donné à Billie Holiday, dont il y a effectivement
beaucoup d’affinités  –  voir  ma parution précédente  sur  « Strange fruit »

* Raisons de vivre est un des titres  de Karen Dalton


Réminiscences ( la complainte du phoque en Alaska) – (RC)


Réminiscences

Il reste   Ce qui reste de nostalgie quand la danseuse, tourne, et tourne,
et tourne encore sur elle –même.
Ce couvercle ouvert de la boîte à musique qui multiplie la mémoire entrebaillée
des instants précieux. « Et Qu’çà nvaut pas la peine de laisser ceux qu’on aime,
pour aller faire tourner des ballons sur son nez… »

Il reste toujours quelque chose du geste de ta main.

Il reste ton regard incrusté dans le mien,

plus dru que je pourrais jamais en faire écho sur ma toile.

Il me reste plus qu’un bout du jour, pour voyager                            avec ta barque d’aquarelle,
qui se dilue dans la brume, et n’arrive jamais, – au voyage immobile comme l’est ma mémoire.

Sur elle la nuit n’aura jamais de prise.

Avec la chanson d’Aubert, rêver d’une autre terre

Qui resterait un mystère… tu serais sa réalité.
Et la terre serait ronde.., si j’étais un phoque en Alaska, j’inventerais une ronde,
en emportant le jour, en emportant les vagues… et nous verrions les berges d’un pays neuf,
au lever du jour, enfin remisé du cadre…
je pourrais alors fermer le couvercle de la boîte à musique,        qui me dit en ton nom
cette attente, la complainte.

« Qu’çà nvaut

pas la peine de laisser ceux qu’on aime,
pour aller faire tourner… »

RC    3 juin 2012

PS:  tout le monde aura bien sûr  reconnu mon rappel de la chanson de « Beau Dommage », écrite par Michel Rivard…         l’aquarelle  ci-dessous  est de Martine Bernier.

Inspiré  du dernier post de Nath: « le fond de la coupe »

 

peinture: aquarelle         M B  2004


Hope there’ll been someone. (RC)


En espérant qu’il y aura quelqu’un …(   Hope there’ll been someone..)

(d’après le titre éponyme  de « Anthony & the Johnsons)

photo de spectacle Anthony & the Johnsons

Où poser ma tête, avec ce fantôme à l’horizon de mes jours ?
Comment pourrais-je dormir encore et suivre la nuit ?

Dans ce no man’s land, de l’étendue nocturne
Survivre aussi, entre la lumière et le vide

Je ne veux pas être celui qui sera laissé là
Laissé pour compte, à la seule attente.

Si je tombe aux pieds du prêtre, du mage,
Afin qu’il puisse me donner la lueur d’un jour d’espoir

Acceptera-t-il que ma tête se repose ?
Et vienne m’offrir de la guérison, -le refuge ?

Alors me voici, espérant ne pas me noyer
Ou être paralysé dans la lumière soudaine..

Et, non d’un chien je ne veux pas aller
Jouer au funambule, sur le fil du temps

Il y a encore des jours, qui succéderont aux nuits
Et le parcours, peut être encore accompli , sans l’ennui

RC 12 mai 2012

( à partir de la traduction de la chanson de Anthony & the Johnsons, Hope  there’ll been someone..)

A noter une  superbe version du Perfect Day de Lou Reed  ( avec LouReed.)