voir l'art autrement – en relation avec les textes

photographie

Jean Anouilh – Je ne veux pas être modeste



Je vous parle de trop loin maintenant, d’un royaume où vous ne pouvez plus entrer avec vos rides, votre sagesse, votre ventre….

« Vous me dégoûtez tous avec votre bonheur !

Avec votre vie qu’il faut aimer coûte que coûte.

On dirait des chiens qui lèchent tout ce qu’ils trouvent.

Et cette petite chance pour tous les jours, si on n’est pas trop exigeant.
                           
Moi, je veux tout, tout de suite, – et que ce soit entier –

ou alors je refuse ! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d’un petit morceau si j’ai été bien sage.

Je veux être sûre de tout aujourd’hui et que cela soit aussi beau que quand j’étais petite – ou mourir. »

extrait de « Antigone »


Atteindre les berges sans éprouver de vertige – ( RC )


photo Roberto Ruberti « jeunesse » – Birmanie 2018

une passerelle sur les eaux,
quelques troncs mal équarris,
noirs par-dessus la rivière en furie
petits graphismes sur une portée,
quelques notes sans artifice
sur une partition beige,
appel du précipice
pas de bémol pour les dièses…
qui va pouvoir l’interpréter
sans qu’on le dirige
pour atteindre les berges
ni éprouver de vertige ?

sur une partition photographique de Roberto Ruberti « jeunesse » – Birmanie 2018


Tomas Tranströmer – Journal de nuit


sunlight, night, sky, moonlight, atmosphere, midnight, light, cloud, darkness, screenshot, 1680x1050 px, computer wallpaper, atmosphere of earth, meteorological phenomenon, full moon

image du site branchesculture.com

Une nuit de mai, j’ai accosté
dans une fraîche clarté lunaire
là où les fleurs et les herbes sont grises
mais les senteurs verdoient.

J’ai glissé en haut de la colline
dans la nuit daltonienne
alors que des pierres blanches
le signalaient à la lune.

Un espace de temps
de quelques minutes de long
de cinquante-huit ans de large.

Et derrière moi
au-delà de l’eau plombée
s’étendait l’autre rive
et ceux qui la gouvernent.

Des gens avec un avenir
à la place du visage.


Lasse Söderberg – Petite ascension


Dans mon errance à travers le pays de l’aube, j’arrivai là où les feuilles jaunies tourbillonnent et se rassemblent enfin pour renaître. Là s’élevait un bâtiment merveilleusement élastique, sans poutre de soutènement ni rempart, une espèce de cape sans barreau, qui ne reposait pas directement sur le sol mais plissait par-dessus comme une musique bleue. Déposant mon fardeau terrestre, je restai interdit. Quels battements d’aile ! Que de cous tendus ! Que de cris verdoyants ! Un instant j’ai cru aussi me métamorphoser et m’envoler avec les feuilles et danser avec elles avant que, portées par un heureux hasard, elles viennent parer les arbres de leur chant.

extrait des « nouvelles de Thésée  » du recueil « langue étrangère » ( écrits réunis par J Clarence Lambert ) ed de la Différence


La jeune afghane au regard effarouché – RC


photo Steve McCurry

Qu’est devenue la jeune afghane
au regard effarouché ?
A-t-elle bu le lait nouveau,
la saveur de l’avenir
qu’on lui avait promis…
l’a-t-elle seulement approché ?

Nous l’avons retrouvée
sous un voile au mauve fané .
Elle n’a plus que ses yeux verts,
après quelques décennies,
certes, un peu vieillie,
devant une corbeille de faux fruits .

cf photo de Steve McCurry


Bernard Noël – la chute des temps – extrait 1


photo et montage RC

tu regardes

cette chose sans toi qui est toi

de quoi parlions-nous dis-tu

ta main même est muette

est-ce moi que vous avez tué

il n’y a plus moyen de faire la différence

peut-être suis-je quelqu’un qui n’est plus là

mais qui

peut ouvrir son propre corps pour lire

les présages de son identité

il est temps que chacun se souvienne

d’une autre histoire que la sienne

la mémoire s’en va comme le sang

à quoi bon ce que l’on a su

quelqu’un toujours voudrait venir

sous notre peau il lui suffirait

d’être la forme de l’air tout le temps

qu’il demeure dans notre corps

pourquoi n’y a-t-il plus de miracles

ils étaient le retour d’un souffle

dans la bouche capable

de le reconnaître mais les mots

sont trop forts quand ils vont

seuls on les attache l’un à l’autre

comme la respiration attache l’air qui vient

à celui qui va misère

misère où est la bouche libre

et ce trou dans la terre

qui parlait

au cœur ainsi que monte

la sève ou bien le regard

dans les yeux ne m’oublie pas

criais-tu et je n’entendais qu’un pas

d’oiseau et il froissait l’air devant

mes lèvres

qu’est-ce qui change

sinon la qualité quand l’énergie

détruit une différence pour en créer une autre

chaque jour est une différence

où le changeant est moins que le divers

le temps n’est jamais dans la ligne

droite il explose et moi

comment pourrais-je dire aujourd’hui

sans être à bout de souffle

car la fin et le commencement se tiennent

entre les dents qui tiennent ce mot

d’autres ont cherché le chiffre pour rabattre

le devenir sur lui-même tenir la vie

j’ai seulement rêvé de voir cette chose

aérienne un mot qui s’envole

de ta langue et je verrais enfin

ce qui sous nos yeux échappe à nos yeux et tu parlerais

tu parlerais pour que je voie

et nous aurions existé pour cela

dessous la lente migration de l’air dans l’air

mais dis-moi qui

et tout le dehors est une page blanche

où nous allons parmi les puits taris

sur le plafond de la nuit marchent

les morts parle-moi parle

que je croie encore à ces choses

dont nous avons meublé la vie syllabe

après syllabe l’ombre ne prend pas

sous les mots car ils sont le fil

qui raccommode la blessure

mais tu t’en vas les bras chargés

de ma poussière et je ne sais plus si

le regard est fait par le silence

ou la lumière

dis-moi qui

me dira ce qu’il faut faire

de toute cette vie réduite à une fois

et le temps aura la douceur d’un vieux linge

malgré la gâchette et le dernier baiser

puis il ne sera plus jamais trop tard

qu’attendions-nous un nuage est passé

le temps futur est devenu le présent

tu as dit ma conscience n’a pas bougé

et j’ai vu ton visage être cette pierre

dont j’aurais voulu faire ma maison

où mettrons-nous la porte disais-tu

quand chaque instant nous change en

ce que toi et moi ne sommes plus

et je pensais la vie est vaine

pour que le rien devienne créateur

et l’heure suspendue mais la langue

penchait comme une terre basse

après le recul du sens

qui

toujours la même affaire cependant

le neuf part encore de la fin

l’histoire coupe à travers maintenant

comme l’étrave fend la mer

les mouvements de l’une et l’autre

ne sont qu’un dans l’ignorance réciproque

et la contradiction nous sommes nés

des morts comment dire autrement

cette chose simple et qui appelle

car l’histoire n’est pas dans la continuité

elle est une explosion d’instants

que le pouvoir ramasse après

pour les ranger en ordre convenable

ainsi naît l’irréversible le jour

baisse entre les dates les épitaphes

les signatures derrière la main

pousse l’héritage et le temps n’en revient pas

parce qu’il regarde le calendrier

comme on regarde une photographie qui

n’est pas la sienne

miroir miroir

nul ne sait fouiller dans la chair

pas plus que dans l’image où chacun

se connaît à l’envers mais tu rêves

d’ouvrir le chantier de l’origine

les mots s’enroulent aux nerfs

ils les gainent d’un rien qui est

aussi la doublure de tes yeux

comment savoir de quelle étoffe

est le savoir quand l’intouchable

est le savoir lui-même et pourtant

quel plaisir dans la tête à s’habiller

de cela

qui mais qui pourrait

comme l’amour retire sa robe

qui pourrait découvrir l’en-dessous

tu es au monde et tu es en toi

disais-tu touchant mon cœur

et je ne comprenais pas tes mots

mais cela seulement qui mettait en moi

leur bouquet d’air

puis la peau repousse et tu es loin

derrière tes dents ou les miennes

l’un compte ses pas l’autre voit ses os

au bord d’une chose immense et floue

la vie qui revient dans la bouche

est une vie changée par le sens

je regarde par-dessus mon épaule

et ne me vois pas venir

mais qui disait

retourne-toi afin que l’avenir change

de place on a planté des morts

à tous les points de l’horizon

chaque direction reste immobile

le temps a les mêmes lèvres que la mer

sauf pour qui s’en va dans

son propre regard et devient l’eau de la lumière

mais les dimensions le ramènent

vers la pierre illisible

et NON

comme le pied du nageur dit non

quand il touche le fond

rien n’aura suffi puisque tu ne suffis pas

à ce que tu es un jour la trace

est perdue et ton souffle passe mes lèvres

quel vivant reconnaît en lui-même

ce qui est plus vieux que lui

et pourtant j’écris avec cela

mon visage est un souvenir

dont personne n’a gardé la mémoire

l’oubli roule des cargaisons de mots

chaque corps est une rive

où font signe la langue

et les gestes du naufrageur


Peter Kràl – Longueur des après-midi



photographie: Martin Parr

Un claquement de porte de loin en loin
entrouvre dans l’hôtel une parenthèse de plus
derrière une chambre où le téléphone s’acharne à sonner
s’en taisent inoccupées deux autres
le frottement de deux pieds dans le couloir
s’approche du tâtonnement d’une main sur une poignée
le musclé fit descendre au fitness les jambes en short
la starlette dans le hall disparut derrière les disques noirs
de ses super-lunettes la main soignée continue d’éventer
d’une carte de crédit le précieux laidron canin
dans la distante mémoire familiale ils chaviraient
un par un comme des quilles insonores une Agnès
ou un Guillaume inconnus çà et là remplirent l’intervalle
entre deux François
des mains de virtuose pas plus qu´un œil d’expert
ne protégeaient contre la piqûre d’un dard de démence
du fond du couloir part en inspection un curé
ou un chef de clinique avec sa suite
de l’ascenseur débarque à l’étage un trône vide


Carl Norac – Polaroïds pour Mapplethorpe


photo R Mapplethorpe :Marianne Faithfull

C’était de la fleur de sang haut de gamme
Robert Mapplethorpe la regardait passer le pli
des veines son chapeau mangeant un de ses yeux
et le rendant ensuite comme un pois jailli hors de sa cosse
Les bras étendus
il peignait des mondes clos puis changeait de palier
Patti Smith était là habillée en ange noir
une étoile bleue sur un sac blanc
En Robert le beau venait par imprudence
comme pour elle seule déambulait Rimbaud
Les poètes de l’image ont toujours une paroi
qui chance mais dans laquelle est fiché un clou de travers
Pour Robert les gens figuraient des animaux
les foules des collages les inconnus des trous
la Vierge Marie repassait un drap trop plissé
ici et là des cravates pendaient à la place des hommes
Robert is Robert
susurrait une voix au Chelsea Hotel
Mapplethorpe cherchait le noir pur pour défoncer sa nuit.

extrait de  » une valse pour Billie »


Gerard Pfister – un précipice, un vertige


De quel abîme sors-tu
à chaque instant, dans quel oubli
Tu crois traverser une plaine
assoiffante, déserte et chaque pas
est une source, un précipice
Ah puisses-tu pour seul recours
chérir ton vertige


Alfonsina Storni – Moi au fond de la mer


Afficher l’image source


Au fond de la mer
il y a une maison de cristal.
Sur une avenue
de madrépores,
elle donne.
Un grand poisson d’or
à cinq heures
vient me saluer.
Il m’apporte
un bouquet rouge
de fleurs de corail.
Je dors dans un lit
un peu plus bleu
que la mer.

Son monument à Mar del Plata
Un poulpe
me fait des clins d’œil
à travers le cristal.
Dans le bois vert
qui m’entoure
-« din don din dan »-
se balancent et chantent
les sirènes
de nacre vert océan.
Et dessus ma tête
brûlent, dans le crépuscule,
les pointes hérissées de la mer.

( du blog cjb frachet )


blés attendant l’orage – ( RC )


photographe non identifié

Sous un ciel immobile,
ce calme trompeur.
Pas un vent, pas une brise n’arrive.

Les oiseaux se sont tus.
Le sage alignement des arbres
repose sur la ligne d’horizon ,
comme des notes
sur une partition.

Une mer d’épis
dressés les uns près des autres
patiente avant l’orage
résonnant déjà au loin.
Liés à la terre nourricière,

ne pouvant fuir,
ils se tiennent debout
sous la lumière blafarde.

Telle une armée de fantassins
attendant la pluie de fer,
ils portent le renouveau, cependant.

Du champ massacré,
des épis éparpillés
renaîtront d’autres blés,
une fois calmée
la fureur des temps.

Vois comme ce ciel
pesant, presque noir;
est lourd de menaces,
confronte sa puissance
sur les têtes fragiles

courbant bientôt sous la grêle
sans abandonner l’espoir
d’une renaissance…


Michel Camus – Proverbes du silence et de l’émerveillement


Valeria Arendarphoto  Valeria  Arendar

Et le Silence s’est fait poésie : Védas, Tao-Te-King, Cantique des cantiques, Héraclite
Le-Même en moi séparé de moi n’est personne en personne
Sans être nous-mêmes, il est en nous-mêmes notre propre silence
Le silence est sans fond où prend fond la poésie
Pierre nue, vérité nue, pierre sans nom sous mon nom dans l’image-mère de la pierre
Si je fus, qu’ai-je été.
Nous sommes tous le-Même au cœur du silence
L’Autre du Même : Toi sous mon nom
L’ombre du Même ou la fiction de l’autre ou de soi

Et la vie des mots qui masquent le silence
Où il y a silence, je ne suis plus moi-même
Où il n’y a rien ni personne règne infiniment le-Même
Impensable, la déité du silence ne peut se penser qu’en Dieu
Dieu ne pense que pour panser l’angoisse de son propre silence
Je précède ma naissance, se dit Dieu.
J’illuminerai ma mort
Dès à présent, sans notre
Double-de-silence, rien ne nous survivrait, même pas Dieu en nous
Il y a en tout homme une flamme de silence qui sait ce que son ombre ne sait pas
Seule porte ouverte pour sortir de soi, le silence
Seule porte ouverte pour sortir de la langue, le silence
Et si le poème s’écrivait sans sortir du silence
Présence informelle du silence au cœur de l’homme comme l’art en témoigne au dehors
La musique dans le ruissellement des silences

Le poème en son propre dépassement dans le silence
L’érection sur les sables des tours de silence
Et si l’éblouissement sans forme donnait forme à ce qu’il nous inspire
Dans l’absolu silence où vie et mort coïncident, dans l’absolu silence où personne n’est absolument vivant ni mort, les yeux du vide sont ouverts
Métaphore de nos éblouissements sans nom
Seul et unique levier d’Archimède pour soulever l’univers-du-langage, trouer le tissu des songes ou du monde, s’enraciner dans le mythe du poème ou s’ouvrir à l’Indéterminé : le silence
Toujours le silence est abrupt.
Il n’est réponse à rien et ne répond de rien
Les mots trépassent en lui comme les amants plus loin qu’eux-mêmes dans l’amour
Si le silence est l’envers du langage la poésie est l’endroit du silence
Le vent fou ni l’orage ne troublent les étoiles.
Mais les ombres des mots cachent le feu du silence comme les nuages le soleil
Si le silence est source de la parole où est la source du silence
Et si la dernière porte de la mort s’ouvrait comme une fenêtre aveuglée de soleil
Poésie, fille-mère du silence, son âme sœur et son chant d’amour dans la toute-clémence du néant
L’image-mère de la vie dans un désert d’inconnaissance

Poésie, indéracinable mémoire d’éclairs de silence, traces de brûlure, souvenirs d’éblouissement lisibles dans les balbutiements de la langue
Il y a du silence dans la musique de la langue comme dans l’arbre et la pierre et le feu et le vent, qui l’entend ?
Qui a jamais vu l’informelle substance du silence.
Fertile abîme.
Cordon ombilical du merveilleux
Et si le silence était sans métaphore notre seul transport dans l’infini
L’art n’est pas le seul langage du silence, mais l’univers, l’œil, l’extase et la beauté
Comme des fenêtres ouvertes aveuglées de soleil
Tout fait l’amour à tout instant pour que fleurisse la mort et que grandisse le silence
Aussi l’absolue poésie est-elle l’accueil du silence.
Sa demeure hors les mots en la nuit du dedans-sans-dehors dans l’Indéterminé
Aussi l’absolue poésie échappe-t-elle à l’emprisonnement de la langue, aux épaisseurs de ses murs,  à la fausse profondeur de ses ombres
Aussi l’absolue poésie est-elle aussi virginale aussi silencieuse que la mort toujours présente à la racine aveugle du regard
Notre propre infini nous échappe
La langue ne choisit pas d’être épousée par le silence,
c’est lui qui la pénètre et s’en retire, d’où la silencieuse jouissance
du jaillissement du cri survenant du fond des âges pour y rentrer aussitôt comme une lueur sauvage dans la nuit
Le silence serait à vif si les vivants se voyaient morts
Mâle est l’érection du langage, relative plénitude

Absolue la maternelle vacuité du silence
Imprononçable le mot de l’énigme au cœur de la vie
Indéchiffrable le signe muet de sa présence
Abyssal le songe éternel du regard
Immortelle la part de silence au cœur de l’homme
Quel poète n’est pas écartelé par l’exil de sa langue dans l’éden du silence
Le poème comme instrument du silence dans la musique de la langue
Le silence, dites-vous, est un concept
Et si le concept était un germe issu du silence
Loin d’être la négation de la langue le silence est son double secret, germeintime et matrice infinie
Car du corps-du-silence naît le souffle et du souffle la parole que le sens insensé du silence ensemence
Que sait-on sans mot dire
Par le silence le poète s’efface par la poésie le silence se dépasse
Duplicité du silence, duplicité du poème nous comblent d’incertitude

Proverbes du silence et de l’émerveillement      , Éd. Lettres Vives, coll. Terre de poésie.

Le ciel se ressoude, la mémoire s’en va … – ( RC )


photo William Klein – 1955

Allons nous asseoir sur les dunes,
de là, nous verrons en rêve
se lever les rideaux de brume
déchirer des morceaux de ciel;
il y aura peut-être les colombes,
qui survoleront les palais,
pour se réfugier dans les tilleuls,
ou bien ce sera le soir,
à l’heure où le soleil tire sa révérence.

Rappelle-toi de ces oiseaux
courant, sautillant sur la plage,
ignorant les hommes
le vent, les herbes sauvages.
( Nous aurons contourné
ce bunker renversé,
qui lentement s’enfonce
dans le passé ),
comme ce château de sable…

Y aura-t-il des lendemains
à l’histoire enchantée
où tout passé s’efface ?
Le ciel se reforme,
se ressoude, la mémoire s’en va :
la ville ne laissera pas de trace.
Seuls, quelques gravats
seront poussés par le ressac
et la marée .


Sandrine Davin – Lettre d’un soldat


Les animaux, ces héros de l'ombre de la Première - Ville de Paris

photo : les animaux de l’ombre de la Première

Sur un sol nauséabond

Je t’écris ces quelques mots

Je vais bien, ne t’en fais pas

Il me tarde, le repos.

Le soleil toujours se lève

Mais jamais je ne le vois

Le noir habite mes rêves

Mais je vais bien, ne t’en fais pas …

Les étoiles ne brillent plus

Elles ont filé au coin d’une rue,

Le vent qui était mon ami

Aujourd’hui, je le maudis.

Mais je vais bien, ne t’en fais pas …

Le sang coule sur ma joue

Une larme de nous

Il fait si froid sur ce sol

Je suis seul, je décolle.

Mais je vais bien, ne t’en fais pas …

Mes paupières se font lourdes

Le marchand de sable va passer

Et mes oreilles sont sourdes

Je tire un trait sur le passé.

Mais je vais bien, ne t’en fais pas …

Sur un sol nauséabond

J’ai écrit ces quelques mots

Je sais qu’ils te parviendront

Pour t’annoncer mon repos.

Je suis bien, ne t’en fais pas …


Mokhtar El Amraoui – J’écris avec le râle de ma valise


photo Edw Steichen- Isadora Duncan à l’Erechteion Grèce 1920

J’écris avec le râle de ma valise
Remplie d’algues et de corail.
J’écris avec l’encre de mon ombre,
Affiche de mes nuits.
J’écris une langue comète
Aux rides assoiffées.
J’écris les nymphes
Caressant mes pieds d’étranger,
La spirale verte
De ma titubante amnésie.
J’écris avec les baves de l’éclair,
Cette déchirure du texte sans étoiles,
L’envol mousseux du triangle,
Le rat aux griffes de chat
Qui interroge les égouts,
Ruisseaux coulant des masques
De nos morts inavouées,
Peaux froides de cadavres froissés
Comme ces paquets de frileuses raisons
Que tu inocules à ton enfant, en toutes saisons
Comme ces chimères que tu caresses
Dans tes ronflements de cube tamisé,
Quand tes oreilles de cire
Fondent dans la cire noire
Des phonos de la peur,
Perte d’extension,
Tubes aux arômes de plastique
Puant dans la crème
De ce four ébouriffé
Où tu éjacules ta peur cravatée !
J’écris avec ce rat qui mâche des étoiles
Et téléphone aux muses
Avec ce croissant-gondole !
J’écris avec ses numéros épileptiques,
Ecumes rouges
Léchant la flamme du bateau
Qui ne reviendra plus !
J’écris, sans ancre,
Avec ma valise qui vole
Comme cette symphonie nerveuse des mouettes !
Poisson d’eau douce,
Sirote ta mort !
Le rat et moi,
Nous peignons,
Sur les écailles jaunes du trottoir,
Des transes d’éclairs
Trop chauds pour les gorges des fourmis !
Dors, mort inavouée !
Le rat et moi,
On a bu le poème !


Herta Müller – tous les chats sautent à leur façon


J’ai toujours cherché, en tout, la juste mesure. Je me disais que si je mangeais mon poids de trèfle, le trèfle allait m’aimer – sans savoir si c’était une bonne chose ou non.

Ou encore, je me voyais manger tout un carré de plantain lancéolé, de la taille d’un lit, histoire d’y faire un petit somme quand les vaches se coucheraient paresseusement sur l’herbe. Je pensais aussi que tous nos souffles étaient comptés, enfilés comme des perles de verre pour former un collier. Quand ce collier de souffles allait de la bouche jusqu’au cimetière, on mourait.

La respiration était invisible, personne ne connaissait la longueur de son collier de souffles. 

extrait de  » tous les chats sautent à leur façon »


Un pont sur les rêves – ( RC )


photomontage RC – à partir de photos de G Pasquier ( Finistère )

C’est une voie étroite
qui s’élance
au milieu des flots.
Juste quelques récifs
battus par les embruns
la maintiennent .

Pour prolonger le jour,
sous le ciel étoilé,
il me faudra quelques signes,
ceux du zodiaque peut-être,
un horizon bleuté
pour me rapprocher des îles.

Je jetterai un pont,
quelques lignes sur les rêves,
transformerai le calvaire
en phare de lumière,
très loin d’ici
prêt à immobiliser les vagues.

Est-ce un morceau d’infini
ce ciel qui m’attend
décollé de la mer ?
emportant mon ombre portée
prête à se déchirer
sur les rochers.

Un havre de pierre se détache ,
vacille dans la tempête ,
mais avant qu’il ne sombre
il faut que je dessine
une rue sur l’océan
qui tiendra juste

en équilibre dans l’image
avant que je n’aborde
dans la réalité,
comme le château de sable
qu’efface,inlassablement,

la marée .



Walter Helmut Fritz – mon signet


photo RC – Marseille 2017

hier fut un brin d’herbe
assez éphémère

pour dans le souvenir
resplendir, pour dire

un chemin qui
continue à vibrer

dans ce poudroiement de lumière
qui ne cesse de

défricher la ténèbre.

extrait de « cortège de masques » éditions Cheyne


Vision du Menez-Hom – ( RC )


Afficher l’image source

Quand on pense
que culminaient
de fières montagnes,
comme le sont aujourd’hui
les Alpes,
et qu’une chaine
marquait peut-être
la frontière avec ce que sont
les îles des « Grands-Bretons ».

C’était sans doute
bien avant
que les hommes
ne prennent pied
vers le Menez-Hom,
dont la base
est la côte même
de la mer d’Iroise…

Elle ne fut peut-être
qu’un lagon sous les tropiques
où une légion de crocodiles
circulait entre les îles.
Vision occidentale
dépassée par les évènements géologiques
et ne figurant
sur aucune carte postale ….

RC


Li Bai – Assis devant le mont Jingting


photographe non identifié

Les oiseaux s’effacent en s’envolant vers le haut
Un nuage solitaire s’éloigne dans une grande nonchalance
Seuls, nous restons face à face, le mont Jingting et moi,
Sans nous lasser jamais l’un de l’autre

( extrait de l’ouvrage de JM Le Clézio : le flot de la poésie continuera de couler ) ed Philippe Rey


Le logis de la cartomancienne – ( RC )


photo: Simonu

Tout en haut de l’escalier

d’une maison délabrée

à façade grise

c’est le logis

de la cartomancienne…

Un chat blanc

à la tête couleur de suie,

veille, avec indifférence

sur une boîte en osier

devant l’entrée

qui reste ouverte

en permanence:

jamais il ne sommeille;

C’est à cet animal

qu’on pose les questions

sur le palier

comme c’est l’usage:

-petit sphynx, petit lion-

Le consulter,

est comme regarder

dans une boule de cristal…

Dans son oeil

se reflètent d’étranges lueurs

où dansent les présages.

Si tu vas chez la cartomancienne,

tu n’y accèdes qu’à pied :

tu repéreras l’escalier:

il est peint de deux couleurs

en rouge et en bleu,

ce qui égaie un peu les lieux:

Quand le chat est à l’intérieur,

c’est elle qui t’accueille

en habits de deuil,

assise, comme toujours

dans le fauteuil de velours .

Il faut suivre le protocole :

elle a les phrases lentes

et peut s’endormir

après quelques paroles

décisives sur l’avenir,

car elle est un peu voyante.

En fin de journée

ses mains sont transparentes.

Tu devras la laisser

méditer sur ton cas

ou bien c’est avec le chat

qu’il faudra dialoguer.


.


Mon corps lourd de la nuit – ( RC )


J’ai le corps lourd de la nuit
qui pèse à plat sur moi,

– ma doublure effacée par le sommeil-.

Un nuage m’entoure
me coupe le souffle.
Il est de plomb.

Entraîné par son poids
je décroche de mes rêves
pour chuter d’un coup

dans le présent,
éteignant
mes étoiles d’argent.


Un dimanche à la fête des morts – ( RC )


photo RC – Chanac

Les pierres sont immobiles.
laminées par le temps,
leur couleur est passée,
comme celles des photos
qui y sont accrochées,
ternies,
dans de petits médaillons.

On imagine un peu
ceux qui ont vécu,
le regard perdu
à travers le rideau des années
qui nous séparent d’eux
davantage que les chaînes argentées.

Les tombes voisines sont luisantes de pluie,
c’est toujours en novembre
que semble mourir l’automne,
et que s’échouent les fleurs,
qui perdront inéluctablement
leurs couleurs.

Tu te souviens de la Toussaint,
des demeures massives
en granite poli,
et du gravier blanc
que tu trouvais si joli.

Tu en prélevais un peu
pour dessiner un coeur,
pour répondre aux formules
écrites en noir
sur le fond émaillé.

« A ma soeur chérie » ,
« à mon oncle bien aimé.. ». etc
Puis il fallait s’en retourner,
laisser tranquilles ceux
qui ont le sommeil éternel,
auprès des cyprès centenaires.

La mort est un jour sans fin,
qui ne se contente pas
de fleurs sacrifiées…
la vie ne compte
que ceux qui meurent,
en effeuillant les pages du calendrier ;

le chagrin et l’absence demeurent
pour ceux qui se souviennent.
Je ne parlerai pas des chrysanthèmes
fanant dans leur vase,
des allées désertes,
et des croix qui penchent.

C’était un dimanche,
la fête des morts
( on imagine mal qu’ils dansent
quand tout le monde est parti ).
Le vent a arraché les dernières feuilles
des platanes de l’avenue.

Eux aussi sont en deuil.
Ils secouent leurs branches
comme des membres décharnés :
ils sont les gardiens des ténèbres,
mais attendent le retour du printemps

près de l’enclos funèbre.


Luis Cardoza Y Aragon – Cité natale


CITE NATALE ( Guatemala-la-Vieille )

Le grincement d’un grillon ouvre une porte

sur un ciel de conte de fées.

Tu surgis, les chemins creusent ton lit, navigable Solitude.

Le temps n’existe pas; être… Tout est déjà !

Jours d’un autre monde. Ciel sans rêve : paupières

Nuits comme d’obscurs bâillements, immobiles…

au centre de toutes les heures, indélébiles, infinies, et mûres.

Toi, malhabile, sur un trapèze

accroché à un jour et à une nuit

très hauts, profonds et sans maître,

te balançant largement, lentement,

ruminant tes monologues de fumée.

Car tu n’es que l’écho

de ton ombre sans corps,

écho de lumière, ombre de voix, très loin.

Quand atteindras-tu la surface

de la terre, du ciel ou de la mer,

depuis cette route où tu vas, nocturne,

vers le soleil de limbes innocents

qui t’attend, mais oublié déjà,

debout, endormi comme un phare,

en quelle péninsule d’ombre ?

Distance parallèle au regard :

rafales d’infini, ailes coupées,

coups de vent dans les rues.

Haut zénith parvenant de l’autre côté

en criant : « Oui » dans les paratonnerres.

Nadir, tourbillon de routes nocturnes,

porte voix de tombe hurlant : « Non ».

Toi, au milieu, comme une marguerite

de « jamais plus », perdue en tes oracles.

Tu clignotes parfois : jours, nuits…

Tu t’oublies… Soudain, cinq,

vingt jours ensemble, comme un éboulement ;

trois, quatre nuits télescopées

avec une étrange violence obscure.

Un songe de méduses et de cristaux

de part en part traversent les miroirs :

on sait de quoi sont faits

les chants des oiseaux,

ceux de l’eau, occultes et diaphanes.

On entend grandir les ongles de tes morts,

jaillir tes sources qui portent

en dansant un temps d’or sans arête

et sans valeur ;

tes jours évanouis sur des coussins

de douceur et d’ennui,

et mes cris qui brésillaient

avec une lente et croissante résonance

d’arcades et de coupoles.

Ne bouge pas, le vent pleurerait.

Ne respire pas, ton équilibre

d’arentelle se briserait

Ainsi, telle qu’en mon souvenir,

qui te reconnaîtrait ?

Ange des orties et des lys,

ne bouge pas, car je t’aime ainsi :

lunaire, mentale, intacte,

égale à toi-même en ma mémoire,

plus que toi-même.

Demeure dure, exacte et taciturne,

avec mon enfance de platine et de brouillard,

sur ta clairière de terre éboulée…

LUIS CARDOZA Y ARAGON. (Fragments) Version de F. Verhesen.

L C Y A: né au Guatemala en 1902.

El Sonâmbulo – Pequena Sinfoma del Nuevo Mundo – Poesia (1948).


S’arracher au sol – ( RC )



photo Parc des Cevennes

La tête à l’envers,

Montée sur l’échelle,

quelque part sur la terre,

Au delà du ciel,

crevant les nuages

Après l’ascension lente,

que rien ne décourage,

Même pas les pentes,

D’abruptes avancées,

de rochers branlants

Aux horizons fermés

leurs glaciers luisants

comme des mâts de cocagne,

plantés comme un défi,

au milieu de la campagne,

– caprices de topographie…

Alors , il est bien tentant,

De s’arracher au sol

Combattre la pesanteur en la bravant

Pour prendre son envol.

Il est tombé, le soir,

Sur le Mont Aigoual,

Tu vas mieux pouvoir

observer les étoiles,

Que depuis son observatoire

croiser les satellites

Dans la nuit noire,

d’un espace sans limites

Les cheveux de couleur

des aurores boréales,

feront ton bonheur,

d’un vol sans escale

En chevauchant Pégase,

ses ailes ,sur l’air,appuyées ,

ignorant les cases,

des jeux de société.

Tu iras bercer les lunes

dans tes bras blancs

survoler les dunes,

les soleils aveuglants.

et les pays lointains,

dont tu rêvais,

Seront à portée de main,

et même si près,

que la planète te semble

bien petite , ma foi,

Même si elle tremble,

encore, et aussi de froid

pour les habitants de la terre,

Il serait aussi, passé de mode,

de se faire la guerre,

jusque aux antipodes….

Fini le temps des nations,

Des bains de sang,

de la désunion,

Tu auras bien le temps

de faire un petit tour et revenir,

Accrochée à une étincelle

le temps d’un soupir,

Et d’un coup d’aile….


Tsadur Berberian – au cimetière du quartier arménien


photo Massimo Ferrero

Quand je mourrai un jour, emmenez-moi dans le cimetière du quartier arménien
et en silence, rendez-moi à la patrie.
Car elle est sainte, pure, comme mon sel et le sang
Elle le gardera dans son sein jusqu’à sa mort.

Quand le cercueil descendra dans le trou glacial,
Semez de la terre sur le côté et laissez-la telle quelle.
Pas d’oraison, pas de prière, pas de cris d’angoisse,
mais mettez seulement une rose sur ma tombe pour me sourire en silence.

Parce que je n’ai jamais vu un sourire ou un mot ,
qu’il soit important, pour eux d’essayer d’apaiser ma douleur en silence.
Mais malgré ma bonté, j’ai reçu des flèches acérées.
Des flèches pointues, des agrafes, qui m’ont transpercé sans pitié.

Je ne veux pas qu’ils s’approchent de mon monticule,
Et avec des mots maquillés , me transpercent à nouveau.
Qu’ils me laissent partager ma douleur avec nos saints,
Qui sont tombés menottés pendant les jours sombres d’avril.

voir le site de poésie arménienne


Chimères – ( RC )


Nissoulogres causse 02

causses de Lozère ( Sauveterre ) – photo RC 2021

Où cours-tu si vite ?

Après ces rêves qui t’emmènent,
légère, dans le roulement des nuages ?

Es-tu l’oiseau qui s’y cache,
l’avion qui les dédaigne ?

Tu voudrais t’en approcher,
les saisir, les modeler,
être dans les bras de l’air
et l’azur frileux,
lui qui sait que la pluie
ne t’en offrira aucun abri.

Où cours-tu si vite ?

Après ces chimères suspendues,
sans attaches,
dont tu ne pourras jamais t’emparer … ?