voir l'art autrement – en relation avec les textes

self creation

Une barrière invisible – ( RC )


Poézique-zique, tique et pique- mots et grammes

IMG_0148.JPG

photo: Mona Kuhn

J’ai regardé la photo   :
elle me faisait face,
l’air songeur ;
j’ai pensé à ce qu’elle regardait
l’instant où son portrait
s’est engouffré dans l’appareil,
comme happé à son insu,

sa bouche entr-ouverte
disant quelque chose
que je n’entendrai jamais,
et le bras tendu en avant,
comme pour me rejoindre.
j’ai aussi tendu le bras vers elle
et touché l’emplacement de ses doigts, :

le papier impeccablement lisse
avec son cadre blanc,
m’a fait comprendre
que j’étais de l’autre côté,
à jamais séparé de sa réalité,
par une barrière redoutable
infranchissable,     car invisible .

RC – janv 2018

Voir l’article original


Ne me dis pas que la terre est infertile – ( RC )


1 cht de la terre  ferier  -1848.jpg

Ne me dis pas que la terre est infertile.
On n’en connaît que la surface,
pas la profondeur.
Il y a des graines qui attendent,
à côté des pierres.

Il y a des galeries souterraines
où l’eau s’engouffre.
Des ossements et des secrets bien enfouis.
Des racines les prolongent
et s’en nourrissent .

Ne me dis pas que la terre est infertile,
les fleurs en sont nées
comme les forêts.
Même blessée elle porte le monde.

N’oublie pas que tu marches dessus.


Yannis Ritsos – Il sera difficile de trouver une langue plus douce.


Auction Georges BRAQUE (1882-1963) "La charrue", 1960. Lithographie…

peinture: la charrue ( G Braque)

Il sera difficile à présent de trouver
Une langue plus douce, moins forte, moins pétrifiée
Ces mains restées dans les champs, sur les montagnes
Ou sous la mer, ces mains-là n’ont pas oublié,
Il nous sera difficile d’oublier ces mains-là
Il sera difficile à ces mains si longtemps rivées au fusil de quêter une marguerite,
De se croiser sur leurs genoux, sur le livre
Ou dans le grand corset de la nuit étoilée.
Il nous faudra du temps. Et nous devons parler.
Jusqu’à ce qu’ils aient retrouvé leur pain, leur droit.

Deux rames fichées sur le sable à l’aube, par la tempête.
Où est la barque?
Une charrue enfoncée dans le sol. Le vent souffle.
Sol brûlé. Où est le laboureur?


Michèle Kahn – Naufrage


ODILON REDON - CHRIST - DESSIN - THIERRY DELCOURT

dessin Odilon Redon

 

En  vieillissant, certains prennent le visage de quelqu’un
qui ne croit pas à ce qui lui arrive.

Leurs grands yeux étonnés
restent ceux de l’enfant
qu’ils ont été,
dont ils se demandent
où il est passé.

 

( du blog de M Kahn  » l’attrape -lumière » )


Quelques notes de piano au fond de la bassine – ( RC )


 

C’est un triste matin
dans un Paris déserté
où l’on s’imagine voyager
au-delà des toits de zinc:

un de ces longs jours d’hiver
si pluvieux
qu’on ne peut espérer mieux
que les pensées d’hier

Elles nous jouent cet air
la chanson perpétuelle
de l’eau qui ruisselle:
la chanson de la gouttière

( quelques notes de piano
au fond de la bassine … )
une chanson citadine
à défaut de concerto .

RC – mars 2020

à partir d’un texte  de Susanne Derève:   » Ce pourrait être »

 

Une note

je dirais de piano

Un toit de zinc

l’eau 

Ce pourrait être la mer
la mer n’est jamais loin

Ce pourrait être un air
de flûte
un concerto en ut

Ce n’est que la gouttière

à l’angle du perron

par un matin d’hiver

pluvieux

pluvieux

pluvieux

  

qui chante la triste chanson

des adieux


Sonnet pour un piano abandonné – ( RC )


photo Romain Thiery: Requiem pour pianos 30, Pologne

Quelques décennies,
et la mélodie s’est effacée
parmi les miroirs voilés
et fenêtres obturées.

Qui nous jouera encore
les valses et mazurkas
dans le salon
de grand apparat ?

Le piano n’a pu s’envoler:
trop lourd de son aile noire
en retombant, un de ses pieds s’est cassé

comme ses rêves de liberté
se conjuguant au passé :
le grand piano aux dents brisées.

 

RC juin 2020


Sigmund Freud – partout où je suis allé


Panavera 02

montage perso RC

 

Partout où je suis allé, un poète  était allé  avant moi…


Discrète à ses côtés – ( RC )


Fig. 18. L’Ombre, Loïe Fuller 1921.

 

photo  Loïe Fuller  –  1921

 

C’est elle qui suit notre personnage.

Elle en a les gestes, mais pas la consistance,
elle est attachée aux pas,
fidèle et obstinée
s’adapte aux circonstances, se déforme à loisir.

Rien ne peut la soumettre, si ce n’est
l’extinction des lumières.
Elle demeure anonyme, et n’a pas d’autre nom
qu’ombre.
Discrète elle demeure à ses côtés,
jamais elle ne prend  d’initiatives.
Est-ce un personnage secondaire,
qui s’en détachera,         lorsque la vie
                         brusquement, le quittera ,

comme on mouche une chandelle… ?


Richard Brautigan – Je vis au vingtième siècle


peinture  P Bonnard

Je vis au Vingtième Siècle
et tu es allongée ici à côté de moi.
Tu étais malheureuse quand tu t’es endormie.
Je ne pouvais rien y faire. J’étais désespéré.
Ton visage est si beau que je ne peux pas m’arrêter
pour le décrire, et il n’est rien que je puisse faire pour te rendre
heureuse pendant que tu dors.

traduit de l’anglais par E. Dupas

.


Un sonnet d’après l’absinthe – ( RC )


Résultat de recherche d'images pour "degas verre d'absinthe"

peinture: E Degas –  le  verre  d’absinthe

Jo tombe à l’eau
dans le port de Saint-Malo…
on peut aussi se noyer dans un verre de vin,
            ( tu le prends, je te le tiens ):

A Saint Malo, il y a une semaine j’y étais;
les nuages flottaient au-dessus des quais,
c’est juste en front de mer,
que j’ai avalé le dernier verre

( puis la lumière s’est éteinte…
il n’y avait plus d’absinthe )…
c’est une histoire d’eau un peu trouble

tout à fait décente
mais ,  qu’il est difficile de remonter la pente
            ( je crois que j’y voyais double !) .


Du blues, et une nuit toute blanche – ( RC )


 

 

 

192523-- blue light.jpg

Je traverse une nuit toute blanche
qui a l’allure d’un vieux blues
où dansent quelques idées
à côté des poubelles.

C’est-il de me réveiller sur le pavé,
en côtoyant des bouteilles vides
et les flaques où se reflètent
les néons des boîtes à strip-tease ?

Des mots me viennent
et apprivoisent des blessures anciennes
quand je me redresse d’un pas mal assuré
en faisant quelques mètres,      plutôt syncopés.

Ce sont des vieux rythmes
qui me bandent la tête,
alors que je m’efforce de traverser
cette nuit de blues,              toute blanche.

 

RC-  avr  2020


Colombine en cygne – RC -(écho à SD )


Lac cygn   02

 

Te souviens-tu de la place,

un jour de décembre,

avec la musique

et la lumière dansante

alors que les arbres

surpris,

se penchent pour mieux voir ?

La piste n’était pas de glace,

pourtant il faisait très froid,

sur l’air final du « lac des cygnes »…

Colombine d’apparat

tu portais le tutu blanc,

les bras ondoyants

et le chignon bas .

Des pointes à petits pas ,

suivant la musique de Tchaikovsky ,

( quelques entrechats ,

que tu voulais maladroits

juste au moment où la lumière décline ) :

c’était la mort du cygne ,

et je t’ai prise dans mes bras…

( on se demande pourquoi

les spectateurs applaudissent… )

voulaient-ils aussi

applaudir à ton supplice ?

 un texte  crée à la suite  de celui de Susanne Derève  (  qui suit )

—-

Un entre-deux

un entrechat

Avec des pointes à petits pas

et un tutu de ballerine

bras ondoyants et chignon bas

quand on dansait la mort

du cygne

je n’y étais que colombine

d’apparat

(mais la musique était divine)

SD


Chanson – Susanne Derève


apple tree by the studio

Edvard Munch – Apple tree by the studio

 

 

Elle  ne chantait pas si fort que tu le dis

 la chanson d’autrefois

Elle avait des sanglots dans la voix

( tu te rappelles la chanson 

                                 je me souviens des sanglots )

 

Chant triste  m’en  reviennent les mots

ces baladins au long des routes

gaulant les fruits murs des vergers

– le ver  y creusait des caries si profondes

que j’avais cessé d’y croquer –

 

Leur voix tintait longtemps  après que soit retombée 

la poussière  des chemins

 

(j’en disais les sanglots

                                    tu chantais le refrain )

 

 


Paul Blackburn – L’amour dans le sud (ou les films)


Pascal Pinaud  ss titre 1991.jpg


 


AMOUR DANS LE SUD        OU LES FILMS

La beauté est une promesse de bonheur
c’est pourquoi nous y prenons plaisir
pourquoi nous souffrons
quand nous ne pouvons pas le posséder

Ce que nous prenons en compte,
ce sont
la douleur
le plaisir.

Une fois que nous le possédons,
ça vient aussi près de nous qu’à midi
quand on sent seulement monter la chaleur ,
l’ombre d’un homme vient,
si près que nous ne le voyons pas.

Qu’est-ce que le bienfait d’une chose mystique comme ça?  Encore
Comme je suis misérable! ‘et’
Que le monde est beau! »
Ce sont deux cris
qui proviennent du même endroit
– Tentative  de traduction du poème qui suit  ( RC )


LOVE IN THE SOUTH          OR THE MOVIES

Beauty is a promise of happiness
which is why we take pleasure in it
why we ache when we cannot possess it

What we have of it is on account
the ache
the pleasure
Once we possess it,
it comes as near to us as at noon
feeling the heat alone rising,
a man’s shadow comes,

so close that we do not see it. What’s

the good of a mystique like that? Yet ‘
How miserable I am! ’ and ‘
How beautiful the world is! ’
are 2 cries
that arise from the same place.

 

P Blackburn est un des poètes  issu du mouvement  du Black Mountain College

 


Ecrin – ( RC )


 

 

py_0077_soulier  de satin.jpg

photo d’origine, légèrement modifiée… « l’année du  soulier  de satin » voir site de la société Paul Claudel

 

Eclairée de côté par un projecteur,
qui imite le soleil,
pointant ses flèches
entre le creux de la montagne,
je te vois, seule sur la scène.

Je devrais plutôt me perdre ici
dans les plis mauves
de ces rideaux de velours
qui drapent le mur vide,
côté jardin.

J’ai envie de disparaître
dans la douce obscurité de leurs plis.
L’été indien
poursuivant sa vie liquide
avec sa couleur purpurine.

Il y a encore ce bouquet
de fleurs rouges
sur la scène.
Un rouge tellement intense,
qu’il crie la teinte du désir.

Le reste du décor
est comme un écrin,
dont on ne voit pas les ombres .
Je risque un pas
et c’est ta main que j’étreins .

Illuminated from the side by a projector,
who imitates the sun,
pointing his arrows
between the hollow of the mountain,
I see you, alone on the stage.

I should rather get lost here
in the purple folds
of these velvet curtains
who drape the empty wall,
Garden side.

I want to disappear
in the soft darkness of their folds.
Indian summer
continuing his liquid life
with its purpurine color.

There is still this bouquet
of the red flowers
on the stage.
Such intense red,
let him cry out the hue of desire.

The rest of the decor
is like a jewel case,
whose shadows cannot be seen.
I risk a step
and it’s your hand that I hold.


Rituel – ( RC )


Dissection de l'appareil respiratoire du lapin - YouTube

 

Le poids de l’histoire
se referme dans un soir
où son corps s’offre au sacrifice,
bientôt, tas d’immondices.

Le prêtre accomplit sa fonction,
après quelques génuflexions
pointe son couteau
à la jonction des peaux .

Une rapide entaille,
une fontaine ruisselante,
( pendant que tout le monde chante ) ;
>        recueillons le sang avant qu’il ne caille…!

Elle a le temps d’ imaginer son cadavre
ouvert en son milieu,
révélant des secrets inavouables,
dans ce cimetière graisseux .

Quelques livres de chair,
qui se lisent à l’envers,
ouvert,         le sachet de viande animale
– un nu on ne peut plus intégral –

où tout apparaît à découvert:
les muscles et leurs attaches,
la viande qui se relâche
les cartilages bleutés, les os et les viscères.

Le rituel ne tolère        aucun remords
l’action s’est déroulée sans repentir,
            on pourra bientôt lire l’avenir
                                      à travers la mort !

Fi du corps et de ces éléments inutiles ! ;
——–>      il faut aller à l’essentiel,
c’est un instant de grâce subtile
     ( on bénit son âme montée au ciel ).

Célébrons la Puissance Divine !
que Sa volonté s’accomplisse !
soit béni aussi,    son sang         pour la fertilité
les récoltes abondantes,             et la fécondité !

D’habitude ce sont des animaux
sacrifiés pour la science :
là, elle a donné son corps en pleine conscience,
il n’est pas l’heure d’états d’âme sentimentaux…

Allons ! Allons !             le temps presse!
…        on attend que les suivants
arrivent ,                 modestes et resplendissants
( une dizaine suffira avant la Messe ! ).

RC- dec 2019


Allain Leprest – l’homme aux deux ombres


Sur l'établi | baldini Jean Pierre – Sculpteur

sculpture  :  Jean-Pierre Baldini

 

Le type d’en haut le solitaire
Si j’vous disais il a deux ombres
Qui le suivent sous les réverbères
De la ville quand la nuit tombe

Une ombre bleue à chaque jambe
La sienne et celle d’une dame
Deux ombres qui soupirent ensemble
Sur le drap sale du macadam

On dit que c’est un vieil amour
Un coup au coeur jamais guéri
Qui n’a laissé que son contour
Découpé dans un matin gris

V’là c’est pour ça qu’il a deux ombres
Qui déambulent derrière lui
Qu’il promène dans les décombres
De sa mémoire toutes les nuits

Deux ombres enlacées côte à côte
Cousues au bas de son manteau
Les mains mises l’une dans l’autre
Qui s’embrassent derrière son dos

Une ombre bleue à chaque jambe
La sienne et celle d’une dame
Deux ombres qui soupirent ensemble
Sur le drap sale du macadam

Le type d’en haut il a deux ombres
Et il les rentre au petit jour
Quand le premier rayon fait fondre
Les contours de nos vieilles amours


Murièle Modely – début


tracés  sur  trottoir  Vllb 02.jpg

photo perso: Villeurbanne  nov 2019

 

je n’ai pas pu relire le livre
problème de vue ou de langue
l’enfance est illisible
les pages indéchiffrables à force d’être mangées
par des mains trop fébriles
je n’ai pas pu le livre, relire, relier
– adieu le cuir, la fibre, le cœur des souvenirs
le temps passe, tout devient noir
comme ma peau
complexe et incompréhensible


Le jardin propice – ( RC )


 

 

jacqueshemery   jardindespropices      rd.jpg

peinture: Jacques Hemery   mont Ventoux

Au jardin propice,
j’ai attendu
que le temps se dénoue.
On s’habitue
à être à genoux,
que les feuilles jaunissent,
qu’un ciel d’hiver
pèse de son gris
sur le mont Ventoux.
mais toujours espère
revoir le jardin fleuri.

RC – avr 2020


Reflux dans le silence – ( RC )


Résultat de recherche d'images pour "tourbillon dessin"

 

Le vent n’est plus
entré dans la danse
des oiseaux.

Il est tombé
( tombé de haut )
et s’est laissé piétiner .

Immobile , ce reflux
dans le silence
ou le refus.

Il n’entoure plus
tes paroles
qui se sont tues.


Mouvement perpétuel – ( RC )


           

         

image: Thibault Balahy

La mort est toujours là
           et m’accompagne,
sans que j’y prête attention.
Je la fais voyager avec moi,
regarder par mes yeux.
        Elle ne vient pas vers moi,
        c’est moi qui vais vers elle.
Je me dilue dans mon propre reflet
et finis par m’y perdre.
         N’allez pas m’y chercher.

               Dans le ciel gris
un oiseau en a remplacé un autre.
Rien ne les différencie.
Deux gouttes d’eau dans l’air,
           qui a fléchi.
Celui qui est tombé
pour ne plus se relever,
a rejoint les bois couchés,
et la boue à côté des marais,
         – empreinte éphémère -.

C’est un mouvement perpétuel
à la mort , à la vie.
L’un passe d’un état à un autre.
              Un arbre se déracine
              sous la poussée du vent.
Une pousse impatiente prend sa place
hâtive de connaître elle aussi la pluie,
les saisons         et la solitude des soirs:
tout se côtoie sans que l’on puisse
séparer la vie          de son reflet inversé .

 

 

inspiration: les carnets  de Gabrielle  Segal


Florence Noël – il est temps


un des beaux écrits de Florence Noël, visible sur son site https://pantarei168.wordpress.com

Featured Image -- 37989

panta rei

il est temps de repeupler mon squelette
de million d’abeilles rousses
de cravaches de vent
d’espérances échevelées
d’amour du rien
ou du presque

avant qu’un coup de glace
matraqué
par des saints métronomes
ne me pulvérise
en miettes
de regrets

(photographie : Florence Noël)

Voir l’article original


Dilution – ( RC )


J’ai beau fermer les yeux,
je vois toujours ce qui n’est plus.
rien ne bouge, c’est d’un calme plat
car le lac s’est refermé sur moi
et m’enserre de toutes parts,
comme un temps qui se clôt
sur la mémoire;
ce que j’ai vu est du domaine des eaux:
j’ai encore le temps
de dresser une table des matières,
de revoir la scène à l’envers.
Puis, peu à peu,
comme du sucre,
le liquide aimant me boit.
Mon sang est lui.
Je m’effrite lentement.
sans plus de matière , je me dilue.

RC –  janv 2020


Patrick Süskind – Comme du lait au miel


DANS LES JARDINS DU CHATEAU / VASCOEUIL / ARTS PLASTIQUES

 

Là, il s’arrêta, reprit ses esprits et flaira. Il l’avait. Il le tenait.

Comme un ruban, le parfum s’étirait le long de la rue de Seine, net et impossible à confondre, mais toujours aussi délicat et aussi subtil. Grenouille sentit son cœur cogner dans sa poitrine et il sut que ce n’était pas l’effort d’avoir couru, mais l’excitation et le désarroi que lui causait la présence de ce parfum. Il tenta de se rappeler quelque chose de comparable et ne put que récuser toute comparaison. Ce parfum avait de la fraîcheur ;

mais pas la fraîcheur des limettes ou des oranges, pas la fraîcheur de la myrrhe ou de la feuille de cannelle ou de la menthe crépue ou des bouleaux ou du camphre ou des aiguilles de pin, ni celle d’une pluie de mai, d’un vent de gel ou d’une eau de source…

et il avait en même temps de la chaleur ; mais pas comme la bergamote,

le cyprès ou le musc, pas comme le jasmin ou le narcisse, pas comme le bois de rosé et pas comme l’iris…

Ce parfum était un mélange des deux,

de ce qui passe et de ce qui pèse ; pas un mélange, une unité, et avec ça modeste et faible, et pourtant robuste et serré, comme un morceau de fine soie chatoyante… et pourtant pas comme de la soie, plutôt comme du lait au miel où fond un biscuit

— ce qui pour le coup n’allait pas du tout ensemble : du lait et de la soie ! Incompréhensible, ce parfum, indescriptible,

impossible à classer d’aucune manière ; de fait il n’aurait pas dû exister.

Et cependant il était là, avec un naturel parfait et splendide.

Grenouille le suivait, le cœur cognant d’anxiété, car il soupçonnait que ce n’était pas lui qui suivait le parfum, mais que c’était le parfum qui l’avait fait captif et l’attirait à présent vers lui, irrésistiblement.

Patrick SÙSKIND « Le Parfum » (éd. Fayard)