voir l'art autrement – en relation avec les textes

self creation

Hauts plateaux, où la joie demeure – ( RC )


photos Instagram

Te souviens tu des hauts plateaux,
où le vent ne trouve aucun obstacle
pour balayer le ciel ?
Il peut se poser sur le lit de basalte
du pays d’Aubrac sans faire de bruit.

Peu d’arbres, et des herbes,
comme une mer moutonnante
sous le ruban d’azur.
De temps en temps, un ruisseau
cherche à s’évader
mais ses méandres
se perdent dans les joncs,
et les lacs sombres
où le bleu sans reflet
s’ égare dans l’ absence .

C’est ici que passent les heures,
dans le paysage
parsemé de maisons basses
:
burons arc-boutés sous les nuages,
— que ta joie demeure !

RC – janv 23 – par rapport à un écrit de Jacques Viallebesset


Trop lourd, pour que je reste debout, à la surface du monde – ( RC )


gravure sur bois Lynd Ward

Le poids de ma tête est trop lourd
pour que je reste debout,
à la surface du monde.
Je le creuse avec les dents,
la face contre terre,
et il m’arrive de trouver,
quand je dévisse un membre,
mon double, sculpté dans le bois,
par ces racines revêches,
qui ont fini par absorber mon sang.


C’est ainsi que ma vue s’est brouillée,
sans doute à cause de la poussière,
qui, elle aussi encombre mon esprit.
Je ne pense qu’aux temps,
où, trop léger sans doute,
je planais à quelques mètres
au-dessus du sol.
Composé de plusieurs parties
prévues pour s’emboîter,
il a fallu les rassembler.


J’étais à la recherche de la pièce manquante,
qu’on déniche par inadvertance :
un visage à modeler,
qui, maintenant que j’y pense,
offre une certaine ressemblance
à celui qui me fait face et me regarde,
dans le dédale des racines .


Le poids de ma tête est trop lourd  :
je ne peux que supposer
que trop d’années l’ont plombée :
le jour se confond avec la nuit,
et je ne peux saisir aucune de ces lueurs,
enfouies dans la terre.


Je ne peux que les imaginer…
car, si j’y voyais encore,
je verrais croître les arbres
se nourrissant de morceaux d’étoiles.
La mienne doit être quelque part,
car un jour je l’ai perdue…


Femme de vent – ( RC )


Femme de vent à l’âme secrète,
l’orage est ta chevelure,
je verrai presque ta tête
dans l’œil de l’ouragan

pendant un court instant de répit.

Bascule dans la saumure
l’errance de mon pays tropical.
Je t’entendrai hurler dans la nuit,
et pour me retenir de ta furie,
quand se déchaînent les éclairs,

mon corps se crispe sur les rochers coupants 
mes pieds lestés de plomb :
Les vagues projetées
s’en sont prises aux navires
dans l’étau de tempête.

Autant de dents
qui les déchiquettent
dans la tourmente :
spirale géante
d’une gueule béante

où l’horizon s’est dissout
le ciel éclaté
comme pulvérisé
de fragments de verre,
sifflements stridents de ta colère

qu’avons nous fait
pour la provoquer,
et qui invoquer dorénavant
pour t’apaiser,
… femme de vent ?


variations en bleu et vert ( chez Whistler ) – ( RC )


W A Whistler – variations en bleu et de vert 1868

C’est peut-être une fin d’été. devant la mer
Quatre femmes sont les actrices
d’une peinture de Whistler: presque une esquisse
peinte à grands traits rapides.
Sous un ciel paisible et lisse,
une brise s’élève à peine :
c’est une symphonie de bleus et de verts
devant une eau claire et limpide,
où rien ne bouge…


Le personnage de gauche marche lentement.
On le dirait sorti d’une fresque romaine
ses voiles jouent avec le vent.
A côté de cette femme
se tiennent deux dames
habillées de bleu et vert, également
avec quelques notes de rouge.
L’une d’elles tient un éventail.
Le peintre n’a précisé aucun détail…
Elles entourent le personnage principal
à la position centrale,
le regard perdu dans le lointain
assise, avec un geste de la main.


On ignore ce qui les réunit ici,
s’il y a une maîtresse et des servantes ;
elles se fondent dans le calme et l’harmonie.
On s’attendrait à une fête galante,
sans fioriture inutile
au retour d’Ulysse dans sa patrie,
un vaisseau que l’on devinerait entre deux îles:
—- on ne saura rien de la suite
du tableau, le regard se perd au-delà de ses limites…


Nous écoutons cette cantate (RC ) – Que le monde soit ( SD )


retable Chartreuse de la Sainte-Trinité de Champmol  ( Dijon )

Je t’ai vue à travers la musique .
Tu dansais comme dans toi-même
au son de ces voix,
habillées de pourpre,
et qui s’élevaient
jusqu’aux voûtes,
donnant un peu de chaleur
aux âmes qui ont froid,
dans le parcours des leçons de Ténèbres,
où l’on mouche les chandelles
une à une, jusqu’à ce que
l’obscurité pèse
son poids de silence .

Je t’ai vue à travers la musique ,
tu étais loin, mais proche pourtant ,
tu avais tracé mon nom sur le carreau de la vitre,
et nous écoutions la même cantate,
comme si je te tenais la main
et, les yeux fermés,
les harmonies se croisant ,
offraient au jour naissant ,
la lumière vibrant ,
avec l’avènement d’un monde,
celui que l’on ne peut décrire
ni en images ni à l’aide de mots .

René C – septembre 2018

variation sur " que le monde soit ( SD )

-------

Que le monde soit…
comme je le veux
comme je l’ai pris    enfanté  au matin
les  yeux ouverts
 
La lumière s’y déployait si blanche
avant que la couleur l’inonde,
 

ainsi l’orgue  conduit la voix  -                                                                                       
la liturgie du jour à venir  était blonde
et me parlait de toi.
 
J’ai effacé un peu de buée à la fenêtre
et sur le carreau froid tracé ton nom
dessiné un peut-être
 
Le jour venait de naitre
limpide et pur, oratorio vibrant
une césure    avant que le ciel ne bascule
vers son avènement
dans une orgie d’ors et de cuivres                                                                        
 
Je ne sais  s’il était d’une étoffe
dont on peut se vêtir
comme l’aube de lin des retables                         
ou la pourpre ardente des rois                                                                             
 
s’il fallait  le poursuivre dans sa marche solaire
au-delà du beffroi  qui claironnait les  heures
 
et l’aurais-je cherché dans le sel ou le sable                                              
comme le vent façonne la dune instable                                        
quand il glissait vers toi  en éclaireur
 
 
Le  monde s’offrait à moi
par un matin de fin d’été
et je m’en suis saisie les yeux fermés.

SD

Hugo Le Maltais – Matricule des anges


photo RC de l’île Tioman

A l’heure où s’endorment les pigeons
La lumière se recroqueville,
Au creux humide de la nuit.

Carlingue de lune,
Sur un ciel de rouille bleue

Sous les néons électriques
Les naufragés s’entassent
Entre la chaleur d’un grec et
Les vapeurs
D’une 8-6

Les dieux nocturnes
Ont des enseignes lumineuses
Sex-shop, doner kebab et
Pharmacie de garde.

Les oies sauvages piquent vers le sud
Le feu crépite
Un verre de porto blanc à la main,
Je m’absente du monde.

(J’ai égorgé la nuit, qui s’est répandue dans une aurore écarlate…)


Un être de mer – ( RC )


photo RC – Finistère -janvier 2021

Ce n’est pas une frontière,
ni une ligne, ni une surface,
une zone interdite,
c’est un océan, une mer,
qui vient et se retire
mais jamais trop loin.


C’est comme un être qui respire,
aux baisers salins.
Un être qui t’invite
quand la marée se lasse
dans de petite flaques
autour du sable mouillé,
se dissimule derrière les rochers,
les épaves rouillées
dans l’attente du ressac.


Il n’a pas d’étendue définie,
pas de limite ,
se rétrécit au découvert de plage,
puis revient comme un cheval sauvage,
lui que l’on croyait assoupi,
étincelant au soleil de midi,
jouant de sa robe ouverte
sur la gamme bleue des gris.


Ceux qui empiètent sur son territoire
le font en pure perte :
c’est ce pays sans mémoire
qu’on ne peut pas cerner,
trop indocile
pour qu’on puisse le dompter.


Il peut dévorer les îles
les engloutir sous la brume;
à coups d’écume.
Il reprend ce qu’on lui a volé,
des châteaux éphémères
aux navires téméraires
des temps écoulés….
……tel est le pays de mer.


Houle à l’intérieur du béton – ( RC )


Tu sauras te confier
aux racines de l’ombre,
sentiras les vibrations venir,
traverser le mur.
Si tu plaques ton oreille à sa surface,
le tympan percevra le frottement
d’autres oreilles, de l’autre côté.

Viendront les sons, amplifiés par les gestes,
peut-être quelques mots
difficiles à comprendre,
comme une offrande qui suivrait
le parcours sinueux des tuyauteries,
paroles anonymes traversant
les viscères de l’immeuble.

Et dans les intervalles,
presque un silence.
Tu mettrais tes doigts en cornet
pour en entendre davantage,
mais ce serait juste l’illusion de la mer,
évocation lointaine du large
qui te rattrape.

Murmure d’une houle
qui déferle
à l’intérieur même du béton.


Les artichauds ne poussent pas dans les dunes Sainte-Marguerite – ( RC )


photo et traitement perso – Dunes Ste Marguerite – 29

Trois épaisseurs de ciel
un petit coucher de soleil,
et voila que mon ombre s’allonge
sur un paysage de dunes
avec les herbes échevelées,
qui ne m’ont pas reconnu.
> Elles s’organisent à mon insu

– fantasque labyrinthe –
pour me barrer le chemin .
… Un crépuscule à dentelle dorée
leur permet de changer de teinte,
l’obscurité se prolonge
je ne retrouve plus mes empreintes…

Un nuage en a profité
pour lâcher une petite ondée
qui se transforme en pluie.
Mais – j’entrevois la sortie
entre deux rochers:

  • la prochaine fois
    je me contenterai du poids
    de mes pensées,
    je resterai au chaud,
    sans courir le risque d’une bronchite.
    Ou bien j’irai photographier , au mieux
    des champs d’artichauds !
    ( mais je ne crois pas qu’il y en ait
    qui poussent au milieu
    des dunes Sainte Marguerite…)

Un couple de pierre, un abri pour un moineau – ( RC )


Nous nous sommes penchés
sur les années passées
en nous prenant par la main :
jardin statuaire

où l’éternel demain
est le destin des anges.
Il est encore nimbé de mystères
mais n’est pas celui de l’oubli.

C’est que nous sommes toujours assis
à la même place, les yeux vides
malgré les années qui passent :
nous servons de logis aux mésanges.

D’autres oiseaux de passage,
malgré les cloches qui sonnent
firent leur nid entre nos bras de pierre.
Bien sûr nous avons pris quelques rides,

notre âge n’intéresse personne
( nous avons dépassé le millénaire
…. sans plus de précision),
qu’on se le dise !.

Le sculpteur nous a placé
tout en haut de l’église,
là où chants et prières montent le plus haut,
mais nous faisons toujours attention

aux chants des oiseaux,
eux qui se sont abrités
dans l’anse de nos bras ouverts

pendant des générations.

Nous sommes loin du sol
mais encore attachés à la terre,
contemplons toujours le vol
de nos locataires
s’élançant de leur nichée.

Nous avons appris à nous taire
pour ne pas les effrayer.
Si nous étions juste dessinés,
nous aurions pu parler en phylactère
pour exprimer nos pensées…

Mais qui aurait pu les écrire ?
… ( et les oiseaux d’en rire
car de leur vie éphèmère,
rien ne s’incruste dans la pierre
) .


RC dec 22

( le « jardin statuaire » est une expression du poète Jacques Abeille )


Histoire d’habiter le gant – ( RC )


photo Romain Verger dans « Membrane »

Qui est parti ce matin,
en oubliant son gant ?
Ce n’est pas un bon plan
par ces temps frileux
de début d’hiver.
Une toute petite main
que j’ai trouvée par terre :
j’aurais pu espérer mieux
en m’en donnant la peine
( en tout cas trouver la paire ),
même si la dimension n’est pas mienne :
il serait bien difficile
que mes doigts y trouvent place
et s’y faufilent,
même si je change de cuirasse
et de taille
pour devenir reptile,
recouvert un temps
d’une peau d’écailles
( histoire d’habiter le gant ).


Cesare Pavese – la terre et la mort


photo RC – causse de Sauveterre ( 48 )

Tu es comme une terre
que nul n’a jamais dite.
Tu n’attends rien
que la parole
qui jaillira des tréfonds
comme un fruit parmi les branches.

Un vent vient, te gagne.
Ces choses, mortes et desséchées,
t’encombrent et s’en vont dans le vent
Membres et paroles anciennes
Tu trembles dans l’été.


Ce n’est pas ici que s’arrête la rivière – ( RC )


photo roc Calascio – Abruzzes Italie

Sur la forteresse noire
que garde la montagne amère
se succèdent les guetteurs
qui ne regardent pas les oiseaux,
se moquant des frontières,
libres comme l’air.

Les murs sans joie
sont si hauts
qu’ils découpent le ciel,
comme avec un couteau.
Mais l’air se referme aussitôt,

compact dans sa jupe claire -.

Le temps a plus de chance,
il ne se laisse pas arrêter,
il ne franchit pas de portes
comme l’eau de la rivière.

Elle , qui reflète aussi bien le soleil
que les étoiles mortes,
dans le flux continu
des heures.

Les guetteurs l’ont perdu de vue
au creux des bras touffus
de la forêt de la plaine.

La matin contourne avec elle
les rochers,
et ne s’arrête qu’arrivé
au bord de la mer
pour reprendre haleine.

Les murs sans joie
ne renferment que de la haine
et une puissance illusoire
qui s’éteint quand le jour décroît,
absorbée par la nuit,

mais ce n’est pas ici
que s’arrête la rivière.

RC oct 2022


A l’ombre du chais silencieux – ( RC )


( réponse à Ivresse de Susanne Derève )

Faut-il se laisser emporter
par le drap du grand hiver,
et répondre à l’appel
du vin dans les caves
– qui tiendrait lieu de promesses – ?

Un peu de chaleur
tournant au fond des verres,
où se reflète le ciel.

A défaut des terres blondes de l’été
nous goûterons l’ivresse
à l’ombre du chais silencieux
quand le vin mûrit
sans se soucier des jours pluvieux :

offrande à l’oubli
des jours de l’automne
qui vient juste de trépasser.

Jamais le temps ne s’emprisonne
dans les fûts ombreux.
Nous sortirons chancelants

après avoir bu
le sang du soleil
resté quelque part
dans le vin vermeil :
que je goûterai dans tes mains

accoudé au bar,
chercherai le chemin
pour retrouver
l’or paresseux des jours

( car jamais l’amour
ne se laisse enfermer
dans une bouteille ),

ni les rêves épars,
que l’on imagine de neige,
ne seront pris au piège
de la fortune et du hasard,

en buvant à la santé
de ta nouvelle année…


Chair de bitume – ( RC )


La pâte ,
chair de bitume,
lave solidifiée,
la route
sous le feu de l’été
liquéfiée.
Toi tu étales,
moi je racle,
mais rien ne s’en va
sinon quelques graviers
rebelles.
Pieds englués.

La pâte toujours,
chair de peinture,
poussée par la brosse,
sera peut-être un jour
lumière,
un visage, un regard.

Elle maintient le nôtre
prisonnier,
avec des caprices de geste,
figés.
Quelques poils de pinceau
collés, rebelles.
Ils pourraient être nôtres
ces poils, sitôt enlisés
dans le silence.

Monochrome.
Noir de bitume.
Racles plus fort !
et tu me trouveras.

RC


Journal d’un voyage, quand je tourne les pages – ( RC )


photo Virginie Gautier

Journal d’un voyage,
des deux pieds dans le sable – ,
( mais le soleil n’est pas le même

quand je tourne la page ):
je ne suis plus capable
d’en faire un poème,

parce que je ne suis plus là
pour te raconter le vent tiède
précédant l’orage :

deux mois ont passé déjà …
….Non, ce n’est pas de Suède
que je rapporte les images…

imagine plutôt la jungle proche:
elle s’accroche sur la moindre roche
et la photo n’en montre rien ;

pas un coquillage,
pas de varan pour témoin
dont je guetterais l’approche:

C’est par hasard, que j’ai trouvé égaré
un morceau de corail, et un tout petit bénitier,
au fond de ma poche !

voir « suite malaise » de Susanne


Tableau d’anatomie comparée – ( RC )


collage Frederick Sommer

Férus d’anatomie,
complétez votre tableau,
en disposant comme ici
des éléments fleuris
tout à votre avantage :
on découpera le cerveau
pour faire plus joli,
quelques glandes accessoires
à l’aspect mat.

Epinglées avec habileté
dans votre collage,
pouvant s’exposer
sur un fond noir :
couleurs délicates
avec dominante nacrée :
d’autres paraîtront bien plus belles
que les morceaux
encore tout chauds
et les autres organes
dont on ne détectera pas la panne.

Ces éléments non identifiés –
sont maintenant à l’état de choses
découpées par le scalpel…
Certains gardent leur aspect rose
entrant dans une composition
des plus élaborée
résultat de la dissection,
à conserver dans le formol
et une bonne dose d’alcool

( ingrédients de base,
comme il est d’usage,
dans le cabinet de curiosités)…


Troncs d’arbres fossiles – ( RC )


Forêt pétrifiée de Varna

Vieilles âmes habillées de bois,
parcourir cette forêt morte,
cette terre inondée,
branches tombées, entremêlées
corps agonisants dans la litière
épaisse des mousses,
linceul de feuilles pourrissantes…
troués par le temps
debout encore , cependant.

Les oiseaux ont déserté les cieux
pour des pays plus accueillants.
Restent les rudiments de ces arbres,
fantômes, fuseaux d’écailles
témoins immobiles d’antan,
d’où a reflué la sève,
aubier poisseux de sédiments,

petit à petit asphyxiés,
imperceptiblement
transmutés en pierre,
désastre de colonnes éparses,
marbre gris évoquant
celles de temples écroulés,
aux rites enfouis profondément
dans une gangue épaisse
gardienne de leur mémoire pétrifiée .

RC

on renverra aussi vers un article évoquant la découverte, en Essonne, de forêts calcifiées)


Ne cherche pas à m’appeler, je suis déjà ailleurs… – ( RC )


photo R Koudelka

Dans les courbes de la nuit se cachent les pensées
les plus secrètes, là où je ne peux avoir accès,
car les lendemains ne connaissent pas de parole :
celles ci ne sont pas nées et le discours reste bouche bée,
n’émettant que des sons muets.
Si j’écris le chant, chacun y lit sa propre histoire,
les raisons de croire, et les chemins où ils s’égarent,
alors que déjà les lumières s’éteignent sur les jours passés,
brûlées par le sel, ensevelies sous les marches d’un temps,
où l’on n’espère plus de printemps .
Ne cherche pas à m’appeler, je suis déjà ailleurs.

RC – dec 2022


le jardin de mon poème – ( RC )


peinture Otto Müller

Reconnaîtrais-tu ce jardin,
maintenant abandonné,
laissé à lui-même
alors que débordent les branches
du saule, que tu as connu
jeune encore, devant la maison?

Les heures de l’hiver
viendront tuer les fleurs,
arracher les feuilles
du chêne encore debout,
mais tu reconnaîtras le jardin de mon poème,
auquel subsistent quelques vers…


Pour compléter la playlist – ( RC )


Tout commence en ouvrant les dossiers.
Je cherche de la musique,
pour compléter la playlist.
Je trouve des trucs pour la soirée.
Faut c’qui faut…

Cocktails en tout genre,
boules de lumière
fauteuils profonds, rideaux de velours
ambiance soft, affiches de cinéma,
cadres à l’ancienne sans photos d’ancêtres…

ça commence bien,
ça déménage et monte en puissance…
batterie, solos de guitare,
le chat rayé qui détale,
une bouteille renversée,

un verre cassé,
la tache sur le tapis
qui s’élargit.
C’est juste avant le slow,
vite, des papiers journaux !

Je tombe sur ta voix,
je ne l’avais pas reconnue.
La voilà qui se dresse
appelle le silence,
et tout est avalé, le moindre son,

le cramoisi du velours,
les cocktails évaporés,
le chat collé au plafond,
l’électricité coupée,
les cadres rétrécis…

mais seulement la voix
verticale au milieu du salon
qui provient d’on se sait où.
Tout le monde est saisi
n’esquisse plus un geste,

tout devient gris
rentre dans le passé,
immobilisé dans le papier glacé
à même la photographie,
juste avant l’oubli…


Philippe Delerm – Quand on est dedans, elle est bonne !


photo RC – Bretagne – environs Meneham

( extrait final du texte de Ph Delerm )

Quand on est dedans, elle est bonne !

De louables intentions sont à l’origine de ce jugement qui ressemble beaucoup à une exhortation.
Vous allez voir, c’est pour votre bien, juste un petit moment désagréable à traverser, et puis vous connaîtrez la même satisfaction que moi.
C’est là peut-être que la volupté promise n’est pas suffisamment incitative. Dans le meilleur des cas, vous éprouverez le même plaisir que moi. Votre courage à affronter les flots sera par contre déprécié, puisque je vous en aurai annoncé l’issue favorable.

Ça ne sera plus une aventure: juste la confirmation du bien-fondé de ma pensée.
La proximité affective joue plutôt à rebrousse-poil, dans ce cas-là. Le mimétisme promis n’a rien d’un nirvana, surtout s’il est précédé d’un didactisme enthousiaste dans la forme, mais un brin condescendant dans le fond. On a presque chaud d’y être allé, maintenant.
Pour la même raison trop claironnée, les autres ont le plus en plus froid, et n’iront pas.

Quand on est dedans, elle est bonne !

De louables intentions sont à l’origine de ce jugement qui ressemble beaucoup à une exhortation.
Vous allez voir, c’est pour votre bien, juste un petit moment désagréable à traverser, et puis vous connaîtrez la même satisfaction que moi.
C’est là peut-être que la volupté promise n’est pas suffisamment incitative. Dans le meilleur des cas, vous éprouverez le même plaisir que moi. Votre courage à affronter les flots sera par contre déprécié, puisque je vous en aurai annoncé l’issue favorable.

Ça ne sera plus une aventure: juste la confirmation du bien-fondé de ma pensée.
La proximité affective joue plutôt à rebrousse-poil, dans ce cas-là. Le mimétisme promis n’a rien d’un nirvana, surtout s’il est précédé d’un didactisme enthousiaste dans la forme, mais un brin condescendant dans le fond. On a presque chaud d’y être allé, maintenant.
Pour la même raison trop claironnée, les autres ont le plus en plus froid, et n’iront pas.


Les clés – ( RC )


montage RC

Tout ce que j’ai connu
s’est dilué
tout au long des années:
ma maison n’est plus ;
– j’ai pourtant le double des clés,
mais qui ne servent plus à rentrer :
de tout le trousseau, j’en ai fait un collier
aux formes tourmentées
qui pèse sur mon cou
comme une boîte de clous ,
mais je les garde quand même :
les jeter me ferait de la peine :
on ne sait jamais, si d’aventure
elles ouvrent d’autres serrures,
et si quelque part pourtant,
le bonheur m’attend…

RC – sept 2018


Au-delà des fenêtres – ( RC )


Peinture Andrew Wyeth

Personne ne convoite l’hiver.
Lui se cantonne sous tes fenêtres,
et ton royaume est étanche.

Il y a de ces frontières
qui dépassent les saisons,
amidonnées de givre et de silence.

Il faudra bien cependant un jour
sortir de ta bulle
pour affronter l’avenir.

L’enfance s’est rétrécie toute seule,
et tu l’a perdue de vue,
pourtant tu n’as pas froid

Car insensiblement tout s’est transformé,
et la vie, dans son royaume , s’étend
bien au-delà des fenêtres .


On ne verra pas le troupeau de brebis brouter tes cheveux – ( RC )


Vois-tu, si je me lève
je n’ai pas souvenir des mêmes rêves…
J’étais allongé sur le sol
et nulle part il n’y avait de route,
Au-dessus , le ciel m’entourait de sa voûte .
Le vent pousse des nuages
et les accompagne longtemps dans leur voyage.
L’un d’eux s’est distingué
en prenant l’allure d’un cavalier,
mais aucun (que je ne sache)
ne ressemblait à une vache…
Quelques champs pelés
réclamaient leur dû
car il n’avait pas plu
de presque tout l’été.

Quelques arbres échevelés
gardiens de la draille,
et au loin les sonnailles
de bêtes égarées…
Ce n’est pas encore aujourd’hui
qu’on verra la lune
entourée de brumes
ni le troupeau de brebis
brouter tes cheveux
même si la terre
partage beaucoup de mystères
avec les cieux…

voir aussi le post de Jean Tardieu : nuages


Yehuda Amichai – le linge sur un toit de la vieille ville



Street-art Banksy

Sur un toit de la vieille ville,
Le linge est éclairé par les derniers rayons du jour :
Un drap blanc d’une ennemie,
Une serviette d’un autre
Afin d’essuyer la sueur de son front.
Et dans le ciel de la vieille ville
Un cerf‑volant.
Au bout du fil 
Un enfant.
Que je n’ai pas vu.
À cause de la muraille.

Nous avons hissé des drapeaux nombreux.
Ils ont hissé des drapeaux nombreux.
Pour que nous pensions qu’ils étaient heureux.
Pour qu’ils pensent que nous étions heureux.

.

Art et tique et pique- mots et gammes

voir l'art autrement – en relation avec les textes

Proudly powered by WordPress


Jean-Jacques Viton – Star Salevoa


le matin presque toujours il pleut
sur les rues une bruine légère

la heya est une écurie
d’où surgissent les cris les râles
les souffles lorsque les lutteurs s’entraînent

dans l’odeur d’huile sucrée
ils perfectionnent la maîtrise de soi
la persévérance l’effort

les géants se rincent la bouche
recrachent l’eau éparpillent le sel
adaptent le tablier cérémoniel
nouent la ceinture de soie la corde rugueuse
vérifient le chignon de la coiffure subtile
montée haut en forme de feuille de gingko

l’un viendra de l’ouest et l’autre de l’est
ils pénètrent à sept secondes d’intervalle
dans le cercle d’argile et de sable noir

lui frappe le sol de ses poings serrés
au signal de l’attaque donné par l’éventail
les corps énormes sont fulgurants

à l’intérieur de l’œil du serpent
la partie ultime est la collision
où parfois les membres se cassent

le triomphe se joue en trois minutes

In L’année du serpent, © P.O.L., 1992