voir l'art autrement – en relation avec les textes

self creation

Un conseil de Jean-Sébastien – ( RC )


peinture JH Fragonard – la leçon de musique

« Vous n’avez qu’à frapper la note qu’il faut au moment où il faut »,


il suffit de suivre le conseil de Jean-Sébastien,
qui, en matière de musique te dira toujours

Tu peux improviser comme ça vient
sans te tromper de tempo,
au clavecin et viole d’amour
un petit air de danse
une allemande, une courante
une gigue ou un menuet
sur une mélodie de base.

Tiens compte des silences,
évolue sur une valse brillante
avec accords imparfaits
qui se rapprochent du jazz…
Je t’écrirai une partition
qui n’a rien de désuet :
juste quelques notes
pour toi qui as l’oreille musicale :

je vois que tu pianotes
et fais dans l’improvisation :
ce sera le concert inaugural
je prendrai un petit solo,
ensuite ce sera ton tour
tu devras juste frapper la note
au moment où il le faut
( et n’aie pas la tremblotte )…


Repeindre Saint-Sébastien – ( RC )


Encre de Françoise Petrovitch ( exposition à Landerneau )

Une surface, mais une profondeur,
comme celle de l’eau,
différente et pourtant semblable ,
dissimulée sous les reflets.

Est-ce l’enveloppe,
la fragilité de la peau
qui nous maintient
de chair ?

Cible des flèches
mon corps sera mon âme
que rien ne distingue,
cachée sous son manteau clair.

J’effacerai les cicatrices
et la peau, comme l’eau
se refermera sur elle-même
sans laisser de traces.

Les flèches tomberont toutes seules :
je repeindrai les blessures
avec un peu de peinture
j’enlèverai la douleur

détachant Saint-Sébastien
du poids de son corps
et de l’attraction terrestre
en trouvant la juste couleur.

Voilà que les pinceaux annulent
la trace des blessures,
la peau refermée
sous ton regard incrédule.

La torsion de son être
échappe aux passions,
du moins, celles que l’on connaît
et sous sa surface, le corps renaît.

RC

voir d’autres reproductions des encres de Françoise Petrovitch, sur des sites,

et ici même, avec ce choix , que j’ai voulu représentatif…


André Blatter – Je couds ma bouche


photo RC

Je couds ma bouche
au plus près du silence
pour mieux t’entendre
je brise le miroir
du mourir quotidien
au fil du rien la réponse
j’habite au plus près de l’hiver
comme une racine de l’être


Pour desserrer l’étreinte du gel – ( RC )


Afficher l’image source

Le soleil est allé voir ailleurs,
et passe davantage de temps
de l’autre côté de l’hémisphère.

Aujourd’hui sont arrivés les jours de glace,
           suspendus aux branches
comme des minutes allongées
à leurs bras griffant l’air.

Les corbeaux en profitent
pour déplacer une part de ciel
              en confisquant du blanc.
La lumière a changé de camp.

Elle vient du sol,        maintenant.
         Sont apparues les fleurs de neige
         encore légères,    filles de l’hiver.

On y voit presque       en pleine nuit.
La pleine lune est réapparue
         rebondissant entre les nuages .

Le froid , malgré tout,          n’a pas insisté.
Il faut l’encourager à desserrer son étreinte,
à entr’ouvrir ses doigts de gel.

Au matin revenu , une lumière plus légère
                     annonce le redoux .
Nous ne reverrons pas les oiseaux noirs
         quand elle  reprendra son envol.


Gourmandise de Vermeer – ( RC )


peinture: Joseph Lee

On ne saura jamais combien
de secondes ont suffi
pour que se commette ce délit :
Aurait-on oublié
d’attacher le chien
ou serait-il amateur d’art ??
( à défaut de visiter un musée ),
lui, qui par hasard
s’est intéressé
à la crème glacée
de la pâtisserie
à plusieurs reprises
avant qu’on ne le chasse.

Il a laissé des traces
de sa gourmandise
en mangeant les fruits confits :
repas extraordinaire,
promener sa langue sur un Vermeer,
en commettant l’outrage
d’effacer son visage !

on ne voit plus ses yeux

  • ce qui est dommage –
    c’est toute l’incertitude
    de cette épreuve :

( dans cette œuvre
restera l’attitude
et le turban bleu ):
On reconnaîtra sans erreur
le jeune fille
dans la crème au beurre
parfumée de vanille:

elle est aussi jolie
que dans mon souvenir
sans que je la confonde
avec le sourire
de la Joconde…
… et c’est très bien ainsi.

RC


Une marguerite plantée dans la bouche – ( RC )


montage RC

Pour faire ton portrait,
j’ai commencé par les membres.
Je les ai assemblés,
placés sous une couverture grise.

Je suis allé voler une fleur
dans le jardin d’à-côté :
une grosse marguerite
dépouillée de ses frissons,
que j’effleure,
avant que je ne la plante
dans la bouche d’une tête à part,
que je n’ai pas encore peinte.

J’imagine alors des yeux fermés,
mais qui me regardent
à travers les paupières.
Tu me fixeras sans relâche,
perpétuellement immobile,
accroché au mur
dans un cadre noir,
mais toujours
avec l’ombre de la marguerite,
qui, décidément
persiste, dans ses pétales de velours.


Sous les étoiles liquides – ( RC )


Afficher l’image source

En ton palais fluide,
ta robe de moire
s’orne d’ocelles:
que forment , au fond du lac ,
les ombres frêles des poissons.

Le chemin qui mène à ta demeure
serpente au gré des courants :
c’est un sentier changeant ,
bien oublieux
d’une terre qui se meurt.

De mornes rayons de lune
caressent en nuances de bleu
le balcon de ta nuit étoilée :
éclats de rires diffus
des losanges de ta fenêtre.

Verras-tu mon visage
se penchant sur l’eau ,
à contre-jour
à travers ces vitraux
dont tu ignores les contours ?

Pleureras-tu des larmes de sel
– giboulées légères ;
toi, mortelle emmurée
dans ce temple maudit
au lointain de ton continent englouti ?


Pentti Holappa – Sacrement


paysage rocailleux… probablement Israël

Le pain de chaque jour et l’amour
sont notre chagrin. Notre soleil
ne féconde pas l’asphalte de nos champs,
goulet carrossable. Facile est difficile,
l’éternel s’oublie vite.

Et l’amour: jouissance le premier jour,
douleur le second, au troisième la solitude.
Le regard d’un passant qui brûle l’âme
répète ceci: l’amour passe sur la route,
goulet carrossable.

Aussi longtemps que la sueur sera salée,
les larmes cuisantes,
la faim de notre
corps sera vraie chaque jour
et sa peine comme sa jouissance s’égareront,
dévorées par les mites, et souillées
par la rouille.


Hala Mohammad – Le sourire qui n’a pas trouvé son chemin


photo Everett Egripos

Le sourire

Qui n’a pas trouvé son chemin vers mes lèvres

Les jours de bonheur,

Tel un vent silencieux

Telle une pierre tombale

Fend mon visage

Dans mon chagrin 


Élagueur des clairières – ( RC )


Afficher l’image source

Élagueur des clairières,
sais tu que tu défriches
le langage
autant que le feuillage ?
Tu puises tes mots
dans la lumière accrue,
et fixe l’ombre des ramées.

Il faut goûter la rigueur des hivers,
réciter les strophes
comme autant de bois coupé,
tout ce qui a subi les songes
et la pluie ;

violence du gel
traversant le chant de plume,
sa violence sourde
qui détache l’écorce
et retire la sève
pour n’en garder
que l’essentiel.

Et les oiseaux strieront
de nouveau
la peau du ciel.


En quittant la Cène – ( RC )


Afficher l’image source
peinture – Dominique Renson

Tu peux mettre la table,
puis renverser la sauce,
découper le gigot en petits morceaux,
sceller le fromage dans un coffre.

Mais oublieras-tu ta faim éternelle,
les osselets qui tintinnabulent
dans une boîte en fer blanc,
identique à celle que tu portes
depuis la naissance ?

Tu as quitté la Cène,
en oubliant ton auréole,
mais tu pourras toujours
témoigner du dernier repas,
et placer des reliques
dans les églises,
les garantissant authentiques.

Un certificat d’origine sera fourni,
avec un ruban rouge
et un petit cachet portant foi,
marqué d’une croix.

Certains utilisent ce symbole
pour en faire de petits couteaux,
qui s’enfoncent à merveille
dans la chair des vivants.


Walter Helmut Fritz – mon signet


photo RC – Marseille 2017

hier fut un brin d’herbe
assez éphémère

pour dans le souvenir
resplendir, pour dire

un chemin qui
continue à vibrer

dans ce poudroiement de lumière
qui ne cesse de

défricher la ténèbre.

extrait de « cortège de masques » éditions Cheyne


Un livre difficile absorbe son temps de lumière – ( RC )


C’est un livre difficile
qui absorbe son temps de lumière
avant que le savoir se diffuse
en pensées lentes
qui grandissent en toi :
heures de vie studieuses
où juste t’accompagne
dans la cellule vide
la flamme d’une chandelle .

Sa lueur vacille
au moindre courant d’air,
et si tu lèves les yeux du livre
pour la regarder,
seules, les ombres
accompagnent ta veillée,
hors du savoir
contenu dans ces pages .

Fais vite avant que la lumière chancelle
et finisse par s’éteindre,
transmets ce que tu apprends
à ceux qui viendront t’écouter.
Tu seras l’éclairage
précédant leur chemin solitaire,
un peu de liberté acquise
qui agrandit
leur vision du monde.

1632 Rideau de douche avec le tableau Le Philosophe en méditation de Rembrandt van Rijn
voir le « philosophe » , de Rembrandt

d’après « la solitude du rêveur de chandelle » ( Bachelard )


Gabriela Mistral – l’amour muet


trad Nicole Laurent-Catrice
( variante dans Biblioteca Premio Nobel, éd. Aruilar : Amor, Amor.)

montage RC

Si je te haïssais, je te jetterais ma haine dans des mots, ronde et sûre; mais je t’aime et mon amour ne se fie pas à ce parler des hommes, trop obscur.
Tu voudrais qu’il s’exprime en cri déchirant, mais il vient de si profond qu’il a, défaillant, répandu son flot brûlant bien avant la gorge, bien avant la poitrine.
Je suis comme un étang gorgé et tu me crois un jet d’eau inerte.
Tout cela à cause de mon silence tourmenté qui est plus atroce que d’entrer dans la mort !


Ainsi ne me touche pas. Je mentirais si je te disais que je te livre mon amour dans ces bras tendus, dans ma bouche, dans mon cou, et toi, croyant que tu l’as bu tout entier, tu t’abuserais comme un enfant aveugle.
Car mon amour n’est pas seulement cette gerbe rebelle et fatiguée de mon corps, qui tremble toute au frôlement du cilice et qui s’attarde dans son vol.
Il est ce qui est dans le baiser et ce n’est pas la lèvre; ce qui brise la voix, et ce n’est pas la poitrine; c’est un vent de Dieu qui passe en déchirant la branche de ma chair, immatériel!
.

El amor que calla


La maison de la cascade – ( RC )


Afficher l’image source
architecture: Frank Lloyd Wright

C’est ici que tu inventes le monde :
Tu déplaces quelques rochers
pour asseoir au mieux
la maison que tu vas construire
loin de la ville.

Comment ouvrir les yeux
sur la forêt,
et faire comme si on y était ?
Il y aura de grandes baies
comme si la construction se passait de murs.

Des plages de béton
aux colonnes de pierre,
un temple en devenir
ouvert sur la lumière
au-dessus de la rivière.

La maison semble en équilibre,
oublie toute perspective,
surplombe une cascade d’eau vive
qui continue son chemin
au delà du regard

Perdue dans la nature,
tu fais corps avec elle,
c’est ici que tu inventes le monde
sans que l’on s’égare
dans ses rues obscures.

RC


Les doigts gourds – ( RC ) – le clavier tempéré ( SD )


P Picasso Les menines et la vie No. 29

variation réponse à SD, dont le texte suit

J’ai en mémoire
           le buffet noir
     qu’a peint Picasso,
et qui me rappelle
ce sévère piano droit,
où l’on devait faire les gammes,
faire courir les doigts
sur un clavier
qui restait froid
( et n’avait rien de tempéré ).

Faire que les mains
parcourent les touches d’ivoire,
prenant les blanches pour les noires,
en suivant la Méthode Rose
( on n’espère pas encore devenir virtuose )
on imaginerait qu’elles dansent,
          chacune devant
faire preuve d’indépendance
    dans le mouvement…

Mais je vois bien le tableau :
montée sur le tabouret haut
          ma petite sœur,
tes pieds ne touchant pas terre
sous le regard sévère
de ton professeur :
             encore et toujours
             faire ces gammes,
alors que tu rêvais déjà d’amour :
( tout ce qu’il faut
pour te rendre allergique
à la musique ) :
tu préférais le chant des oiseaux.

RC



Petite fille aux doigts gourds

toi qu’on pressait de faire des gammes

quand tu rêvais déjà d’amour

et qui disais Bonjour Madame

docilement

Toi qui tempérais le clavier

quand te tendait les bras l’infâme

piano droit et l’œil distrait

innocemment

par un oiseau dans l’or du soir

prenais les blanches pour des noires

Susanne Derève


Carcasse d’un demi-queue en grimaces – ( RC )


16 AppartementsLee Plaza.jpg

photo:   Robert Meffre  – Lee Plaza Hotel  – Detroit

Dans la vaste salle  du Lee Plaza

les chaises renversées attendent sans public

Arcs à caissons, décorés pour des fastes

costumés, . bals sur les parquets cirés

la lumière accrochée aux gravats bleutés

souligne un décor, – quelque peu fortuit

de fenêtres ouvertes sur courants d’air

et carreaux qui font – en reflets

d’un vide silencieux – leur petit effet

Alors que trônent d’un air oblique

les touches d’un clavier tenace

accrochées à la carcasse

du demi-queue  en grimaces

imposant de ses cordes croisées

témoin hagard, .. spectre à musiques

…un silence aux accents déglingués.

RC

9 fev 2012

voir aussi  » il était une mazurka »


Vision du Menez-Hom – ( RC )


Afficher l’image source

Quand on pense
que culminaient
de fières montagnes,
comme le sont aujourd’hui
les Alpes,
et qu’une chaine
marquait peut-être
la frontière avec ce que sont
les îles des « Grands-Bretons ».

C’était sans doute
bien avant
que les hommes
ne prennent pied
vers le Menez-Hom,
dont la base
est la côte même
de la mer d’Iroise…

Elle ne fut peut-être
qu’un lagon sous les tropiques
où une légion de crocodiles
circulait entre les îles.
Vision occidentale
dépassée par les évènements géologiques
et ne figurant
sur aucune carte postale ….

RC


Le logis de la cartomancienne – ( RC )


photo: Simonu

Tout en haut de l’escalier

d’une maison délabrée

à façade grise

c’est le logis

de la cartomancienne…

Un chat blanc

à la tête couleur de suie,

veille, avec indifférence

sur une boîte en osier

devant l’entrée

qui reste ouverte

en permanence:

jamais il ne sommeille;

C’est à cet animal

qu’on pose les questions

sur le palier

comme c’est l’usage:

-petit sphynx, petit lion-

Le consulter,

est comme regarder

dans une boule de cristal…

Dans son oeil

se reflètent d’étranges lueurs

où dansent les présages.

Si tu vas chez la cartomancienne,

tu n’y accèdes qu’à pied :

tu repéreras l’escalier:

il est peint de deux couleurs

en rouge et en bleu,

ce qui égaie un peu les lieux:

Quand le chat est à l’intérieur,

c’est elle qui t’accueille

en habits de deuil,

assise, comme toujours

dans le fauteuil de velours .

Il faut suivre le protocole :

elle a les phrases lentes

et peut s’endormir

après quelques paroles

décisives sur l’avenir,

car elle est un peu voyante.

En fin de journée

ses mains sont transparentes.

Tu devras la laisser

méditer sur ton cas

ou bien c’est avec le chat

qu’il faudra dialoguer.


.


Le jour passe sa ronde – ( RC )


montage RC

Le jour passe sa ronde,
et cherche sa géographie
sans l’écrire .

Une bulle viendrait crever
à la surface de la vie,
et voilà que ton sourire m’inonde.

Ce serait le clair-obscur des nuits,
où l’attente finit par trouver une issue.

C’est ainsi que je suis né
pour toi,
toi, qui portais le monde sur ton dos,.

Tu as délaissé ton passé,
la grisaille de l’enfance,
pour m’entraîner sur les chemins de l’avenir.

Ces chemins qui se sont ouverts,
avec nos pas,
précédant nos ombres.

Le jour passe sa ronde,
et nous l’avons suivi.

( un écho au texte de S Derève « géographie du silence  » )


Mon corps lourd de la nuit – ( RC )


J’ai le corps lourd de la nuit
qui pèse à plat sur moi,

– ma doublure effacée par le sommeil-.

Un nuage m’entoure
me coupe le souffle.
Il est de plomb.

Entraîné par son poids
je décroche de mes rêves
pour chuter d’un coup

dans le présent,
éteignant
mes étoiles d’argent.


Qui a saisi ce sourire doux-amer ? – ( RC )


dessin RC ( encre de chine et lavis )- 1978 – 50×65 cm

Les trains du soir
se sont enfuis dans la nuit,
et ton sourire a ces lèvres absentes
de la beauté fanée
d’une photographie
qui a mal vieilli.
Une pellicule dans un album photo
oublié au fond d’une armoire.

Je ne sais plus qui a saisi cet instant,
ce sourire doux-amer
qui rappelle celui de la Joconde,
derrière son épaisse armure de verre
– le mystère d’une perspective
difficile à saisir – ,
une fleur épinglée sur la poitrine
laissant échapper son parfum.

Qui se souvient des fêtes et de la joie,
des portes qui grincent,
des fenêtres ouvertes sur l’azur ,
des verres qui tintent,
de la guerre tendre des regards ?
           une guerre qui pâlit
          comme s’effacent les voix
          de ceux qui t’ont connue.

L’or des cheveux
retrouverait-il son feu,
ton oeil, son incandescence
le vent ,      son insolence ,
             si le sort était levé,
tu reviennes à la vie,
extraite comme par magie
de la photographie ?


Celle qui boit le soleil – ( RC )


photo auteur non identifié

Le ciel se fait l’écho
de la lumière, et joue,
à chacun de tes pas,
où le chemin te conduit .

Les herbes ploient,
contre ce champ à la pente douce:

un semis de fleurs d’étoiles
d’où émerge la robe blanche.

Tu avances, la chevelure rousse…
Celle qui boit le soleil,
Comme s’étalent, ondulent,
vagues sur la nuque blanche,

robe comme une voile,
que le vent porte, et pousse…

Légère comme le parfum du bonheur,
Elle se rapproche de moi….

Rc – mai 2015


Embarqué…pour un voyage au Montana – ( RC )


Montage perso

J’ai mangé les pissenlits
qui parsemaient la pelouse.
Elle s’est vengée,
ne s’est jamais habituée,
à mes pas de deux ,
entre les pages d’un Richard Brautigan.

Il avait sorti d’une boîte
de petits cigares,
et me regardait
sur la couverture de ses livres
avec un chapeau mou,
et de petits yeux
derrière ses lunettes.

Je me suis laissé embarqué
pour un voyage au Montana
dans un train improbable
filant vers Tokyo,
oubliant la couverture cornée
et même la pelouse

aux pissenlits.


Un dimanche à la fête des morts – ( RC )


photo RC – Chanac

Les pierres sont immobiles.
laminées par le temps,
leur couleur est passée,
comme celles des photos
qui y sont accrochées,
ternies,
dans de petits médaillons.

On imagine un peu
ceux qui ont vécu,
le regard perdu
à travers le rideau des années
qui nous séparent d’eux
davantage que les chaînes argentées.

Les tombes voisines sont luisantes de pluie,
c’est toujours en novembre
que semble mourir l’automne,
et que s’échouent les fleurs,
qui perdront inéluctablement
leurs couleurs.

Tu te souviens de la Toussaint,
des demeures massives
en granite poli,
et du gravier blanc
que tu trouvais si joli.

Tu en prélevais un peu
pour dessiner un coeur,
pour répondre aux formules
écrites en noir
sur le fond émaillé.

« A ma soeur chérie » ,
« à mon oncle bien aimé.. ». etc
Puis il fallait s’en retourner,
laisser tranquilles ceux
qui ont le sommeil éternel,
auprès des cyprès centenaires.

La mort est un jour sans fin,
qui ne se contente pas
de fleurs sacrifiées…
la vie ne compte
que ceux qui meurent,
en effeuillant les pages du calendrier ;

le chagrin et l’absence demeurent
pour ceux qui se souviennent.
Je ne parlerai pas des chrysanthèmes
fanant dans leur vase,
des allées désertes,
et des croix qui penchent.

C’était un dimanche,
la fête des morts
( on imagine mal qu’ils dansent
quand tout le monde est parti ).
Le vent a arraché les dernières feuilles
des platanes de l’avenue.

Eux aussi sont en deuil.
Ils secouent leurs branches
comme des membres décharnés :
ils sont les gardiens des ténèbres,
mais attendent le retour du printemps

près de l’enclos funèbre.


Vêtement de glaise – ( RC )


Soffio 6 (Souffle 6) - Centre Pompidou
oeuvre de G Penone ( empreinte de corps dans la glaise – grandeur nature )

S’il faut s’extraire de bourbiers,
en soulevant des plaques de ciment,
tu préfères leur densité
cernant les plaques de fonte,
en tenant ta joie
du bout des doigts.
Le ciel est si pesant,
et les pierres obtuses,
qu’un orage probable te colle au regard,
pendant que tu glisses
sur ton reflet.

Changeant, il se disperse aux premières gouttes,
plus loin la terre soupire,
de joie aussi, et c’est cette saveur amère
qui promet de nouvelles floraisons.
C’est là ton berceau,
cet habit spongieux
qui te ramène à tes origines,
lorsque tes yeux n’étaient pas ouverts.
Ton corps sans froidure
portait ce vêtement de glaise,
et tu engloutissais les nuits,

Maintenant que tu marches,
tu connais le poids exagéré du temps.
Tu récoltes sur le chemin
de petits cailloux,
avant que le vent recouvre de sable ton ombre,
et que du bourbier,
scintillent des éclats de strass et de mica,


Jorge Carrera Andrade – promenade du soir



(Paseo de la Tarde)

photo Barbara Norfleet

Le silence fleuri de l’acacia parfume
la solitude. L’herbe élève un chant paisible
qui caresse l’oreille d’une douceur de plume.
Apporte un livre et la corbeille. Invisible
le passé est revenu et sa ronde séculaire,
et le cœur va à tâtons comme un enfant aux yeux bandés
parmi les ombres qui fuient sur une prairie d’or.

Cinq heures. La pluie cesse
et de larmes brillantes, eau lustrale,
les choses sont baignées.
Lève pieusement les yeux. Sur mes mains
pose tes deux mains tremblantes… Merci, ô mon aimée,
Un céleste soupir descend des acacias.
Un ange, dirait-on, de ses ailes unies
sur nos têtes, a donné à l’instant
un charme divin, oint de baume nos vies,
sur mes lèvres versé la coupe du silence
emplie jusqu’aux bords d’un invisible vin.
Sur mes tempes je sens ses ailes frémissantes.
Cinq heures. La cloche tinte dans l’après-midi clair
et c’est comme si en mon âme
cinq roses venaient d’éclore.
LA GUIRLANDE Du silence

1926

extrait du recueil sur J C de Andrade – Poètes d’aujourd’hui (ed Seghers )