voir l'art autrement – en relation avec les textes

self creation

Entre mes doigts, un peu de poussière d’argent – ( RC )


Il y a ce berceau gris
de photographies à moitié développées,
de celles qui emballent
les premiers jours de ma vie :
ce sont dans ces profondeurs du sommeil
où nous nous serions rencontrés,
partageant un rêve inachevé.

Faut-il que j’en sorte,
maintenant un peu plus sombre,
avec le regard qui s’égare ?
Le rêve se serait terminé
sans qu’on s’en aperçoive
et je tiens entre mes doigts
un peu de poussière d’argent.

Le réveil est évanescent :
on me voit adolescent,
accoudé au buffet noir ,
mais la photo ne capte qu’un instant,
pas l’éternité,
et encore moins le futur
où nous pourrions à nouveau, nous rencontrer.


Le platane dans la cour – ( RC )


Feuilles mortes : composter ou pas ?

 

_
Je me souviens de l’arbre
dans la cour de récréation ;
c’était un de ces platanes
dont on rognait les grosses branches.

Au roulement des nuages d’automne,
le platane abandonnait ses feuilles
avec des nuances , où il restait
du vert et du jaune , parmi la rouille .

A sa base, une rondelle de béton
comportait un multitude de stries en creux
où les enfants se groupaient
pour jouer aux billes
avec le but d’en faire le tour
le plus rapidement,
tout en évitant les creux.

Je me souviens y avoir joué aussi,
       les doigts tachés d’encre violette.
C’était celle qu’on utilisait encore
dans ces récipients en porcelaine blanche
incrustés à droite dans le trou du bureau .

Je me souviens…
( comme dirait Pérec )
aussi ,      de l’odeur âcre des feuilles,
que l’agent d’entretien faisait brûler,
    odeur qui marquait définitivement
        la fin de l’été.


La maison de l’ombre – ( RC )


Afficher l’image source

J’ai touché l’ombre de mes doigts,
et elle n’a pas bougé.

La maison était dans une couronne de ronces,
ses fenêtres closes ne parlaient plus .

Ouvertes , elles n’auraient pu qu’être muettes
dans l’oubli des étés et des rires.

Qu’elle gémisse de fatigue dans ses fers

– de rouille – , écrasée par le poids du ciel,
qui n’est qu’indifférence…

J’ai touché du doigt
son triste corps de pierre.
Elle ne m’a pas répondu.

Si j’étais resté plus longtemps,
elle m’aurait mordu
me lançant ses ronces au visage .

RC – nov 2020


Une navigation entre les pôles – ( RC )


photo brookeshaden

Je navigue entre les pôles,
sans apporter mon corps.
Il y a entre eux toute la rotondité du monde.
Une fois que j’en ai touché un,
je continue pour atteindre le suivant.
Je franchis par l’esprit des océans,
ou des cordilières,
tout dépend où je passe…
mais je reviens toujours à mon point de départ,
comme si progresser était tourner les pages
d’un calendrier perpétuel.

Alors, je décris ma marche,
mes aller-retours ,
j’en ai rempli quelques cahiers,
mais, si je les consulte
j’aurai peut-être la surprise,
de voir que les pages s’effacent la nuit,
un va-et-vient constant
entre désir et réalité,
là où les questions que je pose,
n’ont pas de réponse :

ce seraient des choses presque vues,
car je désire toujours les apercevoir .


Avec l’ombre de Jupiter – ( RC )


montage perso

Je photographie toujours ton ombre,
et la nuit surgissant de tes yeux .

Les planètes se confrontent à l’avenir
quand les chandelles s’éteignent
dans un souffle, sous le regard sombre
des statues des dieux.

Ceux qui sont descendus de l’Olympe
ont délaissé leur empire,
les métamorphoses d’un univers
qui leur échappe.

L’ombre est celle de Jupiter,
qui rit encore sous cape .

Elle a grandi dans mon souvenir,
davantage qu’une sage imagerie
des héros de la mythologie
que la mémoire invoque .

Diane a les yeux fermés.
Son tombeau restera ouvert .
Il suffir que je l’évoque,
pour me retrouver dans d’autres lieux,
entouré de colonnes romaines .

C’est un site où règne le mystère,
où de ta bouche jaillit une fontaine,
l’argent des oliviers centenaires.

La nuit surgira de tes yeux .


Comme chez Francis Bacon – ( RC )


Si c’est la chair abandonnée,
de peine, de joies, de rages,
l’éclairage cru, d’otage,
le sang égoutté
lentement dans la nuit,
cette grande baignoire
où la vie s’enfuit
d’un coup de rasoir.

Difficile ainsi de se représenter
en auto-portrait….

  • plutôt se filmer là,
    devant la caméra :
    machine sans émotion
    oeil indifférent
    où s’installe l’espion
    de nos derniers instants

( Pour ceux qui aurait du mal à le croire
en léger différé – vous pourrez revoir
la vidéo prise ce soir là ) :
une fleur pourpre s’étend
lentement sur le drap ,

  • un bras pend
  • et la lumière s’éteint

Bacon aurait pu peindre
cet évènement sur la toile:
une pièce presque vide

  • un fond bleu pâle
  • une sorte de suicide
    sous un éclairage livide
    cru dans son contour électrique
    une ampoule laissée nue
    ( on dira que cela contribue
    au geste artistique ).

Un corps semblant inachevé
aux membres désordonnés
exhibés comme dans une arène
livré au regard obscène
alors que , pour tout décor
l’air brassé par un vieux ventilateur
tourne lentement encore
dans d’épaisses moiteurs

La peinture a de ces teintes sourdes
comme enfermée dans une cage
On n’y rencontre aucun visage
c’est une atmosphère lourde
de senteurs délétères,
dont elle demeure prisonnière.


Même exposée dans le musée,
elle sent le renfermé …

voir au sujet de F Bacon, cette étude….


W.H.Auden – Funeral blues


photo J Marc Rocfort

Arrêtez les pendules, coupez le téléphone,
Donnez un os au chien, qu’il cesse d’aboyer;
Faites taire les pianos; au son sourd du tambour,
Faites sortir le cercueil, faites venir le cortège.

Que tournent dans le ciel des avions en pleurs;
Qu’ils y griffonnent les mots IL EST MORT.
Qu’on mette des nœuds de crêpe au cou blanc des pigeons;
Des gants de coton noir aux agents de police.

Il était mon nord, mon sud, mon est et mon ouest,
Ma semaine, mon travail, mon dimanche, mon repos,
Mon midi, mon minuit, mon dire, mon chant;
Je croyais que l’amour était pour toujours: j’avais tort.

A quoi bon les étoiles à présent? Eteignez-les toutes!
La lune, qu’on la remballe! Qu’on décroche le soleil!
Videz-moi l’océan! Déblayez-moi ces arbres!
Car rien de bon jamais ne peut plus arriver.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean-Yves Le Disez.


Louis Calaferte – LONDONIENNES (extraits)



André DERAIN – Londres Westminster

Pendant que j’allumais une autre cigarette

tu as quitté tes bas

assise au bord du lit

et maintenant tu n’oses pas

dans cette chambre où nous n’avons jamais dormi

lever les yeux sur moi

 

C’est soudain comme si le temps meurt ou s’arrête

un long alinéa

je m’approche du lit

et viens te prendre entre mes bras

dans cette douceur triste et qui nous engourdit

j’ai aussi peur que toi

 

Il y a au-dehors des rumeurs vagabondes

nous ne nous en irons que pour un autre monde

 

A Londres c’est l’automne il est presque minuit

 

 

                    *

 

C’est vrai qu’il pleut à Londres

et que les ponts s’ennuient

 

 

Le ciel mourant et hypocondre

aux nuages noués de suie

 

A Londres il pleut à Londres

paillettes de la pluie

 

On voyait la ville se fondre

comme irréelle comme enfuie

 

Un peuple imprécis correspondre

sous les dômes des parapluies

 

Nos ombres allaient se confondre

dans l’ombre grise de la pluie

 

C’est vrai qu’il pleut à Londres

et que je t’ai suivie

 

 

                *

 

Je ne crois pas te l’avoir dit

lundi mardi ou mercredi

ou quelque jour de la semaine

 

Et pour autant qu’il m’en souvienne

tes dents blanches la bouche ouverte

tu mangeais une pomme verte

 

J’ai rencontré dans Fetter Lane

au bras de la sombre Mary

le fantôme de Frankenstein

 

Et pour autant qu’il m’en souvienne

le jade était surnaturel

dans tes longs yeux de caramel

 

Il y avait aussi Boswell

Milton et puis Dickens aussi

et d’autres ombres magiciennes

 

Mais pour autant qu’il m’en souvienne

le blanc le jade et le vert pomme

je ne voyais que toi en somme

 

Qui réellement me surprennes

lundi mardi ou mercredi

et tous les jours de la semaine

 

 

Ragtime

 

Anthologie de la poésie française

Du XXè siècle

 nrf

Poésie Gallimard

 

 

  
André DERAIN – Londres Westminster

Les clefs de la maison – ( RC )


Des générations se sont succédé,
dans la vieille maison.
Imagine alors les décennies,
où des portes se sont ouvertes et closes,

les secrets scellés,
derrière le silence
ou les coffres muets
aux serrures bien huilées.

On a perdu bien des choses,
comme les arômes des roses,
et des outils
dont on ne connaît plus l’usage.

Dans un fond du tiroir du vaisselier,
se sont entassées toutes sortes de clefs,
qui ont résisté au passé,
mais ne permettent plus de l’ouvrir.

J’en ai trouvé de toutes sortes:
des lourdes et des longues,
des fines et des plates,
de toutes petites aussi.

J’ai pensé que certaines s’adaptaient
à un cadenas, une autre à un coffret à bijoux.
Clefs rouillées, clefs égarées,
qu’est-ce qui vous rassemble ?

Aucune d’elles n’a plus d’utilité :
je les imagine dans un tableau de Magritte,
ne permettant d’entrer
que dans les nuages .

Je trouve, parmi toutes ces clefs,
celles que des amis m’avaient confié,
avant qu’ils ne déménagent
pour leur dernier voyage….

Peut-être trouverai-je parmi
celles qui me restent
la clef du paradis
( on m’y aurait réservé une place ).

Reste à savoir laquelle
aura des ailes ,
quand ce sera mon tour
un petit tour, et puis s’en va ….

Faut s’en faire une raison :
je n’aurai pas besoin , pour la maison
de la fermer à double tour ,
( je garderai toujours la clef de ton amour ) .

Armand Pierre Fernandez
Art : accumulation de Arman
clefs spirales
ou bien en idée de mobile…


Bornéo – ( SD/RC )


Raoul Dufy – Le cargo noir

et une version plus récente du texte de R C

Jean Dufy – Port du Havre


Ludovic Janvier – voyez le matin


photo perso – Finistère 2021


Voyez le matin comme il me prépare
et l’herbe du pré si elle m’attend
voyez l’eau du lac comme elle me pense
et le bleu du ciel s’il donne à vouloir

voyez le chemin comme il part de moi
si l’eau du ruisseau promène ma soif
voyez comme l’ombre a choisi mes mots
et si le caillou me ramène au temps

voyez l’horizon comme il me rattache
si les vols d’oiseau m’apprennent à partir
voyez la forêt comme elle m’écoute
et si le silence est fait de ma voix


JeanPierre Balpe – A


Commence par regarder s’arrête puis ferme les yeux imagine se dit que ce n’est pas possible que ce soit ainsi qu’il a vu ce qu’il a vu préfère croire le monde que le voir rouvre les yeux regarde à nouveau n’y croit pas ça va pas comme ça ça va pas question de patience d’apprivoisement de surprise de peur ne sait pas ne sait pas n’a jamais su rester les yeux ouverts commence par regarder mais ça ne dure pas ne peut pas durer ses regards le blessent le monde est trop différent fait un pas s’arrête ouvre un œil le ferme ne veut pas voir ce qu’il ne peut pas ne pas voir ne veut pas voir ça et le reste se dit qu’il rêve ou cauchemarde que tous ces mouvements browniens ce chaos ces fatras de choses et d’autres de regards perdus sourires niais papiers gras visages usés ça ne peut pas être le monde que ça ne peut être qu’une erreur une supercherie rien ou tout c’est selon ferme les yeux met de la couleur des parfums dans sa tête respire s’arrête s’arrête ferme les yeux les ouvre les ouvre les ouvre et ça suffit comme ça ça suffit comme ça ça lui suffit comme ça comme ça


Décapiter les fleurs du jardin – ( RC )


Tu as tenu dans tes bras le bouquet de l’été,
Que le vent tiède a fleuri ,
et lentement , coupées de leurs racines,
les têtes ont fléchi.

Tu as tenu dans tes bras ton ventre arrondi,
que l’amour a fleuri ,
mais éloigné de ses racines ,
ton corps s’est flétri .

Il n’y a eu que sécheresse
et le froid, l’hiver
et la détresse
et la bouche amère.

Il y a un mot pour décrire
celui qui n’a plus de parents
mais il n’y en a pas pour dire
une mère perdant son enfant.

Comment interroger le destin,
quand , fleur après fleur
se perd dans le lointain
la plus petite lueur ?

La mort était-elle dans ton sein
pour qu’ainsi, elle vienne
décapiter les fleurs du jardin
et les priver d’oxygène … ?

d’après un texte de Marina Tsvétaieva


RC – août 2016


Une halte sur le chemin de saint-Jacques – ( RC )


auberge du Sauvage, Hte Loire photo editions de la Martinière

Emprunter par les temps
de neige et de grêle
le chemin de St Jacques
de Compostelle :
voila que l’on comprend
qu’une halte s’impose:


certains en auront leur claque,
faute d’aller à la plage,
après la marche, on se repose
dans l’outre-lumière de Soulages….

Non, mais rendez-vous compte
que pour un homme
mieux vaut s’arrêter à Conques
qu’aller jusqu’à Rome !

de toute façon,
le chemin est encore long- ,
mais on dit même,
qu’à Rome tous les chemins y mènent.

Tant pis pour Compostelle
ce sera pour une autre fois,
je me brancherai des ailes,

dès que j’aurai la foi. –
Je demanderai aux saints
un peu de patienter
( eux qui n’ont pas d’ampoules aux pieds),
je leur confierai mon bâton de pèlerin…

Sûr qu’ils iront le planter dans le jardin de l’abbatiale,
là, juste derrière le choeur :
mon bâton vaut bien une cathédrale :
voyez donc comme y poussent des fleurs !
Le miracle vient des terres que j’ai foulées,
arrosé des pluies du Jugement dernier –
( après pesée des âmes, on m’a pris en pitié …)

  • j’aurais dû être jardinier –

On me demandera de passer l’arrosoir,
jusqu’au purgatoire ,
le pape m’enverra un carton d’hosties.
Vous comprenez maintenant pourquoi je reste ici.
Sur les églises du coin y a marqué
qu’en ce lieux
c’est la maison de Dieu
( moi, je ne l’ai jamais vue habitée)

peut-être ai-je tort – ou bien raison –
mais tant qu’à visiter l’Aveyron
autorisez-vous un détour : ce serait dommage
de ne pas vous arrêter déguster un peu de fromage
de Roquefort,
sans pour autant tomber raide mort…
Si vous en trouvez au Mont-St Michel
vous aurez de la chance…

il reste quand même un peu de distance,
jusqu’à Compostelle !
Je pense à tous ces pénitents
qui vont, sac au dos,
par monts et par vaux
( et rien à se mettre sous la dent )
on parle bien des fruits de la Passion…
continuez donc dans cette direction !


carcasse et abandon – ( RC )


photo Hans Proppe

Ce matin très lumineux,
cette route qui ne va plus nulle part,
un mur et cette carcasse d’un bâtiment blanc
et le vent qui secoue les buissons maigres,
souligne l’abandon sous un azur très pur
après un long détour.
Le soleil a tordu l’ancien climatiseur,
le temps a cuit les pierres,
la route défoncée s’éloigne dans la poussière .

( texte créé à partir de la photo jointe )

dec 2020


Le prunus de Fukushima – ( RC )


Afficher l’image source

Loin du tsunami,
et des accidents nucléaires
survit de façon insolente
un prunus, qui n’a avait jamais produit
autant de fleurs.

Les tours des banlieues ont été désertées,
et les rues abritent des courants d’air.

On peut y voir parfois
les bateaux renversés,
éventrés, drôles d’épaves urbaines,
des poteaux brisés dont les cables
se sont enchevêtrés,
pris dans des blocs de béton.

Le prunus, lui, survit.
A le voir, on croirait
que les tempêtes n’ont jamais existé.
Il est passé aux actualités,
a enrichi les pages des magazines étrangers.

Personne ne vous a dit,
que ses fleurs étaient vénéneuses.


Max Jacob – Madame la Dauphine


Montage perso –

Madame la Dauphine
Fine, fine, fine, fine, fine, fine
Fine, fine, fine, fine
Ne verra pas, ne verra pas le beau film
Qu’on y a fait tirer
— Les vers du nez —
Car on l’a menée en terre avec son premier-né
En terre et à Nanterre
Où elle est enterrée.


Quand un paysan de la Chine
Shin, Shin, Shin, Shin, Shin, Shin
Veut avoir des primeurs
— Fruits mûrs —
Il va chez l’imprimeur
Ou bien chez sa voisine
Shin, Shin, Shin, Shin, Shin, Shin
Tous les paysans de la Chine
Les avaient épiés
Pour leur mettre des bottines
Tine ! tine !
Ils leur coupent les pieds.


M. le comte d’Artois
Est monté sur le toit
Faire un compte d’ardoise
Toi, toi, toi, toi,
Et voir par la lunette
Nette ! Nette ! pour voir si la lune est
Plus grosse que le doigt.


Un vapeur et sa cargaison
Son, son, son, son, son, son,
Ont échoué contre la maison.
Son, son, son, son,
Chipons de la graisse d’oie
Doye, doye, doye,
Pour en faire des canons.

extrait du « Laboratoire central » et accompagnant un lieder de Francis Poulenc


Guy Goffette – dans ce petit creux d’ombre et d’oubli


Et tu finis par ranger le livre, là-haut,
à sa place exacte, ce petit creux d’ombre et d’oubli
comme le coin de terre qui te revient.
Tu reviens toi aussi

à ta place, devant la fenêtre, la table,
ce carré de neige que nul encore n’a forcé
et qui va dans tous les sens comme ta vie
parmi les mots, les morts.

Tu sais bien qu’aucun signe ne guérit de l’absence,
pas plus que le merle en tombant ne renverse
l’axe de la terre, mais tu persiste, ô scribe,
à soudoyer les anges :

un peu d’or dans la boue, dites, que la nuit reste ouverte.

extrait de « La Vie Promise, »  1991


Sans noms – ( RC ) – d’après Paul Celan


dessin: Zoran Music

Ils veulent effacer nos noms
comme nos corps,
anonymes et juste identifiables
grâce à un matricule,
              en apposant des scellés
dans le non-dit,
sur les lèvres éteintes
de l’histoire,             la rendant muette,
aussi innommable que nous .

Or ce n’est pas notre fin,
qui s’écrit,       taciturne
         mais le commencement
         d’une écriture,
même si nos noms
ne nous sont rendus,
qu’avec des caractères
inscrits par milliers
dans des plaques de mémoire.

RC –  mars  2020

Claude Lanzmann à propos du "Mur des noms" : "La nomination est la  sépulture même"

d’après le texte de Paul Celan, évoquant la Shoah ( dans Zeigehöft, )
Das Nichts, um unsrer
Namen willen
—-sie sammeln uns ein—-,
siegelt,

das Ende glaubt uns
den Anfang,

vor den uns
umschweigenden
Meistern,
im Ungescheidnen, bezeugt sich
die klamme
Helle.


dans son allocution de réception du prix de la ville de Brême, en 1958, Paul Celan déclare :

Accessible, proche et non perdue, au milieu de tant de pertes, il ne restait qu’une chose : la langue. Elle, la langue, restait non perdue. Oui, malgré tout. Mais il lui fallut alors traverser ses propres absences de réponse, traverser l’horreur des voix qui se sont tues, traverser les mille ténèbres du discours porteur de mort. Elle traversa et ne trouva pas de mots pour ce qui était arrivé. Mais elle traversa cet événement et put remonter au jour “enrichie” de tout cela. C’est dans cette langue que, au cours de ces années-là et de celles qui suivirent, j’ai essayé d’écrire des poèmes afin de parler, de m’orienter, afin de savoir où j’étais et où cela m’entraînait, afin de me donner un projet de réalité


Le couple de pierre a perdu son ombrelle – ( RC )


 
photo perso – Gorges du Tarn,  vers le hameau de la  Croze
 

       

Je ne sais depuis combien de temps
         patientent ces gens
au sommet de la colline .
Ont-ils perdu leurs habits d’hermine
ainsi que leur ombrelle ?


Les voila changés en statues de sel,
        ces deux amants
            exposés au vent,
mais toujours aussi proches.


         Leur visage de roche
par un sculpteur,      immortalisé
         en prolongeant leur baiser
     en aplomb du précipice.


On pense à Philémon et Baucis
     dont l’existence réelle
      ne s’embarrasse pas d’ailes :
leurs branches enlacées , 
un face à face rapproché ,


où l’amour peut affronter
le passage des années,      pour l’éternité.


Dans le silence d’une fin d’été – ( RC )


photo auteur non identifié – lac Baïkal

Je ne sais plus où s’éteint
la voix du vent,
dans un soupir peut-être,
comme ne se ride plus
la surface du lac.

Les pierres en profitent
pour se sentir légères,
et s’envoler d’espoir,
contre les nuages
à l’avancée du soir.

Le jour sur sa fin, s’étire, las.
Il abandonne ses couleurs…
Il n’y a plus ni haut ni bas,
ni pesanteur
dans ces dernières heures.

Les barques sont posées
sur elles-mêmes, noires,
le reflet des eaux est un miroir
baignant les étoiles;

Deux notes d’un crapaud solitaire
quelque part sur la terre,
la voix lactée , s’étire , pâle
dans le silence d’une fin d’été.


Robert Vigneau – l’asperge



montage perso d’après « asperges de la une  » de Max Ernst

Dans le printemps en prière,
L’asperge prend son élan.

Dieu du Ciel, Dieu fait lumière
Qui brille au dessus des champs
Et dessous, autre prodige :
L’asperge dans son terreau
Sort ses griffes, ses rémiges,
Sort des instances d’oiseau,
Des espérances de plumes
Frisant au bec du turion.
La colombe du légume,
Notre asperge en dévotion !
Dans le sable elle voltige,
Tirée verticalement
Vers le ciel, vers ce vertige :
La lumière du printemps.
Fuis l’asperge en couleur d’ange
Sort des envols souterrains.
La clarté lui tend la main.
Alors qui se fait phalange?
Qui choisit Dieu pour arôme?
Qui se glisse dans la paume
Lumineuse du divin ?
Notre asperge du jardin.


Ces champs devenus gris – ( RC )


Exposition Geneviève Asse | Musée des Beaux Arts

Image –  Geneviève  Asse

Les champs qui bordent le jour
sont devenus gris
il est impossible d’en saisir le contour;
la joie nous a été ravie,

une menace , lentement, plane :
–     les champs n’ont plus fleuri;
tu verras dans une autre vie
que la lumière s’éloigne …

(variation  sur  un texte  de Jean-Claude Pirotte: Parce que  le dessein des vies...)


Fin de partie – ( RC )


Levy_Ernst_Tanning

1944- front Max Ernst and Dorothea Tanning play with Max Ernst Chess Set; back Muriel Streeter and Julien Levy play with a Bauhaus Chess Set

Sur le  trottoir  de l’avenue

le vent fouettait les  oriflammes.

Je suivais la diagonale,

et le cavalier  m’indiquait la voie,

sans  que  le soleil ne  se montre…

J’ai  emprunté dans une  vitrine

le reflet de la boulangère  anachronique,

habillée  à l’ancienne d’un hénné

et d’un vieux  tablier.

Fixé sur place par une pesante  cotte  de mailles,

je n’ai pu empêcher  la  tour  de s’avancer.

Elle  m’a barré la  route

pendant que,  du beffroi

la  cloche  la plus  grave

marquait la fin de la partie.

RC –  août  2020


Rabih El-Atat – plage


Praia Da Batata

sur la plage
tout semble lumineux
même le chagrin


Armand Rapoport – l’hiver des astronomes – A


Comme si l’Astronome perplexe au Pic du Midi au Grand Sasso
Orientait ses miroirs lointains hors de toute constellation
Haineuse suivant la course d’autres soleils comme si la voix
De Nadejda Mandelstam revenait souvent le visiter quand par
Excès de lumière ou trop grande fatigue ses yeux se plissaient
Contre la Lunette optique-Nord que la poursuite trop lointaine
D’étoiles le ramena dans les récits d’ici où d’équivoques buées
Voilaient la clarté des lentilles comme si évasion hors-de-terre
Le portât aussi à ne pas mépriser cheminement de toute créature,
Que d’élitaires catalogues métamorphosaient en fourmis dociles
Comme si des fabulistes improvisés dressaient encore bestiaires
Jungles silencieuses où chacun avait déjà eu sa part d’avance…


Alda Merini – l’hystérique


Montage perso

J’ai aimé tendrement de très doux amants
sans que jamais ils n’en sachent rien.
Et sur eux j’ai tissé des toiles d’araignée
et je fus la proie de ma propre matière.
Il y avait en moi l’âme de la catin
de la sainte, de la sanguinaire et de l’hypocrite.
Beaucoup ont donné un nom
à ma façon de vivre
et je fus seulement une hystérique.