voir l'art autrement – en relation avec les textes

Susanne Derève

Feston d’automne – (Susanne Derève)


PH-4 – Clyfford Still – 1952

.

Rouge feston des mues d’automne ,

qui vient aux nervures des feuilles

comme on suivrait les lignes de la main.

.

Je serrais si fort dans la mienne sa petite main d’enfant,

chaude et vibrante – le cœur battant d’un petit animal

palpitant sous mes doigts –

.

Son babil m’emportait, ses joues flambaient de froid.

Nous épuisions les jours à fouler dans les bois

d’épais tapis de feuilles mortes qui finiraient

en feux de joie.

.

J’aurais voulu saisir les bronzes et les ors

les soies brillantes de l’automne,

les écus de lumière inondant les futaies

mais déjà il n’était plus temps.

.

Les branches ne portaient plus

que le rire cristallin de l’enfant

étincelant dans le silence .

.

Puis, les bois se sont tus …

et d’un pas ingénu s’en est allée l’enfance.

.


Pontaniou – (Susanne Derève )-


 

.

En longeant les murs délabrés de l’ancienne prison

de Pontaniou  sous le fil bleu des grues

je me disais, suspendue à ton bras :

«  Te retrouver est comme aimer une première fois,

     et la vie une fleur vagabonde ».

De sa corolle ouverte  renaissait ton sourire.  

Que serions-nous demain ?

En ce joyeux Dimanche d’automne 

les enfants babillaient  sous les claires verrières

de l’ancien Arsenal.

La rue de Saint-Malo retentissait de rires.

Verrions-nous  un jour des rideaux aux fenêtres 

de l’austère prison , 

et des roses y fleurir ?

voir expositions/anciennes/prisons/pontaniou-ombres-et-lumieres/

                                 


Arcs-en-ciel – (Susanne Derève) –


Miguel Barcelo – Diluvio

.

Lumineuse est la vie  qui trace

de ses pinceaux de joyeux arcs-en-ciel

sur l’eau après l’orage

              ***

Mais j’ai vu  ce matin

à même le trottoir

sur le pavé luisant de l’averse

des hommes de carton

qui disent les chiens ont faim

.

Les chiens ont faim et les hommes se taisent

les chiens aboient   les voix s’aigrissent 

dans le cliquetis des chaines

Les hommes ont soif et les chiens traînent

des laisses inutiles

              ***

Que tout semble soudain dérisoire

de ce qu’on emporte avec soi

petites joies enrubannées

dans leurs pochettes de papier

chinées aux vitres lumineuses

aux enseignes dorées

douces fanfreluches de l’insouciance

innocentes peluches

              ***

Innocentes ?  Souviens-toi 

pareil à une pendule cassée

qui indiquerait obstinément l’heure

de l’éternelle enfance

ton vieil ours

dans le fauteuil de moleskine rouge

spectateur contraint  des années                                                         

              ***

Un paradis perdu l’enfance

S’en dépouiller , c’est comme un jour chuter

de l’arbre et ne plus pouvoir y grimper

Hâtons-nous, de faire provision de tendresse

               ***

Je nouerai les bras autour de ton cou

Dérobe-moi au monde

Ce soir, je ne veux  plus rien savoir

de la souffrance

Main dans la main elles vont

misère   douleur   souffrance

gâter la joie des gens heureux 

               ***

Eux qui n’ont pas d’histoire

J’en avais une pourtant à raconter

dont tu étais héraut

le pinceau à la main

– la valse des couleurs disais – je –

Tu savais peindre des musiques

le blanc velours du piano

et le bleu fluté des trompettes

le feu étincelant du saxophone

et le sombre rubis des cordes    

                                    

Big band – la dernière note ?

un habit d’Arlequin

un rire clair de Comedia del arte

               ***

Mais le  réveil du premier train

est d’un gris sale d’avant  le jour

coulant traîtreusement à travers les persiennes

dans le long chuintement des rails

Où auront-ils dormi ceux du trottoir 

sous la pluie fine

dans quelle noire encoignure de porte ?

               ***


Enfant-roi – (Susanne Derève)


Odilon Redon – Enfant endormi

.

Non je  n’irai pas réveiller l’enfant-roi

qui sommeille

dans la vive clarté du matin,

car le ciel est si  bleu,

les pins si verts,

les cimes si  brillantes

qu’ils portent en eux leur propre fin

annonciatrice d’orage.

.

.

Je le laisserai dormir à poings fermés

dans l’ombre mauve  des persiennes,

livré  à la tiédeur  des draps,

à la quiétude ailée  de ses rêves                                  

et je refermerai doucement la porte

après moi .

.


Lointaine enfance – (Susanne Derève) –


Auguste Renoir – Margot (Marguerite-Thérèse) Bérard

.

C’était si proche encore l’enfance

si irrémédiablement proche

et lointain .

Je la cherchais dans le vacillement

des couleurs  dans les balbutiements

du ciel,

.

en toute chose qui fragile  pure

ingénue  viendrait combler

l’irrémédiable perte ,

dans la grâce imparfaite d’un chant ,

le froissement ténu d’une aile ,

la pâle carnation d’un pétale ,

.

.

cette tendre innocence,

cette limpidité de source 

dont je poursuivais inlassablement la trace

en vos yeux .


Toussaint – Susanne Derève –


Pierre Rochereau – cimetière de Léhon

.

Ne parle pas de chrysanthèmes

c’est Toussaint

Ne me parle pas des pierres

c’est cimetière

La mort est un jour sans fin

et la faim me tenaille de vivre

encore

A Toussaint autrefois

c’était toujours Dimanche

parmi les fleurs

Maman se serrait contre moi

j’étais la chaleur des corps ensevelis

contre le sien     un bouclier ardent

Je faisais face au poids charnel

du chagrin      aux servitudes de l’oubli

Nos pas crissaient dans les allées

et les fleurs immobiles taisaient

lentement  leurs couleurs

Moi, pendue à son bras  

spectateur  du tendre  passé

je ne voulais pas que s’étiole l’amour

Je priais qu’il dure toujours    

.

.    

                                                                           


Les pépins de la pomme – (Susanne Derève)


René Chabrière – Quartier de pomme (Aquarelle)

.

Tu manges les pépins de la pomme

et moi   je les enterre

.

.

avec la poule qui picore

l’agneau de lait

le sabot du cheval

.

.

l’héliotrope et l’éphémère

le rayon de la ruche

le chant des cathédrales

.

.

Je n’emporte  dans ma musette

que ce rêve de toi

que je sème à tous vents  

.

.

un morceau de nid d’hirondelle

et l’œil affolé du faon

ce frisson de feu sous l’échine

sa course fauve à travers champs

.


Causses – (Susanne Derève)-


photo RC – Causses

.

Ondulant à perte de vue dans la lumière,

les courbes blondes des prairies 

griffées de la pierre grise du calcaire,

le sillon brun des labours

et les vertes dolines

.

où le vent frais balaie la chaleur de midi,

berce dans les sous-bois les strates accumulées     

d’anciens automnes. 

.

Résonne de loin en loin  

l’écho d’un pas,

le craquement assourdi du bois mort …

.

Soleil.

Le long dimanche de fiançailles

d’une fin d’été   

avant les noces blanches d’hiver.

.

On se prend  à rêver de chemins effacés,

de villages engloutis sous la neige,

du tintement des pelles sur les seuils,

de ciels de cire ponctués de fumées grises,

.

comme si l’oubli n’était en toute saison

le cœur de ce pays, son âme claire

sa  terre promise

.


De poésie et d’eau fraiche – (Susanne Derève)


René Chabrière – Encre et acylique

.

De poésie  d’eau fraiche

et d’une tache sur le mur peinte

aux couleurs du jour

–  de rouge automne –

on vivait

là où le soleil nous débusquait parfois

au coin d’une table de bois

oublieux des heures

mariant les rimes

soudain pressés  de nous frotter

à la douce chaleur de midi,

à sa  tiède  torpeur sur la peau

et de les remettre à plus tard

de se faire chantre de la nuit

car le soleil  griot du jour

se passait bien des mots

.


Le peintre oublie les étoiles – (Susanne Derève)


Katherine Bradford – Night sky

.

Ce n’est pas la nuit

Ce n’est que la profondeur du temps

à grands coups de pinceaux sur la toile

Le  peintre oublie les étoiles

et puis il les ajoute une à une

patiemment

On craint un grand chambardement

mais ce n’est qu’un peu de blanc titane

d’ocre ou de rouge magenta

qui reste collé sur les doigts


Yehuda Amichaï – L’endroit où nous avons raison


Henri Michaux – De l’autre côté

.

A l’endroit où nous avons raison

ne pousseront pas les fleurs

du printemps.

.

L’endroit où nous avons raison

est piétiné , hostile

comme le monde extérieur.

.

Mais comme des taupes et les labours

les doutes et nos amours

rendent le monde friable.

.

On entendra un murmure

s’échapper de la maison

qui a été détruite.

.

.

Le baiser de la poésie

24 poèmes d’amour de

Yehuda Amichaï * et Ronny Someck

Revue LEVANT

traduit par Michel Eckhard Elial

* poète israélien (1924-2000)