voir l'art autrement – en relation avec les textes

Susanne Dereve

Ne compte pas ce qu’il reste d’étés (Susanne Derève)


Albert MARQUET – Alger

 

 

Ne compte pas ce qu’il reste d’étés

N’en resterait qu’un seul, nous saurions l’épuiser

comme le condamné convoite l’aube recluse,

l’égaré la première étoile

 

N’en reste qu’une trace furtive au creux des blés

un pépiement d’oiseau

la lueur du couchant sur les pierres

un ricochet sur l’eau

et pour peu que le vent le ramène au rivage

le sillage blanc d’un bateau

regagnant lentement le port ,

blanc et sonore du vol agglutiné des mouettes   

 

Le croirait-il, celui qui tient la barre,

qu’il croise pour la dernière fois le phare

et la bouée du  dernier  corps-mort

 

Il pense juste à demain

et demain est plein de l’ombre du vent

sur la mer

et de la fraicheur des risées

du parfum d’iode

et des soubresauts de la pêche

brillante en ses filets      

 

Demain est dans ses rets ,

et dans nos mains peut-être   le dernier été

 

 


Insomnie – (Susanne Derève)


Arpad Szenes – Vers l’Ouest

 

Je me serrais tout contre toi

tout contre ton sommeil

et tes rêves me tenaient en éveil

longtemps …

 

Je  me glissais furtivement hors du lit 

pour leur faire place

 

et l’aube m’accueillait chargée de gris et d’ors

épousant les rives basses du fleuve ,                   

figée dans leur  reflet,

 

n’était-ce l’aile noire d’un cormoran

se déployant sur l’eau et prenant son essor

pour  prélever  sa proie comme un  orfèvre

 

avant de  poursuivre  sa route  le cou tendu

vers les étraves des grands nimbus

au-delà des écluses   et du  havre silencieux  

des grèves  

 

Alors, en frissonnant  je reprenais ma place familière 

entre les draps 

Je m’y serrais tout contre toi  en refoulant  tes rêves 

avant de sombrer enfin  dans le sommeil

 

mais  je crois bien qu’ils m’attendaient

à mon réveil

et   tu  les poursuivais les yeux ouverts

 

 

 


Le chercheur d’absolu – (Susanne Derève)



Barthélemy d’Eyck : Triptyque de l’Annonciation d’Aix (détail)


 

Tu  conservais les fleurs des champs

dans  les pages des livres

Ce muguet de printemps que je t’avais offert

je l’ai trouvé séché, comme un jalon,

comme un repère,

un doux secret qu’abritait

Le chercheur d’absolu.

Sans doute  ainsi as-tu vécu

traquant  tes rêves solitaires. 

 

 

  

Et  de ces passages annotés,

est-il  un mot à effacer,

est-il une phrase,  un regret

un voyage à Cythère

dont on tairait  l’écho

une voix égarée

la trace d’un sanglot

 

 

une prière  tue

à jamais prisonnière                     

d’Un chercheur d’absolu

aux pages écornées  

que ronge la poussière

 

 

 


Paysage – ( Susanne Derève)


Philippe COGNEE – Paysage

 

 

Broyer le vide  

le tordre comme un linge

 

 

J’en fais surgir des paysages que ne recouvre  pas la mer

et qui pourtant moutonnent comme des vagues

à l’horizon

des verts profonds qui se chevauchent

et qu’au matin  grise  le gel

 

 

Une main y dessine pour moi  le contour d’un chemin

 l’herbe légère

Je lui dirai d’y ajouter quelques galets

pour  changer  le cours des rivières,

 

 

et  la roue   d’un moulin

y  tissera  les  pleins arceaux du jour

ceux  de magie et de lumière

où  les heures s’étalent   

 

 

Ainsi la couleur déposée  sur la toile   

en cerne  les contours

 

 


Brassens et les poètes – (Susanne Derève)


Nocturne – Cimetière marin de Sète

 

 

Chante, Brassens,   la plage de Sète

et le mistral  

le cimetière marin dévisage la mer                           

de ses pierres gravées

et la mer immobile  vibre

sous le grand ciel aveugle de l’été

 

Chante, et que chantent après toi

dans les jardins de Sète

les poètes de  Méditerranée

El-Atat,  Al Hamdani,  Karaçoban

 

De leurs lèvres naissent   les failles de l’enfance  

la source et l’embouchure du fleuve *

les Mille Nuits de Bagdad et les murs des prisons

le nœud coulant de la sueur

la poignée d’eau sur le visage **

 

Le vent porte un parfum de grenade et de rose

et roule sous mes doigts le grain des pierres

de Baalbek,

volent les cendres de l’exode

 

 

 Chante, Brassens, la plage de Sète

et le mistral

et que  ta voix, avec leurs voix mêlée,

tisse une longue  villanelle   

un cantilène de mots  que  rebattra la mer

pour n’en conserver que l’écume

l’hème brillante du poème

 

 * Rabih el- Atat   Humeurs vaganbondes https://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2019/03/rabih-el-atat-dans-l%C3%A9mail-de-la-tasse-une-fissure.html

** Aytekin Karaçoban Images instantanées Revue Ayna  http://revueayna.com/portfolio/aytekin-karacoban-2015/

Salah Al Hamdani –  Entretien avec Bruno Doucey https://www.youtube.com/watch?v=tWgGhx9pSJw

http://www.sete.voixvivesmediterranee.com/


Poèmes du Gevaudan V- (Susanne Derève)


Photo RC (vers Nasbinals)

 

 

Comme elle regrette infiniment ,  ces hauts plateaux

sous le vent ,

les prairies d’altitude offertes au  ciel d’été ,

vastes, blondes , solitaires, et pourtant finies ,

où le regard ne se perd pas comme il s’égare en mer

mais s’arrime aux tourbières, aux moissons,

aux troupeaux , aux noires boursouflures du basalte,

aux longs soubresauts de la terre, à ses cascades ,

ses ruisseaux,   et sans doute  


Oiseau tête

      Arlequin

           Damoiseau


 
les as-tu ciselés  patiemment à mon pied, à ma main,

en me prêtant tes ailes pour les rejoindre

au-delà des sentiers, des gorges, des ravins

où se perdait le chant de l’eau,
 

Oiseau tête

      Arlequin

           Damoiseau


 
Les bancs sombres des sapinières, les hameaux 

ceinturés de pierres, les églises, les clochers, les vitraux   
 

 

chacun reflétait le ciel à sa manière,

et ton vol les embrassait toutes,

Oiseau.
 
 

 

Inspiré d’un poème de RC   « Oiseau tête  »

http://welovewords.com/documents/oiseau-tete
 
 
 


Poèmes du Gévaudan – IV (Susanne Derève)


PHOTO-MONTAGE RC

 

 

Les feuilles du marronnier vibrent  du rouge

d’une fin d’été    lie de vin au soleil

effaçant les cuivres de l’ombre

Elles s’effritent sous le doigt

craquent et s’envolent au vent léger

 

Sur le tronc, coquille vide, un escargot

si lent que le temps l’a figé,

et le bois mort au pied de l’arbre

qu’on ne ramasse pas

qu’on ramassera peut-être  

si les mots ne viennent pas

 

et pour peu qu’ils viennent 

ils diront la douce langueur du sommeil

la sueur étoilée des paupières

le timbre d’argent de la lumière

entre les volets clos                                          

son lent chemin jusqu’à l’éveil       

 

et le café qu’on prend au lait  au lit

ou bien dehors près de la treille

aux raisins verts et de l’amphore

abandonnée aux herbes folles

 

d’où naissent les mots incertains 

le doux murmure des  paroles  

sur la joue tendre du matin 

 

 


Poèmes du Gévaudan – II (Susanne Derève)


   Photo-montage RC

Tu dors en haut
pendant que je dors en bas


ou peut-être est-ce l’inverse

Il y a en haut la douceur des draps
sur l’oreiller l’ébauche d’un poème


en bas les herbes folles

le vent dans le noyer
et puis ton pas dans l’escalier


Poèmes du Gévaudan – I (Susanne Derève)


      Photo-montage RC 

 

 

Entre chien et loup

j’ai rêvé de toi, ouvert les yeux 

et fermé la fenêtre

 

Un chien aboyait doucement 

et le grand loup du Gévaudan

projetait son ombre noire sur les cimes

 

au delà des murs de la maison 

au delà du portail

où tinte la cloche au matin 

 

entre chien et loup

à l’instant où le coq a lancé 

son refrain 

 


Ce que n’ont pas vu les oiseaux …SD+RC


Entre tilleul et cerisier,
J’ouvre une parenthèse:
mains, peau, émois, éveil, ….

Quelques éclats de soleil
nous caressent à notre insu.

Ce que les oiseaux ont vu,
je ne le dirai pas…

Dirai-je ce qu’ils n’ont pas vu :
la valse tendre de nos doigts
dans l’ombre du feuillage,
les étoffes froissées,

dansant,
ton corps léger , flottant dans l’air,
sous la lumière complice,
baignant le couvert de petites parcelles d’or
que tu n’as pas saisies.

C’est qu’ils n’ont pas surpris
la douce chanson du désir…

L’été s’est installé
dans un soupir…

SD-RC août 2020


Blancs muets – (Susanne Derève)


Rodin - -

      Le Secret – Auguste Rodin  (1910)

 

 

Blancs muets
L’espace de silence du ciel
du lever du jour jusqu’à sa longue descente
vers la nuit
le langage retenu
les non-dits
l’e dérobé de l’indicible
(la page blanche du souvenir)

****

Blanc virginal
Petites mains pressées
l’aiguille s’affaire sur les voiles gansés
tulles crêpes aubes
ourle faufile
ardente
sous la lampe

****

Blanc repentir
Cette autre main tachée de plâtre
épurant patiemment la matière
y traçant les lignes de vie
gommant le trait
pour en tirer obstinément
une poussière aveugle inanimée

****

Et d’elle au souvenir bien moins
qu’un voile de mariée,
l’épaisseur d’une plume au vent,
la transparence végétale
d’une fleur de printemps
l’aile ténue d’un soupir


Les grèves bleues du soir – Susanne Derève


1200px-'Marine'_by_Gustave_Courbet,_Norton_Simon_Museum

   Gustave Courbet – Marine

 

 

 

Retrouvé les mouettes rieuses

l’aigrette blanche

et sur les grèves bleues du soir

un très léger nuage  d’un rose tendre

d’aquarelle

 

Mouettes languides au vol nonchalant

qu’aucun orage ne menace

léguez-moi un brin d’insouciance

une plume  d’allégresse

 

Je plongerai les mains au cœur

des vagues pour y cueillir  les algues dorées

du jusant

et les pierres brûlantes de l’été je les choisirai

fines et plates

pour les faire ricocher  loin sur l’eau

jusqu’à former un vol éblouissant de pierres

un ballet aérien gansé de fines éclaboussures

d’argent

 

avant que la gravité ne les entraîne

vers les profondeurs sous-marines

les fonds de vase brune

 

Moi qui les voyais déjà rejoindre  dans le ciel

mon doux nuage d’aquarelle

 

 


Millénaires – (Susanne Derève)


BOUGON 2- tumulus F0

Tumulus de Bougon – Photo RC

 

 

Un  tertre ensoleillé et des tables de pierre

murets courant sous la prairie

 

Nous avons profané des tombeaux où rien n’était écrit

dérobé leurs offrandes aux cairns millénaires

et mis sous verre      les pointes de silex

 les perles d’os    les pots de terre

 

Ne reste qu’un jus rouge sur les joues de l’été

de fraises et de framboises

les gestes immémoriaux de la cueillette

la chair douce-amère   des cerises noires

 

et cette cave obscure où le pied se  glisse en secret

mystérieuse et   muette

emprisonnant le temps dans un vertige

ou bien le laissant fuir comme une outre percée

 

des pointes de silex        des perles d’os

des pots de terre

mais  qui pourrait   me dire si l’herbe était  plus verte

et les fruits plus goûtés

 


Ils ont croqué le jour – (Susanne Derève)


Coquillages, 1920

Raoul Dufy – coquillages

 

 

Ils ont croqué le jour                                                                                 

de leurs  quenottes blanches

et ri jusqu’au-dedans des nuits

 

Mais le matin leur va si bien

– les tartines beurrées et les fruits du matin –

 

et les frasques du jour roulant leur robe

                                                 de turquoise

 

                      

l’air ,  la mer,  le  ciel ,  la conque grise

                                                des nuages

Ont-ils  jamais prêté l’oreille ?

 

De la paume des coquillages

nait  le vent

l’espace infini du vent

bercé du  blanc roulis des vagues

traçant ses roses de sable

jusqu’aux portes de l’océan

 

Eaux vives,  routes de sel

Pressés, ils ont mordu le cœur orange

de midi

de leurs dents blanches

ils ont fini de dévorer la nuit

 

 Prêteront-ils   jamais l’oreille  au murmure 

des jours enfuis ?

 

 

 


Hirondelle – Susanne Derève


l'hirondelle immobile Salvador Dali

  l’hirondelle immobile – Salvador Dali

 

 

 

Hirondelle

Ton exil est-il ici

ou là-bas

 

Ton exil est-il chez moi

et le mien  privé d’ailes

 

Hirondelle

 

 

 


Couleur – Susanne Derève


 

La naissance de Venus 29211518951

Max Ernst – La naissance de Vénus 

 

 

J’ai jeté une couleur sur la toile

puis une autre

rouge

bleue

en émerge un violet profond

et dans le soudain  rayon qui l’éclaire                                                            

quelque chose de toi

un jaune ardent  

un soleil pâle

un gris de faille au fond des yeux

comme un tendre passe-muraille

 

 

 


le pêcheur à la ligne- Susanne Derève


 

pecheurs a la ligne g seurat

   Georges Seurat – Les pêcheurs à la ligne

 

 

L’ombrage,

la dérive lente des corps dans les heures chaudes

de midi,  

le lit des eaux   de graviers et de pierres,

les berges fraîches des rivières,

le frisson des poissons d’argent.

 

Sous les arches des ponts ,

le silence habillait le vent  d’un tendre écho.

 

Tu ne me disais rien de sa caresse sur la peau,

du cerne obscur des voûtes grises,  

et quittée  l’ombre,   du soudain vertige 

de la lumière,  de l’éblouissement  du soleil.       

 

Sur la berge dorée,  étais-tu   ce pêcheur

à  la ligne,   musette vide,

rêvant d’une truite arc – en – ciel   ?            

 

 

 


Caballero – Susanne Derève


 

fona ona & fd barq -- vert

  René Chabrière – photomontage

 

 

 

 

Te souviens-tu ?

 

En cette  fin d’après-midi d’été

De  l’air brûlant comme une lame

Et sous le cintre des platanes  

Cernée par un muret de pierre                                

La fontaine de marbre usé      

Plaça Constitucio

A Soller             

En Juillet

 

Te souviens-tu ?

 

A l’angle de la Plaça Constitucio

A Soller

En juillet

Les rails du vieux tramway

Filaient droit vers le ciel

Coincés entre les murs chaulés

Les jardins et les  treilles

Et les haies de lauriers.

 

Tombaient déjà sur nous les voiles roses

Du crépuscule

Mais ils filaient tout droit

Vers les derniers arpents du jour

Alors que la nuit nous talonnait déjà                          

Filaient droit vers le ciel

D’un  bleu vert sidéral

Filaient devant  la nuit.

 

Alors  j’ai aperçu le caballero

Chevauchant l’ombre promise.

Je l’ai vu caracolant sur son étalon noir

Une fleur de sang étoilant sa chemise.

 

Là-haut, la gitane aux yeux verts,

Cœur de velours et de cendre

Se penchait au balcon de fer.

 

De sa robe luisait la moire.

Sous  la mantille de dentelle

Sa prunelle de jaspe vert                               

Brillait d’amour pour le rebelle .      

                 

Sous la lune piaffaient les chevaux

Impatients de ravir la belle

Eprise du caballero.

 

Te souviens-tu ?

 

De la Plaça Constitucio

A Soller

En Juillet

Et des rails du vieux tramway

Qui filaient  droit vers le ciel  ?

 

 

 

Mais bien sur

Tu ne l’as pas vu

Tu n’as pas vu le caballero,

Et tu ne l’as pas vue

La gitane aux yeux verts

Tu ne les a pas vus

Caballero.

 

 

 


L’enfer est un jardin de roses – Susanne Derève


 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

   Les roses du Styx René Chabrière   (ce que disent les images )

 

 

 

L’enfer est un jardin de roses aux confins de l’hiver

dont le parfum flétrit entre des portes closes

 

et le regard  s’il ose s’étendre vers la mer

n’y  croise  que les berges obscures des rivières

où le  Cerbère monte la garde

 

L’enfer est un jardin de roses aux épines amères

dont la robe s’étiole aux franges  du désert

 

et  les Parques une à une cueillent les roses noires

pour y fleurir l’enfer

 

 

Toutes Les roses du Styx  de  René,  fleuries,  fanées, en noir

ou en couleur sont à découvrir dans  ce que disent les images 

 

 

 

 

 

 

 


Impromptu – Susanne Derève


 

De zeedijk te Oostende, vaop het staketsel gezien 1910

  Léon Spilliaert – La digue d’Ostende 

 

 

Impromptu

Mot 

rire      sourire        éclat

Dans le grand embarras du jour

le ciel hésite encore

entre brume et soleil

ombre  close    et      lumière   

pâle estampe que froisse la brise d’été  

marine aux voiles blanches

un frêle esquif encalminé cherchant le vent

le vol impromptu du vent

l’éclat de rire des goélands

le mot à mot secret de l’aube

un sourire ténu aux lèvres du Levant

 

 


Oiseaux – (Susanne Derève)


 

monument aux oiseaux

                   Max Ernst – Monument aux oiseaux

 

 

    Petits coups de becs de l’amour

    Je regardais ce matin s’ébattre deux ramiers

    sur les basses branches du charme

 

    et ce midi ils  sont assis tout près de l’arbre

    sur un banc de bois  au soleil

    Elle les yeux baissés d’un air faussement sage

    et lui penché sur elle

 

    Que se disent-ils ?

 

    Moi qui n’ai que  ta voix  où nicher

 

 

 


Philippe Jaccottet – Accepter


Naomi Tydeman, Grey and Silver Marsh. Watercolour and gold leaf

       Naomi Tydeman – Grey and Silver Marsh. 

 

 

 

Accepter ne se peut

comprendre ne se peut

on ne peut pas vouloir accepter ni comprendre

 

On avance peu à peu

comme un colporteur

d’une aube à l’autre

 

 

 

Poésie 1946-1967

nrf     Poésie/ Gallimard

 

 

 

 


Colombine en cygne – RC -(écho à SD )


Lac cygn   02

 

Te souviens-tu de la place,

un jour de décembre,

avec la musique

et la lumière dansante

alors que les arbres

surpris,

se penchent pour mieux voir ?

La piste n’était pas de glace,

pourtant il faisait très froid,

sur l’air final du « lac des cygnes »…

Colombine d’apparat

tu portais le tutu blanc,

les bras ondoyants

et le chignon bas .

Des pointes à petits pas ,

suivant la musique de Tchaikovsky ,

( quelques entrechats ,

que tu voulais maladroits

juste au moment où la lumière décline ) :

c’était la mort du cygne ,

et je t’ai prise dans mes bras…

( on se demande pourquoi

les spectateurs applaudissent… )

voulaient-ils aussi

applaudir à ton supplice ?

 un texte  crée à la suite  de celui de Susanne Derève  (  qui suit )

—-

Un entre-deux

un entrechat

Avec des pointes à petits pas

et un tutu de ballerine

bras ondoyants et chignon bas

quand on dansait la mort

du cygne

je n’y étais que colombine

d’apparat

(mais la musique était divine)

SD


Gazelle – (Susanne Dereve)


 

scene-art-prehistorique

  scène d’art préhistorique 

 

Fuir, fuir comme une gazelle

une frêle antilope à travers les hautes herbes de la savane

la terre nue, et les broussailles sèches                            

                                                                

Se délester de tout

et ne garder qu’une pure image de toi

me parlant de couleurs

 

 

 

 


Shéhérazade – (Susanne Derève)


 

Kees Van Dongen Le livre des mille et une nuits 3

   Kees Van Dongen – Les Mille et une nuits 

 

 

 

A vivre mille et une vies, devisait Shéhérazade

             tirant le fil de chaque nuit,

             mille vies de funambule

que j’ai tissées sous la lune,  est-ce l’amour

                      que j’ai trahi ?

 

Si mille vies se ressemblent, ainsi doit-on

                    mourir d’ennui,

           tandis  que les saisons passent

           et que les amours  trépassent.

 

      Laisserai-je  de guerre lasse  effacer

      les mille visages qui peuplaient

                  mes mille vies ?

 

      Je les convoque au cœur des nuits,

          mais ils détournent les yeux

 

         Allez en paix   bienheureux 

       qui n’aurez souffert qu’une vie.

 

 

 

 


Frisson d’Avril – (Susanne Derève)


 

--- gallery-fd00 ng & pl

Photo – montage RC

 

 

J’ai confondu le printemps et l’hiver

Il neige si fort ce matin

une bourre de soie légère

J’y vois frissonner Avril

 

Sur la promenade pleurent les saules

et leurs cotillons graciles

moussent doucement à nos pieds

nos chevelures en sont poudrées                                             

 

Neige douce que porte le vent

mollement   gorgé de pollens

un duveteux tapis de graines

festonné d’écume blonde

 

comme une averse féconde

qu’un souffle disperserait

 

 

 

inspiré d’un poème de René Chabrière :  http://welovewords.com/documents/une-neige-qui-nen-est-pas

 

 

 


Magnolias – (Susanne Derève)


John La Farge - fleur de magnolia

John Lafarge – Magnolia 

Arbres grêlés  de l’hiver qui griffez l’horizon

de vos bras nus

 

Les magnolias fleurissent déjà

étoiles roses     étoiles claires

 

et les mouettes décrivent de grandes arabesques blanches

au-dessus des toits    épousant le vent d’une aile légère

 

Qui voudrait  croire que c’est aujourd’hui

le printemps ?

 

Les rues déroulent leur ruban de silence jusqu’à la mer

et la mer elle-même est silence

 

Les fenêtres sont closes   la ville muette

les parcs  les jardins   déserts

 

scilles, jonquilles, violettes

furtivement écloses

 

et leur parfum vivace

enfoui dans le lit des sous-bois

 

Tu tentes bien d’en ranimer l’émoi

mais son souvenir te trahit

il s’évanouit et se dérobe

 

comme un voile trop fin

une image tremblée qui file entre les doigts

 

Alors, tu restes assis vainement  à rêver

de chemins creux

du vert acide des futaies

 

Tu voudrais éprouver encore le fourmillement

de la marche, l’élan que tu imprimais à ton pas,

le chant des cailloux sous tes pieds

 

tu te souviens     et tu voudrais   et tu oublies …

 

Tu ne peux pas.

 

 


%d blogueurs aiment cette page :