voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Ahmed Mehaoudi

Ahmed Mehaoudi – Le matin s’éveille


scan 202.jpg
photo Berenice Abbott

 

Le matin s’éveille sur un temps nuageux, les choses de la vie circulent banalement, et même dans un cadre urbain triste et monotone , la place Carnot dans son vert bouteille , son kiosque à musique,  ses terrasses bondées de consommateurs , ce tout le monde qui chuchote , les furieux klaxons angoissants , la ville s’enfonce dans le jour   chacun dans l’espoir de vivre mieux

la ville  pourtant est  dépeuplée ,il y a comme un grand vide , un manque à faire pleurer , un sentiment qui ne s’avoue pas ,un sentiment qui n’a pas de mot , peut-on l’expliquer , lui donner un nom , inutile il est abstrait et il  vous tient à la gorge , c’est beaucoup plus une envie de monter au ciel et de disparaître ,

à croire  que plus personne ne respire en ville , que personne  n’est vivant , et pourtant le bruit du monde vibre tout près comme un  être qui ronfle dans la nuit ..

 

Ce matin, il y a comme un froissement de silence, une voix tremblante sans qu’elle se discerne d’une voix qui s’est tue ; je regarde cette tentative de pluie, elle ne vient pas,

j’y entends un murmure, peut-être une complainte, un petit chant doux,

je voudrais tant écouter, mais mon cœur est si fermé ce matin que je me sens étrangement absent de moi-même …

 

Est-ce donc çà l’amitié quand l’autre part et vous quitte à jamais ? Il n’y a pas de larmes , ni cri de détresse , un rien , un néant …

 

le matin s’éveille , sans lui qu’est-ce pour moi cette ville ,

 

un étonnant terrain vague où se confond des formes inconnues que je ne reconnais plus pourtant si familiers , des formes et des formes  à l’infini jusqu’à la sortie du dernier virage …

Il me le disait , me le disait au grès de nos cafés et de nos vertiges littéraires , je m’en irai , quel  vide vous aurez à vivre ,

ici où l’on m’avait confisqué mon bonheur , et où j’avais  piteusement vécu ,

ici où je m’étais allongé dans la boue d’une insolente farce ,

comme quoi il n’y a rien de mieux que de se rendormir et de reporter ce réveil matinal à plus tard …je me recouvre de ma couverture , allons le rejoindre dans notre rêve…

 5 mars 2013

Ahmed Mehaoudi – entre nous


art: auteur non identifié

art: auteur non identifié

 

parfois

il y a des fois

j’ai l’air de sortir des égouts

rien de blanc à servir

ou me taire

ai-je su me taire un jour

 

il paraît

que se taire

est le privilège des rentiers

avoir l’or

comme divinité

les amis comme pantins

et les pâquerettes pour cirer ses pompes

 

moi pauvre bavard

à me planter a chaque éclaircie

suis-je rentier

à jeter mes mots par les fenêtres

en être tremper à l’os

les plier comme une torche

allumer en joie

le feu de l’ermite

 

parfois

il y a des fois

j’en veux à mes yeux

de ne pas voir

où remplir mes poches

 

il paraît

que le siècle est passé

pour changer le monde…

 


Ahmed Mehaoudi – Dire aux choses qui passent


dessin: K Kollwitz - la mort ceignant la femme  1934

dessin:              K Kollwitz –          la mort ceignant la femme 1934

te seras dans ses bras
tant de berceuses moisies
mais qu’hiver ou automne
essuient les larmes c’était jadis
que tu pleurais
jadis quand c’était de belles défaites de coeur

tu seras dans ses bras
ce que ne dit plus le temps
ni de ces rouges maisons où sifflait le merle
ni encore le blanc rossignol
levé tôt à vous chanter la complainte

ce rien dans ses bras
à poser la tête sur l’épaule qui veille
ces yeux noirs de soupirs
dans ses bras
à écouter la joie de l’aube blanchir le jour
et toi partir avant…

A M


Ahmed Mehaoudi – La fin d’une hirondelle


 

hirondelles à Ouessant

 

 

que ce nid pourtant d’hirondelle riait

en printemps

la main de l’homme le déchanta

le gâcha de son instant de fauve

et l’arbre où la branche brillait

est morte cette année

 

allez pleurer sur cette absence

à n’avoir pas garder intact le chant

l’inneffable douceur des toits

ou ce qui dolence au coeur

rafraichi tant d’épreuves

 

que ce nid ait disparu

 

 


Ahmed Mehaoudi – mystère d’aimer…ou le printemps sans toi…


portrait de dame – Renaissance italienne, auteur non identifié

mystère d’aimer…ou le printemps sans toi…

par Mehaoudi Ahmed,     samedi 12 mai 2012, 22:46 ·

que contiens-tu

en étant plus là toutes les fois

que m’oppresse ton ombre

 

que contiens-tu

après que le temps

n’est plus en toi ?

 

que tu tisses dans mon coeur

cette lente source de tristesse

que contiens-tu ?

 

si de ce soleil brut comme le monde

j’évapore tes soupirs absents

j’éventre la solitude

qu’elle m’ouvre à ton élan de me consoler

 

que contiens-tu cependant

si  j’adhère

à ton plus beau sourire …


Ahmed Mehaoudi – dire aux choses qui passent


dire aux choses qui passent…

 

photo: Tim Corbeel: promenade de l’âme

te seras dans ses bras

tant de berceuses moisies

mais qu’hiver ou automne

essuient les larmes  c’était jadis

que tu pleurais

jadis quand c’était de belles défaites de coeur

 

tu seras dans ses  bras

ce que ne dis plus le temps

ni de ces rouges maisons où sifflait le merle

ni encore le blanc rossignol

levé tôt à vous chanter la complainte

 

ce rien dans ses bras

à poser la tête sur l’épaule qui veille

ces yeux noirs de soupirs

dans ses bras

à écouter la joie de l’aube blanchir le jour

et toi partir avant…

 

 

 


Ahmed Mehaoudi – Où ira le soir ?


Ahmed Mehaoudi, poète algérien – dont  j‘avais déjà publié  » A ce désert », est l’auteur  d’autres  productions  intéressantes  qu’il nous donne à lire  et dont je fais l’écho ici  de  son « où ira le soir »

 

création perso info –

 

où ira ce soir

d’avoir si peu appris à comprendre les départs

de ces nids autrefois silencieux à la saison de paix

si peu vu dans le ciel ces éclairs de feu attendrir tes yeux

comme chercher dans les rêves l’insensé désir de se réveiller

où iras-tu ce soir

d’avoir déjà perdu le fil du chemin

la porte par où entre ton bonheur

si peu écouter que la nuit est parti loin

et toi

dors à l’endroit où ce soir tu apprendras

à regarder le jour

là se fait les mots …

 

repro: Edward Munch