voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Alberto Giacometti

Si on pelait les rondeurs de Moore (Susanne Derève)


Moore vs Giacometti.jpg

montage – René Chabrière

 

 

Caresser  de ses doigts le marbre des statues

– leurs rondeurs leurs formes leurs courbes patinées –

l’éplucher doucement comme on pèle un fruit mûr

comme on l’ouvre … en secret

Si on pelait les rondeurs de Moore  si on fouillait

le corps généreux de ses femmes leur ventre creux

comme des barques, leurs dos de pierre,

leurs seins nus…

 

Y trouverait-on  aussi ténu qu’un  fil

aussi fragile  qu’une pensée

silhouette solitaire  cheminant dans la nuit

un homme qui marche ou qui chavire

ou qui étreint le vide entre ses mains de cire

s’épure en s’enfonçant dans l’âge

un Homme

à la manière de Giacometti

 

 

 

Moore enveloppant Giacometti.jpg

montage – René Chabrière


Alberto Giacometti – facettes


Image associée
sculpture   –  Alberto Giacometti   –  crâne    1934
« On peut comparer le monde à un bloc de cristal aux facettes innombrables.
Selon sa structure et sa position, chacun de nous voit certaines facettes, certaines parties de facettes et son tableau poème objet etc. n’est qu’un témoignage de ce qu’il aperçoit.
C’est bien évident que toutes les facettes vues par un groupe de gens à une certaine époque doivent être très près l’une de l’autre, à peine des petites différences d’angle, d’inclinaison, et vue de loin elles ne forment qu’une seule masse claire par rapport à toutes les innombrables qui trempent dans le noir de l’espace.
La production de chacun de nous est le reflet exact de cette différence d’angle et de position. »

— Alberto Giacometti, Écrits,                                        Éditions Hermann, 2007


Alberto Giacometti – nous n’avons pas le choix


theparisreview: Self-portrait by Alberto Giacometti. James Lord writes in his introduction, “He works in a state of intimate excitement with his materials, his long strong functional hands never still, never quite clean of contact with his work … The figures and objects are seen by the artist not as pretexts but as ends in themselves and are to be seen similarly by us.”

 

Self-portrait by Alberto Giacometti.

« Nous nous intéressons à certaines choses, et à celles-là plutôt qu’à d’autres parce que notre constitution nous y oblige, parce qu’il nous serait bien impossible de penser, d’agir autrement. Comme nous n’avons pas le choix de la longueur de nos jambes, de nos maladies, nous ne l’avons pas de notre manière de penser, de notre manière de nous exprimer, et cette manie de s’exprimer est bien du même ordre, rigoureusement du même ordre, que le jeu des mouches autour du globe d’une lampe éteinte au matin. »

— Alberto Giacometti, Écrits, Éditions Hermann, 2007


Jean Genet – Giacometti


«Il n’est pas à la beauté d’autre origine que la blessure, singulière, différente pour chacun, cachée ou visible,

que tout homme garde en soi, qu’il préserve et où il se retire quand il veut quitter le monde

pour une solitude temporaire mais profonde. »
(Jean Genet, L’atelier d’Alberto Giacometti)

voir aussi mon récent post à propos du grand sculpteur…


Alberto G – ( RC )


sculpture:  Alberto Giacometti:  la  forêt  -  1950  Fondation Maeght

sculpture:                   Alberto Giacometti:          la forêt – 1950            Fondation Maeght

Les figures debout
Attachées au socle
Ne se croisent pas

Bronzes filiformes
Hommes de l’absence
Le regard creusé

Les pieds  soudés
A la terre glaise
Découpent dans l’espace

Et, de métal, la pâte verte
Leurs gestes immobiles
Parcours des doigts agiles,

de Giacometti

RC –             22 décembre  2012 et 8 janvier 2013


Else Lasker Schüler – Au prince Tristan (1912)


AU PRINCE TRISTAN

Sur ton âme bleue Les astres se posent pour la nuit.

Il convient de te parier tout bas, Oh toi, mon temple, Mes prières te font peur;

Par ma danse sacrée, Mes perles se ravivent.

Ce n’est ni le jour ni l’astre,

Le monde,je ne le connais plus,

Hormis toi – tout est ciel.

AN DEN PRINZEN TRISTAN

Au/deiner blauen Seele Setzen sich die Sterne zur Nacht.

Man muss leise mit dir sein,

0, du mein Tempel,

Meine Gebete erschrecken dich;

Meine Perlen werden wach Von meinem heiligen Tanz.

Es ist nicht Tag und nicht Stern, Ich kenne die Welt nicht mehr, Nur dich – alles ist Himmel.

1912

sculpture: Alberto Giacometti - de sa période "surréaliste"