voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “algues

Echappée belle – I (Susanne Derève)


Image associée

   Edward Henry Potthast   Looking out to Sea

 

 

Echappée belle vers la solitude
Echappée belle  et je ferme le banc                                                                            
Entre les bras tendus du ciel
Eaux mortes traître courant des profondeurs
d’un jour sans vent

 

On ne lutte pas on ne peut que
s’abandonner et laisser dériver le temps
jusqu’à la marée basse
Rejoindre les pierres plates mêlées de vase
Mériter le silence

 

Pierres chaudes des matins d’absence
avec cette légère nausée des jours de grande chaleur
ce vertige au sortir de la vague
un vacillement

 

Noir    blanc damier      éblouissement
Le sol est-il si ferme qu’on puisse s’y abattre sans broncher
la roche usée  douce avec un grain ponctué de lichen
et de mousses  d’algues séchées

 

Il y a des feuilles des ombrages où la mer
abandonne ses cordages de sel  ses bois flottés
brindilles   ombelles grises

 

comme un au revoir d’été
Échappée belle    insoumise 
Attendre que l’estran épouse la marée
redonne vie aux vies qui sommeillaient

 

Et soi  s’endormir au soleil    voile rouge
au travers des paupières  rêver d’anciens bonheurs
d’un vallon égaré et sous le grain des cils
si rien ne les disperse  les retrouver   

 

 

 

 Résultat de recherche d'images pour "henri potthast the main coast"
   Edward Henry Potthast The Maine Coast
                          

Bivalve – ( RC )


De la paire symétrique,
L’habit  rigide du coquillage,
Désormais  s’écarte,
Pour laisser les éléments le traverser,
Comme l’encre des chagrins  :
Sables  et algues,
Un tapis  imbriqué,
Où des pieds malhabiles, la brisent .

L’animal marin,
Ne laisse de sa présence,
Qu’un crépuscule calcaire,
Où se réfugient les ombres  :
Peu de mémoire ;
Peu de poids,
Sous la poussée  du ressac,
Et la caresse du vent.

RC –  avr 2015


Max Pons – Eve


–               Bas-relief  , Autun , art roman –  tentation d’Eve

 

ÈVE

Toi la première et la dernière
Je te recommence patiemment
Toi perdue et retrouvée
Détruite et reformée
Toujours la même

Me voici
Lucide et heureux
Devant cette glèbe
Cette argile fertile
Te pétrir
Te lisser
Te polir
Te reconnaître enfin
Te finir

Me voici
Devant ce val délicatement veiné
À la naissance d’un fleuve d’ombre et de feu
Estuaire au limon de vie
Devant ces meules lourdes de louanges
Cette fête de courbes
Ce langoureux

ballet
Paysage pour la grande faim
Du dehors et du dedans

Me voici
Après une longue errance
Aux confins de toute une flore
D’algues et de mousses
Depuis toujours je te connais
Inventée avant de te toucher
Faite pour que je te révèle
Ce que tu es

 


Apnée des attentes – (RC )


 

photo: Andreas Franke

Je ne vois plus qu’un vert uniforme

Ces créatures éloignées du soleil

Suspendues, sans d’autre lumière halo,

Que celle qu’elles émettent,

Les danseurs de l’immobile,

                                      Ludions

Portant leurs ampoules vacillantes,

Quelque part au-dessus,

Si aucune brillance,

Ne vient indiquer,

L’extrémité close,

Le mur de verre,

Tout un monde flottant,

Apnée des attentes,

Caresse molle des algues,

Et peu à peu s’incrustent,

Au bastingage métallique,

Ancre, cordage enroulés,

              L’épopée coquillages

D’embuscade sédimentaire.

Elle vient sceller le destin,

Quand se referme le piège,

–   Silence liquide.

Du gîte de l’épave,

Déposée de biais,

        Sur le sable trouble,

S’échappent encore des bulles,

Qui vont suivre, verticales

L’histoire de l’air,

Pesant de son couvercle,

>       D’atmosphères,

Loin ,      bien loin, au-dessus.

RC – 15 septembre 2013


Luis Mizon – Caresse-moi de tes doigts


Caresse-moi de tes doigts

Toi qui récoltes les algues

Approche tes mains

Je veux respirer ton rêve

(Poèmes d’eau et de lumière)


Du fond de la grande mer, je m’envolerai ( RC )


Du fond de la grande mer je m’envolerai,



 

je serai


Dauphine, je sortirai de l’ombre.






Au long cours,

les courants glacés,






les algues


rapides,




 

des vaisseaux

lointains




 

des notes d’écume sur le vert mouvant,

 

je serai rapide, je
 serai glissante




 




En Antarctique, de mon voyage

 et 
rejoindre






Celui d’entre les Ices,

celui qui glisse sur les
 glaces




 

celui qui déserta




  Le monde d’en bas, l’étroit






mon phoque, à qui l’on a dit




Tu feras rire les enfants ,

tourner des ballons sur ton
 nez.





Nous reviendrons ensemble

portés de 
lit




 

Traversant des poissons

 les bancs serrés



 

Dialogues en notes d’éclair



Princes du liquide



 

Nous rejoindrons la grande mer,



Et son infini


 

RC- 04 2011

( inspiré par les vagues scélérates ), d’Arthemisia

 


Corne de brume ( RC )


la rumeur de la mer. photographe non identifié

A l’écoute indécise,

Tu entends les  vagues,

En tendant l’oreille

A la conque de soleil

Et la vie s’enroule,

Se love sur elle-même,

Aux ressacs,  sur les  rochers,

Elle donne  son écume…

Ainsi mes doigts joints

Autour de ton attente

Qui forment la coquille

Portée dans ta main.

Tu es sur le sable

Etendu sous la lune

Les algues enroulées  sur tes pieds

Intensément,    tu m’écoutes

En corne  de brume

RC    –  1er nov  2012


Claude Roy – Petit matin


 

 

Petit matin

Je te reconnaîtrai aux algues de la mer
Au sel de tes cheveux, aux herbes de tes mains
Je te reconnaîtrai au profond des paupières
Je fermerai les yeux, tu me prendras la main.

Je te reconnaîtrai quand tu viendras pieds nus
Sur les sentiers brûlants d’odeurs et de soleil
Les cheveux ruisselants sur tes épaules nues
Et les seins ombragés des palmes du soleil.

Je laisserai alors s’envoler les oiseaux
Les oiseaux longs-courriers qui traversent les mers
Les étoiles aux vents courberont leurs fuseaux
Les oiseaux très pressés fuiront dans le ciel clair.

Je t’attendrai en haut de la plus haute tour
Où pleurent nuit et jour les absents dans le vent
Quand les oiseaux fuiront je saurai que le jour
Est là marqué des pas de celle que j’attends.

Complices du soleil je sens mon corps mûrir
De la patience aveugle et laiteuse des fruits
Ses froides mains de sel lentement refleurir
Dans le matin léger qui jaillit de la nuit.

Claude Roy

 


La mer ne parle plus, elle se tait. (RC)


Affiche objet d’une plainte de la région Bretagne

La mer ne parle plus,  elle se tait.

Et si la mer  parlait dessous  son tapis  d’écume et de vagues,

Au silence de la mer  celle  réduite au silence,

Et aux arbres  qu’on élague

Encombrée de sables

Et  de débris innommables

La voilà immobile,  et presque entièrement recouverte

D’une  épaisse confiture

De toutes ces algues vertes

Et d’un semis  d’ordures

D’où s’échappent  gaz, par bulles

Autour des rochers las

Qu’une lasse marée dissimule

Dernier geste  de décence

D’une eau qui n’a pas d’age

Mais qui sent l’essence

A travers les coquillages

Désertés des mollusques

Que goudrons écrasent

Et collent même, jusque

Au cœur de la vase .

Si la mer parlait dessous son tapis  d’écume

Qu’elle ôtait son bâillon

Et qu’avec les vents revenus, elle s’enrhume

Elle chasserait ces haillons

D’un seul coup de tempête

Son parfum de dégoût

De fracas  et de pertes

Rejetant les  égouts

Bien loin sur la terre

Ces rejets de l’ingrate

De toxique amère

Saturés de nitrate.

Retraits d’hier en dignité

C’est d’un autre visage de Bretagne

Tournant dos à la fatalité

Qui ferait, que la nature gagne,

Que la mer épaisse revienne  en liquide

Que l’on puisse, voir le sable

Au travers d’une  écume limpide

Et d’un pays  respectable…

RC    11 juin 2012

voir notamment  ce site avec ces  affiches  choc, qui dénoncent  l’hypocrisie  ambiante.

 

et pour avoir une idée  du problème, plusieurs  sites  en parlent, mais les mesures concrètes se font attendre…, en effet il y aurait une collusion entre les autorités et les sociétés financières qui possèdent une partie des élevages intensifs bretons …  ceci expliquant  en grande partie cette inertie, pour un problème connu depuis longtemps.

 

 

 


Pendant que je m’enlise ( RC)


 

Pendant que je m’enlise, les autres s’éloignent doucement.

Si discret est le bruit de leurs pas qu’on les oublie autant qu’ils m’oublient au  sable, aux vents.

Mes cris n’atteignent jamais ceux qu’ils voudraient joindre. et se croient plus errants et se figurent sans un geste.

 

Je serai bientôt aboli, inconnu, immobile, dans ma solitude humide et, bientôt enseveli, très doucement…   les algues  déposées effaceront le  soupçon de ma  présence..

 

Présence  éphémère, et  bientôt le sable lisse…

et plus  de bruit.

 

 

—  variation « aimable »,

 

à partir  de la  « durée » ( un des poèmes  de   « la citerne »   de Louis  Scutenaire ) – auteur surréaliste belge

 

image - montage perso... à partir d'images du net