voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “animal

Aujourd’hui, c’est le dernier jour … – ( RC )


Greece and Schauble

Aujourd’hui c’est le dernier jour :

          Tu le sais,         je t’ai averti :
il n’y aura pas d’après,
pas la peine d’avoir des regrets,
sur ce que tu n’as pas accompli,

           il fallait y penser avant :
après, c’est trop tard,
tu aurais dû le savoir :
– qu’as-tu fait de si important.
alors que nous étions
si près de la fin ?

As-tu simplement fait un festin,
mieux disposé tes pions
sur l’échiquier des années,
sauvegardé tes arrières
( qui – à coups de prières )  ?

alors que tu te savais condamné
à redevenir sauvage,
car je suis la sorcière
                             qui sait défaire
                             tous les visages !

Je n’ai pas encore décidé
sous quel signe astral
je vais te placer,
et quel animal
tu vas incarner :

Allez,           – on va rester gentil –
je vais te transformer
                      en petite souris :
tu verras,         c’est très bien,
tu pourras te glisser partout ,

manger dans la gamelle du chien ,
et tu y prendras goût ) :
autrement…           il y a le fromage
mais il est hors d’atteinte :

          pas la peine de pousser des plaintes !
il était temps de tourner la page :
tu as passé trop de temps en humain ,
           sous une belle peau rose :
mais          tu en as fait bien peu de chose,

                      J’ai décidé de changer ton destin :
c’est une nouvelle aventure qui commence,
peut-être que le chat te reconnaîtra,
ou bien il ne te saluera même pas :
Ne t’étonnes pas s’il te donne la chasse
( il ne partage pas sa place ),

mais quand il n’est pas là, les souris dansent
– et lui-même,            quelque temps avant
ne se sentait-il pas trop seul
               habillé en ouvrier agricole,
          ou même,            en président ? –


RC


Zbigniew Herbert – la pierre blanche


Eye idol Period: Middle Uruk Date: ca. 3700–3500 B.C.                                                                    Period:                                      Middle...
idole aux yeux – mésopotamie         3500 av JC

Il suffit de fermer les yeux –

mon pas s’éloigne de moi
comme une cloche sourde l’air va l’absorber
et ma voix ma propre voix qui crie de loin
gèle en une pelote de vapeur
mes mains retombent
encerclant la bouche qui crie

le toucher animal aveugle
se retirera au fond
de cavernes sombres et humides
subsistera l’odeur du corps
la cire qui se consume

alors grandit en moi
non la peur ou l’amour
mais une pierre blanche

c’est donc ainsi que s’accomplit
le destin qui nous dessine au miroir d’un bas-relief
je vois le visage concave la poitrine saillante et les coques sourdes des genoux
les pieds dressés une gerbe de doigts secs

plus profonde que la terre le sang
plus touffue que l’arbre
la pierre blanche
plénitude indifférente

mais les yeux crient à nouveau
la pierre recule
c’est à nouveau un grain de sable
noyé sous le cœur

nous absorbons des images nous remplissons le vide
notre voix se mesure avec l’espace
oreilles mains bouche tremblent sous les cascades
dans la coquille des narines vogue
un navire transportant les arômes des Indes
et des arcs-en-ciel fleurissent du ciel aux yeux

attends pierre blanche
il suffit de fermer les yeux


Julio Ramon Ribeyro – premier mai gris


 

Premier mai gris, triste.               Ville morte.
Des rues et des rues parcourues     parcourue  avant de trouver une boutique ouverte où acheter une douzaine d’œufs.

Quelques habitants du quartier reviennent avec leur baguette de pain,
trouvée on Dieu sait où.

Place Falguière, je vois un escargot qui traverse péniblement la chaussée.

Il est au beau milieu, et ne s’est pas encore fait écraser par une auto.
La circulation est presque nulle, mais de temps en temps passe un véhicule.

Est-ce que l’escargot le sait?
L’escargot ne sait même pas que c’est aujourd’hui le premier mai.

C’est pourquoi      –   pas avec la main, car ce qui est visqueux me répugne   –
je le prends dans mon mouchoir     et le porte jusqu’au trottoir.
il est certain que là, il ne se fera pas écraser  par une auto,
mais peut-être bien par un prolétaire.

 

De toute façon, ses minutes sont comptées.

Où donc voulait-il aller, le pauvre? Qui l’attendait? 
Que tramait-il dans sa petite cervelle ?

Petit animal désemparé, comme toi, comme moi, comme tout le monde.


Hersz K – Une jeune ouvrière


-trouvé  dans une publication  en polonais,  dont  j’ai  traduit  la version proposée en anglais dans « la petite revue »  de 1931

 

 

BE042688 Copie.jpgEt je dois me dépêcher comme ça pour ne pas tomber ou gaspiller le matériel.
Le travail est ennuyeux et fatigant.
Et autour de moi il y a le rugissement et le bruissement des machines, la poussière grise qui obscurcit les chiffres  des gens qui travaillent et il y a une semi-obscurité régnant à l’intérieur.
Ce n’est que lorsque les machines ralentissent que l’on peut entendre les voix des travailleurs et les  cris du contre-maître
« Plus vite!         Arrête de t’amuser! »

C’est comme si l’on voulait dépasser l’autre. Les travailleurs ne se regardent pas, ils semblent faire partie de la machine.
Il y a un garçon qui travaille à côté de moi et dont je n’ai pas encore entendu la voix.
Son visage est maigre, indifférent à tout et ses yeux ont une expression terne.
Il s’est tellement habitué à effectuer ses mouvements d’une manière uniforme que lorsque  la machine s’arrête, ses mains tremblent et il donne l’impression d’une personne qui perdant l’ équilibre.
De l’autre côté, il y a une fille juive pâle qui enroule sans fin des fils de laine sur des bobines à rotation rapide.
Son teint blanc est couvert de poussière, ses mains se maintiennent avec la bobine .
Il y a une pause à midi. J’essuie la sueur de mon front, je sors mon pain et je le mange.
Nous nous rassemblons tous dans le couloir.

Un des travailleurs déplie un journal. Ils lui demandent s’il y a des nouvelles brûlantes.
Ceux qui sont plus bavards commencent à bavarder. Blagues et intimidation des plus jeunes.
Une fois, un garçon est allé sur le toit pour faire une blague.
Les travailleurs plus âgés ont emporté l’échelle, et bien que le garçon ait pleuré et supplié, ils se sont seulement moqués de lui.

Ce garçon a perdu une heure de travail, donc il a été licencié de l’usine. Personne ne se soucie des autres,  ici.
Quand une machine a coupé la main d’un ouvrier, personne n’a même regardé en arrière;     vous ne pouvez pas arrêter le travail.
Tout le monde sait que derrière leur dos il y en  a une centaine d’autres, sans emploi, avides de trouver un emploi .
« Il n’y a pas de pénurie de personnes », nous entendons souvent.
Le travail se termine à 17 heures Je rentre chez moi fatigué, je dîne et je commence à lire un journal que je ne finis jamais.
À 18 heures. Je me jette sur le lit et je m’endors.
Le 18 mai, je suis arrivé à la conclusion que je vis comme un animal.

And I have to hurry like that in order not to fall behind or waste the material. The work is boring and weary.

And around me there is the roar and whir of machines, grey dust obscures the figures of people who are working and there is a semidark- ness reigning inside. Only when the machines are slow-ing down, one can hear voices of the worker s and the
over seer shouting:
“Faster! Stop lolling about!”
Everything is as if one wanted to surpass the other. Workers don’t look at each other, they seem to be parts of the machine.
There is a boy working next to me whose voice I haven’t heard yet. His face is scrawny, indiffèrent to everything and his eyes have a dull expression. He has gotten so used to performing his movements in a uniform manner that when the machine stops, his hands shake and he gives the impression of a person who is losing his balance.
On the other side, there is a pale Jewish girl who winds endless threads of wool on fast-turning spools. Her white complexion is covered with dust, her hands canbarely keep up with the spinning wheel.
There is a break at noon. I wipe the sweat off my forehead, I take out my bread and eat it. We ail gather in the hallway.
One of the workers unfolds a newspaper. They ask him if there is any hot news. Those who are more talkative start to chatter. Jokes and bullying of the younger ones. One time a boy went on the roof for a prank.

Older workers took awaythe ladder, and although the boy was crying and pleading, they only laughed at him. This boy lost one hour of work, so he was laid off from the factory. Nobody cares about anyone else here. When a machine cut a worker’s hand, nobody
even looked back; you can’t stop the work. Everybody knows that behind their back there are a hundred others, unemployed, hungry for work.
“There is no shortage of people,” we often hear.
Work ends at 5 p.m. I go home tired, I eat dinner and I start to read a newspaper that I never finish. At 6 p.m. I throw myself on the bed and I fall asleep.
May 18th -1 came to the conclusion that I live like an animal.

 

 


Pierre Reverdy – Mémoire


00abstract_0015.jpg

Une minute à peine
Et je suis revenu
De tout ce qui passait je n’ai rien retenu
Un point
Le ciel grandi
Et au dernier moment
La lanterne qui passe
Le pas que l’on entend
Quelqu’un s’arrête entre tout ce qui marche
On laisse aller le monde
Et ce qu’il y a dedans
Les lumières qui dansent
Et l’ombre qui s’étend
Il y a plus d’espace
En regardant devant
Une cage où bondit un animal vivant
La poitrine et les bras faisaient le même geste
Une femme riait
En renversant la tête
Et celui qui venait nous avait confondus
Nous étions tous les trois sans nous connaître
Et nous formions déjà
Un monde plein d’espoir

Pierre Reverdy

 

Les ardoises du toit,
: La plupart du temps (coll. Poésie/Gallimard, 1989)


Hugues Labrusse – L’indésirable


 

( – à Gaston Puel )

Détail de la façade ouest de l'église (XIIe s.) d'Aulnay-en-Saintonge (Charente-Maritime, France) 15216914856.jpg

sculptures –  Aulnay de Saintonge

Jour indivisé

Des pierres arrondissaient les angles.
Le soleil s’en allait.
Deux poutres reliées par une traverse.
Un chien hagard plonge dans les broussailles.
On n’arrache pas un sourire à l’écorce.

Lendemain

Dans la continuité de la masse, en guise de visage.
Le feu âpre transit le cône de marbre.
Tard, dans l’été,     la figure roule dans ta paume.
Son oubli fut le dernier souvenir qu’elle te laissa.

Surlendemain

Notre sœur à tête d’animal, notre peur encore muette et ses fleurs de terre
ses onguents de serpents, la saveur de sa lumière et de sa fatigue.
Ses mains ne remuaient pas encore.
Toujours plus tard
L’atrocité rêve à son écuelle en bois.
Du sommet de la montagne dévalent des étoiles épineuses.
Ton œil est de glace. Tu crains l’aiguille de métal qui te sert à coudre le ciel.
Laisse battre les volets.


Jacques Prévert – Stabiles de Calder


Sculpture: A Calder  -  stabile  1970
Alexandre Calder  « stabile « : Young woman & her suitors –   Detroit . 1970

C’est pourquoi ses grands stabiles noirs peuvent apparaître
à la tombée du soir comme de troublants épouvantails.
Pourtant, Ils sont plein de bons sentiments, de tendresse.

A quatre pattes ou debout sur les planisphères
et les cartes perforées par les ordinateurs
des pompes funèbres du progrès, citoyens souverains
du règne végétal en détresse et du règne animal
massacré,
Si la mort a toujours de quoi vivre,
c’est parce que la vie n’a pas encore eu le temps
de mourir tout à fait.

Calder le sait, comme il sait sourire, rire,
Inventer, construire et rêver.
Et les machines infernales et célestes peuvent
Inlassablement se perfectionner,
comme ceux de Don Quichotte,
les moulins de Calder continuent de tourner.


Fernando Pessoa – Plutôt le vol de l’oiseau


peinture: Georges Braque

peinture:        Georges Braque

Plutôt le vol de l’oiseau qui passe sans laisser de trace,
que le passage de l’animal, dont l’empreinte reste sur le sol.
L’oiseau passe et oublie, et c’est ainsi qu’il en doit être.
L’animal, là où il a cessé d’être et qui, partant, ne sert à rien,
montre qu’il y fut naguère, ce qui ne sert à rien non plus.

Le souvenir est une trahison envers la Nature,
parce que la Nature d’hier n’est pas la Nature.
Ce qui fut n’est rien, et se souvenir c’est ne pas voir.

Passe, oiseau, passe, et apprends-moi à passer !

Fernando Pessoa, Je ne suis personne, C. Bourgeois Editeur, 1994,p. 148
En savoir plus sur http://www.paperblog.fr/1472971/plutot-le-vol-de-l-oiseau/#gfQC0XshTft21B9h.99

 


JC Bourdais – L’arbre à bière Bernard Noël – grand arbre blanc


peinture perso:  " Grand  arbre"   1979

peinture perso:           » Grand arbre »    acrylique  sur papier affiche  1979

 

« Autrefois dans ce pays

On ne pouvait pas dire

pour désigner la fin d’un arbre qu’il était mort.

Seuls l’homme et l’animal pouvaient mourir.

On raconte que pour éloigner l’étranger du village,

On lui disait :

« Tu n’as pas ton arbre ici »

——————-                     

JC Bourdais , L’arbre à bière,Rhizome,2002, Nouméa

 

auquel j’ajoute   » grand arbre blanc »  de Bernard Noël

 
Grand arbre blanc

à l’Orient vieilli
la ruche est morte
le ciel n’est plus que cire sèche

sous la paille noircie
l’or s’est couvert de mousse

les dieux mourants
ont mangé leur regard
puis la clef

il a fait froid

il a fait froid
et sur le temps droit comme un j
un œil rond a gelé

grand arbre
nous n’avons plus de branches
ni de Levant ni de Couchant
le sommeil s’est tué à l’Ouest
avec l’idée de jour grand arbre
nous voici verticaux sous l’étoile

et la beauté nous a blanchis

mais si creuse est la nuit
que l’on voudrait grandir
grandir
jusqu’à remplir ce regard

sans paupière grand arbre
l’espace est rond
et nous sommes
Nord-Sud
l’éventail replié des saisons
le cri sans bouche
la pile de vertèbres grand arbre
le temps n’a plus de feuilles
la mort a mis un baiser blanc
sur chaque souvenir
mais notre chair
est aussi pierre qui pousse
et sève de la roue

grand arbre
l’ombre a séché au pied du sel
l’écorce n’a plus d’âge
et notre cour est nu
grand arbre

l’œil est sur notre front
nous avons mangé la mousse
et jeté l’or pourtant
le chant des signes
ranime au fond de l’air

d’atroces armes blanches qui tue
qui parle le sang
le sang n’est que sens de l’absence
et il fait froid grand arbre
il fait froid
et c’est la vanité du vent

morte l’abeille
sa pensée nous fait ruche
les mots
les mots déjà
butinent dans la gorge

grand arbre
blanc debout
nos feuilles sont dedans
et la mort nous lèche
est la seule bouche du savoir

*
.Bernard Noël..


Claude Roy – Conversation avec un orignal


Conversation avec un orignal

 

 

timbre poste canadien

 

Le sentier qui conduisait au lac

dans l’odeur de résine chauffée par le soleil

et la marche élastique sur les aiguilles de pin

(Le Canada ressemble au Canada

J’allai pêcher à la mouche artificielle

des truites vives dans le canoë qui sentait le vernis)

Se trouver nez à nez avec un orignal drôle d’animal énormément grand (comme si sur un corps de cheval on avait greffe une tête de cerf et vissé par-dessus les bois d’un renne

II me regarde avec une précaution étonnée Absolument sans crainte Mais sans mode d’emploi II n’y a nulle part de règle de conduite pour un orignal canadien rencontrant Claude Roy

Je ne bouge strictement pas J’essaie d’émettre des pensées calmes et polies L’orignalest extrêmement bienveillant mais perplexe

 

 

Je le nomme en silence : « Mon ami » ou « Monsieur l’Orignal » II est sensible à ces attentions II me regarde très longtemps (je dirais deux ou trois minutes) puis se retourne et s’éloigne au pas

Je le remercie sans mots de sa confiance

S’il n’est pas mort il doit être très vieux maintenant Se souvient-il quelquefois vaguement de sa conversation avec un homme blond l’orignal qui me dévisageait près du lac en été?

 

Paris    jeudi 14 avril 1983