voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “années-lumière

Albane Gellé – coeur galactique


coeur galactique et nos nuages d’après-guerre
nous prononçons blentôt matin
et au galop ce qui résonne
plus d’embarras (enfin)
pour les cadeaux donnés reçus

au coeur le vaste
pressenti
plus loin que Terre
corps avec Jambes tête coeur et mains
ou corps planète années lumière
aller-retour, nous fermons las yeux
et nous dansons dans un vertige
autour d’étoiles (Inexpliquées)
est-ce qu’immobile reste possible

la vent rafales comme si traversant l’atmosphère
Je tu il nous très trop légers et s’égratignent nos Images de plantations
(quand même les arbres tombent meurent)
l’étonnement du calme (revenu) et le retour galop de nos affolements

petites tables plateaux posés milieu d’un champ
en attendant nos légèretés et tous les fruits
Je ne dors pas sur mon matelas
da virgules et de dimanches orpheline
en équilibre de tabouret
et une écharpe sur mes écailles

dans nos vaisseaux soleil clignote
Je petite soeur d’un cheval déterre
bobines et des capuches milliers cailloux
autour d’une tasse de café grande fatigue nous assouplit
quelqu’un tourne les épouvantes et nous filons,
tapis volants tandis que sur les routes

gravitent méduses
les accidents se continuent

camion tombé de mes épaules
en souvenir les mots avancent plantés de clous
à des allures de train de nuit
quelqu’un tourne capitaine un ami vient
Joyeux ni triste
à la Jumelle Je vois des morts
et la dérive des continents

vagues grandissent
dans nos aquariums de baleines
Je chante un peu et Je te suis, la rue est longue
et l’air épais
poignets sans montre nous marchons

(extraits de Nous valsons, éd. potentille, 2012)


Des particules, s’éparpillent dans la fête – (RC )


 

C’est juste une portée  du hasard,
Quand  se perd  le regard…
Il s’essaie  au noir,

En reliant les  étoiles,
Pour en faire des figures,
Celles que l’on trouve en peinture

Les constellations se bousculent,
Dans une longue suite,
Celle des années-lumière,     en fuite.

Quels miracles lient les morceaux d’azur ?
Depuis longtemps basculés dans le sombre…
Je n’en connais même pas le nombre.

Des mondes entiers, des particules,
S’éparpillent  dans la fête,
Etoiles filantes ,        et comètes.

Il ne reste  de leur  passage,
Qu’une  légère trace.
….          L’instant suivant les efface     .

Peut-être fourbues…
Dans l’espace inter-sidéral ;
Je me sens un peu perdu

A l’intérieur ,  même, de cette carte postale.

RC- sept  2014