voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “appartement

Métaphore d’un confinement – ( RC )


projet « Forest City » Malaisie

Le temps languit, étiré
en toute liberté,
croit-on…

Il n’y a pas de barreaux à nos fenêtres,
le cœur profane de la ville
est encore vide
et la pensée ne s’encombre plus
d’une pluie battante

les voix du monde
se sont arrêtées
sur une muraille de verre
car même l’orage est confiné
derrière une grande barrière :

il ne reste plus qu’à compter les jours,
détacher les brins de laine
pris dans la peine et les barbelés
de nos chemins.

Eux s’en vont bien quelque part,
retrouver les sommets,
les cheveux des fougères :

( peut-être qu’ailleurs coulent les rivières,

comme se rassemblent les larmes
d’une multitude de ruisseaux
à la suite d’un crime métaphorique )
emportant avec lui l’espoir
et les désirs avec le temps.

Le temps est toujours innocent.
Il ne connaît pas l’enfermement,
les murs de l’appartement.
Puisque tu es immobilisé…

tu peux toujours sortir de ta tanière
par la voie de l’imaginaire…


Une nouvelle Ophélie – ( RC )


image.png
photo  :Gregory Crewdson
Tout est en place,
rien ne bouge,
c’est le calme plat
après la tempête,
–   ainsi le dit-on,
et tout est paisible
dans le salon:
 
des vêtements suspendus
des objets divers sur la table basse,,
les livres  dans la bibliothèque,
et la pendule égrenant les minutes,
le papier peint dont on voit les motifs 
qui prolifèrent,  répétitifs,
où sont  accrochées des photos de famille.
 
Cet intérieur a cet aspect tranquille
que rien  ne va perturber
et pourtant dans ce décor, 
somme toute, banal,
 
les fauteuils  se font la malle;
où est passée la maîtresse de maison
qui abandonne ses chaussons
sur les marches de l’escalier ?
 
Des fenêtres , une lumière feutrée 
comme celle  d’une  chambre  mortuaire, 
basculeront les  étagères
quand  l’eau  sera montée.
Cette  scène, nous la verrions
comme si nous y étions  rentrés
juste après l’inondation.
 
Ou bien l’observant derrière
une paroi de verre,
comme celle où l’on contemple les poissons
– sans  submersion -.
 
C’est la journée ordinaire
de la maîtresse de maison
qui ne justifie ni mise en scène,
ni éclairage  au néon.
Une aventure  quotidienne
qui connait cependant
un certain flottement
dans l’occupation des lieux.
 
Le photographe se place au centre géographique
à hauteur  d’homme
évoquant l’atmosphère aquatique
d’un aquarium.
 
Ophélie n’est pas au milieu de l’étang
émergeant des lentilles d’eau,
mais bien chez  elle,
dans  son appartement,
regardant  fixement,
le plafond,    immobile…
curieux vaudeville
 
De la comédie,
      c’est cet après-midi
où tout semble  s’arrêter :
Le temps  est immobilisé
        et la vie humaine
     un élément de la scène
qui dérive en flottant
dans le  décor indifférent .

Francis Ponge – les plaisirs de la porte


LES PLAISIRS DE LA PORTE

 

Afficher l'image d'origine

illustration : Kirill Chelushkin

Les rois ne touchent pas aux portes.
Ils ne connaissent pas ce bonheur : pousser devant soi avec douceur ou rudesse
l’un de ces grands panneaux familiers, se retourner vers lui pour le remettre en place,
— tenir dans ses bras une porte.
… Le bonheur d’empoigner au ventre par son nœud de porcelaine
l’un de ces hauts obstacles
d’une pièce ; ce corps à corps rapide par lequel un instant la marche retenue,
l’œil s’ouvre et le corps tout entier s’accommode à son nouvel appartement.
D’une main amicale il la retient encore, avant de la repousser décidément et s’enclore,
— ce dont le déclic du ressort puissant mais bien huilé agréablement l’assure.

 
Francis PONGE    « Le Parti-pris des Choses >   (Gallimard, 1942)