voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “aquarium

Une nouvelle Ophélie – ( RC )


image.png
photo  :Gregory Crewdson
Tout est en place,
rien ne bouge,
c’est le calme plat
après la tempête,
–   ainsi le dit-on,
et tout est paisible
dans le salon:
 
des vêtements suspendus
des objets divers sur la table basse,,
les livres  dans la bibliothèque,
et la pendule égrenant les minutes,
le papier peint dont on voit les motifs 
qui prolifèrent,  répétitifs,
où sont  accrochées des photos de famille.
 
Cet intérieur a cet aspect tranquille
que rien  ne va perturber
et pourtant dans ce décor, 
somme toute, banal,
 
les fauteuils  se font la malle;
où est passée la maîtresse de maison
qui abandonne ses chaussons
sur les marches de l’escalier ?
 
Des fenêtres , une lumière feutrée 
comme celle  d’une  chambre  mortuaire, 
basculeront les  étagères
quand  l’eau  sera montée.
Cette  scène, nous la verrions
comme si nous y étions  rentrés
juste après l’inondation.
 
Ou bien l’observant derrière
une paroi de verre,
comme celle où l’on contemple les poissons
– sans  submersion -.
 
C’est la journée ordinaire
de la maîtresse de maison
qui ne justifie ni mise en scène,
ni éclairage  au néon.
Une aventure  quotidienne
qui connait cependant
un certain flottement
dans l’occupation des lieux.
 
Le photographe se place au centre géographique
à hauteur  d’homme
évoquant l’atmosphère aquatique
d’un aquarium.
 
Ophélie n’est pas au milieu de l’étang
émergeant des lentilles d’eau,
mais bien chez  elle,
dans  son appartement,
regardant  fixement,
le plafond,    immobile…
curieux vaudeville
 
De la comédie,
      c’est cet après-midi
où tout semble  s’arrêter :
Le temps  est immobilisé
        et la vie humaine
     un élément de la scène
qui dérive en flottant
dans le  décor indifférent .

Aquarium – ( RC )


photo aquarium de Barcelone

 

Tu entends  des sons
Comme  à travers une  paroi de verre :
Ecoute bien …             on dirait la mer .
Les branchies ouvertes  des poissons,

Semblables  à la conscience : palpitantes
A la surface glisse la lumière,
Là où l’eau s’appuie  sur  l’air.
Entre les nuées,       un soleil dilettante…

Prisonnier  de ta  condition,
Regarde un peu plus haut, que ton univers,
Et même si c’est le monde à l’envers,
Attrape au passage, un rayon,

Porte  les mains à tes oreilles,
Courbées  comme des  coquilles  de noix.
Tu entendras peut-être ma voix ,
A nulle  autre pareille .

On peut les boucher, à la cire
Et laisser  s’échapper      bien des paroles,
Qui poursuivent  ailleurs,      leur  envol ,
Ou faire le choix            de les  saisir…

Ecoute bien…         on dirait la mer .
Son ressac incessant  sur la plage,
Cet aquarium est comme une  cage,
Transparente,  mais  amère…

 

RC – dec 2014


Boîte de verre ( RC )


Photo métro:   Pierre Sabathie

Dans la boîte, il se pourrait que je sois lié,
A l’égal des poissons, du bocal,
prisonnier,
de l’air , comme eux le sont des eaux pâles…

C’est un lieu muet où ne portent pas les bruits.
Lorsque s’ébranlent les trains,  le regard les suit.
Ceux ci glissent en silence,
Vers  d’autres circonférences…

Accompagnant leur forme de bonbon fuselé
Mobiles  éclats  de reflets  ailés,
Se mélangent à ceux des ascenseurs,
Emportés  en douceur,

Vers des sous-sols inventés,
En tout cas hors de portée,
Malgré toute cette activité,
Fantômes en bouche ouverte habités.

De tous ces sons qui pèsent.
Il est de bon ton qu’ils se taisent…
C’est la discrétion assurée.
Les cris et paroles emmurées…

Ainsi, comme le dialogue de mes voisins,
Si proches et pourtant si loins…
Rien ne vibre, rien ne se capte
Un langage de silence comme les  carpes….

( en tout cas , c’est tout  comme )
S’ils étaient  en aquarium…
Ce qui reste un mystère
Au delà de la paroi de verre.

RC – 19 février  2013


Robert Piccamiglio – Midlands – 01


J’apprécie beaucoup les textes  de Robert Piccamiglio;  Poète, il est aussi l’auteur  de romans  et pièces  de théâtre…

Son grand  récit  « Midlands », fait écho  – hommage, à son père, mineur…

en voici un court extrait…   (  j’ai fait attention à respecter  les  retours de ligne).

peinture: Tentation de St Antoine - Jerome Bosch

 

———

Le matin quand je suis parti

Peggy dormait encore.

Ou faisait-elle seulement semblant ?

Mais quelle importance !

elle avait su se montrer si aimante

malgré la tristesse de ses yeux.

Avant de quitter la chambre une main sur la poignée’ de la porte j’ai fait un signe amical aux poissons multicolores enfermés dans l’aquarium.

Toujours en mouvement. Nageant silencieusement. Sans but.

Mais pourquoi dans le fond faudrait-il toujours chercher un but?

De Denvers nous avions filé dès le lendemain vers le Texas. Houston.. La ville près du désert.

De la fenêtre de l’hôtel je l’apercevais au loin. Charnel. Immobile. Mystérieux.

Avec ces dunes déployées

comme des ailes battant d’une mesure millénaire les promesses de l’horizon.

J’ai fermé les yeux

et j’ai pensé à des épaules dénudées

de femmes.

Ces femmes que nous avons cru aimer.

Ou était-ce nous-mêmes que nous cherchions

à aimer un peu plus à travers elles ?

Le matin la fille est sortie la première de la chambre. Je devais dormir. Ou je faisais seulement semblant