voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Ariane

Ariane n’a pas laissé de fil ici ( RC )


fil d’Ariane  – voir l’article très instructif  sur le mythe  d’Ariane…    (mythe et symboles)

Je tire sur les fils, tendus qui traversent les esprits.

Je parcours ainsi la trame des jours,.

Ils s’approprient toutes créatures,

Et les conduisent, dirigés par ces fils,

A leur propre intérieur,

Qu’ils dévident lentement,

A chacun sa pelote.

Cet intérieur se tapisse, ainsi,

D’épaisseurs croisées, un cocon…

Mais ne préparant à aucune métamorphose.

Et si d’accident, la trame s’accroche

Au passage à celle d’un autre.

( C’est une rencontre, un mariage, une union)…

–            cela crée bien sûr des attaches.

Mais, contre les « toujours », les liens se distendent,

Et le tissu, va,s’effilochant ,

Pâlit à la longueur des années.

Pour se reconstruire, d’autres filaments viennent panser les plaies.

L’araignée répare sa toile déchirée.

Elle persiste à occuper les mêmes endroits.

Ceux que peuvent emprunter ses proies.

Peut-être y a-t-il aussi dans nos têtes,

Ce genre de coin, que l’on calfeutre,

Pour éviter les courants d’air,

Et amortir les chocs….

Mais si on gagne en confort,

A tout occulter,

C’est aussi mieux s’isoler, du reste du monde .

On n’y voit plus assez,

Pour se diriger,

Et aller de l’avant

On ne sent plus les vents,

Et le passage du temps…

D’ailleurs qu’importe,

S’il avale la pelote…

Ariane n’a pas laissé de fil ici,

Pour retrouver la sortie….

RC-  17 octobre 2013


Traces du futur en plans lointains (RC)


photo: le viaduc de Garabit ( Cantal )

Si la forêt semble s’épaissir, le sentier s’étrécir
Au détour du trajet, les lieux semblent s’évanouir
La certitude tremble, et fait place  aux suppositions
Les repères ,effacés par les ans, autant de questions

Qui émergent, et traquent, ce pas et le suivant
Au point de nous laisser , refrain obsédant
Une saveur trépassée, d’un mouvement sur place
Que des rubans  de brume, enlacent

A la mesure du temps, aux promesses du futur
La suite des collines, semble nous offrir un mur
De perspectives basculées en escalades indécises
Qu’il faudrait qu’un grand-œuvre précise

Et nous guide, comme Ariane, sur l’étroit chemin
Ou le petit Poucet, des cailloux de sa main
Pour accomplir le destin, encore à concevoir
Qu’en partant, on n’a fait qu’entre-voir.

En parvenant malgré tout au premier sommet
Le paysage  s’étale en tapis d’autres forêts
Espaces, lacs,  dunes, et précipices
Se faisant suite, sans artifices

Le sommet, une  colline bien basse
Au regard des horizons  qu’on embrasse
Portant sur des distances insoupçonnées
Montagnes  et plateaux moutonnés

Seront les futures étapes à franchir
Et peut-être laisser, pour l’avenir
Au delà d’autres monts, l’espace
Garder, provisoirement une légère trace.

RC 14- 01-2012

( variation  sur   « un homme  sachant omettre »   )    voir le blog de « les idées heureuses »

texte de R. L. Stevenson à Will H.Low…

R. L. Stevenson étant l’auteur, justement  dans le contexte  du voyage, de Voyage avec un âne dans les Cévennes

—–

A titre  d’information   » Ce pas  et le suivant »  est le titre d’un roman superbe, ne serait-ce que par sa science des mots  et des phrases,  de Pierre Bergounioux,  cité  deux  fois  dans mes  publications précédentes.  Livre  au souffle fort,  édité  chez Gallimard.

—-

photo vue de Turquie - Capadocce, sous la neige , photo Picasa