voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “assiette

des jours trop longs – ( RC )


Résultat de recherche d'images pour "fishes in the air"

 

Il n’y a que des jours trop longs .
Il faut que je m’habitue aux choses ordinaires
celles qui provoquent en duel
des pommes de terre
au fond de mon assiette,
pendant que des oiseaux chantent
à tue-tête, leur refrain.

Les poissons me regardent,
d’un air effaré,
cachés derrière les images
brillantes des magazines.
S’ils le pouvaient, ils me diraient
de surveiller la cuisson
pour que la confiture de brûle pas.

Mais, comme chacun sait,
les poissons restent muets,
surtout quand ils sont plats,
aussi plats qu’une photographie peut l’être.

Le téléphone sonne toujours par erreur:
il n’y a jamais personne au bout,
ou c’est simplement que personne
( en personne appelle )
mais n’a pas encore trouvé de voix
qui lui convienne.

Il y a des tas de journaux dans un coin
qui me disent les évènements trépassés,
car ce sont des nouvelles qui datent
d’au moins trois ans .
Je cherche à l’intérieur des messages cachés,
car quand on m’écrit, même en caractères d’imprimerie,
c’est qu’on s’adresse à moi.

Je n’ai trouvé rien de spécial
qui me sortirait de ces jours ordinaires.
Je comptais trouver des sourires,
mais à part ceux des dames des publicités,
aucun ne m’est parvenu .

Alors les jours s’alignent,
quelque part dans l’existence,
sur une seule ligne
si mince, qu’on ne la voit pas,
et je fais de l’équilibre dessus.

De bonnes idées me viennent,
tiens, je pourrais en faire un poème,
mais je n’ai pas fait assez attention
à ce que me disaient les poissons :
la confiture a brûlé
pendant que j’écrivais.

C’est donc à mettre au rang des choses ordinaires,
à moins que vous pensiez le contraire .
Tiens quelqu’un m’appelle,
mais il n’y a toujours personne
au bout du fil.

De toute façon j’ai l’habitude
des évènements quotidiens
qui n’en sont pas,
les journaux sont là pour le prouver
les poissons ne me contredisent jamais.
Comme le téléphone, toujours muets.


Murièle Modely – nature morte


nature morte

 

Résultat de recherche d'images pour "nature morte hannah hoch"

peinture  Hannah Höch    » l’escalier »

 

au milieu de l’assiette un fruit et un légume gisent ratatinés
sur la droite une feuille blanche grouille de pattes de mouche 
sur la gauche une main sèche brune finit de momifier
le tout s’alanguit dans un cadre doré au milieu d’un mur
qui tombe par plaques dans un musée obscur 

Hareng ( RC )


peinture: James Ensor;           deux squelettes se disputant un hareng

Rien  ne  prédestinait, je crois
A ce que ce poisson, quitte les fonds marins
Pour être  présent,  (  et sujet ) du festin
L’assiette posée sur la table en bois.

Je suis  allé le chercher
En hésitant longtemps
—  de la morue ou du hareng ?
Au supermarché …

En ce qui me concerne
Je l’ai choisi au hasard
Sans considérer son regard
– qui était plutôt terne

Il était disposé
Comme  le veut  l’usage
Dans un bel emballage
– article  non pesé…

reprise en cravate des harengs de Van Gogh

Celui-ci était vert
Ca  donnait une  touche  de couleur
A côté  du beurre
Ca devait rappelait la mer

Un emballage  de plastique
Avec un film  dessus
Qui est bien conçu
En matières  synthétiques

Je me suis  dit qu’un vin
Blanc, comme boisson,
En pensant au poisson
Irait bien    pour demain

Bien qu’au naturel , il préfère
– ce que je comprends
– Comme  tous les harengs –
Son bain d’eau de mer…

Je l’ai mis à l’aise
Pour pas qu’il ne s’enrhume
Avec des légumes
Et de la mayonnaise

Comme les poissons  essaiment
J’ai pensé à leur nombre,évoluant par bans
Au coeur  de l’océan
Et je lui dédie ce poème….

J’évoque aussi Ensor
Qui,          dans ses peintures
– ( » Ouh là !!   que  de culture !!  » )
Pense avec bonheur,   aux harengs  saurs…

Mais avant,          qu’il participe à la fête,
Il faut que je vois, s’il n’a pas trop de sel
Et aussi  que  j’enlève
Toutes  ses arêtes…


RC- 18 novembre  2012