voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Astrid Waliszek

Astrid Waliszek – C’est l’heure


026 beans.jpg
ah, oser suivre les tumultes
des jours nés curieux
des vagues en leur mer
grands bleus éphémères
tatouages encrés de Chine
de roses de Damas
de raisins de Corynthe
de poivres de Zanzibar
ah, cette blessure
grand bleu éphémère
qui fait taire les rires des enfants
et compte les nuages un à un
sous le soleil disparu
dans l’ourlet du temps venu
du temps d’après déjà là
du temps doux de soi à soi
la circonférence du cercle
est l’exacte mesure
de ce qui relie l’oiseau à la chaîne
de l’homme qui a déjà oublié
qu’il en avait ouvert sa porte
les plumes repliées
il résiste au vent de liberté
et continue de tourner
autour de la cage désertée
Il voudrait, il voudrait tant
Mais toujours au dernier moment
Quand il ne reste qu’une haie
Il tremble, refuse de sauter
Et se retrouve dans le fossé
Le cul dans la vase il se dit
Qu’il est déjà presque midi
Qu’il rêve encore au lit
Et qu’il serait vraiment temps
De finir les haricots du frigo

Astrid Waliszek – clac


Omer Parent.jpg

visuel:  Omer Parent

tes veines, vivantes et bleues dansent une sarabande effrénée
sur le dessus de ta main. La terre tremble, dis-tu.

à bousculer les nuages à chercher la chaleur
nous avons oublié l’heure celle de l’au revoir
– non, pas adieu   et voilà, c’est ici,
c’est maintenant couvre-toi,
ne prends pas froid tu ne reviendras pas,
c’est là c’est maintenant qu’il faut partir

les nuages se disséminent un froid soleil pâle se lève,
une portière de voiture claque
c’est un adieu, nous le savons tous deux
des pas résonnent sur le pavé rien n’a changé,
rien ne change jamais des portes se ferment,
d’autres s’ouvrent s’en va,
s’en vient l’amour – la ville dort

 

12 février 2012


Astrid Waliszek – La faim de Mandelstam


peinture: Antoni Tàpies

peinture:       Antoni Tàpies

 

 

Il est des jours – j’aimerais ne pas savoir qu’ils ont existé. Il est des nuits si noires à se souvenir de tout, de tout ce qu’on sait.   De la joie lente devant une fleur d’hiver je voudrais garder l’ourlet, suave broderie à poser sur ce cauchemar comme un soupir.

Cette jacinthe, la planter en pleine terre

Sur son glacial pays rectangulaire – cette tombe, muette comme la pierre

Qu’enfin, l’odorante solitaire aux cent fleurs

Nourrisse ses songes de sa foison colorée

Dans sa brume opaque, un dièse sur une portée.

 

 

– plus  d’infos  sur  Mandelstam

 

 


Astrid Waliszek – Réveil


 

 

BW_Jdefilé  des masques    ( groupés)je suis venue voir
si vos rêveries ont trouvé
une terre d’accueil

je les ai reconnues à la trace
qu’elles ont laissée sur le front
des femmes aimées

la petite lumière si ténue
a parcouru l’outre-noir
de vos cauchemars

je suis venue voir
si cette boule d’ombre
qui se joue de vous

a trouvé enfin refuge
chère vieille tortue
dans un tiroir bien clos

de votre mémoire
si vos jeux insolents
retrouvaient des couleurs

si vos songes avaient un toit
si ce léger désordre
dans la chaleur de votre lit

a troublé votre horizon
si, sous vos paupières,
ils avaient trouvé un asile

je suis venue voir
si la nuit se dénoue,
Si la beauté existe .


Astrid Waliszek – ludion


petit feu, ludion joueur,

à faire flamber le soir

à jouer avec l’écume

ma lampe de poche

les vaguelettes dansent

sous ton sourd flambeau

au loin le bateau de pêche

te prend pour un phare

petit jeu de nuit

à Trouville sous la pluie

sous les rires d’enfant

feu d’artifice, étoiles filant

minuscule joie, petite étincelle

dialogue sans paroles, un rien

une lame d’eau ondule

une frise se dessine

l’enfant regarde, l’enfant dit

les monstres sont couchés

tu peux t’arrêter, je l’ai vue

ta petite lumière dans ma nuit.

photo    Richard Vantielcke- voir son site


Astrid Waliszek – Tu dors ?


Tu dors ?

Les mots ricochent et se perdent dans la nuit
– Tu dors ? elle dit, puis se lève
chercher l’écho d’un sourire sous la pluie
se souvenir d’un petit bout de rêve
Imagine – cette fin serait un début
On dirait qu’on ne s’est pas connus
Entre hier et demain elle est nue
Ne sait pas, ne sait plus
C’est encore loin, demain ?
L’aujourd’hui tremble dans ses mains
A retenir ce qui n’est déjà plus
Les souliers à la main, elle s’enfuit
Court rejoindre un autre lit.
Une autre ombre est là, muette – Tu dors ?

Astrid Waliszek ©

© Chapala Dmitry
on peut retrouver les beaux textes  de Astrid Waliszek, sur le blog « les égarés »,  dont la visite est fortement conseillée…