voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “atlantique

Si Talmont devient une île – ( RC )


Talmont église- cf laboutiquede Royan

 


C’était un soir frisant,
Sur ses eaux calmes …
Et le sanctuaire se dresse,
Juste au bord de l’estuaire,
Presque en équilibre sur un fil..

La lumière  bondit sur l’eau  .
Ses vieilles pierres amassées, comme
Une sentinelle  attentive
Qui patiente,    toutes voiles dehors,
De ses arcades romanes.

Le temps  est ralenti,
Poussé entre deux  rives,
Mémoires d’or
Brins de fièvre sous la caresse,
Des  derniers rayons du soleil.

Peut-être son vaisseau immobile,
Un jour , se décidera,
A traverser l’Atlantique,
Belle  endormie,pour tenter l’aventure,
Comme un bouchon sur les flots.

Si Talmont devient une île .

 

 

RC- mars  2015

 

Talmont de

photo  auteur  non ident

 

montage  et photos persos...  panoramique  des modillons de l'église de Talmont --  .......   cliquer  sur l'image pour  l'agrandir...

montage et photos persos… panoramique des modillons de l’église de Talmont — ……. cliquer sur l’image pour l’agrandir…

ifié


Au rayon d’astre épanouï – ( RC )


Le rayon d’astre épanoui
Même de sa lumière ancienne
Il me reste l’écho – de la tienne ,
Au soleil évanoui

Il y a – si je ne fais pas erreur
De ta chevauchée pacifique
Plein d’images atypiques
Qu’elles sont pour notre saveur

Au-delà  de l’Atlantique   .
De  la face cachée de la terre
Remontent les sons,  les vagues de mer
De la lumière de tes mots   – cantiques

Pour mieux renaître en musc
Les détours de ta plume bleue
Brillant de tous ses jeux
Sans que pourtant je brusque

 Au destrier tes baisers
De vendanges érudites
Le jus des phrases dites
( d’une parole si aisée… )

 

RC – Nov  2011   -(modifié  2014 )


Fatou Diome – L’Atlantique


photo Catherine Romagny – Pointe St Gildas à Prefailles

 

L’Atlantique caressait toujours les flancs de l’île, mais ne calmait pas toutes les angoisses.

Si les oiseaux chantaient le matin, les hiboux hululaient le soir. Le soleil baignait tous les visages, mais n’éclairait pas tous les chemins.

Et si l’ombre est reposante, la permanence des ténèbres finit par effrayer. Les jours s’enchaînaient, stagnaient ou fuyaient à toute allure.

Les humains s’évertuaient à ajuster leurs pas. On reprenait son souffle, on s’accrochait.

Parfois, le moral ployait comme une canne à pêche. Sur l’île, le quotidien n’était pas avare de nuances et la boule de l’existence tournait à sa guise.

Mektoub! Disaient les sages et les fous.

Et ceux qui ne disaient rien n’en pensaient pas moins.

L’Atlantique peut toujours rugir, il ne rugira jamais assez fort pour étouffer l’éloquence des soupirs.

Or, ce sont les soupirs qui disent le mieux le poids de la vie.

extrait de Celles qui attendent,   Flammarion


Aran ( RC )


photo perso:                Aran, Inishmore

 

 

Trois petits galets dans l’Atlantique,

Trois vaisseaux  de pierre,

Striés dans leur chair,

Au sol de calcaire

 

Dressent un parcours de murs,

Autour d’une terre maigre,

Et d’herbes arrosées d’eau salée

Lorsque fond un ciel liquide

 

Où le gris, dispute de l’océan, l’indigo

Trois petites îles se suivent

D’un voyage immobile,

Au Connemara,         voisines.

 

Les soeurs sont sentinelles,

Don Aengus est toujours là

A surveiller l’horizon

Depuis les falaises noires,

 

Au choc profond des vagues.

Les maisons blanches adossées aux rocs,

Se font lumière, aux ciels de plomb,

Résistent et s’entêtent

 

Au courroux des tempêtes,

Et aux vents qui les fouettent.

Les îles, échouées sur un socle qui tangue,

Subissent les éléments qui les poussent,

 

Et où bien peu d’arbres, moussent.

Les hommes          qui vivent là,

Aux longues histoires de pêche,

La cicatrice de générations de noyés,

 

Ont le regard      dilué  d’eau fraîche.

Vêtus              en laine de leurs troupeaux,

Laissés pour compte de leurs terres  pauvres,

Ils ont vécu longtemps coupés du monde

 

L »oral        d’un gaëlique  d’antan

………………..Sur les îles  d’Aran.

 

RC – 18 septembre 2012

photo perso:        îles d’Aran