voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “aubier

Marine Laurent – Femme de papier


 

CA0OEVYP.jpg

peinture: Egon Schiele


Suis une femme de papier
De celui dont on fait les arbres
Et j’ai puisé à leur aubier
Et mangé leurs feuilles vivantes
Arraché l’écorce du fût
Pour tenir debout à ma table

L’hiver sur du papier glacé
Je laisse mes traces effaçables
La sève qui coule des doigts
Trace des mots sans importance
Je flotte au vent car mes racines
Courent à peine sous le sable

Suis une femme de papier
Qui se froisse à moindre risée
Qui brûle à petite flambe
Dans un foyer désaffecté

Mais si l’oiseau à ma fenêtre
Vient poser une plume blanche
Je sens mes folioles renaître
Et la plante à mon encrier

Je partirai sur une branche
Emportée par nuit sans étoile
Et vous dirai dans mon absence
Ce que j’ai laissé sur la toile.


Le cŒur dessiné me souriait , de ses larmes de sève – ( RC )


La chevelure  sauvage  des arbres
s’est couchée  sur le sol.
D’autres se consument
en fumées bleues.

Des branches sectionnées en petit tas ,
j’ai vu, au milieu de la sciure,
Les billots du grand platane,
Où nous avions gravés nos noms.

        Le cœur dessiné, me souriait,
Même avec ses larmes de sève,
de l’aubier blessé,
        en une sorte de dernier adieu.

RC – mai 2015


Décennies verticales , sous l’écorce ( RC )


volume: Giuseppe Penone, jeune arbre révélé dans le grand,  voir cet article intéressant  où on comprend bien la démarche  de G P…

Cache toi derrière les feuilles,
elles se sont, depuis , bien ouvertes

L’abîme au centre de ton angoisse
Est tapie au coeur de l’arbre
Et parfois, on peut l’entendre gémir,
avec les branches qui se poussent toujours plus haut,
à écorcher le ciel.

Son tendre aubier tourbillonne, avec les gels, et les vents
Et je me confondrai avec, saignant avec , les jours de tempête,
ou quand les hommes viendront abattre mes voisins,

à grands han de hache et de morsures mécaniques.
Je connais au coeur du tronc, la jeune pousse,
qui devint brindille, puis arbrisseau…
Elle s’est cachée , de même, sous d’autres écorces,
On peut supposer qu’il en est de même chez l’humain,
avec ses saveurs barbouillées d’années.

Cache toi derrière le tronc, que les frissons parcourent,
Sous les branches, comme des bras, porteurs de mains larges ,
abri des oiseaux de la terre, tant qu’il n’est pas
l’heure de migrations vers un ailleurs plus clément.

Mon aubier accueille ton front et imprime sa sueur de sève,
et de mousses… – tu y as gravé ton nom…
Témoin des décennies verticales, relié au sol par mes racines,
sentinelle au creux de la clairière, …

 

RC   30 juin  2012

 

Et petit commentaire  sur Giuseppe Penone,  qui est un des artistes  les plus importants  de la nouvelle  scène italienne,  et justement,  tout  son travail autour  de l’arbre,  de sa croissance, de l’arbre jeune  révélé  à l’intérieur  d’un plus ancien…    une prise en compte  du temps  (  de la croissance),  et de la nature qui  se modifie  et occulte son passé…   G Penone, travaille  donc  à  « rebrousse-temps »…

croquis perso 2010: d’après une oeuvre de Giuseppe Penone          ( traces d’écorce – drap « frotté » )   ,                   Carré d’Art de Nîmes

art             – Andy Goldsworthy : assemblage