voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “autoroutes

Simon Brest – les fossiles


A chaque équinoxe, vers les parloirs des capitales,
les voitures au point mort dansent et copulent.
Une puissance souterraine monte au matin des soupiraux.
Le brouillard d’un autre brouillard se charge.
La fête des ferrailles ravive l’espérance permanente des objets.
Pour quelques jours les foules, un peu plus courbées,
subiront l’impalpable chape qui englue.
On finira par désigner pour la cérémonie rituelle
quelques impénitentes.
Elles seront tramées à la grue par-delà des remblais.
Si d’insolence le rire d’un enfant
traverse le flot d’un cortège, il suffira d’ouvrir
les vannes des autoroutes
et l’imaginaire diurne reprendra ses droits.

Sous le soleil subjugué rugissent les carrosseries rutilantes.
La robotique des archanges, parquée sous la pénombre des hangars,
défèque pour le grand ordre de l’industrie.
Deux fois l’an seulement la bride est lâchée
quand les saisons basculent.
Mais pour chaque capitale de parade,
en exemplaire unique au fond de l’avenue de Thèbes,
l’avenir est préservé.
Veillés par des arbres en statue,
les dieux, dans le soir, digèrent et rêvent.

extrait des « chroniques du trente février »


Villages morts – figures d’un exode rural – ( RC )


Un hameau abandonné entre Alés et Saint Ambroix (Vallée de la Cèze)

En traversant,  l’espace d’une  déchirure,

Certains  diraient « cauchemar »,

Des villages  désertés,

Où la vie  s’est repliée,

Desséchée.    –

Certains,

Où se multiplient les vents,

Et battent  portes et volets ,

Sur les façades des maisons vides.

Et risquant mes pas,

Sur l’absence,

Le cataclysme passé,

Dont on ignore les vraies  causes…

Le foudroiement lent,

Du défilé des années,

L’impossibilité de continuer,

A subir les assauts de l’hiver,

Où il est juste question de survivre,

Alors que l’avenir n’est est plus un,

Que les sources se tarissent…

Et aussi,        l’exode vers les villes,

Font,        que,           petit à petit,

La vie se déplace,

Et qu’ici,          seuls restent,

Accrochés à leur passé,

Les arbres,

Qui font le lien,

Entre le ciel et la terre,

Si ,        plus personne ne vit ici.

Seuls reviennent,

Le temps  de quelques mois,

Les vacanciers,

Epris de paysages champêtres,

Fuyant le bruit et la fureur,

Des banlieues grises,

Des appartements  étroits,

Et des parkings payants.

Mais ce sont des temps d’illusion,

Dont on revient vite,

En faisant la queue, sur les autoroutes.

Car le pays réclame son dû,

Et reprend ses droits

Il ne peut pas  être regardé,

Comme une  simple carte postale,

En couleurs,       et seulement  en été,

Quand les saisons, sont là,

Comme ailleurs,

Et le gel et la boue,.

Et que les ronces prolifèrent,

Dans les maisons abandonnées,,

Aux toits effondrés…

Et sans bétail,    les champs aux herbes folles.

RC –  20 novembre  2013

note: ces « villages morts »  sont aujourd’hui une  réalité,  dans les zones  « reculées », où l’accès y est difficile…

…  d’autres  sont  restaurés mais sont sous  « perfusion »,  d’une  vie  artificielle,  quelques  semaines  dans l’année,  et fermés  le reste  du temps, en particulier dans les  zones  touristiques, où seul le « loisir en boîte », fait recette,.

C’est bien là que  s’exprime de façon évidente ,   un paradoxe, entre l’apparence,  et la vie  authentique, symbolisée par l’existence même de ces villages .