voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “balcons

Mihàlis Ganas – La Grèce, tu vois…


Comme on peut le lire, ce n’est pas la première fois  que la Grèce passe par des hauts et des bas..

d’autres  écrits  de cet auteur  sont visibles  ici..

photo de Grèce: journal "the guardian"

La Grèce, tu vois…

La Grèce, tu vois, ce n’est pas seulement une plaie.

À l’heure creuse le café écumeux,

les radios les télés aux balcons,

couleur de bronze, corps de bronze,

bouchon de bronze la Grèce à mes lèvres.

Sur les murets la glu du soleil

attrape les yeux comme des insectes.

Derrière les murets les maisons éventrées,

terrains de foot, hôpitaux, prisons

créatures du bon Dieu et instruments du diable

et conducteurs de tram buvant seuls

un petit vin râpeux d’Aràhova.

Là des braves ont dormi

le fusil au côté, le sommeil peuplé d’enfants pieds nus.

Des foulards de femmes, fières voilures, passaient,

tapis et couvertures dans l’eau du moulin.

À présent caillasse et godillots

dans ce broyeur de pierres

et conducteurs de tram buvant seuls

un petit vin râpeux d’Aràhova.

Greece,       –  you know …

Greece, you see, it is not just a wound.

At the empty time of the  frothy coffee,

radios TVs on the balconies,

color of bronze, bronze body,

a Greece bronze cap to my lips.

On the walls ,the glue of the sun

Catches the eyes like insects.

Behind the walls of the gutted houses,

soccer fields, hospitals, and prisons

God’s creatures and instruments of the devil

and tram drivers  drinking alone

a little rough wine of Arahova.

There slept the braves

rifle in hand, the sleepfull of barefoot children.

Scarves for proud women, proud wings, passing,

carpets and blankets in water mill.

Now scree and boots

in this stone crusher

and tram drivers  drinking alone

a little rough wine of Arahova.

Mihàlis Ganas (Grèce, Épire, 1943).