voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “barque

Echappée belle -II (Susanne Derève)


      Braque: Les Barques. 1951  

 

 

 

Une barque à remonter le temps

   flots    essaim des jours

et posée sur l’eau la lumière comme

un reflet du ciel    si  ténu

un souffle peignant le silence à peine

   un nuage     l’embellie

d’un léger coup de pinceau

 

 

Doux bruissement de l’étrave

  une chanson

Heurts       bois contre l’eau             

quelques gouttes arrachées par la rame en surface 

sitôt perdues

–  le léger fil des larmes –     juste

une  trace humide    évanouie 

sur la peau  nue  

 

 

Peut-être

faut-il à ce moment laisser virer la barque

à sa guise

ne pas s’arc-bouter   épouser  le courant

s’adosser au bordage

aussi confortablement qu’il est possible

et pour peu que le ciel ait gardé ne serait-ce

que l’empreinte du sillage

la laisser dériver et la suivre

comme une impalpable voltige

délivrée de l’instant

 

 

Osciller        sans but

En arabesques brutes entre l’eau et le vent

Et ne se résoudre à rentrer qu’à la renverse

du courant

quand la rive au couchant s’enfonce dans la brume

et que la nuit s’empresse

Tremble déjà vers l’Est  un fin quartier de lune

plus doux qu’une promesse


Ton souvenir pour tout bagage – ( RC )


Résultat de recherche d'images pour "lost letter water"

La barque va doucement
s’échouer sur la plage,

J’aurai ton souvenir charmant
pour tout bagage :

J’ai apporté ma carapace
comme une vieille tortue

encore étonné par mon audace,
débarqué sur une île inconnue

mon corps et mon âme
encore indissociables

sont au programme …
et quelques grains de sable

j’aurai tout le temps
devant moi

pour t’écrire, le cas échéant
des lettres qui ne partiront pas ;

une parole muette,
en encre sympathique

qui restera dans ma tête,
et reviendra, cyclique .

( Cela vaut bien un message
confié à la mer

comme le veut l’usage …)
—- et vogue la galère !

Autant écouter un coquillage
et y mettre ton oreille

– si ce sont des enfantillages
cela remplacera la bouteille …

– encore faut-il en avoir une – ,
mais je n’ai que mes mains

pour toute fortune,
et pas de parchemin

alors il faudra bien
lire dans mes pensées :

car je suis le gardien
de messages esquissés.


RC – sept 2017

 


L’oubli de la pesanteur des choses – ( RC )


photo issue du blog « rencontres improbables.blogspot.fr  »

 

 

La barque fait oublier la pesanteur des choses,
elle, et son reflet,             passante paisible ,
glissent sur le miroir de l’onde
sans la rayer ou la fendre.
>    Elle est en suspension .

Seul le passage furtif de poissons
montre que l’air est habité en-dessous .
Avec les heures,          s’échappe aussi la bulle de la lune .
Elle suit tranquillement une courbe que l’on ne voit pas .
et ne crève pas à la surface,
                                           maintenue par le poids de la nuit.

 

RC     –     juill -2017


Henri Bauchau – Gare de Lyon


Afficher l'image d'origine

 

 

Ta statue traverse ma foule.
Tes quais piétinent .
la liquidité de mon existence.
Les locomotives du sommeil
rouillent sans te déchiffrer.
Errance, Merrance, l’horaire sans lacune
sur l’amour imprimé de force
traînaient tes wagons laconiques.
L’enfant ébloui des tunnels
en criant, en créant vers toi
a roulé, enroulé, déroulé sa déraille
en faisant jaillir de la mer
de la barque échouée du temps
sa statue verrouillée de fer
qui s’échappe du cœur-de-rails
parmi les passions turbulentes.
Ton phare mince et véridique
sa stature traverse ma vie
son amour, ton sexe enfantin
séparant l’heure vigilante
de l’activité du néant.


Jean-Claude Touzei – Dérive


Bullock35.jpg

photo Wynn Bullock

 

Et ma barque gémit
Sous les vents sous les cordes
Ma barque se déchire
Aux alizés du monde
Atteindrons-nous jamais la rive

Ma barque a des yeux bleus
Pour éclairer la nuit
Et ma barque chavire
Là-bas cette lumière
Atteindrons-nous jamais la rive

Et ma barque dérive
Vers les radios pirates
Ma barque tourbillonne
Dans les contre-courants
Atteindrons-nous jamais la rive

Ma barque se retourne
Loin de l’île l’étoile
Et ma barque bascule
Je vais mourir en mer
Atteindrons-nous jamais la rive

Et ma barque repart
Là-bas cette lumière
Ma barque comme un cœur
À l’infini des vagues
Atteindrons-nous jamais la rive

Jean-Claude Touzeil
(extrait de Un chèque en blanc,              éditions Clarisse)

 


René-Guy Cadou – Près du noyer


 

Près du noyer
prends garde
à l’ombre

l’herbe est profonde
sous tes pas
les œufs fragiles
dans ta main

une barque
attend
derrière le mur

il
est de l’autre côté
depuis l’hiver

quelqu’un
l’a vu
dans le petit matin
au bord du pré
l’eau de vie
brûlait le ciel

les cuivres
ne chanteront plus.


Tu laisses courir l’eau vive – ( RC )


P0302807

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu laisses courir l’eau vive

Et ne peux la retenir d’entre tes bras.

Il y a, au milieu, une barque qui n’attend pas.

Elle s’éloigne lentement des rives ,

 

Sans laisser rien à la surface.

Même le défilé des palais de la mémoire…

S’en rappelle comme les échos du soir –

Et sous les ponts, l’eau passe  ,

 

que l’embarcation, à peine,  ride  ;

Légère,  où la porte le courant…

Juste ce qu’il faut de la course du temps ;

….Et personne ne la guide .

 

Ainsi, de l’eau, les émois…

La rivière se nourrit de pluie .

Il a tant plu,  toi,  que l’oubli

Fait comme l’eau entre tes doigts .

 

Ils ont beau être agiles ;

Les rêves perdent leur consistance.

Il est une barque en partance;

Elle dérive au milieu de tes  îles…

 

RC  – oct 2014


Au delà du fluide murmure de l’eau – ( RC )


peinture: aquarelle d’ Emile Nolde: demi-lune au- dessus de l’eau-

C’est penché par-dessus la barque,
Que je lance la nasse des idées.
Peut-être qu’un poisson me regarde,
Et souhaiterait lire,
Dans mon image,
Dressée,
De l’autre ôté de la surface.

Quelles seraient mes intentions… ?
De la soif et des rêves,
De faire que la pêche soit abondante
Certains diraient, miraculeuse …
Quantité de mots s’ordonneraient,
Certains mats, d’autres brillants,
Et porteurs des sons,

Ceux que l’on n’entend pas,
Si on ne franchit pas la surface,
Pour aller les chercher,
Au delà du fluide murmure de l’eau
Et de son propre reflet…
Un rideau mouvant, déformé
Par le soupir des vagues.

Elles ont leur propre langage,
Il me faut parmi elles,
L’interpréter, pour aller
Chercher mon propre récit,
Remonter le filet,
Me rapprocher de la côte …
Je m’en étais éloigné.

Maintenant, je l’écris.


RC- août 2014


Pas d’épaisseur , de celle des pierres – ( RC )


photo wikipedia

 

Je te verrai,

Image présente,

A travers les murs,

Tournant mon regard

Vers où je te sais.

 

Il n’y a pas  d’épaisseur,

De celles des pierres,

A jouer la distance

Avaler les espaces,

Les collines et les villes,

 

Redessinant tes gestes,

Comme si la barque des songes,

Ouvrait aux portes  du jour,

Ta silhouette indécise

Se découpant dans la brume.

 

RC –  juin  2014


Dom Gabrielli – Délire au couchant


nature   sunset  99

delirium at sunset

 

 

I dig deeper

 

gravels blooded into unspoken sounds

 

still i seek the invisible tides

 

reluctant to row that bewildered boat

 

through the rapids of innocence

 

boulders of the sun’s pain
bloodclotted on my forehead
I suck at banished figs insane

 

the bruised sun sends me away
to live with extinct memory
by the cypresses in the cemetry

 

I am seated there
I have a red book and a black pen

 

I am not leaving anywhere

 

I have the grey in my sights

 

I write your naked body there

 

in bark

 

I shall declare
all the emotions of sunsets rare

 

je creuse plus profond

 

les graviers de sang incarnés en sons indicibles

 

pourtant je cherche les marées invisibles

 

réticent à guider cette barque en perdition

 

à travers les rapides de l’innocence
les pierres de la douleur du soleil
explosent sur mon front
je suce la folie de figues bannies

 

le soleil meurtri m’expulse

je vis sans mémoire

près des cyprès dans le cimetière

 

je suis assis là

j’ai un livre rouge et un stylo noir

 

je ne vais nulle part

 

j’ai le gris en ligne de mire

j’écris ton corps nu là
en écorce

je déclarerai
toutes les émotions des couchants rares

 

 Dom Gabrielli

Trois-quarts de lune – ( RC )


 

 

 

 

Tu vois, brillantes dans la nuit,
Se balancer les branches,

Dans la découpe de la fenêtre .
La chambre est pleine de légendes.

Ces trois-quart de lune,
Qui montent au dessus des collines,

Et son oeil blanchâtre passe
Entre les nuages qui s’effilochent .

C’est sans doute à cause d’elle,
Que le sommeil a fui,

Roulé en boule,
Au fond du lit .

Tu te rappelles,
Toutes les histoires,

Jouant de l’obscur.
L’imagination navigue.

Quitte les draps tièdes,
Pour s’enfoncer dans les bois,

Où les ombres s’allongent,
Ainsi les heures sur le cadran.

Les ramures ont des doigts crochus,
Les racines courent et se transforment,

Mille yeux que tu ne vois pas,
Observent ton désarroi .

Tu entends les oiseaux nocturnes,
Ululant de loin en loin.

Tu t’attends bientôt
Au glapissement solitaire d’un loup…

 

Sur l’étang, dérive lentement
L’enveloppe soyeuse de voiles de brume.

Un vent froid te mord les pieds,
Sortis de l’édredon.

L’angoisse amplifie les bruits,
Ceux des insectes, et les soupirs de la maison..

La pièce s’agrandit, vide soudain,
Les meubles sont des sentinelles noires.

Peut-être des bêtes cachées dessous,
N’attendent qu’un signal, pour surgir.

Et t’emporter loin d’ici,
Si tu t’éloignes, dans la barque des rêves.

Elle arrive , malgré ta volonté
De garder les yeux ouverts,

A te prendre à son bord, pour le voyage,
Pelotonné contre toi-même,

Et tu es surpris au matin,
D’accoster au quai d’un nouveau jour,

Où cauchemars et maléfices ,
Sont retournés auprès des songes,

Rétrécis au point de douter,
Même , de leur existence passée.

 

 

RC- mai 2014

 

ima


Sarah Mostrel – La poésie se meurt


 

4819540882_11e28245fb posts_L

 

La poésie se meurt

Avec la fin des étoiles
Avec le feu des volcans éteints
Avec la mort des oubliés

La poésie s’efface
Sur cet enfant sage
Qui n’a pu rêver ni même crier
Lorsque le sort l’a si sauvagement rejeté

La poésie s’envole au gré d’images folles
Dans le berceau des vagues
Aux rythmes allaités
Par un dieu, une tempête ou… serait ce Eole

Qui mène ainsi la barque
De la sonnerie aux morts
A l’assaut de la vie
Et la résurrection tant attendue ?

La poésie se meurt
Mais si j’ai survécu
Ce n’est que pour pouvoir encore
Prononcer l’hymne Poésie


Nous cherchons en nous nos destinations – ( RC )


dessin: Hiroyuki Doi

dessin:           Hiroyuki Doi

Il y a de l’aventure ,                  –       la suite d’un voyage,
Il commence ,  …. et nous nous retrouvons dans une barque.
Elle dérive silencieuse.
C’est un lac,               une rivière,            un océan.
La mer est immense pour deux amis assis dans leur regard,
Les draps mouillés de soleil, emportent nos paroles,
Elles se dissolvent dans l’air,         et les mains se tiennent;
> Nous cherchons en nous nos destinations,
Le vent coule autour de nous,             le monde nous ignore.
Les matins peuvent se succéder,
Nous survolons les abîmes,                    aux siècles d’histoire,
L’eau nous porte, et le baiser du jour naissant nous enveloppe,
–         Il y a longtemps que nous parlons en nous taisant.
Dans un mouvement d’heures,          nous ne les comptons pas,
La barque, adossée à un mur de brume,   poursuit son chemin,
Et peut-être un chemin immobile,    cela n’a pas d’importance.
Rien ne nous indique un lieu,
Et peut-être n’y en a-t-il simplement pas,
… Les yeux seraient-ils perdus dans le vide,
Que nous nous y retrouverions,
Le juste goût du fruit de notre présence,
Et ce moment qui s’étire ,                                nu.


RC – 4 novembre 2013


Seyhmus Dagtekin – extraits de Au fond de ma barque


Peinture:  Alberto-Savinio-  Oggetti-nella-foresta

     Peinture: Alberto-Savinio-         Oggetti-nella-foresta

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tandis que je mange la terre
La terre me recrache
L’eau me démange
pour remonter à nos frémissements
Premiers
Comme ce liquide qui passe
Sans s’arrêter à ses tourbillons

Toi aussi, laisse-toi aller
Et goutte
Goutte à cette douceur
Avant qu’un crapaud ne t’avale
Avant qu’une mouette
N’avale le crapaud
Dans les sables mouvants de la langue

De même qu’ils marchent sur l’eau
L’eau les fauchera dans leur marche

~ *

Tu vois l’instant. L’après, tu ne le vois pas
Comme ce dos que tu tournes à la lune
Comme ce cri que tu n’imiteras jamais
Mais que fais-tu quand un chien abois au
loin, quand un poisson entre avec un sur-
saut dans ton sommeil, quand un serpent
est un rêve que tu n’atteindras jamais,
quand une treille est un pont qui me laissera
à mi-chemin de ton rêve

Sur quelle roche veux-tu que je délaisse la
suite même si tu ne seras plus ce que je dis
dans la faim de la langue que tu me dérobes


Mario Luzi – A la vie


 

 

photographe non identifié : barque sur lac en Tanzanie

“A la vie”,

Amis, depuis la barque on voit le monde
et en lui une vérité qui s’avance
intrépide, un soupir profond
qui va des estuaires jusqu’aux sources ;
la Madone aux yeux transparents
descend lentement à la rencontre des mourants,
recueille la somme de la vie, des douleurs
les désirs cachés depuis des années, sur la face humide.

“A la vie”, dans Prémices du désert. Poèmes 1932-1956, Gallimard, Poésie, 2004, traduit par Jean-Yves Masson et Antoine Fongaro, p. 60

 


Barque sur le lac ( RC )


a985d872265b--93cc333cba.jpg

Quelque part sur un lac,
Les rames  se reposent…
S’est arrêtée la barque

Suspendue quelque temps
Entre ciel et eau,
Atmosphère de brume

Que ne cerne aucun repère,
Où,  même situer le matin,
N’est pas utile,

Alors que s’installe le silence,
Sur l’étendue d’eau.

Juste le reflet de la coque
Si je me penche,

Et quelques  herbes visibles
Que l’on devine

Prolonger par dessous
Leur vie aquatique.

De temps à autre, une vaguelette
Vient lécher le bord,
Fait grincer une planche ;

Un chapelet de petites  bulles,
vient  crever à la surface,

Echo peut-être d’une carpe
Dont l’ombre lasse se déplace.

Ainsi lentement le temps passe…
Ou je passe à travers lui,
Quand  doucement je dérive

Et que les  saules penchent
Leur tête par-dessus la barque
En annonçant la rive

Que j’avais oubliée
Un instant où l’immobile
Glisse vers le temps  dilué.

RC-   18  fevrier  2013


Fernando d’Almeida – Au seuil de l’exil


Fernando d’Almeida

art; Judith Reigl : l’Egyptien

.
.
AU SEUIL DE L’EXIL

Une cloche de deuil a sonné au seuil de l’exil
et la tornade du matin a tonné vers la mer

(…)
Tu marcheras le cœur au poing
tu mâcheras un soir l’amer kola du veuvage
sur le désert nostalgique de ta naissance
une cloche d’alarme une cloche d’alarme
qu’importe l’aigreur des mots hongres
tu seras ici au carrefour des vents dénudés
sur la barque qui tangue
sur la pirogue qui chavire
tu viendras au bout du petit matin
écouter le chant du griot
entendre la voix des eaux
ton royaume sera de nostalgie
ton langage la prison d’un exil
Absente Absente Absente
l’harmattan est venu
l’harmattan est venu
un matin
un câlin
matin
et le ressac de mer
et la peur de dire
et la peur de tuer…

Une cloche de deuil a sonné au seuil de l’exil
et la tornade du matin a tonné vers la mer

(…)
.
.


Phrases flottantes, en brume ( RC )


peinture perso: « sur l’angle » 1990 – acrylique

Aux murmures suggérés

Les airs , à travers les doigts des feuilles

Et capter d’une oreille attentive

Les sons d’une harpe de brume

Lent glissement  d’une barque

Au gré d’une errance suspendue

Du gris, sur le gris

La parole  chuchotée,

Du mystère des mots

Qui s’assemblent en phrases.

Bribes assemblées,

Un instant flottantes,

Gouttes  d’encre

Et qui prennent leur envol,

Quand  s’écarte le ciel…

Dissipation des brouillards matinaux,

Lorsque  se construit la page.

RC –   19 juin  2012


Bernard Dimey – Les enfants de Louxor


sarcophages égyptiens, Musée du Louvre

 

 

Bernard Dimey,  a une belle oeuvre poétique…,

il est l’auteur  de nombreux  textes  dont  des paroles  de chansons,  chantées par les  « célébrités »; par exemple, Juliette Gréco, B Lavilliers,  et aussi Jehan, injustement méconnu… dont je suis grand  amateur,

et qui lui a consacré un album entier   » Jehan chante Dimey »

 

voir  ce site  sur les  auteurs  compositeurs interprètes  de la chanson française en particulier  ( la page Dimey)

 

 

LES ENFANTS DE LOUXOR,

http://www.deezer.com/listen-275073Quand je sens, certains soirs, ma vie qui s’effiloche
Et qu’un vol de vautours s’agite autour de moi,
Pour garder mon sang froid, je tâte dans ma poche
Un caillou ramassé dans la Vallée des Rois.
Si je mourrais demain, j’aurais dans la mémoire
L’impeccable dessin d’un sarcophage d’or
Et pour m’accompagner au long des rives noires
Le sourire éclatant des enfants de Louxor.

À l’intérieur de soi, je sais qu’il faut descendre
À pas lents, dans le noir et sans lâcher le fil,
Calme et silencieux, sans chercher à comprendre,
Au rythme des bateaux qui glissent sur le Nil,
C’est vrai, la vie n’est rien, le songe est trop rapide,
On s’aime, on se déchire, on se montre les dents,
J’aurais aimé pourtant bâtir ma Pyramide
Et que tous mes amis puissent dormir dedans.

(…)

Les enfants de Louxor ont quatre millénaires,
Ils dansent sur les murs et toujours de profil,
Mais savent sans effort se dégager des pierres
À l’heure où le soleil se couche sur le Nil.
Je pense m’en aller sans que nul ne remarque
Ni le bien ni le mal que l’on dira de moi
Mais je déposerai tout au fond de ma barque
Le caillou ramassé dans la Vallée des Rois.

Catégorie Dimey Bernard,

 

 

sculpture tête d'Akhenaton


Jean-Yves Fick – feuillet 41


25 décembre 2011

feuillet 41

peinture : arche de Noé -- fresque romane, St Savin sur Gartempe, Vienne By Jean-Yves Fick

 

viennent les passes
noires et nues
où voguer vers
quelle terreur

                                              à la proue

on savait que
l’étau des roches
allait broyer
la nef entière

                                            corps et âme

pour peu que ne
franchissent pas
les ailes blanches
pour peu que ne

                                         dans l’écume

se montre pas
la main suprême
qui porterait
plus loin la barque

                                        imprévisible

poupe brisée
mais le haut-vol
possible dans
l’étrave intacte

                                     quels seuls visages

hors du royaume
où ne sont qu’ombres

                                      vont apparaître.

à noter que la mise en page, que j’ai essayé  de respecter,  est un des éléments importants de l’expression poétique  contemporaine,  qui induit, un autre regard, une  autre lecture

provenance:  http://jeanyvesfick.wordpress.com/2011/