voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “blues

Tous, du blues – ( RC )


Zao Wou-Ki Paintings: 1950's - 1960's - De Sarthe Gallery:

Peinture :  Zao Wou Ki

 

 

S’échappe la mer
se courbe le ciel
Et toi et moi,
entre nous …

Mer et ciel et toi et moi
Avec tous ces bleus
Toutes ces nuances
Leur ensemble de  teintes

Quelques bleus sont tristes
D’autres bleus sont heureux
Sombres et lumineux
tristes ou heureux en même temps

Nous sommes tous du blues
Nous en avons toutes les nuances
Toutes les teintes
Nous sommes tous le blues .

RC – dec 2016
Librement et directement inspiré de « All Blues »
de l’album mythique «  Kind of blue » de Miles Davis,

dont on peut retenir entre autres, les interprétations chantées  de Helen Merrill, ( difficile à trouver ) , Rachel Gould, avec Chet Baker,  Ernestine  Anderson et celle de Dee-Dee Bridgewater

 

deadpaint:  Mark Rothko, Untitled No. 15:

Mark Rothko :  untitled n°15

Publicités

Jean-Claude Pirotte – Blues 05 – contrée lointaine où campent nos aïeux


peinture  John Sloan   Six O'clock

peinture John Sloan Six O’clock

lorsque nous partirons

pour la contrée lointaine

où campent nos aïeux

nous aurons de quoi rire

de nos jeunes terreurs

sans faiblir nous aurons

parcouru la prairie

et nous regarderons

l’horizon se mirer

dans les sources du vent


Jean-Claude Pirotte – blues ( suite )


 

 

————————–

Je vais dormir ni ce soir,

ni demain ni jamais peut-être,

pendant que le blues est dans ma tête,

les douze temps du désespoir

Si futiles si dérisoires

Les balais sur la vieille caisse

Et les mots que la nuit tresse

et qu’inspire le soleil noir

c’est le dernier signal

l’ultime éclat de braise

on se voit disparaître

au coude du canal

et l’écluse est fermée

immobile à jamais

———-

nous avions reconnu

la péniche des morts

mais elle était au loin

si lente que la nuit

nous la perdions de vue

or chaque lendemain

elle approchait du port

désert que nous quittions


Boîte à idées – ( RC )


boîte:          Dave McCoy –          The Great Debate (1999)

 

Dans ma boîte à idées, y a tout l’temps des trucs,

L’ombre  d’un grand-duc
Je refais l’monde à l’envers, je mets de l’eau dans les vermicelles,
j’en tire deux bouts d’ficelle…

J’arrête les chutes  d’eau dans leur  élan vertical,
– pourquoi seraient-elles  verticales -?

Et y a l’homme à la  valise, sur le quai de la gare,- l’oncle et son neveu

la femme  qu’est partie  d’un au-revoir pluvieux,
Le tout  sous le regard des anges  ( je les avais convoqués) – parfait
Ca  valait l’coup d’être écrit,                                  et ben voila  c’est fait.


Maintenant y a aussi les blessures  et les  drames, qui sont au catalogue,
Je vais bien leur faire  fête,            et composer  ma chanson,en dialogues
Je reprends le manuel, je connais la musique, c’est l’coup blues du mardi soir
Qui vaut désespoir,

et puis  seaux  d’eaux;
J’vais remettre les Platters, on dansera  le slow.

T’en fais pas, ma jolie, j’ai encore plein de choses,
Dans ma boîte à idées , des crayons, et puis des roses…

 

 

RC   – 11 septembre 2012

 


Jean-Claude Pirotte – blues 04


si tu poses ton regard

sur le pianiste noir

au fond du bouge obscur

ne le détourne pas

tu verras s’élever

des fantômes de fleurs

et des halos de lune

dans la fumée du bar

extrait du recueil   » le promenoir magique »

 


Contrebasse, les échos de Mingus ( RC )


photo: Charles Mingus

Sur la scène improvisée
A même la rue, clarinette et cuivres
Central Park
Et l’écho de Mingus
Des fables de Faubus

La musique dévoile sa transe interne
son sanglot pincé
ses originelles, du chant frotté
Les cordes pincées

En cherchant une langue
Au-delà de la voix seule
Et de l’écho de bois
La contrebasse, et son volume,
La grand-mère, comme ils disent
Délivre sa mémoire du jazz

Sur ce qui vibre  de l’histoire des hommes
L’indicible et les sons feulés
Parfois baleines du chant
Parfois rythme pesant, des pas fatigués
Walking bass, à travers les rues de Chicago
Tout un monde,

Le passé, pas si éloigné
Ségrégation, et mémoires
De l’immigration forcée
En champs de coton
Main d’œuvre bon marché

Mais pourtant le chant
Du passage du blues
A travers toi

RC  22- juin 2012

 

voir  aussi l’article   » gouttes  de son »

On the improvised stage
In the rough street, clarinet and brass
Central Park
And the echo of Mingus
Fables of Faubus

The music reveals his internal trance
pinched her sob
its original, song rubbed
The plucked strings

Seeking a language
Over and above the solo voice
And the echo of wood
Bass, and its volume,
The grandmother, as they say
Delivers her memory of jazz

That vibrates at the history of mankind
The unspeakable and growled sounds
As sometimes whales were singing
Sometimes rhythm heavy, walking tired
Walking bass, through the streets of Chicago
A whole world,

The past, not so far
Segregation, and memories
Of forced migration
In cotton fields
Cheap labor

But still singing
The passage of the blues
Through you


Karen Dalton ( RC )


Karen Dalton

 

 

 

-( C’est un hommage à la voix de la chanteuse des années 70..(lien Youtube)..
pas si connue  que cela aujourd’hui,  et dont j’ai essayé de traduire
la sensation éprouvée…)

Elle me parle…

Je ne sais

Comment dire, comment la dire

Etre happé par la musique

Et le déroulement sans heurts

D’une mélodie douce

Mais cette voix

Ecorchée, rouge et triste

Qui dit

Comme le son du cor.

Du vécu , qui s’étire

Le blues

Des raisons du vivre   *

Un sentier, de failles

Et ses feuilles  desséchées, fondues avec le sol,

Offertes, en fragilité ,et cassures,

Et la parole saupoudrée

Franchissant les années

Sans la nuit  couvrant la terre

Et vibrant , avec en pensée Lady Day  *

Dans un même espace

La tunique serrée autour du corps du monde

Et l’émotion, avec

Etrange chose  que sa voix

Qui m’emporte au loin…

 

RC  10 juin 2012

 

*  Lady Day  est le surnom donné à Billie Holiday, dont il y a effectivement
beaucoup d’affinités  –  voir  ma parution précédente  sur  « Strange fruit »

* Raisons de vivre est un des titres  de Karen Dalton


Jean-Claude Pirotte – Blues – 02


peinture: Franz Kline: Provincetown II

 

 

 

 

tu brûles de parler encore

à ton fantôme

pour ne pas dire adieu

ce que tu dis l’éloigné

or parler de si loin

te rapproche du ciel (crois-tu)

 

mais le malheur

on l’entend dans les mots

qui ne touchent personne

c’est l’adieu des fantômes

d’on ne sait quel ailleurs

où tu n’iras jamais

 

 

extrait  du recueil   » le promenoir  Magique  » (  La  Table Ronde)


Jean-Claude Pirotte – blues 01 ( l’homme est blanc comme linge)


photographie: série des portraits "King Champion" de Brett Walker

 

 

Extrait du gros « pavé »  le recueil du « Promenoir Magique »

( paru à la Table Ronde)

 

l’homme est blanc
comme un linge
il se déplace en crabe
il a peur de son ombre
il a honte du diable
qui se démène en lui
et ronge ses méninges

l’homme est soumis
au prince du jour et des ténèbres
l’homme est un assassin
l’homme est un spadassin
qui ne dort pas la nuit
et que son âme ennuie

 

J Cl   Pirotte  s’est vu décerné  de  « prix Apollinaire  de la Poésie »

 

photo: Brett Walker -: série king Champion


Angèle Paoli: All blues


 

 

Article inspiré  de la page  de blog  de  http://lebontempsdelavie.centerblog.net/

qui inévitablement  fait penser  au célèbre disque  de Miles  Davis  en Quintet,  « Kind of  Blue », qui a  marqué  durablement  l’histoire du jazz

 

L’Azur se courbe

et devant ton œil

bleu déclin

le baume cerisier blanc

de tes caresses

savamment décline

sa rhapsody

blue

strompin’ at the Savoy

le pianiste

aux doigts de cristal

étire

de Bessie les langueurs

désirables

et pianote

tempo blasé

les notes désenchantées de saveurs

oubliées

le blues le blues le blues

ronge ton âme esseulée

songe songe songe

à la lenteur du temps

qui s’écoule

se délasse et s’enlace

en cet instant

tandis qu’au ciel glisse

un long goéland

et qu’au firmament

passe la trace

ardeur de tes rêves

brûlants

Angèle Paoli

kind of blue