voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “carpes

Boîte de verre ( RC )


Photo métro:   Pierre Sabathie

Dans la boîte, il se pourrait que je sois lié,
A l’égal des poissons, du bocal,
prisonnier,
de l’air , comme eux le sont des eaux pâles…

C’est un lieu muet où ne portent pas les bruits.
Lorsque s’ébranlent les trains,  le regard les suit.
Ceux ci glissent en silence,
Vers  d’autres circonférences…

Accompagnant leur forme de bonbon fuselé
Mobiles  éclats  de reflets  ailés,
Se mélangent à ceux des ascenseurs,
Emportés  en douceur,

Vers des sous-sols inventés,
En tout cas hors de portée,
Malgré toute cette activité,
Fantômes en bouche ouverte habités.

De tous ces sons qui pèsent.
Il est de bon ton qu’ils se taisent…
C’est la discrétion assurée.
Les cris et paroles emmurées…

Ainsi, comme le dialogue de mes voisins,
Si proches et pourtant si loins…
Rien ne vibre, rien ne se capte
Un langage de silence comme les  carpes….

( en tout cas , c’est tout  comme )
S’ils étaient  en aquarium…
Ce qui reste un mystère
Au delà de la paroi de verre.

RC – 19 février  2013


Le sommeil des nénufars ( RC )


peinture:             P Mondrian.      Night landscape  1907-08

Sous les branches tombées à notre insu, un parterre
d’ocre,  si bien aussi  qu’à plat sur la surface gelée  de l’étang
on pourrait marcher

Contourner les nénufars, surpris  dans leur  sommeil,
comme au bord  d’un temps,
Qu’ils avaient oublié
Fragiles coques, lestées de mémoire
Qui les retiennent par le fond
Tandis  que, en ombres
Les carpes évoluent silencieusement,
dessous,  ignorant les nuages,
Et la neige,
Qui coiffe les sommets  des collines.

Il n’y a pas trop de nuits, pour attendre
Que revienne la tiédeur,
Et les sauts des grenouilles….

RC  – 29 novembre 2012

inspiré par François Cheng  ‘ »Fumées »


Pierre Etienne – signes sur l’eau


 

eau mouvante – Venise

 

 

Si du bout de mes doigts
je trace des signes sur l’eau
les mots traversent l’étang
reliant l’une à l’autre rive

Là-bas nul récipiendaire
ne recevra le message
les carpes m’ont assuré
du silence des secrets

Les arbres captent des reflets
telle l’image mal réglée
d’un téléviseur folâtre

Avant de connaître l’étang
j’ignorais que tant d’avions
détruisent le calme du ciel

Pierre Etienne /   extrait  de  « Quarante quatre sonnets approximatifs »