voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “chaises

Des mains sur le fauteuil – ( RC )


sculpture: Urs Fischer  – 2015

 

Sur un fauteuil style Louis XVI
sorti de chez l’antiquaire
il y a les mains de ma mère
( qui auraient pu préférer les chaises ) ….
        Pour être plus précis dans le décor,
celui-ci n’a rien de spécial,
mais quand même, c’est pas normal…
il y a juste les mains, pas le corps .

        Il existe peut-être,
mais dans l’au-delà :
– en tout cas on ne le voit pas – :
ça a l’allure d’un spectre
qui voudrait se faire inviter
pour partager le dessert
avec mon frère
à l’heure du thé :

        C’est une sorte d’ambassadrice ,
qui ne s’encombre pas d’apparence
et joue sur la transparence ,
( sauf pour ses mains lisses )
       Elles n’ont rien de squelettiques ,
pleines de jeunesse,
elles sont d’une tendresse
bien énigmatique….

       Ces mains , d’une autre époque
se posent doucement ,
plutôt affecteusement ,
quand c’est le « five o’clock » ;
–  toujours avec exactitude  – ,
avant bientôt, de s’évanouir
comme un tendre souvenir
( un rendez-vous quotidien,       dont j’ai pris l’habitude ).


RC – juill 2017


Comme dans un tableau d’Edward Hopper ( RC )


peinture: E Hopper: Western Hotel

peinture:       E Hopper: Western Hotel

Des  chaises en plastique blanches, aux pieds chromés,
Banquettes rouges plaquées le long du mur,

Lumières froides suspendues
Et un personnage à table, lisant le journal

Caché en partie par un pilier de béton
Enveloppé malgré lui, du décor anonyme

Au bar de l’aéroport, … – comme dans un tableau
D’Edward Hopper

 

RC –  22 décembre 2012

 

voir aussi l’article de Claude Esteban,  sur Hopper….


Attendre que se dilue le temps (RC)


Steve Messan drop, - voir some-landscapes.blogspot.com

 

Attendre , debout, dans la gare

Aux mouvements pressés des passagers

Venant tous d’un ailleurs,

Ou se cherchant une voie d’ailleurs

 

Et pensant que seul le décor changerait

Comme un tapis des villes  et des champs

Et qu’une foule de personnes identiques

Serait reportée dans un ciel de Magritte

 

Attendre dans la salle vide

Sous le regard  rond  de la pendule

Et l’alignement régulier des chaises

Au faux air  d’objets soumis

 

Attendre dans la salle pleine

Sous le regard pressé de la pendule

Et l’alignement  défait des chaises

Soupirant sous le poids des personnes

 

Attendre  au carrefour où les autos

se traînent ,et le bus qui ne vient pas

la poussière des champs  sur l’asphalte

Et mon ombre pointant avec le soleil.

 

Attendre  que se dilue le temps

Marqué par les heures sentinelles

En un reflet de pierres, en, suspension

En patience de lac endormi.

Art: sentinelles de sel Jean-Pierre Formica photo Eric Preau