voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “champignons

Dans le mystère des bois – ( RC )


photo perso – Lozère octobre 2020

Il y a encore quelques hommes,
pour recueillir des dons d’un ciel
de novembre, étrangement clément .

Ceux qui arpentent les forêts,
se guident sur les chemins
presque complètement enfouis

sous l’ocre des feuilles.
La terre aimable a caché l’été ,
sous les jaunes et les oranges.

La sève se retire des arbres,
se préparant à l’hiver,
le petit peuple des champignons en profite .

Ce sont peut-être de petits gnomes
qui montrent leur visage,
en dansant en cercles serrés.

Dans le mystère des bois,
commencent à roder les brumes
entre les roches de Huelgoat .

Certains y verraient les fées
qui font leur cueillette d’herbes
de cèpes et d’amanites.

C’est de leur cuisine
que les brumes
s’enroulent dans la futaie .

Si les doigts du vent font silence,
c’est peut-être leurs pas sur les feuilles sèches
que tu entendras,

mais ne t’attends pas à les surprendre,
car leurs robes les cachent
et nos yeux ne peuvent les apercevoir.

Forêt de Huelgoat - Automne 2017 - Lit de rochers
photo lecocon : forêt d’Huelgoat

L’indépendance des choses – ( RC )


Image associée

 

 

Comme en strates  .     c’est de la matière qui se dépose…
On pense généralement à de la poussière,
ou bien les flocons de fausse neige
qui retombent lentement , une fois qu’on a posé la boule
après l’avoir secouée.

On ne pense pas que les choses ont  cette indépendance,
comme il est fastidieux de  toujours grouper par famille,
par genre,         –  à la façon des entomologistes,
qui  détectent ,          parmi  les insectes,
leurs caractéristiques communes, et les classent par genre .

Il en est ainsi des papiers.
Tous les papiers administratifs qui s’accumulent,
les factures et les publicités qui s’entasseraient
dans le plus grand désordre,
si on ne venait pas relever la boîte aux lettres  .

Il faut classer par formulaire, par couleurs, par années…
mais il y en a toujours qui s’échappent,
du fait de l’inattention ,
et se retrouvent dans d’autres classeurs,
ou dans un livre fermé par inadvertance.

Aller à la ramasse, ce serait aussi comme
trier les champignons,
les comestibles, et ceux qui ne le sont pas
ceux qui se dissimulent,
et font semblant d’être bons….

J’imagine plutôt
…. quelque chose d’insaisissable   :
Les vrais objets auraient pris la file de l’air,
aspirés par on ne sait quel phénomène,
il se serait créé un vide sidéral.

Il ne resterait que leurs images ,
et celles-ci clignoteraient encore quelques jours,
à la façon d’hologrammes,
avant de se fondre dans l’obscurité.
Un néant ?

Non, pas tout à fait,
mais     >    un monde derrière,        qui existe,
ayant bu les objets
et gommé leur surabondance.
rendant l’air à nouveau respirable .

RC – oct 2017.