voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “châteaux

Carles Duarte – L’ Abîme


peinture: Jef Vereyen   monochrome  achrome  1958

peinture:         Jef Vereyen               monochrome achrome 1958

Au-delà de la mer
– je peux sentir son vertige -,
il y a un abîme.

J’abrite mes regards
derrière mes paupières fatiguées.

Tandis que j’observe les vagues,
j’écoute le corps,
sa routine incessante
chaque fois que je respire.

Je suis ressorti dans la rue.
Je tente en vain d’y retrouver des images.
Je n’y reconnais pas cet enfant blond,
ni la cour pleine de lumière.

Il me reste, pourtant, des miettes bleues
et les visages des mes parents que j’imagine.

Je m’assieds sur le sable
pour refaire les châteaux d’autrefois,
pour me rappeler.

Au-delà de la porte de l’air,
de la lumière primordiale de cet après-midi,
d’une joie que je regrette,
l’océan transparent de l’oubli
me détruit.

Traduit par François-Michel Durazzo
Le centre du temps, Fédérop, 2007

Forteresses rêches, debout pour l’éternité – ( RC )


 

photo: Musée -château    d’Annecy

 

Les forteresses  rêches,,
Debout  pour  l’éternité,
–  avait-on affirmé.
Ceux  qui les ont  édifiés,
et qui les  gouvernent .
A  l’abri des murailles :

Ces monstres qui tuent ,
Un peu   comme le Minotaure,
Dans le labyrinthe .
Là,   ce sont des princes et des évêques,
En habits     cérémoniels ,
Ils décident des conquêtes,
Et assoient  leur pouvoir.

Un temps  .
Avant que l’ambition d’ autres
Ne s’exacerbe avec le sang,    les complots,
Les breuvages  empoisonnés,
Les   messes noires du destin,
Le tirage funeste   des tarots …
L’invasion des barbares…

>      Et le temps  encore,
Comme une vague,
S’étale :
Un mal insidieux
Transforme ces forteresses
en châteaux  de sable .

Certaines  sont  encore  debout ,
Mais          n’ont plus de sens .
Ce sont des coques vides.
On en  a oublié la raison ,
Souvent le nom des puissants .
Leur nom, autrefois gravé  dans la pierre,
S’est dissolu comme le sel .

Les fossés sont comblés,
L’herbe grasse s’est nourrie du sang versé,
Des arbres ont repris le dessus,
Des tours se sont effondrées,
Servant de carrières de pierres,
Le reste , d’étables ou de casernes .

Maintenant ce sont des musées :
Les  grandes salles vides,
Servent pour les  expositions .
Le pouvoir a changé de mains ,
Avec les avenues,
et les cars de touristes :
Il faut bien s’inventer des alibis.

Les complots se font autrement ;
– L’époque apparaît plus pacifique – ,
En fait le miroir
De la puissance de l’argent …
En trompe-l’oeil
Sous le couvert de la culture .

RC – dec 2014

 


Norbert Paganelli – Timons


peinture gothique

Norbert Paganelli, publie  sur son site des textes bilingues  – corse-français...

Timons

« tous ces départs
écrits par les timons »
Alain di Meglio

Et vous qui semiez des étoiles
Sur le plancher marin de la mémoire
Ne pourriez-vous faire
Comme les marins
Et crier au monde que l’ivrogne n’oublie pas

Il n’oublie pas ces châteaux
Dressés vers l’horizon
Il n’oublie pas les hommes pétrifiés

Mais pourquoi n’avez-vous su
Reconnaître la route de l’oiseau
Sur le visage des timoniers

Timoni

« tutti i partenzi
scritti da i timoni »
Alanu di Meglio

È vo chì suminàiati steddi
Nantu à u sulaghju marinu di a mimoria
Ùn pudareti dinò fà
Com’è i marinari
È dì à tutti chè u briaccu ùn si ni scorda

Ùn si ni scorda di sti castedda
Piantati versu culandi
Ùn si ni scorda di l’omini stantarati

Ma comu hè chè vo ùn n’eti micca sapiutu
Ricunoscia a strada di l’acceddu
Nantu à u visu di i timunieri