voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “clôture

Joseph Brodsky – le cadeau béni, pour l’athée


Résultat de recherche d'images pour "marmite lentilles"

Dans les villages,
Dieu ne vit pas dans les coins
comme pensent les sceptiques.
Il est partout.
Il bénit le toit,     il bénit les plats,
il tient ouvertes à moitié les doubles portes . 

Il est surabondant. 

Dans le pot de fer ,  là.
Cuisinant les lentilles le samedi.
Il se dandine doucement et fait des craquements dans le feu,
il me fait un clin d’oeil, son témoin.
Il assemble une clôture, il marie la douceur du coeur au bûcheron.
Ensuite, pour faire une blague, il fait tomber le garde-champêtre juste à côté de chaque tireur ciblant un canard qui passe.
La chance de regarder tout cela de près,
tandis que l’automne siffle dans la brume,    c’est, pour l’athée,
le seul cadeau béni qu’il y ait dans les villages .

 

tentative de traduction  ( RC )

 

In villages God does not live in corners as skeptics think.

He’s everywhere.

He blesses the roof, he blesses the dishes,

he holds his half of the double doors.

He’s plentiful.

 

In the iron pot there.

Cooking the lentils on Saturday.

He sleepily jigs and bops in the fire,

he winks at me, his witness.

He assembles a fence,

he marries some sweetheart off to the woodsman.

Then for a joke he makes the warden’s every potshot

fall just short of a passing duck.

The chance to watch all this up close,

while autumn’s whistling in the mist,

is the only blessed gift there is in villages,    for the atheist.


Tapiès – rideau fer – ( RC )


Tapies  rideau fer.jpgAssemblage: Antoni Tapiès  Porte métallique et violon-  Fondation Tapiès

 

On attendra longtemps
l’ouverture du jour.
Il y aura du sang
répandu autour .

La vie est dans la verdure ;
Derrière le rideau de fer
on pratique la torture
et on désespère.

On imagine, un délire :
faut-il une révolution,
pour que le rideau se déchire
et que le chant du violon

se détache de la croix noire
taggée sur le mur :
c’est un signe d’espoir
un premier murmure

car la clôture grise
n’emprisonne pas le chant :
Ce n’est pas une marchandise
vouée à l’enterrement.

RC  juill  2016


Philip Roth – pastorale américaine – (petit extrait )


vue bord fra arch -0585

 

Elle marchait vers le nord-ouest, vers un horizon qu’animait encore un liséré de lumière ; elle avançait dans l’appel du soir de la grive ;

elle longeait ces clôtures blanches qu’elle haïssait, ces fenaisons, ces champs

de maïs, ces champs de navets, qu’elle haïssait, ces granges, ces chevaux,

ces vaches, ces mares, ces rivières, ces sources, ces cascades, ce cresson,

ces osiers (« Les pionniers s’en servaient pour récurer leurs casseroles

et leurs marmites, maman »),                                      ces prairies, tous ces hectares de bois qu’elle haïssait,

elle remontait du village, elle mettait ses pas dans ceux de son père,

du temps qu’il allait, heureux, d’un pied léger, tel Johnny Appleseed,

et c’est ainsi qu’aux premières étoiles, elle avait atteint
les érables séculaires qu’elle haïssait,

et l’imposante demeure de pierre tout empreinte de son être,

qu’elle haïssait, la maison où vivait son imposante famille,

tout aussi empreinte de son être, qu’elle ne haïssait pas moins.

 

petit  extrait  ( vers la fin )  du livre  « pastorale  américaine »