voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “compte

Jusqu’où peut porter le regard ( RC )


Loompanics
Installation              Loompanics éditions:

« Vous êtes ce que vous savez
Vous êtes ce que vous faites
Aidez-vous   vous même
Plus de secrets
Plus d’excuses
Et non plus de limites »

A faire des comptes à rebours,
On pense,    bilan comptable,
Rechercher le pièce du puzzle,
–                         Celle qui manque.
S’il s’agit, comme dit Vautrin
D’un « grand pas vers le Bon Dieu »

Et sans forcément prétendre à allonger la jambe,
Pour franchir ce bas, à rassembler les neurones,
Faire, que sauter deçi, delà,
–                                     A cloche pied,
Marelle,          se rapprocher du ciel
Les mots.                    Se bousculent.

Mais s’ils se bousculent,
S’ils se brouillent aussi,
Quelquefois
C’est un regard, qui éclaircit au fur et à mesure.
Enfin,….       jusqu’où peut-il porter…  ?
En matière  d’équilibre.

Ce n’est pas une pièce qui manque,
Sur le parcours,
Mais, dans le chemin flou,
–         Toutes celles qui manquent
Et ,              à cloche pied, toujours,
Les trous de de conscience,

Comme trous de confiance,
Et comment se poursuit le chemin,
Bardé de barricades
Imaginaires peut-être,
Au pied d’un immeuble revêche,
Dressé au cercle du silence.

A faire des comptes à rebours,
J’ imagine un paysage serein,
Baigné de lumière
Mais je ne perçois
Que l’horizon brumeux,
Où se perdent les origines.

Et les directions.

RC  –  12 mai 2013


Comptes d’Orient ( RC )


art –        manuscrit perse

Des mille et une nuits

Voila l’humeur voyageuse

D’objets, l’abondance et l’envie

C’est cette histoire merveilleuse;

L’escadrille  de tapis volants

Au souvenir des parfums d’orient

Celle des roses d’Ispahan

Qui berce l’esprit des  enfants …

Il est question de diamants

D’or et d’objets, de bandits

Dans l’obscurité les yeux  agrandis

Captent des éclairs d’objets brillants

Abondance à remplir  son cabas

 » C’est un hasard heureux

Qui m’a fait pénétrer ces lieux

Se dira, rêveur, Ali Baba

Je n’ai pas pu en faire le compte

De tous ces objets de valeur

Détenus par quarante voleurs  »

( enfin, c’est ce que suggère le conte)

Tant de richesses rendrait avide

Si on les savait quelque part

La misère est partout, chacun réclame sa part

Et réchauffe  les esprits cupides…

Ou bien  c’est un objet précieux

Qui permet d’exaucer les voeux,

D’avoir tout ce dont on manque

Et de faire  « sauter la banque »

La lampe  d’Aladin contenait un génie

Qui faisait de son mieux

Pour rendre les hommes heureux

Surtout pour les plus démunis…

Une demande pour l’avenir ?

Et ceci, à quel tarif ?

Devenir calife à la place du calife ?

La lampe à huile va tout vous dire…

Mais  attention, à ce qu’on croit

Faites bien votre choix

Les voeux se limitent à trois

Au delà vous pouvez faire une croix…

Et attendre des jours meilleurs

Assis dans la poussière

Vivant dans la misère …

A attendre le bienfaiteur…

Je conte sur lui…

RC  –  22 et 28 juin 2012