voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “constellation

Quelque chose d’indéfinissable – ( RC )


3454613917_a9af31bbff Sorge il sole_L.jpg     

                   Il y a quelque chose d’indéfinissable,

lorsque ta voix s’empare des mots
et les projette,             haut dans le ciel,
un ciel
qui ne semble être fait    que pour toi.

Et les voilà qui redescendent doucement,
      – ainsi ces graines de pissenlit, légères,
               celles en forme de parachute –
qui s’allient avec le vent    pour se poser
                        comme des fleurs de neige.

Lorsque se forgent des lignes,
      chaque flocon trouve sa place,
      rejoignant leurs semblables
portés par une onde calme
naissant en toi.

        Il y a quelque chose d’indéfinissable,
une évidence qui s’offre
comme les notes dessinent le chant
         ravissant l’oreille de celui,
               prêt à les entendre .

       C’est un cadeau que l’on reçoit,
évident comme l’accord
entre le silence et la musique,
         émanation discrète
         du corps et de l’âme .

         Le poème est une constellation,
et les mots,  des étoiles
qu’un fil invisible relie :
     toi seule en maîtrise ces atomes,
                qui restent insaisissables .

 


RC – mai 2019


Wislawa Szymborska – Avec le vin


Kohn demeure un leader prééminent de Figuratif Impressionnisme qui cherche à saisir la complexité ainsi que la simplicité et la franchise de la forme humaine.:

peinture  André  Cohn

 

D’un regard il amplifia ma beauté

et je la pris pour mienne.

Heureuse j’avalais une étoile.

Je lui permis de m’inventer

à l’image du reflet

dans ses yeux . Je danse, danse

dans les secousses de mes subites ailes.

Table est table. Vin est vin

dans le verre, qui est verre

restant dressé sur la table,

Je suis illusoire,

incroyablement illusoire

imaginée jusqu’au sang.

Je lui parle de ce qu’il veut : de fourmis

mourant d’amour

sous la constellation de pissenlits.

Je jure qu’une rose blanche,

arrosée par le vin, chante.

Je ris, je penche la tête,

avec précaution, comme si je vérifiais

une invention. Je danse, danse

dans une peau étonnée, dans les bras qui me créent

Eve de la côte, Venus des écumes,

Minerve de la tête de Jupiter,

étaient plus réelles.

Quand il me regarde,

Je cherche mon reflet sur le mur.

Et je vois seulement

un clou, duquel on a enlevé son tableau.


Pierre Autin-Grenier – Toute une vie bien ratée ( extrait )


image - montage  perso  juillet 2015

image – montage perso juillet 2015

 

 

C’est bien parce que j’avais encore tout l’après-midi devant moi pour ne rien faire que je me suis laissé doucement glisser
dehors tel un oursin se détachant de son rocher pour s’en aller vagabonder au gré des flots.

Toujours il pleuvait à verse.
Mais je préférais me faire saucer jusqu’à la moelle plutôt que m’esquinter l’âme à trimballer un parapluie ; n’ayant nulle
part où aller, peu m’importait d’y arriver mouillé et je gardais ainsi entière ma liberté.

Des idées un tantinet loufoques, inscrites à la craie dans ma folle cervelle, commençaient à se diluer sous cette bouillabaisse tombée des nues et me ruisselaient maintenant le long du cou jusqu’à me faire frissonner l’échine d’insouciance et de volupté.

La pluie faisait flicflac au-dedans de mes souliers et ce curieux clapotis, aussi bizarre que cela puisse paraître, s’accordait bien aux petits morceaux de Bach qui parfois revenaient violoner dans ma tête.

D’un trottoir l’autre, plus j’avançais dans la journée, plus je
trouvais que mon système de me laisser flotter était parfaitement au point et l’ivresse du vide qui s’ensuivait vraiment me
comblait au-delà de toute espérance.
Quand j’ai regagné mes pénates et que j’étais à tordre pire qu’une serpillière, je me suis un bon moment senti un peu poète et cette étrange impression m’a rendu le coeur léger au point qu’il ne m’a pas paru utile d’user mes forces et mon temps à me sécher.

J’ai simplement ouvert large la fenêtre pour laisser pénétrer les senteurs du soir, si particulières quand la terre est trempée, et ça faisait comme un parfum de pétunias relevé d’une pointe de pivoines ; ce mélange m’a semblé tout à fait propice à encore naviguer à la godille et rêvasser en diable jusqu’à nuit tombée. Ce que j’ai fait, mon Dieu, sans trop de difficulté.
C’est quand le sloughi de la voisine s’est mis à hurler à la lune que la pluie soudain a cessé. Je me suis posé sur l’appui de la fenêtre, les guibolles ballant dans le vide, et dans le ciel des étoiles à tire-larigot me faisaient des clins d’oeil complices et les constellations, la Grande Ourse et le Dragon notamment, des petits signes amicaux.

J’ai trouvé ça plutôt encourageant.
Je venais d’échapper toute une journée à l’industrie, je m’étais soustrait des secondes, des siècles, aux soubresauts haineux du monde ; au mitan de ma vie j’avais en somme apprivoisé pour moi l’idée simple qu’il n’est pas plus mal d’avoir tout raté.

Ce n’était pas rien ! Je suis allé me coucher, flottant toujours et bien fatigué.            Comme tout le monde.


Claude Roy – la nuit


peinture: Ad Reinhardt Blue 1952

 

 

La Nuit

Elle est venue la nuit de plus loin que la nuit
À pas de vent de loup de fougère et de menthe
Voleuse de parfum impure fausse nuit
Fille aux cheveux d’écume issue de l’eau dormante.

Après l’aube la nuit tisseuse de chansons
S’endort d’un songe lourd d’astres et de méduses
Et les jambes mêlées aux fuseaux des saisons
Veille sur le repos des étoiles confuses.

Sa main laisse glisser les constellations
Le sable fabuleux des mondes solitaires
La poussière de Dieu et de sa création
La semence de feu qui féconde les terres.

Mais elle vient la nuit de plus loin que la nuit
À pas de vent de mer de feu de loup de piège
Bergère sans troupeaux glaneuse sans épis
Aveugle aux lèvres d’or qui marche sur la neige.

(L’Enfance de l’Art, ed. Fontaine, 1942)


Anne Coray – au pied de la dame endormie


photo Galen Rowell

Anne  Coray, est une  auteur américaine ( de l’Alaska),  publiée par la levure littéraire… je me suis essayé  à la traduction d’un de ses textes.

 

—-

 

Beneath Sleeping Lady (Mount Susitna)

 

Night rests on this mountain

like a great thigh.

You have said a woman’s breast is a moon

and her mouth a sweet river.

I am, as usual, cold.

My hands seek an accustomed warmth

inside your jacket.

Again we’ve stood our glass up to the stars

and named the constellations.

Sometimes I wonder how we go on

loving the familiar and the magnified.

 

————

Au pied de la dame endormie : (Mont Susitna)
La nuit repose sur cette montagne
comme une grande cuisse.
Vous avez dit du sein d’une femme qu’elle est une lune
et son embouchure d’un fleuve doux.
J’ai froid, comme d’habitude

Mes mains cherchent une chaleur habituelle
A l’intérieur de votre veste.
De nouveau, nous avons tenu  notre verre dressé vers les étoiles
et avons énuméré les constellations.
Parfois je me demande comment nous allons continuer
à aimer le familier et le magnifié.


Sous la voûte noire des tropiques (RC)


 

 

 

 

 

 

 

Comme un rêve de voie lactée avec étoiles vertes
Sous le signe  du singe, ce singe serait-il en hiver
En tournant autour de la terre,les galaxies offertes
La balance d’un soir, balançoire, envoyée en l’air
Les éléphants,zébus,buffles au rendez-vous
Des humains endormis sous la couette des nuées
Castors pumas si élégants, le savez-vous ?
Chameaux, chèvres et cochons, au milieu du marché

C’est avec fraternité retrouver vivante ménagerie
Jolies , jolies bulles en frasques douces
Le concert des pintades aux branches, confrérie
Réveille tortues, serpents et  hyènes rousses
Les constellations animalières ont changé d’ordre
A  la tête renversée, j’ai perdu la grande ourse
Et la petite aussi. Girafe, girafon, il aurait fallu tordre
Le grand cou , encore, pour rattraper sa course.

 

 

texte inspiré de celui de JOBougon:

photo perso, concession de Tangatssogo, Burkina Faso


Jean-Jacques Dorio et son hommage à Mirò – 2 – LE CREPUSCULE AUX DOIGTS DE ROSE


Miro, Constellation 21
Le crépuscule rose caresse les femmes et les oiseaux

LE CREPUSCULE AUX DOIGTS DE ROSE

LE CRÉPUSCULE ROSE CARESSE LES FEMMES ET LES OISEAUX
Les oiseaux sont des flammes qui raniment le printemps
Le printemps en hiver sous l’amandier sans fleurs
Cent fleurs et mille épines qui déchirent nos vies
Nos vies à l’eau de rose à l’eau de purin à l’eau de vie
L’eau de vie où la part des anges n’est pas faite pour les chiens
Les chiens qui lèchent nos arpèges et nos mains que caressent le concert des Constellations
quand le crépuscule est rose
et caresse d’un geste auroral
les femmes et les oiseaux

du blog poétique  et inspiré d’art  de Jean-Jacques: