voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “copeaux

Esther Tellermann – Choucas


egl romane JANAILHAC  sud Limoges  fresques   06.jpg

photo perso fresque  de l’église de JANAILHAC

 

 Ils sont tiens
les choucas
les Dieux peints
les tissus refroidis
la sueur
et la grille
Ils sont tiens
les lits durs
les goûts de paille
l’usure
des soulèvements

***
Car
rien ne donne la réponse
ni dômes surgis
ni masques de terre
Pistes s’égrènent en copeaux
en nuits balayées par les torches
Etions accoutrés d’os
faisant commerce de braise

***

 


Tim Lilburn – La chirurgie contre l’angélisme


art  : Alesandro Bavari
art :           Alessandro Bavari

La chirurgie contre l’angélisme

Définir une couche de graisse du pâturage de feu

dans la poitrine de la chaleur du moteur, le sein

caressant mouvement contre le parfum de répandant de la maladie

gonflée de volts d’inhalations.

Laissez la.

Ce fléchissement de la chaleur pour un repas à moitié dévoré pas soi-même,

laissez-le manger tiges,copeaux de fer, pierres vertes, morts millefeuille, premiers mots en tête

d’un surplomb rocheux dans la partie supérieure droite, le squelette d’un sceau,

laissez-le apprendre à se soulever

-sifflement

la lame psalmique complète à travers sa bouche .

Cinq livres de pesanteur de feu contre la ruée du musc
Dans la poitrine du moteur brûlant, un plancher commotionné;

Les têtes de lumière fouettées par la toux le souffle du coup du trampoline,

et le chœur au-dessus de leur enveloppe, ils tanguent

dans un cercle lisible et flou mais, oui, en mouvement, oui, l’engrenage

Ces crics du dôme crânien.

Vous allez dans la bouche du poisson qui est la citoyenneté sibérienne .

dans la bouche du poisson qui est le corps d’un cousin au volcan à ses noces.

Nous sortons du tunnel sur le bord du côlon , aux ramures douces

à la fumée du cerf de nuages.

Nous avons construit une cabane sur cette noix engourdie,
Nous avons caché dans cette grande herbe. Un bâton qui va nous guérir.

Tes yeux dans l’intestin du poisson remuent comme une baguette autour de l’obscurité.

Le couteau ,les ergots vers le bas à travers la peau.

Et c’est la politique.

De cet auteur canadien,

une  dizaine  d’autres  poèmes, dont  certains traduits en français  sont visibles ici:


Cathy Garcia – Serre-gorge


peinture Philps Wouwermans, cheval blanc, et vieil homme  avec fagots  XVIIè siècle

peinture Philps Wouwermans, cheval blanc, et vieil homme avec fagots          XVIIè siècle

La pluie laisse des copeaux
au creux des abreuvoirs
Les yeux des oiseaux le disent
le ciel devient trop noir

Octobre enragé déchire les arbres
cochés de rouge les crapauds pleurent
sur la vieille margelle

tu le sais
jamais tu ne retourneras
sur tes pas
ou ceux d’un autre

et ta main lasse
s’entrouvre
pour laisser couler
la miellée

les regrets se laissent compter
un par un
à ton serre-gorge

tu sais
le sang
l’aube
la fêlure du regard
où s’engouffre
la lumière

et sur le trou sur le
manque
tu poses la première syllabe
d’un nouveau cycle
de sable

tu sais
tu sais la roue qui
éparpille
dissout
tu sais l’alternance
la vanité

puis tu oublies
et courbée sur l’enclume
commences à forger
ton prochain
serre-gorge

————

 

 


Ombrelles au sol (RC)


Des géants de vie, aux larges ombrelles

il ne reste que le silence après la coupe, un semis de copeaux, éparpillés, encore collants de sève,  un fouillis de  branches  emmêlées de leur parure inutile , et un ensemble de bûches  soigneusement empilées, sans espoir  de printemps  .

Devenue trop étroite  pour que se croisent sans effort les véhicules,

la route aux platanes  ne donnera plus son ombrage au soleil provençal.

L’arrogant décret administratif, un trait de plume , a permis de mordre dans le végétal, au hurlement  têtu des chaînes de tronçonneuses, dans les  vapeurs  d’essence, à défaut de vapeur des sens,

et seule  l’acre odeur des feuilles  et branches, et écorces  arrachées  dans la chute.

 


Jean-Jacques Dorio – Norge


en janvier 2006, JJ Dorio partageait ce texte  sur son blog, que je retranscris ici…

NORGE

                                      Poète solaire il écrivit sur le lombric

                                      le petit vermisseau qui se goinfre

                                               de vérités obèses

                                      Poète scolaire il établit des calendriers

                                                de l’âne au coq

                                                de l’eau au feu

                                      Il mangeait tout

                                             mouches chevaux

                                             âmes étourneaux

                                      Tout il buvait

                                              de la mer verte

                                              au bleu de bleu

                                     Un gros gibier stom’ de Bruxelles

                                     Râpant les mots et la bêtise

                                     Son vin profond était vin de copeaux

                                     Qui crache et recrache l’éclat de l’homme en marche

                                                  En vers

                                                  Et avec tous

 

 

Jean-Jacques Dorio 

avec Gustave Doré: gravure sur le paradis perdu