voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “coq

Jean Grosjean – Elégie


KBLstill.jpg

 

Quelle épée me partage l’âme, m’ouvre au milieu du cœur ce gouffre d’être séparé de toi
et que tu meures de deuil et que je meure ?

Les roses ont la chair qui se décompose et l’eau pourrit dans les mares mais je crois
que je connais la haine.

Les uhlans, les famines et les trépas foulent ce chemin où tu pleuras doucement notre
jour dont déjà penchait la tête sur les collines à sépulcres.

N’étais-tu pas ma longue lumière d’été au soir de qui, accablé par l’amour, je
sombrais dans un rêve obsédé d’astres ?

Quand le frémissement de ton approche me réveillait avant le chant du coq, n’aurai-je
donc descellé mes paupières que pour me rendormir sur ma naissance ?

La destruction nous profane et son prince nous marche sur les yeux mais c’est en vain
que ses démons me raclent la mémoire sous le crâne où ton nom ne cesse guère.

De quel puits sont sortis sur le monde tant de dieux souterrains avec leur face de
houille et leurs tenailles sans empêcher tes os phosphorescents de traverser ma nuit ?

Certes je me tais mais les phrases en débris murmurent encore à la cime des
trembles ton âme qu’elles cachaient.

 

Jean Grosjean, Élégies [1967]


Soseki – choses dont je me souviens ( extr)


peinture: Yves Tanguy – divisbilté indéfinie 1942

 

 

 

Pour l’heure j’ai oublié la poésie
Ma mémoire ne tente rien pour la retrouver
J’ai oublié tous les poèmes
L’oeil vague je regarde par la fenêtre s’étendre
L’ombre des arbres qui s’ennuient
Le soleil couchant éclaire un sentier
Un moine s’éloigne
Le feuillage cuivré d’un érable cache
Le campanile du temple
Qui s’enfonce dans les profondeurs
Du village embrasé par l’automne
Détaché de toutes choses
Je lève les yeux vers les nuages
Mon coeur est transporté
Le son d’un koto
Je suis heureux
Vieillir dans la sérénité
Bonheur suprême de l’homme sur cette terre
Le coeur en paix
Qu’un chien aboie que le coq chante
Tout résonnera avec douceur à mon oreille.

 

Natsume Sôseki         Choses dont je me souviens
éditions Picquier poche

 

 


Jean-Jacques Dorio – Norge


en janvier 2006, JJ Dorio partageait ce texte  sur son blog, que je retranscris ici…

NORGE

                                      Poète solaire il écrivit sur le lombric

                                      le petit vermisseau qui se goinfre

                                               de vérités obèses

                                      Poète scolaire il établit des calendriers

                                                de l’âne au coq

                                                de l’eau au feu

                                      Il mangeait tout

                                             mouches chevaux

                                             âmes étourneaux

                                      Tout il buvait

                                              de la mer verte

                                              au bleu de bleu

                                     Un gros gibier stom’ de Bruxelles

                                     Râpant les mots et la bêtise

                                     Son vin profond était vin de copeaux

                                     Qui crache et recrache l’éclat de l’homme en marche

                                                  En vers

                                                  Et avec tous

 

 

Jean-Jacques Dorio 

avec Gustave Doré: gravure sur le paradis perdu