voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “couvercle

Des pierres serrées les unes contre les autres – ( RC )


Civaux Nécropole mérv 06 bstr

photo perso 2019  – Nécropole de Civaux ( Vienne )

            Il y a ces pierres dressées,
serrées les unes contre les autres.
         Elles forment une barrière,
peut-être pour empêcher
les vivants de passer .

C’est la traversée des voyages,
           le temps s’est inversé,
les sarcophages se sont ouverts,
des corps en sont sortis,
illuminés.

C’est bien d’ici qu’un peuple
s’est souvenu de son histoire,
s’est reformé, a reconquis un bout de terre,
a confronté son sang
au retour de lumière.

C’est pourquoi ils n’avaient plus besoin,
                      de leur boîte en pierre .
Ils ont dressé les lourds couvercles
à la verticale
pour en interdire l’accès.

On ne sait ce qu’ils sont devenus.
Ils se sont mélangés aux vivants,
sans doute pour leur conter des choses,
– des histoires de métempsychose..
              > on a perdu leur trace .

C’est qu’ils se sont fondus dans la masse,
            portant un masque d’homme .
Pour ne pas nous effrayer,
           ils sont entrés dans la danse ;
chacun croit que c’est notre descendance.

Mais         ceux-ci sont éternels :
ayant trouvé moyen de remonter le temps,
ils ont signé notre acte de naissance
répandu un tout petit peu de sang
sur le sol et la poussière.

Plus personne ne les pleure
– ou ne leur apporte des fleurs –
         quelqu’un aurait oublié une auréole
         dans un tombeau de la nécropole
où elle luit faiblement.

            Personne ne l’a réclamée :
le cimetière est désaffecté .
           Si il y a parmi nous des anges,
            ils restent très discrets,
ne voulant pas qu’on les dérange….


RC – oct 2017

cf   nécropole de Civaux ( Vienne )cf   nécropole de Civaux ( Vienne )


Une sculpture fragile ,une chemise de nuit, et un nuage de dentelles – ( RC )


Anselm%2520Kiefer%2520-%2520zz12a.jpg

peinture:  Anselm Kiefer

 

Sur le socle, une sculpture fragile ,
une chemise de nuit, et un nuage de dentelles.
Elle protège ton corps, hautement inflammable .
Ceci a à voir avec la magie :
tu repousses la pénombre,
celle des fumées, qui ont fini – autodafés –
par fermer le monde d’un couvercle.

Le bitume se fendille, la terre ouvre des crevasses.
Elle a soif.
Les gens ont des robes de béton,
et des voiles noirs
qui pèsent autant que s’effacent les couleurs.
Ils essaient de sauver quelques objets,
ce qu’ils ont pu emporter
sur une charette.

Ils m’ont pris pour l’un des leurs,
car j’avais sous le bras
ton portrait inventé,
dans une chemise de nuit,
et un nuage de dentelles.

RC – mai 2017


Apnée des attentes – (RC )


 

photo: Andreas Franke

Je ne vois plus qu’un vert uniforme

Ces créatures éloignées du soleil

Suspendues, sans d’autre lumière halo,

Que celle qu’elles émettent,

Les danseurs de l’immobile,

                                      Ludions

Portant leurs ampoules vacillantes,

Quelque part au-dessus,

Si aucune brillance,

Ne vient indiquer,

L’extrémité close,

Le mur de verre,

Tout un monde flottant,

Apnée des attentes,

Caresse molle des algues,

Et peu à peu s’incrustent,

Au bastingage métallique,

Ancre, cordage enroulés,

              L’épopée coquillages

D’embuscade sédimentaire.

Elle vient sceller le destin,

Quand se referme le piège,

–   Silence liquide.

Du gîte de l’épave,

Déposée de biais,

        Sur le sable trouble,

S’échappent encore des bulles,

Qui vont suivre, verticales

L’histoire de l’air,

Pesant de son couvercle,

>       D’atmosphères,

Loin ,      bien loin, au-dessus.

RC – 15 septembre 2013


Les momies d’Egypte ( RC )


Art egyptien: buste de Nefertiti

Art égyptien: buste de Nefertiti

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les rives  de l’ hier
Déménagent  dans la crypte
Le sable se désespère
Aux temples de l’Egypte

Aux amateurs avertis
Ceux qui hantent les musées—
–        La statue de Nefertiti
Qui contemple d’un oeil amusé

Les siècles qui passent
Gravés dans la pierre…..
Suivre, d’une histoire, la trace
Perdue dans le désert

Gardé par les sphinx
Et les pyramides
Et l’oeil de lynx
Des regards humides

Des statues en granit ,
Veillant, sous la poussière
Les momies qui ressuscitent,
– Autre stratosphère

Tombent alors,  bandelettes
Témoignant du sauvetage
Des chairs défaites
Dans le sarcophage.

Se soulève avec effort,       le couvercle
Au coeur du tumulus
Les gardiens de bois,    font cercle
En décor de papyrus…

Tous ces objets précieux
Que l’obscurité plombe
A l’abri des cieux
Sous les pierres catacombes

Echappent au présent
Du monde instantané
Avec le calme cicatrisant
Des longueurs  d’années.

L’esprit contemplatif
( ou celui qui s’entête)
Lira , dans les hiéroglyphes
De la pierre de Rosette

Comment voyagent les morts
– Gravures indélébiles  -,
Apparemment sans effort ,
Glissant  sur le Nil

–          Au delà des dynasties
Tandis          qu’au-delà du noir
Se poursuit,     sans modestie
La conquête         du pouvoir


RC – 4 février 2013

art egyptien:  masque funéraire

art egyptien: masque funéraire