voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “diable

Adbdellatif Laâbi – Mon cher double


peinture:   Zoran Mušič– Double portrait : Ida Barbarigo et Zoran Mušič  1981

Mon double
une vieille connaissance
que je fréquente avec modération
C’est un sans-gêne
qui joue de ma timidité
et sait mettre à profit
mes distractions
Il est l’ombre
qui me suit ou me précède
en singeant ma démarche
Il s’immisce jusque dans mes rêves
et parle couramment
la langue de mes démons
Malgré notre grande intimité
il me reste étranger
Je ne le hais ni ne l’aime
car après tout
il est mon double
la preuve par défaut
de mon existence

Avec lui
je perds mon humour
qui paraît-il
réjouit mes amis
Fustiger la bêtise
la sienne y comprise
et tous les jours que diable fait
n’est donné
qu’à une poignée d’élus
Pourtant
et c’est là que réside mon orgueil
je pense que ma candidature
n’est pas usurpée
J’ai découvert cette propension
sur le tard
et suis navré de la voir réduite
à la portion congrue
à cause d’une ombre
fantasmée si ça se trouve
Alors que faire ?
comme disait le camarade Lénine

Cultiver mon unicité ?
Cela ne me ressemble pas
Consulter ?
Rien à faire
Me mettre en chasse de mes sosies
les attraper au filet tel un négrier
et les enfermer dans une cale ?
Non
je n’ai pas cette agressivité
Écrire des petits poèmes
sur les fleurs et les papillons
ou d’autres bien blancs et potelés
pour célébrer le nombril de la langue ?
Très peu pour moi
quand les cornes du taureau
m’écorchent les mains
et que le souffle de la bête
me brûle le visage
Autant crier à mon double
en agitant devant lui la muleta :
Toro
viens chercher !


Dylan Thomas – Et la mort n’aura pas d’empire


peinture: Mark Rothko

Et la mort n’aura pas d’empire.
Les morts nus feront foule
Avec l’homme dans le vent et la lune rousse ;
Quand leurs os blanchiront et leurs os blancs partiront,
Ils auront des étoiles au coude et au pied ;
Même s’ils sont fous, ils seront sains d’esprit,
Même s’ils sont perdus en mer, ils reviendront ;
Les amoureux seront égarés mais l’amour restera;
Et la mort n’aura pas d’empire.
Et la mort n’aura pas d’empire.
Sous les rouleaux de la mer
Ils demeureront à l’abri de la tourmente ;
Torturés pour que lâchent leurs nerfs,
Attachés à une roue, ils ne cèderont pas ;
La foi en leurs mains éclatera,
Et les diables cornus les piétineront ;
Écartelés de toute éternité, ils ne céderont pas ;
Et la mort n’aura pas d’empire.
Et la mort n’aura pas d’empire.
Plus aucun cri de mouette à leurs oreilles
Ou le déferlement des vagues sur les rivages ;
Où la fleur s’épanouit peut-être qu’aucune fleur
Ne lèvera son front aux coups de la pluie ;
Bien qu’ils soient fous et raides comme des clous,
Leurs têtes laboureront les champs de marguerites ;
Brisés par le soleil jusqu’à ce que le soleil se brise,
Et la mort n’aura pas d’empire.

Jean-Claude Pirotte – Blues 03


peinture: Hiéronymus Bosch, la nef des fous

 

parce que je descends de l’arbre

les gens me traitent de singe

mais si je descendais du ciel

me traiteraient-ils d’ange ?

je devrais décider

de quitter les enfers

en me voyant monter

par le trou du souffleur

ils diront c’est le diable

ou peut-être l’auteur

 

 

extrait  du recueil   » le promenoir  Magique  » (  La  Table Ronde)

 


Jean-Claude Pirotte – blues 01 ( l’homme est blanc comme linge)


photographie: série des portraits "King Champion" de Brett Walker

 

 

Extrait du gros « pavé »  le recueil du « Promenoir Magique »

( paru à la Table Ronde)

 

l’homme est blanc
comme un linge
il se déplace en crabe
il a peur de son ombre
il a honte du diable
qui se démène en lui
et ronge ses méninges

l’homme est soumis
au prince du jour et des ténèbres
l’homme est un assassin
l’homme est un spadassin
qui ne dort pas la nuit
et que son âme ennuie

 

J Cl   Pirotte  s’est vu décerné  de  « prix Apollinaire  de la Poésie »

 

photo: Brett Walker -: série king Champion


Marina Tsvetaieva- Non au siècle


 

 

 

 

 

 

sculpture: Morales . Fos sur Mer ( 13)

Mon siècle.
Je donne ma démission.
Je ne conviens pas et j’en suis fîère !
Même seule parmi tous les vivants,
Je dirai non ! Non au siècle.
Mais je ne suis pas seule, derrière moi
Ils sont des milliers, des myriades
D’âmes, comme moi, solitaires.

Pas de souci pour le poète,
Le siècle
Va-t-en, bruit !
Ouste, va au diable, – tonnerre !
De ce siècle, moi, je n’ai cure, ,
Ni d’un temps qui n’est pas le mien. ^’
Sans souci pour les ancêtres,
Le siècle !
Ouste, allez, descendants – des troupeaux.
Siècle honni, mon malheur, mon poison
Siècle – diable, siècle ennemi, mon enfer.

1934

 


Bricolage matinal – de Bleu pourpre


Bricolage matinal

L’ultime présence de l’instant est à portée de doigts , ainsi, fouiller l’intime et mettre à jour la palette de mon ample grondement.

Ciel de plomb et pourtant…un regard comme déversé vers l’horizon suffit pour avoir les entrailles épousées par une lasure fine de bleu lavé.

Puis,

La lueur qui s’entête à se défouler derrière les lourdeurs du temps …

Alors… permettre au tourbillon de devenir transparence.

Et défiger l’instant

Il y a une fenêtre, tant que j’aurai  des yeux derrière les tempes, il y aura une fenêtre et un soleil qui joue à taper à ma fenêtre…je l’ouvre ou l’entrouvre, ça dépend du choix du sable.

Il y a du vent , tant que j’aurai des joues offertes, il y aura du vent…avec à sa bouche des mélodies, des symphonies, des fados , des blues et les chorales du diable … ça dépend si je suis rouge ou si je suis bleue.

Du vent qui viendra me souffler les poumons et m’écarquiller devant des horizons à marée haute…

Puis,  sûrement un navire , un trois-mâts aux voilures gigantesques,  perçant la brume opalescente des sorties de nuit … je l’ai construit avec un vieux radeau qui traînait là, que j’ai trouvé dans un élevage de coquillages . C’est un bricolage d’entre deux heures, me le pardonnerez-vous ?


Fuir la perfection et s’adosser à l’inattendu…

 

jacopo ligozzi_ XVIIè s

 

J’ai la paume ouverte au présent .

Ne rien attendre est ma robe de papier de soie.

Ne rien attendre est le jasmin qui s’enroule à mes chevilles.

Une serrure au creux du ventre, l’image est vraie, et étonnante, une serrure, même deux, voyez-vous, j’ai deux serrures au creux du ventre . Je crois avoir cherché les clés, mais des clés qui n’existent pas ou plus…je crois qu’à force d’avoir essayé des clés non – adaptées, j’ai du forcer mes deux serrures, et les laisser béantes d’inaptitude .

Un flot de sang s’en est échappé à mon insu jusqu’à ce que ça m’allonge de force, là, sur une plage blanche et brûlante.

Je suis debout, avec ma robe de papier de soie et mon jasmin odorant autour des chevilles.

Manet - bouquet de violettes

Je suis bien, là…

Parmi les fleurs oranges

 

Et les dunes de chévrefeuilles.

Je laisse mes serrures se recouvrir , je leur offre un tapis vierge qui deviendra un autre trésor intime.

 

La paume ouverte au présent et adossée à l’inattendu du parfum des vents autour, tout autour…

Nathalie 18 aout 2011

 

 

communiqué  grâce  à bleu-pourpre  et sa  « tentative de lumière »  (  elle y parvient) ,              sur son article  –   je l’en remercie