voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “doutes

Colette Daviles-Estinès – le poème de papier,


Le poète distribuait des poèmes de papier
avec des mots d’encre dessus
et de la joie, et de la peine
dedans les mots
du désespoir, des espoirs
des questions, de la colère
jamais de réponse mais des doutes

Il y avait du passé dedans
et des errances
et du vivant

Il voulait que ses mots ouvrent des chemins
que ses poèmes soient des clefs
dans la serrure des cerveaux
en faire des grenades de soleil

Dégoupiller le soleil
et BOUM sur les frontières

Mais c’est un poème de papier
qu’un passant a jeté par terre
après avoir froissé les mots
dans sa main

J’ai ramassé le poème de papier
l’encre, l’espoir
et le vivant

Défroisser les mots
Etre le cœur qui bat
dans la voix qui les porte

 Colette Daviles Estines


Roger Cibien – Où êtes-vous, bergers


 

Afficher l'image d'origine
J’aimais, j’aimais beaucoup rencontrer sur ma route
Les vénérables pâtres, lents à se confier,
Parlant à petits mots, avec des gestes de sorciers,
Dans l’immense silence, ils me disaient… Ecoute !

Et alors subjugué, effrayé par mes doutes
J’écoutais, le vent, la terre, les sentiers
Parler, jaser, siffler.
Le grand monde alors m’épiait

Mais le pâtre était là, expliquant ma déroute.
Mais les bergers sont morts …
C’est un fil électrique
Qui garde le troupeau.

Finies les images d’Attique,
Rompu le trait d’union de Dieu et des Bergers.
Les secrets de la terre, les mystères du ciel
S’arrêtent à un fil invisible et cruel !

Où êtes-vous Pasteurs ? Où êtes-vous Bergers ?

 

Roger CIBIEN  (  extrait d’une  anthologie  de la poésie  lozérienne )


Thomas Duranteau – Pierre lourde


photo Yannick LeGoff - rencontres photo d'Arles

photo Yannick LeGoff –       rencontres photo d’Arles

Pierre lourde
emmaillotée de nos doutes
jetée là
pour mesurer les profondeurs
pour faire vomir le passé

*