voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “dune

A l’heure où reflue la marée – (Susanne Derève)


 

 

lande-bretagne-henri-moret

    Henri Moret – Lande bretonne

 

 

 

Il me reste à brûler  quelques roses flétries

et les hampes rouillées des acanthes

à tailler de grandes coupes dans les blés

 

pour rejoindre les prairies rases de Juillet

la lande rouge  les bruyères

jusqu’à  l’estran  à l’heure où reflue la marée

            

Il me reste à sonder  le ciel sans espérer 

y distinguer rien d’autre qu’un fin brouillard  d’été

–  il tient  lieu ici de beau temps  –      

 

Que le soleil darde enfin  un rayon blanc

alors le voile se déchire

et la renverse du courant dessine des moires                                  

tremblantes  où chavirent les bois flottés 

 

Il me reste  la nuit tombée  à suivre  l’oblique

 faisceau  des phares dans le reflet laiteux

 des vagues pour franchir  la  dune où zigzague  

blafard un  dernier rai de lune

et sonner le départ

 

 

 

 


Salah Al Hamdani – Le jour se lève sur Bagdad


Image associée

Avant l’Euphrate    il y avait un horizon
qui guidait le nomade
une larme au-dessus d’une dune
une averse sur les falaises
une grêle d’enfance
une lumière qui inondait l’argile

L’Euphrate est ma mère
et je le reconnais comme on enjambe son matin
pour un tatouage de soleil
sur un palmier
dans une vieille cour.


Paul Celan – Toute la vie


photo Jerry Uelsman

photo :         Jerry N.Uelsmann

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les soleils des demi-sommeils sont bleus comme

tes cheveux une heure avant le jour.

Eux aussi poussent vite comme l’herbe sur la tombe d’un oiseau

Eux aussi sont attachés par le jeu, que nous jouiions comme un rêve sur les bateaux de la joie.

Aux falaises crayeuses du temps les poignards aussi les rencontrent.

les soleils des sommeils profonds sont plus bleus : comme ta boucle

ne le fut qu’une fois ;

je m’attardais comme un vent de nuit sur le sein à vendre de ta sœur

tes cheveux pendaient sur l’arbre d’en dessous, mais tu n’étais pas là.

Nous étions le monde, et toi tu étais un arbuste devant les portes.

Les soleils de la mort sont blancs comme les cheveux de notre enfant :

Il s’éleva des eaux montantes, quand tu dressas une tente sur la dune.

Il sortit le couteau du bonheur aux yeux éteints.


Pierre La Paix Ndamè – il est des regrets debout ou assis…


il est des regrets debout ou assis…

par Pierre La Paix Ndamè, vendredi 18 novembre 2011, 21:15 ·

peinture: Aboudia: peinture de la guerre civile ivoirienne.

le vide est loin

de la vie en rut

quand on brise le néant

par le sacre du crime

quand on fuit le ciel

par la porte d’à côté…

voici que la peur s’absente

aux murs remplis de vies

russes… que les souris

complices du pécu nié

cliquent à souhait…

mais le cri amer de la nuit

qui jette sur les toîts troués

du malheur

les versets maudits de la foi

ne s’entendra plus sous la dune…

il est des regrets debout

ou assis… qui nous guettent au passage

en oubliant parfois le bonjour abject

sur les lèvres de poussière

que la faim assèche mal…

nous tremblerons sous les seismes

fictifs des égoïsmes libéraux

abandonnés au froid des jours

et des nuits…

à cause de notre… Barraque

infidèle à la cheminée qui l’incendie…

mais que faire?

tant qu’elle S’Arque Aux I..dées de l’autre…?

mauvaise Polie Tic…