voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “dure

Préférer les sandales aux bottes de cahoutchouc ( RC )


Afficher l'image d'origine

-fresque  de la Villa Farnèse  – Raphaël

 

Au confort exotique,
le corps  s’étale
dans la vie locale
aux aléas climatiques…

Convoquée ,      manucure
Ne craint pas scandale
Et dessine , démarche bancale
Les pieds,       ailés      de Mercure

Trouver meilleure chausse
A son pied   servile ….
Il est toujours plus facile
De célébrer des noces

En sortant de son chapeau
Un soulier de cristal
       Plutôt que sandale
Aux temps hivernaux.

Au sortir de l’aéroport
Si tu as le pied fin,
C’est soulier de satin,
Garanti grand confort

Aux pays  du soleil
Sans être momie,      aux bandelettes
Es tu bien dans tes baskets
Les ampoules vissées aux orteils ?

Trouver chaussure à son pied,
Le grand amour  rêvé…
Cueilli au pied levé,
Des temps expatriés.

Des bottes  de sept lieues
Permettent, avec quelque  chance
De franchir grandes distances
Pour agiter,   mouchoirs des adieux.

La soif d’idéaux
Fait de toi            la reine
– Un jour couverte  d’étrennes
Portée au plus haut…

C’est oublier, que la terre  est dure,
Même de l’autre côté           – obtuse
Et que les semelles   s’usent
Avec la distance, et le pas sûr…

Il n’y a pour rêver, pas d’age…
Aux vols d’altitude
La chute peut être rude
En quittant les nuages.

Laissant de l’amour,    le mystère
J’en connais,    qui préfèrent des souliers
–        De milieux hospitaliers
Accrochés à  la terre.

Se bouchant les oreilles, Ulysse
Pour éviter ,      des sirènes, les voix
Fit ainsi son choix
–         Et sur lui, elles  glissent.

Quittant le paradisiaque,
Le voila, laissant le boubou
Pour des bottes  de cahoutchouc
Bientôt en vue d’ Ithaque …

Pénélope,….        pour l’accueillir,  est venue,
        Portant ses escarpins
        Au creux de ses mains,
Et elle,                       elle est pieds nus…

RC    – 14  janvier 2013


l’écriture fantasque des flamboyants (RC)


grand "haricot" ( fruit du flamboyant )

 

 

 

 

 

publié en écho à celui  du « bal des flamboyants »  –  voir le blog  de pantherspirit, qui m’a  autorisé, par ailleurs, à publier certains de ses textes

 

 

Le long des routes de poussière
Le lointain horizon de notre erre
Entre les espèces clairsemées
Eucalyptus , manguiers parsemés

La terre, jeune épousée
En sécheresse avait l’air épuisée
Les herbes sèches pointaient , dures
A travers quelques craquelures.

Les flamboyants ayant perdu leur parure
Au feuillage aéré, portaient en chevelure
Leurs grands haricots noirs, comme des signes
D’une écriture fantasque que rien n’aligne

J’ai recueilli les fruits de leurs fleurs rousses
Quelques unes étaient tombées à terre ( leurs gousses)
Et je conserve encore aujourd’hui, mon regard étonné
A leur aspect de vieux cuir, au vécu , patiné.

Aux témoins exotiques, que j’ai fait voyager
Je pourrai proposer , un tableau paysagé
Aux couleurs différentes , en voisinage vert
Changeant d’une Afrique exsangue et sévère.

Mais il manquerait à ces plantes émigrées
Le sol où leurs racines ont prospéré de plein gré
Le voisinage aimable des hommes couleur ébène
Les vautours, et la faune, que necessité amène.

Où il faut faire avec le maigre
Au pays des hommes intègres
Celui les kapokiers et karités
De longue tradition invités

 

R Ch  21-janvier 2012