voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “écume

Benjamin Fondane – là nous voyageons ensemble .


Je ne suis pas le pilote

de ce bateau que les aubes ont lavé à grande eau –

et les soirs. Je n’ai pas

le droit de commander aux houles

ni mettre de côté

un peu d’écume pour mes vieux jours. Toutes ces autres

écumes, les mouettes,

obéissent à d’autres regards. Je n’ai pas,

voyageur toléré sur le pont, en partage

avec vous, que le droit d’être jeté dessus

le bord, à l’achevé du cycle. De ce droit

ce n’est pas mon dessein d’user. Je vous respecte

marins et vous pilote,

je vous serre la main, commandant. Sur ce pont

vous êtes tous chez vous. Oui, mais moi-même

je ne suis pas d’ici

et me laisse laver par les aubes. Je triche.

Je ne partage pas votre vie. Ma sueur

ne se joint pas à votre travail. Mon visage

est loin. Oui, mais le soir

sous la lampe j’exprime le jus de la journée

sous mon pressoir. Le temps est fini. On commence

un autre voyage. Mais là

nous voyageons ensemble

dans un poème dont je suis le pilote

en un temps, en un temps où il n’y a pas de temps.

Publicités

Gaspar Jaén i Urban – A l’amour actuel


Fontainebleau  chateau   escal  b                                                   photo perso … tirage argentique   1988

A l’amour actuel

De Del temps present /Du livre Du temps présent (Edicions Bromera, Alzira)

à J.V.P.

Je voudrais tant que tu sois tous ceux
Pour qui j’ai écrit une fois un poème,
Avoir vu avec toi des villes du Nord de l’Italie,
Des hivers, des automnes de l’Europe centrale,
Et lors des nuits rougies au feu, d’aube et de jasmin,
Avoir traversé avec toi d’anciennes routes
De palmes près de la mer,
D’oranges et de cyprès sur les lèvres.

Je voudrais tant que ce présent que tu es,
Plaisant et aimable aujourd’hui,
Vienne de très loin,
De ces années sans toi qui nous laissaient sur la peau
Des nuits d’écume et des étoiles,
Un perpétuel désir qui ne cessait jamais,
Une première jeunesse qui n’était pas consciente
D’être elle-même.

Mais je sais combien est inutile le désir qui m’habite
Dans cette nuit de pluie et de printemps
Qui fuira comme les autres.
D’autres amours étaient là, avant toi,
Et ont occupé la place que nous occupons maintenant,
Ainsi que nos pensées, nos bras,
Et notre bref présent.
Nous le savons sans le dire.
Nous n’avons besoin ni de faits ni de témoins.

Com voldria que fosses tots aquells
pels qui alguna vegada he escrit algun poema,
haver mirat amb tu ciutats del nord d’Itàlia,
hiverns, tardors a l’Europa central,
i, en nits de foc roent, d’albada i gessamí,
haver creuat amb tu antigues carreteres
amb palmes vora mar,
taronges i xiprers a frec de llavis.

Com voldria que el present que tu ets,
plaent i amable ara,
vingués de molt lluny,
d’uns altres anys sens tu que a la pell ens deixaven
nits d’escuma i estels,
un perpetu desig que no finia mai,
una joventut primera que no era conscient
de ser ella mateixa.

Mes sé com és d’inútil el desig que m’habita
en una nit de pluja i primavera
que haurà de passar com totes.
Altres amors t’han precedit
i han ocupat el lloc que ocupem ara nosaltres,
els nostres pensaments, els nostres braços,
el nostre breu present.
Ho sabem sense dir-ho.
No cal tenir dades ni testimonis.


La plage était déserte et dormait sous juillet – ( RC )


       peinture:               Nicolas de Stael –        paysage au bord de la mer – 1954

C’est une journée qui s’étire

Et un temps d’été qui colle à la peau.

Le soleil cuisant va presque jusqu’à épaissir

le sillage lointain des bateaux.

Bien sûr, la mer proche, et ses vaguelettes .

Peu de vent, et elle,         quasi étale,

Mille petits reflets nous guettent ,

Perlés sur l’écume, et le littoral.


En attendant que la journée bascule

Nous l’avons ressentie presque     palpable

Avec la fatigue, que les heures accumulent,

Et avons écrit nos noms sur le sable .

Le ciel resté  incolore a chaviré,

Comme sous l’effet d’un mauvais présage.

Une nuée d’oiseaux a tout déchiré ,

Ou était-ce une bourrasque qui a emporté les pages ?

Tu es partie te baigner nue,

Suivre le chemin secret de l’eau,

                  … mais tu n’es pas revenue…

Le son de mes appels, seulement, en échos ….

La marée , dans son avancée,

                S’est faite complice,

Nos noms,          ont été effacés,

Maintenant,      la plage est lisse …

Je suis resté       l’âme vide et endeuillée,

La nuit de la perte , s’est étalée,     lourde ,    inerte.

Je me suis remémoré la Fanette …

>         La plage était déserte et dormait sous juillet *

RC  – juin 2015

* ( il est fait référence  évidemment à la chanson de J Brel   » La Fanette  « )


Andrée Chédid – Minéral Minimal – Galet


Afficher l'image d'origine

GALET

Le moins
Le peu
Le bref
L’exigu
Prennent corps
En ce galet
Dépourvu de veines
Et de détours,
Dont l’opacité
S’oppose
Aux transparences
De l’océan,
Dont la cohésion
Défie
La sinueuse écume.

Andrée CHEDID


une rivière qui palpite et respire – ( RC )


photo: R Constantin - 2011

photo:          R Constantin – 2011

Il y a des creux dans l’eau.

Des collines s’y précipitent et tourbillonnent .

Avec des feuilles et des brindilles arrachées,

Un peu plus en amont.

 

Toujours au même endroit, bordés d’écume .

On suppose que leur contour,     mal défini ,

Correspond, plus bas, à des rochers cachés,

Entre lesquels      rôdent      des truites .

 

Le chemin de l’eau se poursuit ainsi,

En plages profondes, où les saules se regardent,

Offertes à la caresse du vent,

Confondant les reflets et le frissonnement du jour .

C’est une chanson d’un jour de printemps,

Au murmure liquide, qui a oublié,

La furie des eaux boueuses,

Où des troncs furent emportés :

 

L’enchevêtrement inextricable de végétaux,

Parfois suspendus à grandes hauteurs,

Comme        des vêtements de misère,

Habillant encore des branches.

 

La rivière palpite, s’enfle ou se dégonfle,

Au gré du menu des saisons,

Ainsi le corps vivant,       qui respire

Pouvant rugir ou se taire.

L’été de sécheresse, la réduisant

A quelques bras         maigres,

Serpentant entre les pierres,

Comme si on en voyait le squelette.

 

L’étendue du minéral ,     mis à nu

Et le volume des blocs empilés,

Laisse présager la puissance du courant,

Un instant suspendu,             à titre provisoire .

 

Car au loin fleurissent des cumulus,

Qui pourraient bien, s’ils se déversent,

Donner au cours , un tout autre aspect,

Et marquer la fin du sursis.

RC – mai 2015

photo : Stephen Penland


Vois le navire, il s’enlise – (RC )


fresque  eusebio&; vittore gravedona -- Côme

fresque       eusebio  Vittore Gravedona               — Côme

Tanguent les beaux navires …
La mer n’est pas fidèle
Soudainement froncée de sels,
– L’horizon y chavire,

Au milieu         de montagnes d’écume,
Vois le navire,                       il s’enlise,
Et des vagues            subit l’emprise
Perdu sous le tissu des brumes…

–    Sous la tempête inhumaine,
Que deviennent les ailes des bateaux,
Et qu’il pleut à seaux,
Quand les océans se déchaînent ?

Partis,               fiers matelots
Maintenant ,  marins épuisés,
Mats et coques brisés,
Et les voiles en lambeaux…

Sombres les espoirs,
Autres qu’une dérive,
Et sans autre perspective
— Que la mer à boire…

Sous des paquets d’eau,
D’émeraude profonde,
Il y a dessous ,          tout un monde,
…          Une foule aux yeux clos,

Des poissons      des abysses,
Aux promesses de naufrages
Se fraient                un passage,
Remontant des précipices.

Nourris de l’imagination,
De l’esprit du dessinateur,
Voila ,          de toutes les peurs,
Le réel,        dépassant la fiction.

Les calamars géants,
Au regard incrédule,
Déploient leurs tentacules,
Sous un ciel phosphorescent,

Avides d’un prochain repas,
Sous la colère des éléments,
Les monstres attendent patiemment
Du frêle navire, le trépas….

….

Lorsque la tempête retombe,
Flottent encore quelques débris,
Il n’y a plus d’elle , qu’une mer assombrie,
De tout son poids de masse profonde.

manuscrit  enluminé  -   biliothèque de Koninklijke

manuscrit enluminé – biliothèque de Koninklijke


RC –    février 2014


Monique Mbeka Phoba- Rivages – Yemadja


010309_0801_0378_nsls

 

 

 

Yemadja

Peut-être baisser les armes

Et nous rendre la mer…

La mer et ses gestes chauds

L’écharpe de ses vagues au cou

La mer et sa complainte débordante

Autour du ventre

La mer et son grain de sable

Et son perpétuel questionnement d’écume

La mer et sa grotte de suppositions

Dans son alambic verdâtre

La mer et son goût d’écume et de vent

Dans lequel on n’est plus rien

La mer et son tambour battant de gouttelettes

Sur le rivage qui n’en peut mais

La mer et son adieu chuchoté de coquillage

A la voix de Yemadja –

 

See more at: http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=8480#sthash.KuZgMH4a.dpuf

 

Monique Mbeka Phoba  est une auteure  congolaise.

 

collage - Sir Roland Penrose

collage – Sir Roland Penrose


Vois comme le soir s’éteint – ( RC )


photo: Michael~Ashley Carver                                   photo:          Michael~Ashley Carver

Regarde, la lumière orange,

Se coucher sur le lac,

Que les rides d’une brise, dérangent,

Ou cette feuille tombée sur la flaque…

Regarde comme les pierres s’envolent,

Détachées du filet

Elles ne sont plus attachées au sol,

Que par leur reflet.

Regarde, comme il rebondit,

Le petit soleil tenace

Bientôt englouti

Dans les eaux lasses

Regarde, comme les nuages filent,

Et moussent une écume d’or,

Au dessus des îles,

En géantes fleurs.

Vois comme le soir s’éteint,

Il se dissout sans bruit,

Pour préparer demain.

De l’autre côté ,  c’est bientôt la nuit.

RC – 26 septembre 2013


La mer, que l’on voit danser ( RC )


peinture :        Georgia O’Keefe

La mer, que l’on voit danser

Et se jeter sur les rochers, encore

Et encore, comme des chiens voraces

Sur ce qu’il reste de terre

A dissoudre et avaler, en taisant le temps

Qui s’étire, à faire des demains,

Les ressacs violacés

De profondeurs de nacre,

Les chevelures d’algues affolées

Au milieu de l’écume.

Le sable fauve,           participe à ce destin..

Et on ne sait, s’il appartient encore

A la terre, ou au liquide

Ou l’écume du temps,       portée des courants

Et des vents, jaloux des éléments ;

Il se tisse en cordons blonds,

S’accroche en dunes,                aux reliefs,

Reliant ,                                 le temps d’une marée,

Les   cachant,  

                  Au gré de ses sanglots,

Tout un monde,               …. loin de la surface.

Ce large,                             – si large

….. Qu’embrassent les courants

A l’écart des légèretés d’atmosphères

Où même la lumière se fait                 discrète,

Au sein                        de l’épaisseur secrète

Que parcourent rarement les hommes,

Cuirassés              de combinaisons et scaphandriers

Où évoluent des bancs de poissons           chatoyants

Aux détours de plages et rochers, ………  posés là

Sur le fond,    –    …..et les épaves aussi,

             – Sentinelles inutiles d’une autre époque.

RC         23 avril 2013


Le bruit dans mes tempes ( RC )


peinture:      Odilon Redon.       Le coquillage

 

Le bruit et le sang

Pénètrent dans mes tempes,

Et l’âme éclatée,

Tourbillonne sur elle-même,

Prisonnière de mon Je,

Tête et corps assemblés,

En bonne logique,

Et pourtant séparés.

Ce n’est pas par la distance,

Mais la terre qui parle

A travers nous,

De l’antre et de l’arche.

L’oeil du silence

Et pourtant le bruit

Des désirs qui se heurtent

Aux mémoires sensibles.

L’océan des plaines douces

Aux tensions secrètes,

Le ventre coquille,

Qui boit mes émotions.

Et comme les silex

Qui se heurtent

Les bouquets d’étincelles,

-nous engendrons nos ciels –

Dans un voyage

Aux lointains d’écume

Où il n’est pas besoin de paroles,

Pour s’entendre en échos….

RC – 4 mars 2013


Sabine Sicaud – jours de fièvre


 

Ce que je veux ? Une carafe d’eau glacée.
Rien de plus. Nuit et jour, cette eau, dans ma pensée,
Ruisselle doucement comme d’une fontaine.
Elle est blanche, elle est bleue à force d’être fraîche.
Elle vient de la source ou d’une cruche pleine.
Elle a cet argent flou qui duvête les pêches
Et l’étincellement d’un cristal à facettes.

Elle est de givre fin, de brouillard, de rosée,
Jaillit de chaque vasque en gerbes irisées,
Glisse de chaque branche en rondes gouttelettes.
Au coeur de la carafe, elle rit. Elle perle
Sur son ventre poli, comme une sueur gaie.
En mille petits flots, pour rien, elle déferle,
Ou n’est qu’un point comme un brillant dans une haie.

Elle danse au plafond, se complaît dans la glace,
Frappe aux carreaux avec la pluie. Ah ! ces cascades…
C’est le Niagara, vert bleu, vert Nil, vert jade,
C’est l’eau miraculeuse en un fleuve de grâce ;

Toute l’eau des névés, des lacs, des mers nordiques,
Toute l’eau du Rocher de Moïse, l’eau pure
D’une oasis perdue au centre de l’Afrique ;

Toute l’eau qui mugit, toute l’eau qui murmure,
Toute l’eau, toute l’eau du ciel et de la terre,
Toute l’eau concentrée au creux glacé d’un verre !
Je ne demande rien qu’un verre d’eau glacée…

Vous ne voyez donc pas mes doigts brûlants de fièvre,
Mes doigts tendus vers l’eau qui fuit ? Mes pauvres lèvres
Sèches comme une plante à la tige cassée ?
La soif qui me torture est celle des grands sables
Où galope toujours le simoun. Je ne pense
Qu’à ce filet d’eau merveilleuse, intarissable,
Où des poissons heureux circulent. Transparence,
Fraîcheur… Est-il rien d’autre au monde que j’implore ?

Alcarazas, alcarazas… un café maure
Et, dans la torpeur bleue où des buveurs s’attardent,
Un verre débordant parmi les autres verres,
Un verre sans couleurs subtiles qui le fardent,
Mais rempli de cette eau si froide, nette, claire…
Ah ! prenez pour cette eau ce qui me reste à vivre,
Mais laissez-la couler en moi, larmes de givre,
Don de l’hiver à ce brasier qui me consume.

Vous souvient-il de ces bruits clairs, dans de l’écume,
Au bord d’un gave fou ? J’ai soif de tous les gaves.
Les sabots des mulets, vous souvient-il, s’y lavent,
Les pieds du chemineau s’y délassent. Dieu juste,
Ne puis-je boire au moins comme le pré, l’arbuste,
Le chien de la montagne au fil de l’eau qui court ?
Cette eau… Cette eau qui m’échappe toujours,
Qui, nuit et jour, obsède ma pensée…
Ne m’accorderez-vous deux gouttes d’eau glacée ?

 


Dis-moi, de l’existence … ( RC )


photo perso:  coq "de garde", chez un guérisseur .  Burkina Faso dec 2011

photo perso: coq « de garde », chez un guérisseur .    Burkina Faso          dec 2011

Dis moi, de l’existence, la réalité.
Hors de nous , pays habités,
L’écharpe de l’horizon, ceinte de brume
Continue, mer , océan, écumes

La poignée de mondes,  qui restreint
Que tire d’ailes, les atteint
Et que les vies  pressent
Sous le soleil ardent, paressent..

Si la sphère habitée est transparence
Où faut-il que mon regard  s’élance ?
Vois -tu de l’autre côté de la terre
Les chemins et routes de poussière ?

Les grandes étendues et la course
des étoiles… disparue la Grande Ourse
L’au delà d’une vision, sans pourtant qu’elle ne se voile
Un quart de cercle, porté vers l’australe.

Vois, la planète , d’un autre costume
Autres peuples, autres  coutumes
Les nôtres, en pays lointain n’ont plus cours
Aujourd’hui est un autre jour

Qu’une aube nouvelle  fusionne
les espaces  d’une  vie, et résonne
en nous, autant les vaisseaux  s’enchevêtrent
Et bat, au coeur, le sang de notre être

Il se voit circuler d’autre façon, étourdi
Sans forcer l’envers, sans  interdit…
Le continent des ailleurs, ailleurs improbables,
Modèle le visage des hommes — en  terre  arable.

RC  – 8 janvier 2013

 


Heather Dohollau – Douceur de marcher sur le sable


peinture: Miquel Barcelò

 

 

Douceur de marcher sur le sable
Dans le bruit des vagues
Quand l’espace se creuse
Et le jour comme une cave de lumière
Courbe sur nous ses murs de ciel

La mer reste l’impensable naissance et mort
Le portail transparent d’un rien autre
Quittant la ligne de nos pas
Nous sommes les ressortissants de nos rêves
Ébauchant hors de l’ombre les gestes d’écume.


Les portes d’en bas

, Éd. Folle Avoine.


Corne de brume ( RC )


la rumeur de la mer. photographe non identifié

A l’écoute indécise,

Tu entends les  vagues,

En tendant l’oreille

A la conque de soleil

Et la vie s’enroule,

Se love sur elle-même,

Aux ressacs,  sur les  rochers,

Elle donne  son écume…

Ainsi mes doigts joints

Autour de ton attente

Qui forment la coquille

Portée dans ta main.

Tu es sur le sable

Etendu sous la lune

Les algues enroulées  sur tes pieds

Intensément,    tu m’écoutes

En corne  de brume

RC    –  1er nov  2012


José Gorostiza – mort sans fin – extr 02


 

peinture:            Jim Dine:          sans titre  (1959 )          Brooklyn Museum of Art, New York, USA

 

I
Rempli de moi, assiégé dans mon épiderme
par un dieu qui me noie, insaisissable,
leurré peut-être
par sa radieuse ambiance de clartés
occultant ma conscience répandue,
mes ailes brisées en esquilles d’air,
mes pas qui, maladroits, tâtonnent dans la boue;
rempli de moi, repu, je me découvre
dans l’image étonnée de l’eau
qui est et seulement cahot immarcescible,
écroulement d’anges tombés
dans le délice intégral de son poids,
qui n’a rien d’autre
que son visage en blanc
à demi enfoncé, déjà, comme un rire qui meurt,
dans le tulle fin du nuage
et dans les funestes cantiques de la mer
— arriére-goût de sel ou blanc de cumulus
plus qu’une simple hâte d’écume traquée.
Pourtant — ô paradoxe! — contrainte
par la rigueur du verre qui la clarifie,
l’eau prend forme.
Y creusant ses assises, elle construit,
assume un âge de silences amer,
un doux repos de jeune morte,
souriante, que déflore
un au-delà d’oiseaux
en débandade.
Dans le filet de cristal, mailles qui l’étranglent,
ici, comme en l’eau d’un miroir,
elle se reconnaît;
enchaînée ici, goutte à goutte,
et dans la gorge, fané, son trope d’écume,
quelle nudité d’eau la plus intense,
quelle eau plus eau
rêve en son orbe tournesol,
chantant déjà une soif de gel équitable!
Mais quel verre — aussi — plus prudent
que celui-ci qui s’arrondit
comme une étoile en grain,
que celui-ci qui, pour une héroïque promission, s’allume
comme un sein habité par le bonheur
et offre à l’eau, ponctuel,
une éclatante fleur
de transparence,
un œil fusant vers les hauteurs
et une fenêtre aux cris lumineux
sur cette liberté incandescente
qui s’épuise au-dedans de candides prisons!

 

José Gorostiza (Mort sans fin)


Marée noire ( RC )


photo l’Express –         agence REUTERS /     Mike Hutchings

 

 

 

Un reflet            sur les flaques visqueuses

C’est le clin d’oeil d’une lumière qui s’élance

D’une lune voilée, qui va, vient et danse

Au milieu de nuées     et fibres laiteuses

 

La mer est lourde      d’un ressac hagard

Elle porte              un couvercle si lourd

Qui confisque son souffle,    son amour

——–Et ne nous rend pas notre regard.

 

C’est d’un calme,           une menace immobile

Les oiseaux                    englués de désespoir

Ils ne verront plus l’air,           en marée noire

Ce qu’on dirait                   – une mer d’huile –

 

La mer, l’amère ne se jette plus sur les rochers

Elle n’a plus d’écume,              que le goudron

Au rendez-vous du sable,     plus de poumons

Silences de vie ôtée,     kilomètres de déchets

 

 

RC  –  27 septembre  2012

 


Claude Esteban – Blanche


 

 

 

Art: Käthe Kollwitz    auto-portrait  1903

 

 

Blanche.

Elle divise le temps
en deux
Sceptre et cilice.

L’écume ne meurt pas

lèvres ouvertes
aux lèvres.

Blanche

Emmurant l’oiseau.
Tranchant le nerf fragile des coquilles.

Sans que la voix
revienne.

Nue dans le sel.

 


Talmont, sentinelle ( RC )


 

photo perso – reliefs-sculptures –                 tympan de l’église Ste Radegonde     de Talmont .         Gironde

 

Les sculptures romanes sont en patience
Et les  fleurs  se redressent

Au temps   suspendu …
Gris-vert  de  marée montante

Aux saveurs d’Atlantique
Sentinelle de Gironde

Talmont peut l’attendre,
Ce vent venu du large

Essaims de moules
Recouverts d’écume

RC–  14 et 15 juillet  2012


La mer ne parle plus, elle se tait. (RC)


Affiche objet d’une plainte de la région Bretagne

La mer ne parle plus,  elle se tait.

Et si la mer  parlait dessous  son tapis  d’écume et de vagues,

Au silence de la mer  celle  réduite au silence,

Et aux arbres  qu’on élague

Encombrée de sables

Et  de débris innommables

La voilà immobile,  et presque entièrement recouverte

D’une  épaisse confiture

De toutes ces algues vertes

Et d’un semis  d’ordures

D’où s’échappent  gaz, par bulles

Autour des rochers las

Qu’une lasse marée dissimule

Dernier geste  de décence

D’une eau qui n’a pas d’age

Mais qui sent l’essence

A travers les coquillages

Désertés des mollusques

Que goudrons écrasent

Et collent même, jusque

Au cœur de la vase .

Si la mer parlait dessous son tapis  d’écume

Qu’elle ôtait son bâillon

Et qu’avec les vents revenus, elle s’enrhume

Elle chasserait ces haillons

D’un seul coup de tempête

Son parfum de dégoût

De fracas  et de pertes

Rejetant les  égouts

Bien loin sur la terre

Ces rejets de l’ingrate

De toxique amère

Saturés de nitrate.

Retraits d’hier en dignité

C’est d’un autre visage de Bretagne

Tournant dos à la fatalité

Qui ferait, que la nature gagne,

Que la mer épaisse revienne  en liquide

Que l’on puisse, voir le sable

Au travers d’une  écume limpide

Et d’un pays  respectable…

RC    11 juin 2012

voir notamment  ce site avec ces  affiches  choc, qui dénoncent  l’hypocrisie  ambiante.

 

et pour avoir une idée  du problème, plusieurs  sites  en parlent, mais les mesures concrètes se font attendre…, en effet il y aurait une collusion entre les autorités et les sociétés financières qui possèdent une partie des élevages intensifs bretons …  ceci expliquant  en grande partie cette inertie, pour un problème connu depuis longtemps.

 

 

 


Fernand Verhesen – Altéré d’herbe


peinture: Nicolas de Staël

Altéré d’herbe


Altéré d’herbe aux épargnes du large, je renais voilier sur les bords d’aucun monde.
Solitude dans le matin dortoir des immensités.
Espace où se fonde l’errance, et de quelques îles  rêvées se lève un vain désir d’ambre. Lourde patience de l’eau qu’effleure une étoile de sel.
Route des eaux due aux  origines, retour de ce qui fut un jour
. Toute l’ombre de la  terre n’est que léger envol d’écume.
L’oreille veille solidaire  d’un écho.

Seul, le silence à haute voix de la mer se mêle au passage du vent.
La nudité sans rives.
De lointains regards  parcourent en moi la plus longue lumière.

Fernand VERHESEN       « Franchir la nuit »
(Le Cormier)


Claude Roy – la nuit


peinture: Ad Reinhardt Blue 1952

 

 

La Nuit

Elle est venue la nuit de plus loin que la nuit
À pas de vent de loup de fougère et de menthe
Voleuse de parfum impure fausse nuit
Fille aux cheveux d’écume issue de l’eau dormante.

Après l’aube la nuit tisseuse de chansons
S’endort d’un songe lourd d’astres et de méduses
Et les jambes mêlées aux fuseaux des saisons
Veille sur le repos des étoiles confuses.

Sa main laisse glisser les constellations
Le sable fabuleux des mondes solitaires
La poussière de Dieu et de sa création
La semence de feu qui féconde les terres.

Mais elle vient la nuit de plus loin que la nuit
À pas de vent de mer de feu de loup de piège
Bergère sans troupeaux glaneuse sans épis
Aveugle aux lèvres d’or qui marche sur la neige.

(L’Enfance de l’Art, ed. Fontaine, 1942)


Jean-Yves Fick – feuillet 41


25 décembre 2011

feuillet 41

peinture : arche de Noé -- fresque romane, St Savin sur Gartempe, Vienne By Jean-Yves Fick

 

viennent les passes
noires et nues
où voguer vers
quelle terreur

                                              à la proue

on savait que
l’étau des roches
allait broyer
la nef entière

                                            corps et âme

pour peu que ne
franchissent pas
les ailes blanches
pour peu que ne

                                         dans l’écume

se montre pas
la main suprême
qui porterait
plus loin la barque

                                        imprévisible

poupe brisée
mais le haut-vol
possible dans
l’étrave intacte

                                     quels seuls visages

hors du royaume
où ne sont qu’ombres

                                      vont apparaître.

à noter que la mise en page, que j’ai essayé  de respecter,  est un des éléments importants de l’expression poétique  contemporaine,  qui induit, un autre regard, une  autre lecture

provenance:  http://jeanyvesfick.wordpress.com/2011/