voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “encrier

Marine Laurent – Femme de papier


 

CA0OEVYP.jpg

peinture: Egon Schiele


Suis une femme de papier
De celui dont on fait les arbres
Et j’ai puisé à leur aubier
Et mangé leurs feuilles vivantes
Arraché l’écorce du fût
Pour tenir debout à ma table

L’hiver sur du papier glacé
Je laisse mes traces effaçables
La sève qui coule des doigts
Trace des mots sans importance
Je flotte au vent car mes racines
Courent à peine sous le sable

Suis une femme de papier
Qui se froisse à moindre risée
Qui brûle à petite flambe
Dans un foyer désaffecté

Mais si l’oiseau à ma fenêtre
Vient poser une plume blanche
Je sens mes folioles renaître
Et la plante à mon encrier

Je partirai sur une branche
Emportée par nuit sans étoile
Et vous dirai dans mon absence
Ce que j’ai laissé sur la toile.


Dilution – ( RC )


Résultat de recherche d'images pour "helen frankenthaler"

peinture: Helen Frankenthaler

 

Ici l’ailleurs peut se diluer  .
Les couleurs sont pâles   :
Les idées ont pris de l’embonpoint .
On les cherche,
comme on le ferait pour la direction du vent ;

Il faut mouiller son doigt pour le savoir.
Ceux qui écrivent préfèreront l’encre :
mais le plongeant dans l’encrier ,
ils le sortiront sec .
La pâleur atteint même l’écriture .


RC – juill 2017


Pierre Mhanna – le feu de son parfum


Breitenbach  Josef  -.jpg

photo: Josef  Breitenbach

Sa robe tombante
Un souffle de brouillard et de rosée
L’entre-laçage de la forêt,
Nue elle se promène alors
L’eau bleue de l’aube,
Dans le baiser de sa peau
Le lever du soleil du matin.

Dans d’innombrables corniches
Le feu de son parfum
Remplit mon encrier,
Hors de la dureté de la pierre
Persuadant ma volonté de monter
Et faire face au monde à nouveau,
Façonner le renouveau du monde
Hors de la profondeur
De mon amour et de ma passion,
La maturité de ma virilité,
La vigueur rajeunissante de sa présence
Floraison dans mon coeur,
Imprégnant mon être
À la lumière de l’éternité.

( tentative de traduction:  RC )

Her falling dress
a breath of fog and dew
lacing the forest,
naked she then wades
the blue water of dawn,
in the kiss of her skin
the morning sun rising.

In countless streamlets
the fire of her fragrance
replenishes my inkwell,
out of the hardness of stone
coaxing my will to rise
and face the world again,
shape the world anew
out of the depth
of my love and passion,
the maturity of my manhood,
the rejuvenating vigor of her presence
flowering in my heart,
pervading my being
with the light of eternity.


Un encrier versé sur le vide – ( RC )


Afficher l'image d'origine

 

Il y a un ciel d’orage en été,
Mais toi-seule peut le voir,
et cet encrier versé
sur le vide et la vie
dont tu pétris
la vaste esquisse…

Des nuages aux contours noirs,
Des bêtes étranges, les dents acérées,
Se bousculent et se développent
Dans l’esprit de brume
où tu navigues seule ,
bien au-delà
– on ne peut plus te suivre –

D’ailleurs le dessin au fusain,
retourne à la poussière,
et toi, à ton destin.
Il n’y a sur la page,
que les traces de tes doigts ,
mêlées aux premières gouttes
d’un ciel qui bascule .

RC – avr 2016


Jean Pérol – Soleil cigales..


photo: cigale de mer Scyllarus arctus

 

 

 

Soleil    cigales..

Soleil    cigales
le lézard du souvenir bondit
et c’est furtif entre tes ombres
le passé perdu des provences pauvres

tu écrivais sous le figuier
sur la table usée de rotin bancal
dans la campagne abandonnée
et l’importance de parler
dans le bleu hébété tentait de t’emporter
à brides lâchées   à encrier ouvert

où une mouche
finissait toujours par tomber
et noire sur noir vibrionnait
comme confus tes jeunes mots
dans l’ouverture d’un monde plein
mais maintenant que la table
et le jardin sont un peu mieux
mais maintenant que tu peux
en lui   en toi   ailleurs
presque tout lire à livre ouvert

seule t’affronte amère et sûre
jour après jour en son contraire
et jusqu’au noir plus noir que l’encre
l’autre importance de se taire.

Se taire.

Jean Pérol. ( dans Autre Sud n° 28)

 

 

 


Sedna – dans l’encrier


Le blog  « la poésie que j’aime »,  de Sedna,  rassemble  beaucoup de textes intéressants  – 

pn peut aussi trouver  de ses productions rassemblées ici  (chez Emirelo)

voila aussi  l’adresse de son blog où sont réunies les poésies  qu’elle  a choisies.

peinture JB S Chardin l'enfant au teuton 1735

 

DANS L’ENCRIER

Dans l’encrier de la nuit, ma plume nécrophage
Daigne s’abandonner sur le rivage des sanglots
Quand frissonnent les étoiles derrière le nuage
Je me noie dans la vague d’un océan sans eau

 

 

Dans l’encrier du vent, j’ai volé cette chanson
Pour l’offrir au marchand de sommeil étonné
Paroles de cristal sur la chaleur de l’édredon
Qui réchauffent la neige du rêve consommé

 

 

Dans l’encrier de la vie, je puise les souvenirs
Cartes postales sentant des passés endormis
Lambeaux chiffonnés de ce qu’il faut retenir
Amours de poussière disparus avec la pluie

 

 

Dans l’encrier de rosée, j’ai déposé le silence
Sur la forêt aux reflets de cendres obscures
Et la chemise du soleil change d’apparence
Quand point la giboulée et ses éclaboussures

 

 

 

Dans l’encrier de ta bouche, j’écris une page
Dont les mots se déroulent comme un ruban
Leur parfum ouvre tendrement mon corsage
Le monde s’assoupit, suspendu à ce moment

 

 

Dans l’encrier du cœur, je me suis désaltérée
Pour boire à la source de l’amour inépuisable
Le regard tourné vers les étoiles enneigées
Peut-être que demain n’est pas inéluctable

( 20 janvier 2008)