voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Eole

Là-haut, ici bas – ( RC )


 

 

 

 

 

 

 

Là-haut, ici bas.

Sans limites, se poussent les nuages en épaisseurs  grises
C’est un ciel  d’étains, qui bascule à coups  d’éclairs…
Une  couverture  dont  on ne  connaît pas la lisière
Tandis  que, dans un mélange de clairs et de bruits, la terre  s’enlise.

C’est une  dispute  de géants, à coups de cimeterres
Pour la conquête  d’un territoire immense
Et l’on reçoit ici, les échos  du combat,  en pluie dense
Agrémentée des roulements  du tonnerre.

Les  fanfares  d’Eole  embouchent leurs  trompettes
Les arbres  se secouent  en tout sens
Et mêlent  leurs  membres  de toutes  essences
Quand  s’approche la tempête.

Voila que  gifle une tornade de grêle…
Le sol accepte sans  résistance
Que les dieux bataillent  sans  décence
Et s »envoient  à la figure  leur vaisselle .

Ceux qui connaissent l’endroit se demandent ce qu’il est advenu
Du paysage  riant,  de sa vallée large, maintenant déserte
Des routes emmêlées de troncs, une marée verte
De branches  en tous sens, et du feuillage haché menu…

Il faudra une main large pour écarter les nuages
Et mettre une fin provisoire, aux  hostilités
Déjà, s’amoncèlent  les  dégâts  – une calamité
Pour les habitants d’en bas, comptant leurs dommages.

Une main puissante  qu’on ne puisse pas mordre
Pour  retrouver  le chemin de l’entente, et l’esquisse
D’un début de paix et sérénité, une  armistice
Que certains nommeront le retour à l’ordre.

Pour  fuir la confusion, un peu d’autorité
Que le pays panse ses plaies
Il faut reconstruire,     et sans  délai
Après l’ouragan ,         de la fin de l’été.

 

RC  –  17 octobre  2012

 

( toute similitude  avec les situations politiques  ne serait pas complètement fortuite)

 

 


Colère et éclaircie ( RC)


photo perso. Sauveterre

Il y a dans mon ciel,                quelques nuages
Portés par le vent  d’Ouest,        ils envahissent
Les dessus  d’horizons, comme pâte  dentifrice
Et se tordent , à mon humeur, – comme  c’est dommage ! –

de laisser ,à  la colère, toute la place
Et ainsi cacher       le dessein solaire
Des contrastes, –  le monde à l’envers
Des ombres farouches, qui agacent…

Suspendus au dessus du sol, quelques mégatonnes
S’échafaudent,      se bousculent , des projets d’orage
Tardant , maintenant                dans le grand balayage
Alors que                   la trompette d’Eole  s’époumonne

Ayant convoqué la grêle et autres intempéries
Tornades et giboulées,          d’avant l’été
Est-ce donc                       d’avoir tempêté
Que le ciel s’est fendu,          et qu’on en rit ?

En fronçant les sourcils, un peu par ici
Les cumulus sont   allés voir ailleurs
Un paysage plus serein          et rieur,
Ce qui nous laisse, au sourire, une  éclaircie.

RC  -26 mai 2012

-sur le même thème, Rainer Maria Rilke  s’exprimait ainsi:

 

Après une journée de vent,
dans une paix infinie,
le soir se réconcilie
comme un docile amant.

Tout devient calme, clarté…
Mais à l’horizon s’étage,
éclairé et doré,
un beau bas-relief de nuages.

Rainer Maria Rilke – quatrains valaisans