voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “extérieur

José Pedroni – Vie


Viens avec moi, poète.
Quitte ta table avec sa rose triste.
La joie est à l’extérieur.
Mourant et renaissant
il arrive à cheval: il s’assied sur l’herbe.
Viens avec moi, oh, mon ami. La douleur est à l’extérieur.
Cela arrive et cela ne se produit pas seulement en pleurant.
Il apporte soixante-dix morts sur terre.
Viens avec moi. Dans le ciel ,
de gros oiseaux tournent en rond
pendant que les paysans sont venus sur leur ile d’herbe,
et ils parlent et chantent autour d’elle.
Viens avec moi. Dans la rue passe
un grand drapeau avec une étoile,
sur des fleurs que les femmes plantent.

Cela arrive et le ciel ne passe pas tout simplement.
Il apporte soixante-dix morts sur terre.

Viens avec moi, cet homme a des voix
que tu ne peux pas trouver;
que ton verset a une nouvelle femme ,
à qui le vent des branches souffle
dans ses cheveux et sa jupe.
Viens, ils ne te connaissent pas
Ta chanson est dehors.
Pour qui sera la fleur solitaire de ton verre;
pour qui, s’il est mort ?
Viens avec moi pour rencontrer l’homme
à la table de la terre; pour accompagner
l’homme dans sa rue de sang et de lys
Le chant est dans la voix de ceux qui chantent.
L’ange est dehors.

( tentative de reconstruction du texte par google trad ) à partir du texte original..

voir un certain nombre de ses poèmes dans la langue originale sur le site .

voir aussi dans le même registre…

Me voici seul (Alain Borne)

Me voici seul avec ma voix
j’entends le dernier pas qui balaye la route
et le silence tombe enfin comme l’ombre d’une feuille.

Me voici seul avec ma voix, un nouveau jeu commence
puisque le sang torride dont je m’étais vêtu
rejeté vers la mer écrase d’autres naufrages,
c’est de mon propre sang que je teindrai les murs
mon sang hanté de l’âme neuve des lecteurs du ciel.

Alain Borne, Contre-feu, Cahiers du Rhône, 1942


Absorber l’idée même de la nuit – ( RC )


Afficher l'image d'origine

 

 

Les bois se taisent
quand les noces des vents    s’apaisent,
et c’est la nuit
qui emporte tous les bruits …
( mais pas une nuit rêvée,
celle que l’on peut trouver,
quand une partie de la terre,
effacée de la sphère
plonge dans le sommeil,
en absence de soleil ).

Les criquets et les cloches des villages
cessent leurs commérages
à partir du moment où l’obscurité
étend son royaume indompté
dont la noirceur
occupe l’intérieur,
et celui des gouffres
à l’odeur de soufre,
et les grottes cathédrales,
dont le noir total
est un monde à part entière,
se tenant éloigné de la terre.

C’est comme si l’extérieur,
ses joies et ses peurs,
n’avaient jamais existé,
jamais vécu, jamais été,
>    juste une existence
remplie par le silence ,
elle ,  pourtant si proche,
cachée derrière une paroi de roches,
jusqu’à en devenir      une idée d’infini,
absorbant               l’idée même de la nuit .

.

RC –  janv 2016


Extérieur vertical (RC)


image: montage perso


En chaleur  d’été, le vent soulevant les bâches
des marchands  de la plage,
… – claquements sporadiques,
Petits tourbillons de sable

Son cri est celui de l’enfant résonnant
depuis l’autre monde
et ses  lèvres sont froides
portant  l’alliance.     du manque

Le manque est d’une étreinte étouffante, et elle ,
une magicienne d’un autre temps.
Quand  tout est vivant alentours,

Mais toujours seule, les bras vides dans le désordre.
Les racines – transparence de la folie –
se sont ancrées  dans un corps
qui n’est plus  sien…

Les nuits féroces, ne sont pas siennes,
Mais un trésor  d’ombres, d’un vertige
Que ne retient  aucun filet
Illuminées  d’un soleil sans écho

Noir de bras  sans appuis, d’un monde,
où ce que disent  ses lèvres, ne se retient pas.
Dans la couleur d’un extérieur vertical

RC          8 mai 2012,    et janvier 2013

que  je complète  avec  un poème  de Jacques  Reda, qui va  « dans le même sens »
L’HABITANTE ET LE LIEU

L’âme semble un couloir où des pas hésitants résonnent,
Mais personne jamais ne vient. Dehors, l’ombre qui tremble
Dans les encoignures de porte et sous les escaliers,
C’est l’âme encore, quand la nuit fige le long des murs
Les flots d’eau pâle et froide où l’on est heureux de descendre.
Et qui donc parlait de salut ou de perte pour l’âme,
Alors qu’elle est blottie en son frisson et cependant
Toujours plus dénudée au vent qui souffle en ce couloir ?
Qu’elle se cache ou rôde, écoute : elle s’égare, étant
L’habitante et le lieu d’une solitude sans nom.

Jacques Réda, Amen, Gallimard, 1968