voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “fardeau

Ibn Zaydùn – fidélité


phpoto : l’homme à la rose ( 1967 )

photo Roland Michaud 1967 – l’homme à la rose- Afghanistan

Je t’ai évoqué à Az-Zahrâ avec ardeur,
Le ciel était bleu, et la terre
Toute de splendeur vêtue.
Au crépuscule le zéphyr était doux,
Et s’accordait à l’âme,
Comme si, par compassion,
Il s’apitoyait sur mon sort.
Le verger de rosée souriait
Comme s’il portait des perles

Un jour comme tant d’autres de nos jours de plaisirs écoulés,
Nous veillâmes comme des voleurs,
Quand le temps s’assoupit,
Nous jouissions de ce qui séduit l’œil dans les fleurs,
La rosée les inondait jusqu’à les faire frémir sur leurs tiges.
Si ses yeux savaient mon insomnie,
Ils pleureraient sur ce qui m’affecte,
Et les larmes auraient brillé et se seraient écoulées.
Fleurs qui étincelèrent au temps de l’éclosion,
Accordant au matin la radieuse clarté des yeux.
Dans la nuit s’exhalent les senteurs du nénuphar assoupi
Qui dessillent, de l’aube, les paupières.

Tout dans la nature éveille
Le souvenir de notre passion
Au point que le cœur en est oppressé.
Que Dieu fasse que votre souvenir ne s’absente
Ni ne s’envole sur les ailes palpitantes des passions.
Si la brise de l’aube voulait porter mon fardeau,
Quand elle répand son souffle
Elle aurait conduit à vous un jeune homme
Que les coups du malheur ont fait dépérir.
Si un jour exauçait le désir de nos retrouvailles,
Il serait de tous le plus généreux.

Ô femme précieuse, sublime,
Toute pétrie de lumière,
L’aimée de mon âme tu serais
Si je te cueillais comme les amants la rose.
La tendresse était l’aire d’intimité
Que, librement, nous avons longtemps parcourue.
Aujourd’hui je chante, de votre règne, le passé révolu.
Dans l’oubli vous avez enfoui mon souvenir,
Mais l’amour de vous ne m’a pas déserté.

extrait du recueil paru chez  » Orphée » ed la Différence.

c’est un auteur qui a vécu au 10 è siècle


Julian Tuwim – Sombre nuit


 

Anto Carte - L'homme au coq

   Anto Carte – L’homme au coq (détail)

 

 

Homme plié sous le fardeau,

Viens t’asseoir.

Taisons-nous, regardons

 La nuit noire.

 

Pose là ta pierre,

Repose-toi

Jusqu’ au matin.

Dans la nuit sombre braquons tous deux

Nos yeux humains.

 

Parler est dur. La pierre est lourde.

Le pain de pierre.

Pourquoi parler. Deux pierres dans la nuit

Pour se taire.

 

 

 

Pour tous les hommes de la terre

(traduction du polonais Jacques Burko)

Orphée 

La différence


Cécile A Holdban – à mesure que j’avance


pastel: Aleksandra Laske

 

A mesure que j’avance et m’éloigne de la source
_____et que je bois ma vie, le fardeau s’allège ou s’alourdit
_____et dans mes paumes je garde
_____un peu d’eau et quelques étoiles.

 

 

extrait de  « l’été »


Yahia Lababidi – A quoi rêvent les animaux ?


peinture:     Franz Marc  -  renards  1913-14

peinture: Franz Marc –  agneau 1913-14

A quoi  rêvent les animaux   ?

Est-ce qu’ils rêvent de vies passées et de rêves non vécus
indiciblement humains ou incroyablement bestiaux ?

Ont-ils du mal à attraper dans leur sommeil
ce qui est trop glissant pour les doigts de la journée ?

Est-ce que leurs subtiles allusions nocturnes peuvent éclairer leurs heures sans rêves ?

Sont-ils hantés par les spectres de regret
visitent-ils leurs morts dans une somnolente gratitude ?

Ou sont-ils revisités par leurs crimes
transcrits en hiéroglyphes alléchants ?

Ont-ils retracé les grandes lignes de leurs blessures
ou le rêve d’une mutation, à la place ?

Ont-ils tiré sur des noeuds obstinés
de désirs inassimilables et de disputes contrariées ?

Y at-il de l’émoi, des bouleversements, ou de la rébellion
qu’ils éprouvent contre leur personne ou leur destin ?

Sont-ils libérés de forces et faiblesses particulières
au cheval, au cerf, à l’oiseau, à la chèvre, au serpent, à l’agneau ou au lion ?

Sont-ils jamais ni animaux, ni humains
mais créature et être ?

Ont-ils des moments sacrés de compréhension de leur entité dans leur essence même ?

Est-ce se rendent compte,d’une existence plus complète
soulagée du fardeau de la veille ?

Est-ce qu’ils soupçonnent, avec les poètes, que tout ce que nous voyons ou en a la ressemblance n’est qu’un rêve dans un rêve ?

Ou est-ce simplement une petite mort
un petit goût de néant,  qui se rassemble dans leur bouche ?

————-

peinture: Franz Marc  -  singe  1912

peinture: Franz Marc – singe        1912

What do animals dream?

Do they dream of past lives and unlived dreams

unspeakably human or unimaginably bestial?

Do they struggle to catch in their slumber

what is too slippery for the fingers of day?

Are there subtle nocturnal intimations

to illuminate their undreaming hours?

Are they haunted by specters of regret

do they visit their dead in drowsy gratitude?

Or are they revisited by their crimes

transcribed in tantalizing hieroglyphs?

Do they retrace the outline of their wounds

or dream of transformation, instead?

Do they tug at obstinate knots

of inassimilable longings and thwarted strivings?

Are there agitations, upheavals, or mutinies

against their perceived selves or fate?

Are they free of strengths and weaknesses peculiar

to horse, deer, bird, goat, snake, lamb or lion?

Are they ever neither animal nor human

but creature and Being?

Do they have holy moments of understanding

in the very essence of their entity?

Do they experience their existence more fully

relieved of the burden of wakefulness?

Do they suspect, with poets, that all we see or seem

is but a dream within a dream?

Or is it merely a small dying

a little taste of nothingness that gathers in their mouths?

peinture: Franz Marc:  le  rêve  1912

peinture: Franz Marc:            le rêve         1912

Yahia Lababidi is the author of a collection of aphorisms, Signposts to Elsewhere (Jane Street Press) selected for ‘Books of the Year, 2008′ by The Independent (UK) and the critically-acclaimed essay collection, Trial by Ink: From Nietzsche to Belly Dancing. His latest work is the new poetry collection, Fever Dreams.

texte traduit par mes soins…

on peut trouver  bien d’autres  textes intéressants  en langue anglaise, et parfois la langue  d’origine,  sur le site the thepoetry


Langston Hugues – fresque sur Lenox Avenue


 

Qu’advient-il d’un rêve suspendu ?
Se dessèche-t-il
Comme un raisin au soleil ?
Ou suinte-t-il comme une plaie
Avant de disparaître ?
Est-ce qu’il pue comme la viande pourrie ?
Ou se couvre-t-il d’une croûte sucrée
Comme un bonbon acidulé ?
Il tombe peut-être comme un fardeau trop lourd.
Ou bien explose-t-il ?
Certains  textes  de Langston Hugues  ont  été accompagnés  en musique  par  le contrebassiste  Charles Mingus, voila la pochette  du CD