voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “feuilles mortes

Dans le mystère des bois – ( RC )


photo perso – Lozère octobre 2020

Il y a encore quelques hommes,
pour recueillir des dons d’un ciel
de novembre, étrangement clément .

Ceux qui arpentent les forêts,
se guident sur les chemins
presque complètement enfouis

sous l’ocre des feuilles.
La terre aimable a caché l’été ,
sous les jaunes et les oranges.

La sève se retire des arbres,
se préparant à l’hiver,
le petit peuple des champignons en profite .

Ce sont peut-être de petits gnomes
qui montrent leur visage,
en dansant en cercles serrés.

Dans le mystère des bois,
commencent à roder les brumes
entre les roches de Huelgoat .

Certains y verraient les fées
qui font leur cueillette d’herbes
de cèpes et d’amanites.

C’est de leur cuisine
que les brumes
s’enroulent dans la futaie .

Si les doigts du vent font silence,
c’est peut-être leurs pas sur les feuilles sèches
que tu entendras,

mais ne t’attends pas à les surprendre,
car leurs robes les cachent
et nos yeux ne peuvent les apercevoir.

Forêt de Huelgoat - Automne 2017 - Lit de rochers
photo lecocon : forêt d’Huelgoat

Poèmes du Gévaudan – IV (Susanne Derève)


PHOTO-MONTAGE RC

 

 

Les feuilles du marronnier vibrent  du rouge

d’une fin d’été    lie de vin au soleil

effaçant les cuivres de l’ombre

Elles s’effritent sous le doigt

craquent et s’envolent au vent léger

 

Sur le tronc, coquille vide, un escargot

si lent que le temps l’a figé,

et le bois mort au pied de l’arbre

qu’on ne ramasse pas

qu’on ramassera peut-être  

si les mots ne viennent pas

 

et pour peu qu’ils viennent 

ils diront la douce langueur du sommeil

la sueur étoilée des paupières

le timbre d’argent de la lumière

entre les volets clos                                          

son lent chemin jusqu’à l’éveil       

 

et le café qu’on prend au lait  au lit

ou bien dehors près de la treille

aux raisins verts et de l’amphore

abandonnée aux herbes folles

 

d’où naissent les mots incertains 

le doux murmure des  paroles  

sur la joue tendre du matin 

 

 


Les feuilles mortes – (Susanne Derève)


 

LUCIEN LEVY DHURMER BOURRASQUE

 Lucien  LEVY DHURMER Bourrasque

 

 

Je les avais regardées choir  une à une

suspendues à la lumière  du soir

translucides, fardées de rouge et d’or

 

puis chuter par brassées en longs voiles,

en strates parcheminées qui crissaient

sous le pas

 

Je ne les ai pas ramassées

Le vent du Nord y suffira

qui laisse  la terre dépouillée

gémir aux portes de l’hiver

frileuse aux bras de Novembre

 

nue comme la femme aimée

qu’on vient dévêtir en secret

et qui doucement se cambre

frissonne les yeux fermés

quand glisse  son manteau d’automne

 

Est-ce vraiment qu’elle frissonne

de désir ou de regrets

nulle chanson ne le dirait

les jours heureux s’en sont allés

comme s’envolent les feuilles mortes

au vent mauvais