voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “feuillets

Celle qu’on ne peut plus rattraper – ( RC )


 


Tu vois,  je t’ai écrit,
Enfin ,            après des années,
Et         des feuillets éparpillés,
Des jardins de papier,
Des ratures et des gros mots…

Je suis allé boire      à la source,
Remonter le cours des histoires,
Et les pieds mouillés,
Face à mon miroir,
Je t’ai perçue          par-derrière,

Happant mon reflet,
Les cheveux en bataille,
Prenant dans tes mains diaphanes,
La danse de mon âme,
Leurrée par ton regard.

Et j’ai trempé la parole              dans l’encre,
Maladroit, et incertain,
Encore ahuri de la nuit,                   ce matin,
Répandant sur les pages blanches,
Les empreintes           de mes mots.

Un temps sans cruauté,
Où les phrases jaillissaient
Avec difficulté.
Une petite récolte,          glanée,
Reconquise à ta mémoire.

Mais finalement,
Après quelques essais,
Et ces pages rassemblées,
Je ressentais déjà         le parcours de tes yeux,
Etreignant mes lignes.

Tu vois, je t’ai écrit,
J’ai fini le reste de la cafetière,
Le temps s’était dilué
Avec le fil du récit,
Qui t’était destiné.

Je n’ai plus que quelques pas à faire,
Pour achever l’entreprise,
Et glisser dans la boîte,
Cette lettre.
Après une dernière hésitation…

J’ai entendu le petit              floc  !  ,
Une fois lâchée…
Je ne pourrais plus alors
Interrompre son voyage .
….Une parole émise,                                        qui se déplace,

Et qu’on ne peut plus rattraper.

 

RC – avril 2014

 

 


Taire le silence ( RC )


photo:               Barbara Morgan

Si j’apprends  à  taire le silence
En jetant quelques cailloux dans l’eau
Alors, la surface  remue, et se souvient
En cercles  concentriques, des éclaboussures
Et des gestes  ténus,
Qui repoussent  quelques  secondes la léthargie,
En laissant ,          une place à la vie.
Mon geste n’est plus là, mais seulement sa trace
Comme lorsque je passe un doigt distrait
Sur la couche  de poussière recouvrant le buffet.

J’apprends à lire, les instants  fugitifs,
Le murmure  de l’histoire,  et l’invisible est crédible
Les brioches  dorées,  le zeste des parfums,
Le sillage  d’un regard, au détour  d’un reflet,
Le souffle  des choses, agitant les feuillets
Les chapitres  du bonheur, que révèle
Un pinceau de lumière à travers les nuées
Eloignées  des étoiles, et dénuées
De l’ombre   –   qui fait l’importance.

Si j’apprends  à taire  le silence,
C’est pour mieux  traduire
Une langue d’avant qui te ressemble
La prolongation d’une  grâce
Que n’offrent ni les mots
Ni la parole rhétorique,
Les doigts ouverts  de l’invisible
Quand ils te dessinent à mes yeux:
Une veine qui palpite à ton front,
Et la courbe  d’une hanche…

J’apprends à lire, les instants  fugitifs,
A  rassembler les  indices,
Peut-être à inventer,
A rajouter  des brillances
Et des couleurs  de voix,
Imiter  rivières  et cascades,
Et l’ombre des collines
Qui dessine des courbes
Sur le désir de l’instant
Que les lèvres promettent.

 

 

RC –   6 octobre 2012                ( évocation d’une  démarche  créative… je pensais  à la photographie )