voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “foi

Paul Verlaine – Divine Ignorante –


Henriette Morel – Jeune femme brune, nue et pensive –
XVIII

Si tu le veux bien, divine Ignorante,
Je ferai celui qui ne sait plus rien 
Que te caresser d’une main errante,
En le geste expert du pire vaurien,

Si tu le veux bien, divine Ignorante.

Soyons scandaleux sans plus nous gêner 
Qu’un cerf et sa biche ès bois authentiques. 
La honte, envoyons-la se promener.
Même exagérons et, sinon cyniques,

Soyons scandaleux sans plus nous gêner.

Surtout ne parlons pas littérature.
Au diable lecteurs, auteurs, éditeurs 
Surtout ! Livrons-nous à notre nature 
Dans l’oubli charmant de toutes pudeurs,

Et, ô ! ne parlons pas littérature.

Jouir et dormir ce sera, veux-tu ?
Notre fonction première et dernière,
Notre seule et notre double vertu, 
Conscience unique, unique lumière,

Jouir et dormir, m’amante, veux-tu ?


 
XX

Tu crois au marc de café,
Aux présages, aux grands jeux :
Moi je ne crois qu’en tes grands yeux.

Tu crois aux contes de fées,
Aux jours néfastes, aux songes,
Moi je ne crois qu’en tes mensonges.

Tu crois en un vague Dieu,
En quelque saint spécial,
En tel Ave contre tel mal.

Je ne crois qu’aux heures bleues 
Et roses que tu m’épanches 
Dans la volupté des nuits blanches !

Et si profonde est ma foi 
Envers tout ce que je croi 
Que je ne vis plus que pour toi.



Chansons pour elle

Paul Verlaine

Œuvres poétiques complètes

Robert Laffont Bouquins


Bernat Manciet – Braises ma peau


DSC00252ps2-1.jpgXVI

Braises ma peau —mais une âme de gel

forte ma foi —-  je n’ai plus rien à croire
bon œil —             ma vue se refroidit
l’hiver me brûle et le printemps m’est fade

coffre solide —     mais ne soit plus de brise
de chêne cœur —       je suis las du certain
aimer me tient —    l’amour me reste tiède
prière suis —     mais demander me déplaît

Partir je veux —     mais je sais tous sentiers
j’ai soif de pluie —et toute pluie m’est cendres
faim de mouton —toute chair me répugne

le soir s’éteint —pouvoir n’être personne!
l’aube va naître —et je cherche l’obscur
la nuit rayonne et ta lumière est morte


Une chapelle comme une nef échouée – ( RC )


 Chapelle  contemporaine  du Mont Lozère.                          Architecte: Jean Peytavin

 

 

 

( toutes  photos perso –  réalisées  en  2006 )

On ne s’attend pas,  quelque part,
Dans un repli de la montagne,

A trouver là,
Une nef,               immobilisée,
Qui s’est échouée un jour,
La quille prise dans les  sables.

C’était comme  aujourd’hui,
( on peut le supposer ),
Un jour où le brouillard épais,
Ne permettait pas  de voir les  côtes.

Bien sûr on peut se demander,
Puisqu’il n’y a pas de rivage,

Par quel hasard le bord de mer,
Se serait élevé,
Si haut, qu’on en aurait perdu le sel,
Et même jusqu’à l’idée.

Quant à moi je m’en tiens à l’énigme,
Du basculement des origines  .

Oui, on ne s’attend pas,
A trouver une  flèche incrustée,
Dans la  large épaule
De la montagne,

Une construction dont le toit
S’élance du sol, pour se tendre,

Dans sa simplicité géométrique,
Vers les hauteurs ventées.
Jusqu’     où va la foi,
Et jusqu’au coeur  du froid,

Si des hommes ont dressé
Tout contre le ciel,             une nef

– peut-être en se rappelant
Celle  de Noé ….-
En recherchant sous le ciel bas
Des fragments  de divin.

RC –  mai 2015

 

Afficher l'image d'origine

Livre des heures de Carlos V.

Biblioteca Nacional de España


Semé aux quatre vents – ( RC )


installation - Van Breedam :   Five past seven 1989  ( fer  )Ostende

installation – Van Breedam : Five past seven 1989 ( fer )-   Ostende

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Semé aux quatre vents,

descendre sur les toits,

dilapidée la joie,

perdu les esprits, renoncé à sa foi,

perdu pour toujours, et faire avec ce qu’il reste,

un chemin incertain,

 

une mémoire de l’oubli,

la tête dans un mouchoir,

suivre son étoile, de celle qui scintille,

à celle qui s’affole,

guidé vers l’inaccessible,

ou précipité dans les abysses,

 

je ne sais plus ce que je dois,

et dessiner le moi, –    enfin celui qui m ‘habite,

ou me précède,                      et me dicte sa loi.

RC   – 4 juillet  2013


Colette Fournier – transfuge


photo: Ann Arden McDonald

photo:       Ann Arden McDonald

Publié le 16/10/2012 par

Entre dérobade et vertiges

La cambrure de ton âme ressemble

A s’y méprendre à ces nefs d’église

Que la foi a désertées…

Paysage rongé de ronciers et aride

Où nulle eau ne serpente

Où nulle joie ne se créée…

J’en connais de ces vaisseaux amers

Qu’une houle bascule

En roulis de bitume

Et qui ne veulent plus même

Etre sauvés !

Et frotter leurs cœurs vides

A l’aumône du temps

Battant à pleine pompe

L’heure de tous les vents !

Crois bien que ma lanterne

Se brise plus qu’à son tour

Sur des récifs étranges

Aux étranges contours

Mais je les veux mouvants

Malléables et tordus

A l’aune de mes désirs

Trempés d’encre et perdus

S’ils ne s’écrivent pas…..

Je suis une maison

Balayée de printemps

Et qui se refuse à mourir

Tant qu’il restera

Quelque chose à faire frémir

A la pointe de mon regard

Transfuge

De toutes les mémoires…

photo: Josef Koudelka
photo:            Josef Koudelka

  ( visible  donc  sur son site  colettefournier.com )