voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “four

Rédemption – « l’enfer, souvent  » -( RC )


photo d’actualités ( 2015 ) avec le commentaire  suivant: Who is Burning Black Churches: KKK, FBI Or God ? ( qui incendie les églises noires: le Ku Klux Klan, le FBI, ou Dieu ? )

 

Certains nous parlent de l’enfer,
( c’est donc qu’ils en sont revenus,
– des vacances aux tropiques –
       quelque peu rotis ),

– En fait Orphée a ouvert une brèche
il suffit d’obtenir un laisser-passer,
( une dérogation ), – et en revenir
sans aller chercher Eurydice : –

Puis , revenant en zones tempérées,
les doigts en éventail,
( certes,     les cheveux couleur de cendre,
et le visage creusé de rides )

…       nous parler de l’éternité
à laquelle ils ont échappé,
         et les longues nuits blanches
         secouant les ombres :

On trouvera bien un prédicateur,
        des inquisiteurs zélés,
       des amateurs d’autodafés,
ayant la nostalgie

des odeurs de grillade
pas seulement du barbecue,
mais des bombes au napalm
et des fours crématoires .

Certains nous parleraient
de rédemption,
purification par les flammes :
mais ont-ils essayé sur eux-mêmes ?


RC- avr 2017


Epopée orageuse des statistiques ( climatiques) – (RC)


peinture: De Vlaminck - tempête de neige - Musée des Bx Arts lyon

Au vent  de demain, supposé  souffler  fort et haut
C’est  réponse                               à ta lune moribonde
Qui éteint dans son écharpe           son petit monde
Aux filaments  chevelure de vagabondages météo

Il faut  aduler ,                    perchés  sur une  échelle
Les images  vagabondes,         crinières  en tresses
De la cavalcade fantaisiste                      des déesses
Zébrant l’atmosphère,            passages en nacelles

L’étonnement  des  étoilées  – bannières
Se penche jusqu’aux états                    Floride
Rêvant de retrouver bientôt le ciel limpide
Pour tracer leur destin d’astres  – fières

De prétentieuses constructions                  élancées
Il faudra de cette vision,                  qu’on se console
Nous apparaissent géantes       ,       que vues du sol
Mais le vent solaire         pourrait bien tout balancer

En sortant de son chapeau                 quelque ouragan
Quelque tempête à démonter les murs              solides
Des forteresses bordant les plaines                       arides
Assaisonné de       montagnes vertes venues  d’océans

Le temps  se détend, d’un coup                   avec délice
Vomit sur les sols secs,             une  tempête de neige
Etend             un manteau blanc sur les  crètes beiges
Etonnées – comme nous –          d’un soudain caprice

C’est l’occasion à faire parler              les  statistiques
De mentionner, ici et là,                 la terre  qui bouge
Et graver sur les maisons du village   un trait rouge
De l’inondation                 la mémoire du dit historique

La tempête aplatissant les arbres        en pas de géant
Les fauves  lâchés dans la nature,              désorientés
Rescapés  de l’arche  de Noé  –          qui s’est échouée
Et remplir les colonnes  -faits divers         – mais  c’était avant.

Avant,      c’était hier         – Le soleil est revenu, son petit four
Sèche les  décombres ,                                         il faudra repartir
Après le grand  coup de balai                           tout reconstruire
Repartir sur de bonnes bases                  ( dit-on avec humour)

Mais que sont donc ces résolutions
Sans voir plus loin que le bout du nez ?
En catastrophes  futures,                        condamnés
A jouer  toujours, en avenir,              la répétition…

————

— Inspiré  des divers  dérèglements climatiques, tsunamis, ouragans, etc…   et en particulier  du livre grandiose de Laurent Gaudé   « Ouragan », ( Actes/Sud)  qui, – plus  que les éléments météo eux-même, –met en scène des hommes-fauves – désorientés – mais qui restent  fauves malgré tout.

——  voir  en celà  mes  deux parutions  sur Ouragan:

Premier extrait

Deuxième extrait

photo - fond d'écran météorologique

Instigation: la parution toute  récente  de JoBougon

 

parution qui a  sa  « suite »   avec   « le  côté lisse »