voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “front

Saint-Pol Roux – Des flammes


Résultat de recherche d'images pour "fire"

Des langues !

Une fois la semaine, une douzaine de fantoches
(et ce citron de perspective qu’ils seront
pions  de province demain) envahissent ma table.

 

Après qu’avec les tisonniers
jaillis de leurs yeux ils se sont réciproquement
écarté leurs cendres   de moustache,
une flamme avivée rampe, se tord,
pétille, gicle en chacune des douze bouches
aux joues réfractaires,

et ces flammes tant s’expriment
qu’on ne distingue plus qu’elles bientôt
et que leur somme parvient
à symboliser un bûcher de sectaires ridicules,
martyrisant la pureté, la vaillance,
la gloire vraie, la merveille absolue,
et les femmes et les amis absents…

 

0 ces opiniâtres aspics !

Ce jour-là, le Supplice du Feu m’est familier
dans son intégrale épouvante.

Aussi passer devant un rôtisseur me rappelle que,
chez moi, l’on rôtit hebdomadairement,

et que ma patience (ô ma pauvre, ta lassitude ?)
m’y transforme en oie (suis-je modeste !)
de première grandeur.

 

D’écœurement mon front se dore,
de dépit mon foie se racornit,
de stupeur mes os craquètent…

A se jeter par la fenêtre dans la faim des mendiants qui rôdent !
Mais le devoir d’hôte me rive à la broche.

Des langues !

 

Paris, 1888 SAINT-POL-ROUX « Les Reposoirs de la Procession » (II)


Cécile Sauvage – Le vallon


amants  d'encre    ac  4.jpg

dessin perso  RC

 
Le cœur tremblant, la joue en feu, 
J’emporte dans mes cheveux 
Tes lèvres encore tièdes.
Tes baisers restent suspendus 
Sur mon front et mes bras nus 
Comme des papillons humides. 
Je garde aussi ton bras d’amant, 
Autoritaire enlacement, 
Comme une ceinture à ma taille.

Cécile Sauvage.


Marina Tsvetaieva – A Alia


À Alia*

Borders 15391577970[K].jpg

Un jour, ô ma gracieuse créature,

Je deviendrai pour toi un souvenir,

Perdu dans tes yeux bleus, au loin

De ta mémoire, dans le lointain.

Tu oublieras : et mon profil au nez busqué,

Et mon front couronné de fumée,

Mon rire importun et fréquent

Ma main calleuse aux bagues d’argent,

Notre logis d’amant, notre grenier cabine,

De mes papiers la confusion divine,

L’année terrible : malheurs et liesse

De ton enfance, de ma jeunesse.

 

(Moscou 1919, sa fille Ariadna allait avoir huit ans.)


Patrizia Valduga – Cette neige


photo Luis Fernandez – Toronto

 

XVI.

Sur le blanc du givre en lents flocons

se perd un peu de neige silencieuse,

tu avais une ombre noire au front,    

chaque jour t’enlevait quelque chose…

Il fait si froid, je couvre tes jambes

tu suis ton ombre mystérieuse,

ce papillon noir vif t’afflige

tu ne l’as même pas vue, cette neige.

 

 

Cet écrit est issu  du beau site   » une  autre poésie  Italienne »


Luis Mizón – Tu as souvent navigué dans ce navire démantelé


 

photo: Benoît Vignet : navire échoué au Chili

 

 

 

Tu as souvent navigué
dans ce navire démantelé
à la dérive.
Tu connais la coque de bois oscillante
le mascaron au front fendu
et le spectre des voiles
aboyant dans le brouillard
lorsque tu reviens chez toi du fond
de la mer
aveuglé par les vagues miraculeuses
dans le désordre de la houle.
Lorsque tu reviens en titubant
les bras ouvert
accrochés aux fils de la lune.
Lorsque tu montes de la mer à ta maison
à l’aube
couvert d’étoiles de mer.

 

( par rapport  au document image Luis  Mizón est aussi  de nationalité chilienne)


Seyhmus Dagtekin – Au fond de ma barque


photo: Silviu and Irina Székely

photo:        Silviu and Irina Székely

.

 
Quand tu te retires du monde
Le monde ne s’arrête pas pour autant
Ne se retire pas
Quand tu vas dans le vaste monde
Tu ne deviens pas vaste pour autant
Quand tu te prives de la multitude
Tu n’occupes pas pour autant ta solitude
Tu ne l’élargis pas
Quand tu te chasses du bruit
Tu ne découvres pas pour autant le silence
Quand tu te coupes les branches
Tu n’augmentes pas pour autant
La sève qui irrigue ton front.

 

 

S D

 


Linda Maria Baros – Comme un continent englouti par les eaux


 

image  - R Colombi

image – R Colombi

Comme un continent englouti par les eaux

 

 

Mon pays était comme un continent englouti

qui flottait dans l’air poussiéreux,

tel un mort dans la lumière de l’après-midi.

 

Les pères étaient rares,

comme des coquilles qui avaient transpercé

la peau altière, rocheuse, des montagnes.

 

Les mères étaient effilées comme une larme ;

les larmes tombaient, rasantes et drues,

et emportaient les mères dans la terre.

 

Mon pays – il y a des hommes qui l’aiment

de l’amour passionné des vers

pour la plaie ouverte qui les engraisse.

 

Mon pays – qui me prenait sur ses genoux,

qui me caressait la tête,

qui éteignait ses cigarettes contre mon front.

 

 

L’Autoroute A4 et autres poèmes.

– Cheyne éditeur, 2009


Astrid Waliszek – Réveil


 

 

BW_Jdefilé  des masques    ( groupés)je suis venue voir
si vos rêveries ont trouvé
une terre d’accueil

je les ai reconnues à la trace
qu’elles ont laissée sur le front
des femmes aimées

la petite lumière si ténue
a parcouru l’outre-noir
de vos cauchemars

je suis venue voir
si cette boule d’ombre
qui se joue de vous

a trouvé enfin refuge
chère vieille tortue
dans un tiroir bien clos

de votre mémoire
si vos jeux insolents
retrouvaient des couleurs

si vos songes avaient un toit
si ce léger désordre
dans la chaleur de votre lit

a troublé votre horizon
si, sous vos paupières,
ils avaient trouvé un asile

je suis venue voir
si la nuit se dénoue,
Si la beauté existe .


Dylan Thomas – Et la mort n’aura pas d’empire


peinture: Mark Rothko

Et la mort n’aura pas d’empire.
Les morts nus feront foule
Avec l’homme dans le vent et la lune rousse ;
Quand leurs os blanchiront et leurs os blancs partiront,
Ils auront des étoiles au coude et au pied ;
Même s’ils sont fous, ils seront sains d’esprit,
Même s’ils sont perdus en mer, ils reviendront ;
Les amoureux seront égarés mais l’amour restera;
Et la mort n’aura pas d’empire.
Et la mort n’aura pas d’empire.
Sous les rouleaux de la mer
Ils demeureront à l’abri de la tourmente ;
Torturés pour que lâchent leurs nerfs,
Attachés à une roue, ils ne cèderont pas ;
La foi en leurs mains éclatera,
Et les diables cornus les piétineront ;
Écartelés de toute éternité, ils ne céderont pas ;
Et la mort n’aura pas d’empire.
Et la mort n’aura pas d’empire.
Plus aucun cri de mouette à leurs oreilles
Ou le déferlement des vagues sur les rivages ;
Où la fleur s’épanouit peut-être qu’aucune fleur
Ne lèvera son front aux coups de la pluie ;
Bien qu’ils soient fous et raides comme des clous,
Leurs têtes laboureront les champs de marguerites ;
Brisés par le soleil jusqu’à ce que le soleil se brise,
Et la mort n’aura pas d’empire.

Décennies verticales , sous l’écorce ( RC )


volume: Giuseppe Penone, jeune arbre révélé dans le grand,  voir cet article intéressant  où on comprend bien la démarche  de G P…

Cache toi derrière les feuilles,
elles se sont, depuis , bien ouvertes

L’abîme au centre de ton angoisse
Est tapie au coeur de l’arbre
Et parfois, on peut l’entendre gémir,
avec les branches qui se poussent toujours plus haut,
à écorcher le ciel.

Son tendre aubier tourbillonne, avec les gels, et les vents
Et je me confondrai avec, saignant avec , les jours de tempête,
ou quand les hommes viendront abattre mes voisins,

à grands han de hache et de morsures mécaniques.
Je connais au coeur du tronc, la jeune pousse,
qui devint brindille, puis arbrisseau…
Elle s’est cachée , de même, sous d’autres écorces,
On peut supposer qu’il en est de même chez l’humain,
avec ses saveurs barbouillées d’années.

Cache toi derrière le tronc, que les frissons parcourent,
Sous les branches, comme des bras, porteurs de mains larges ,
abri des oiseaux de la terre, tant qu’il n’est pas
l’heure de migrations vers un ailleurs plus clément.

Mon aubier accueille ton front et imprime sa sueur de sève,
et de mousses… – tu y as gravé ton nom…
Témoin des décennies verticales, relié au sol par mes racines,
sentinelle au creux de la clairière, …

 

RC   30 juin  2012

 

Et petit commentaire  sur Giuseppe Penone,  qui est un des artistes  les plus importants  de la nouvelle  scène italienne,  et justement,  tout  son travail autour  de l’arbre,  de sa croissance, de l’arbre jeune  révélé  à l’intérieur  d’un plus ancien…    une prise en compte  du temps  (  de la croissance),  et de la nature qui  se modifie  et occulte son passé…   G Penone, travaille  donc  à  « rebrousse-temps »…

croquis perso 2010: d’après une oeuvre de Giuseppe Penone          ( traces d’écorce – drap « frotté » )   ,                   Carré d’Art de Nîmes

art             – Andy Goldsworthy : assemblage


Gil Pressnitzer – À pas d‘oiseaux sur la neige



Á pas d‘oiseaux sur la neige


À pas d‘oiseaux sur la neige
je m’éloigne de mes visages disparus
quelques graines de paroles
posées à même le ciel

elles pousseront un jour grâce au vent
comme parfois mes mains sur ton corps
perce-neige de la lumière
Ne pas se retourner
même si on entend le papier froissé des rêves
ne pas surprendre les adieux
Un souffle d’aile et la terre se parfume
et puis se jeter en boule au pied de la solitude
et en dépit de tout laisser dormir
les chevaux dans mon ombre
Le silence avance doucement contre ta hanche
une marque douce sur la pirogue de la nuit
pas d‘oiseaux sur la neige
la vie s’évapore dans ta lumière

je l’ai appris trop tard
marée montante de l’ignorance
je n’ai su trouver
la tâche de naissance sur mon front
c’était peut-être la neige

Gil Pressnitzer

01/02//2011


Rudyard Kipling – Tu seras un Homme, mon fils


 

photo - archeologie - restes de village nuragique ( Sardaigne)

 

 

 

 

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir,
Si tu peux être amant sans être fou d’amour ;
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d’un mot ;


Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les Rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frères,
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur
Rêver, sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser, sans n’être qu’un penseur ;
Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu peux être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant ;

 

Si tu peux rencontrer triomphe après défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront ;
Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire,

Tu seras un Homme, mon fils.

 

Rudyard Kipling

 

If you can keep your head when all about you
Are losing theirs and blaming it on you,
If you can trust yourself when all men doubt you
But make allowance for their doubting too,
If you can wait and not be tired by waiting,
Or being lied about, don’t deal in lies,
Or being hated, don’t give way to hating,
And yet don’t look too good, nor talk too wise:

If you can dream–and not make dreams your master,
If you can think–and not make thoughts your aim;
If you can meet with Triumph and Disaster
And treat those two impostors just the same;
If you can bear to hear the truth you’ve spoken
Twisted by knaves to make a trap for fools,
Or watch the things you gave your life to, broken,
And stoop and build ’em up with worn-out tools:

If you can make one heap of all your winnings
And risk it all on one turn of pitch-and-toss,
And lose, and start again at your beginnings
And never breath a word about your loss;
If you can force your heart and nerve and sinew
To serve your turn long after they are gone,
And so hold on when there is nothing in you
Except the Will which says to them: « Hold on! »

If you can talk with crowds and keep your virtue,
Or walk with kings–nor lose the common touch,
If neither foes nor loving friends can hurt you;
If all men count with you, but none too much,
If you can fill the unforgiving minute
With sixty seconds’ worth of distance run,
Yours is the Earth and everything that’s in it,
And–which is more–you’ll be a Man, my son!

 


Luce Guilbaud – Terres liquides et bleues


 

 

 

extrait de  la chair à vif des roses   1978   « la  Coïncidence »

 

—————

 

 

Terres liquides et bleues

curiosité   voyage entre les tempes

le front se troue de planètes vivantes

les paroles ne cherchent plus d’écho

je tiens ta tête au niveau des coraux

les pieuvres-épreuves se glissent hors de tes lèvres

terres silence

j’agite les trésors des grands fonds

quelques tessons brisés sous les pieds