voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “frontières

Chassés de l’humanité – ( RC )


Résultat de recherche d'images pour "babylon god ice"
sculpture : ancienne  statue  sumérienne

 

Il n’y a plus aucune place

laissée à ce que l’on connaît,

mais seulement une nature plane  .

Si c’est de l’eau,          aucune île ne sert de repère,

 

                   Nous avons été chassés de l’humanité,

et l’océan est encore sanglant

de toutes les peines :

une patrie           sans porte ni horizon ,

 

esclaves des frontières effacées ,

avec quelques glaces flottantes:

celles d’une géométrie funéraire,

ne marquant même pas l’emplacement des tombes…

 

les tempêtes peuvent se déchaîner :

rien n’est prévisible dans le feu blanc :

la terre a sombré corps et âmes

sous les bombes et ouragans ,

 

et il n’y aura personne pour décrire encore

les paysages spectraux,

immobiles            comme les yeux fixes,

                             des dieux aux regards gelés.

 

RC – dec 2018


Qui chante là-bas ? – ( RC )


Résultat de recherche d'images pour "qui chante là-bas"

 

image  extraite  du film « qui chante là-bas » de Slobodan Sijan

 

 

Je me souviens de l’ex-Yougoslavie
des plaines,             de la nostalgie,
de la chanson d’un violon navigant dans le ciel,
et les airs de danse traditionnels.

–        Il y a des airs que l’on n’apprend pas,
ils traversent les saisons,
et à travers leurs chansons,
on se demande :          » qui chante là-bas ? « .

C’est une musique qui traverse les hivers,
passant outre massacres horreurs
elle triomphe de la mort
et des taches sombres de la guerre

Passant sans encombre par-dessus les frontières .
Entends-tu encore la mélodie ?
celle qui nous dit que la vie
continuera , par-delà les tombes et les cimetières .

Résultat de recherche d'images pour "qui chante là-bas"
RC – aout 2018


Des soleils se sont effacés – ( RC )


 

 

Afficher l'image d'origine

 

Tu navigues en terre lointaine.
Des soleils se sont effacés.
Ils ont sombré derrière des rideaux de fumée.

C’est ce que rapportent les oiseaux
qui ne connaissent pas de frontières.
On ne leur a pas encore coupé les ailes.

RC – juin 2016

 

en hommage   au poète irakien Salah    Al Hamdani  et plus particulièrement  son ouvrage « Rebatir les jours »


Estelle Fenzy – Eldorado Lampedusa


 

 

 

 

 

Dans une

Poche cousue

Une photo des lettres

Délavées

Voix visages
Abrasés

De ce qui fut amour


Quelle est la faute

Si grande que

Les bras les cœurs
Les frontières

Se ferment


Allons retrouver les jours – (réponse à « La paupière attentive à la course lente des jours » de Nath – (RC )


photo perso - le Villaret

photo perso – le Villaret septembre 2013

Allons retrouver  les jours,

Et entr’ouvrir les volets,

Pour laisser guider nos pas,

Loin des chapelles à l’oeil de tristesse,

 

Closes sur elle-mêmes,

 

Il y a plein de voies, –

Qui sait où elles nous mènent ?

Qui sillonnent l’étendue,

Où se multiplient les possibles,

Bien sûr gardés du secret des herbes,

 

….Peut-être  qu’elles se perdent en brousse,

Ou se rétrécissent soudain,

Comme le végétal se referme lentement,

Sur les chemins oubliés,

De trajectoires mortes.

Mais la plupart persévèrent,

Et délaissent l’oubli, et l’ignorance,

Pour s’élancer, contourner blocs et falaises,

Ou,  passent, en brèches de lumière,

Malgré  clôtures et frontières de béton.

Alors, tu seras attentive,

Ne  te limitant pas à la course des jours,

Mais aux lendemains offerts,

Qui éclosent même,

A l’intérieur.

 

-Si tu gardes tes paupières  scellées.

et donc le  texte original de Nathalie Bardou

———–La paupière attentive à la course lente des jours

A retrouver la langue vivante

Des herbes,

Se déceinturent les crépuscules.

Des brèches de lumière inaudible

Tracent les chemins abondants

De l’ignorance,

Soin porté à l’égarement.

Alors que des chapelles à l’oeil ovale

Reçoivent, Dépouilles de tristesse,

Et ouvrent leurs toits de braise

Aux chants des forêts ,

Une femme marche , la paupière attentive

A la course lente des jours.

 

 


Voyageur des frontières ( RC )


photo: Evo Lielsen

peinture       : Evo Lielsen

 

Il va, dans l’encaissement des vallées,

Des villes qui débordent,

Du gris et de la rouille,

Et quelques ponts sur la rivière,

Il y va

Sur ces voies,

Où les banlieues cèdent du terrain,

Vers des parcelles en pente.

Il va,

Dans la campagne abandonnée,

D’herbe pelée,

Le bois humide et des pierres anciennes.

Il va,

C’est un espace étroit cerné de montagnes,

Répercutant l’écho des nuages,

Où se hissent péniblement les routes.

Il arrive,

Au delà de la frontière,

Espérant que le gris s’extirpe,

Le langage avenant et solaire…

Il arrive,

Dans un pays, porté d’autres instants

Mais retrouve les vallées encaissées,

Et des villes débordant de gris et de rouille…

RC – 24 août 2013

(  écrit en repensant au roman de  Maurice Pons: « les saisons » )


Le béton s’enracine – ( RC )


Le béton, sournois,
S’enracine au plus profond de la terre,
Il y a même,  paraît-t-il des villes entières,
Qui se multiplient, et même s’étendent sous les mers.

Une terre où petit à petit, les immeubles  s’enfoncent,
Et dont  on ne voit  que la pointe,
Tels icebergs qu’on distingue, pointes dures
Aux couchers flamboyants des soleils

Et la courbe croisée des lunes,
Mais en général, invisibles des hommes,
Cachés sous les épaisseurs,
Du béton sournois, digérant les roches,

Recrachant des tunnels, où circulent,
De longs convois, ne connaissant ni le jour, ni la nuit,
Des lombrics de métal, glissant sans obstacle apparent
Mais s’arrêtant pourtant net, face à d’autres murs de béton,

Où les valeurs d’ici n’ont plus cours,
>            Le langage reste barbelé,
Quand se poursuivent , même sous la terre,commune,
Barrières  et frontières.

RC  – 2 août 2013


En-jeux ( RC )


gravure:  Otto Dix         Les joueurs de carte, 1920, , gravure N°4 sur 11.

 

 

 

 

 

A battre le carton,

Celui-là, protégé par les dieux,

Fera des envieux…

«  Et qui c’est, le patron ? »

 

Les valets défilent,

Roi,          et as de carreau,

Ou bien     cartes de tarot,

Entre les doigts habiles,

 

Les piliers de hantise

Disent une histoire contée,

Dont je n’ai pas les clefs…

Penchent comme tour de Pise,

 

Je me vois comme Alice,

Face à la dame de pique,

Sévère et mélancolique.

Au destin          qui se plisse,

 

Au gré de ces figures ,

Brûlant du trèfle ou du cœur,

Sous les mains des joueurs

Défilent les augures,

 

D’une aventure noire,

Les défis se lancent,

A étaler la  puissance,

Aux prises de pouvoir.

 

Remplaçons les jeux

Par d’autres, géographiques,

Aux frontières politiques,

Etendus d’autres  en-jeux

 

Jouer de l’arnaque,

Pour découper la  plus belle part de gâteau

Aidé de fusils, chars,et couteaux

S’il faut passer à l’attaque…

 

Appétits aiguisés,

Chacun étend son territoire,

Des pays de l’or noir,

Aux châteaux des destins croisés.

 

1944 Noguchi Chess Set; Julian Levy is playing

Noguchi Chess Set;    1944

Ou bien, sur un plateau d’échecs,

Où s’échangent les influences,

En toute indépendance

( Et qui sort son carnet de chèques ? )

 

A travers la planète,

C’est un drôle de tournoi,

Où bataille l’argent roi…

Trop beau pour être honnête.

 

Qu’on se le dise,

>      Aux jeux des puissants,

Décompte des mille et des sangs, …..

C’est de notre vie, la mise.

 

– RC  – 8 juillet   et 18 juillet 2013

 

Ce texte  fait référence  au livre  d’Italo Calvino,  « le  château  des destins  croisés »,

mais  est aussi inspiré  par  le poème  de Jules  Supervielle « les figures »  de  Les amis inconnus – 1934


Le concert des fausses notes ( RC )


 

retable d ‘Issenheim : tentation de St Antoine

Les cors essoufflés font avec, les violons langoureux
Un dialogue grisé,        qui éteint le décor.
La symphonie fantastique a mille retours

Gnomes et djinns me soufflent au visage
Une haleine soufrée, des cloches fêlées
Les héros politicards,        vite endormis

Aux matières sournoises, se drapent dans le pourpre
Et s’entourent de mains molles,
D’anciennes affiches pendantes, en clones plats

Le miroir                   n’a plus à raconter l’avenir,
L’humanité pleure, le concert des fausses notes
Les saxophones barbotent en faux airs enjoués,

Le fossoyeur,            jette une tasse brisée
Avec les fleurs passées du retable d’Issenheim,
Les tarots alignés,           montrent bâtons,

Les mères pleurent leurs fils partis
–            Combattre d’autres enfants,
…..L’au delà des frontières, appelle chimères.

Chaque coup marqué par les timbales
– cerne le présent , celui d’ ici –
Les hennissements des trompettes…

Après la “marche au supplice’
>                          Rendez-vous sous l’horloge…
… maintenant avec des chiffres,       elle égare ses aiguilles

Qui défilent, et le progrès qu’on emballe;
Cacophonie ouatée,             cuivres ternis
Les pères ont disparu –    On leur a menti

–                                   La fumée jaunasse des usines
Au dernier mouvement,        noie bientôt l’orchestre…
Et ses ressacs d’un matin.           – insolvables –

RC – 22 septembre 2012

( composé au souvenir d’un panneau du retable d’Issenheim, de Grünewald,             dont la
reproduction illustrait la “symphonie fantastiques ” de Berlioz )

Caricature d’Hector Berlioz          par Etienne Carjat, 1858

Exode ( RC )


population en exode – Syrie

Exode, et
Les saisons  qui blessent….
–        Dirigeants et chefaillons
Empereurs, colonels, et dictatures
Jettent sur les routes,
Pour la gloire des conquérants,

Des colonnes de fuyards
N’emportent  rien,
Ou si peu de choses,
Quelques effets,
Valises entrechoquées
Vieux matelas enroulés

Quand la route est longue
Le chemin vers la liberté
Traverse villages incendiés
Véhicules renversés
Et les lieux marqués par l’hostile
Où chacun marche pour une survie.

Bien sûr il y a d’autres pays
Au-delà des montagnes
Mais est encore si ténu,
–       Le fil que l’on espère
suivre, au-delà des frontières
Vers des ailleurs qui rient…

Et le vaste océan
Si vaste qu’il promet
Au-delà des tempêtes,
Que l’histoire prenne une autre couleur
Même s’il faut couper ses racines
Perdre sa langue pour une autre.

Et poursuivre sa quête,
Hors de soi-même    –  en exode .

RC    – 6 février 2013

peinture Sigmar Polke, ss titre 1999


Le Petit Prince, et la musique du monde ( RC )


 

C’est, extrait du livre de l’enfance,

Le Petit Prince, qui met le pied

Sur une frêle planète,

 

On y entend, si on écoute, une brise

Qui chante dans les arbres, la vie

loin de avions qui passent

 

 Et la caresse chaude des jours de l’été.

Le Petit Prince progresse, il ne lui faut pas longtemps

Pour faire le tour de la terre, et passer le gué

 

Des îles aux continents, sans se mouiller les pieds.

Il s’interroge avec insistance, sur la forme des montagnes,

Le silence blanc des déserts, l’aventure des rivières

 

La succession des villes, et des maisons jouets

Sagement alignées, le long des routes,

Et les supermarchés,sont une grande attraction.

 

S’il veut dessiner des moutons, demander son chemin,

Il n’obtient pas de réponse, car on ne le comprend pas,

Déjà les hommes ne se comprennent pas d’une région à une autre

 

Et se barricadent chez eux, derrière des frontières,

Mais au-delà des murs on entend de la musique

Qui passe sans rien dire

 

Comme le vol des colombes

Sur la frêle planète

On entend, si on l’écoute,

 

Tout de l’amour, et des langages, sans paroles.

Elle ne disait rien, et finit par tout nous dire.

RC- 18 octobre 2012


Jules Supervielle – Livrez vos mains aux miennes


 

 

 

 

peinture :           Georges de La Tour               détail de            Job et sa femme

Livrez vos mains aux miennes,
Ecoutez la rumeur:
Nos âmes attardées
Viennent de leurs frontières.

Voici qu’elles se touchent.
C’est l’ombre et la lumière
Qui se croient immobiles
Et tremblent de changer.

Jules  Supervielle

peinture:       Georges de La Tour:       détail : le nouveau né