voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “funeste

W Shakespeare – Que chaque fée vagabonde à travers cette maison.


illustration: Mark Ryden

 

 

Que chaque fée vagabonde à travers cette maison.
Nous irons au plus beau des lits nuptiaux
Et il sera par nous béni:
Et la lignée qui y sera créée
Sera heureuse à tout jamais.

Ainsi ces trois couples toujours
Seront fidèles en amour;
Et les flétrissures de la nature
Devront épargner leur progéniture.
Ni tache, bec-de-lièvre ou cicatrice,
Aucune des marques funestes
Que l’on redoute à la naissance,
Ne doit atteindre leurs enfants.

Que chaque fée vienne répandre
Cette rosée sacrée des champs,
Et qu’elle bénisse chaque chambre du palais
D’une douce paix,
Et que le maître en soit béni.

 

William Shakespeare, Le songe d’une nuit d’été –
édition bilingue (coll. Folio Théatre/Gallimard, 2003)
traduction de l’anglais par Jean-Michel Déprats


Ezra Pound – l’aiguille


THE NEEDLE

come,   or the   stellar   tide  will   slip

away. Eastward avoid the hour of its

Now! for the needle trembles in my soul!

 

Here have we had our vantage, the good

hour. Here we have had our day, your day and mine.

Come now, before this power

 

That bears us up, shall turn against the

Mock not the flood of stars, the things to be.

O Love, come now, this land turns evil

 

The waves bore in, soon will they bear away.

The treasure is ours, make we fast land with it.

Move we and take the tide, with its next flavour,

 

Abide Under some neutral force

Until this course turneth aside.

 

image montage perso - structure animalière

 

L’AIGUILLE

Viens, ou la marée stellaire s’évanouira.
A l’est, fuis l’heure de son déclin,
Dès maintenant, car l’aiguille tremble dans mon âme!

N’avons-nous pas vécu de bons moments ici?
N’avons-nous pas eu notre jour, le tien et le mien?
Viens dès maintenant, avant que le pouvoir
Qui nous a portés ne se détourne de nous.


Ne ris pas de l’influence des étoiles,
Les choses. doivent être ainsi.


Mon amour, viens dès maintenant, cette terre
devient funeste.
Les vagues approchent avant de fuir à nouveau.

Ce trésor est le nôtre, emportons-le.
Vite, profitons des saveurs de la marée,

Restons comme tels,
Sous quelque force neutre
Jusqu’à ce que le cours des choses tourne autrement..

(Ezra Pound)

Ce texte  est proposé par   arbrealettres, dans une  traduction que j’ai  légèrement  modifiée, en fonction du texte  d’origine.

photo: Eliott Erwitt