voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Garous Abdolmalekian

Garous Abdolmalekian – Anonyme


Résultat de recherche d'images pour "snowman sunset"
Anonyme
 
Tu m’as touché à l’épaule
Pour secouer ma solitude
 
Ah! qu’est-ce qui t’amuse?
Secouer la neige
Des épaules d’un bonhomme de neige?
Garous Abdolmalekian est un poète  d’origine iranienne

Garous Abdolmalekian – Jeu


Résultat de recherche d'images pour "rope surrealistic art"
photo  Circus Danmark

Tu changes de jeu

Et tu te suspends à la corde

qui te servait de balançoire il y a des années

 

Nous sommes

La répétition de nos propres bribes

Comme toi, mon fils, sur la balançoire

Comme moi

Qui te balance

Pour oublier la corde.


 Garous Abdolmalekian – Anonyme


Résultat de recherche d'images pour "schneemann"
 
Tu m’as touché à l’épaule
Pour secouer ma solitude
 
Ah! qu’est-ce qui t’amuse?
Secouer la neige
Des épaules d’un bonhomme de neige?

Garous Abdolmalekian – Esquisse 1


Résultat de recherche d'images pour "feather birds"
Esquisse  1
 
Même l’envol 
N’était plus le rêve de cet oiseau
 
Une à une il a arraché ses plumes
Pour que sur cet oreiller
Il puisse faire un autre rêve

extrait de « Nos poings sous la table »


Garous Abdolmalekian – Chaque mot


peintures: Adolf  Gottlieb

peintures:    Adolf Gottlieb

 

Chaque mot 
n’est qu’un piéton qui passe

Peu importe lequel
Nous écrivons seulement sur les vitres embuées
Pour faire apparaître
La forêt par-delà la fenêtre.

 



Nos poings sous la table,   (ed  B Doucet )

 

each word
is just a pedestrian passing

No matter which .
We write only on steamy windows
To bring up
The forest beyond the window   .


Garous Abdolmalekian – Chaque mot n’est qu’un piéton qui passe


vue à travers un vitrail - cathédrale de Maguelone, Hérault , oeuvre de Robert Morris - photo perso

vue à travers un vitrail – cathédrale de Maguelone, Hérault ,        oeuvre de Robert Morris –      photo perso


 

Chaque mot 
n’est qu’un piéton qui passe

Peu importe lequel
Nous écrivons seulement sur les vitres embuées
Pour faire apparaître
La forêt par-delà la fenêtre.


extrait de « Nos poings sous la table »,       ed Bruno Doucet