voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Georges Lisowski

Georges Lisowski – troisième élégie


sculpture : McDermott

 

 

Je ne connais plus l’éblouissement pourtant
je l’ai connu je me couvre les yeux contre un vent de sable
j’appelle des mots qui sont en retard de plusieurs années
années vides de quoi que ce soit de beau
Imprudemment je pénètre le labyrinthe du langage
et voulant émerger à la lumière du jour
je dis trop ou je dis trop peu
les signes me fatiguent,  je me raccroche aux choses
Toi qui apaises l’inquiétude des hirondelles
tu m’as compris
mais bien trop à la lettre,    le monde s’est éloigné
et l’oiseau est une pierre
le visage humain se transforme en paysage

 

Georges Lisowski    ( 1972-76)

 


Georges Lisowski – Descendance d’Héraclite


 

DESCENDANCE D’HERACLITE

 

image :  John Hodgkiss

Nous ne croyons plus dans le cercle du temps circulaire
ni à la montagne en spirale
le passé est ordre
l’avenir une surprise
On nous a ouvert une fenêtre
par laquelle on ne voit rien
On nous a donné des lèvres
pour ne jamais boire de la même eau
On nous a donné des rêves impétueux
et l’expérience
qui nous parle dans une langue étrangère
nous sommes familiarisés avec
et le comprenons par bribes

 

 

Georges Lisowski    (1972-76)

 


Georges Lisowski – Promenade


peinture: Stanislaw Ignacy _1885-1939_ - 1930 Portrait of Helena Bialynicka-Birula

     dessin:       Stanislaw Ignacy (1885-1939)_      – 1930 Portrait of Helena Bialynicka-Birula

 

PROMENADE

Indifférent je passe à côté
des futurologues qui scrutent le cristal
des braillards qui tirent leur rien de rien
des garçons et des filles sans mystères du coeur et du sexe
des travestis barbus sans âge qui entourent la fontaine
je détourne les yeux de crainte qu’ils n’apparaissent nus et sans barbe
je traverse l’exposition de mes cubistes adorés qui m’ennuient
qui m’ennuient par leur trop de méthode
je passe à côté de milliers de romans illisibles
aux jaquettes luisantes et criardes

je passe à côté de nouveaux-nés dans les bras de leurs mères
à côté des marmots qui pissent dans un passage aux dorures clinquantes
à côté de mes voyages à côté de moi-même
je passe sur l’autre bord si l’autre bord existe
Je ne suis pas auprès de la fontaine ni dans le cristal

Georges Lisowski
(Paris, 1973)